En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

06.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 13 min 32 sec
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 2 heures 5 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 2 heures 40 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 3 heures 26 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 4 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 6 heures 34 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 7 heures 9 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 8 heures 51 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 2 heures 17 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 3 heures 9 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 4 heures 4 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 5 heures 58 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 6 heures 41 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 7 heures 22 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 9 heures 3 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Avis aux Gilets jaunes ?

Révolution et règle des 3,5% : comment une minorité peut changer le monde

Publié le 19 mai 2019
Selon un ouvrage publié en 2011 par Erica Chenoweth et Maria Stephan, intitulé Why Civil Resistance Works, les manifestations qui ont le plus de chance d'amorcer des changements socio-politiques sont les manifestations pacifistes qui engagent un seuil de 3,5% de la population.
Olivier Fillieule
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Fillieule est sociologue du politique, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (Centre de recherches politiques de la Sorbonne, CRPS Paris I Sorbonne).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un ouvrage publié en 2011 par Erica Chenoweth et Maria Stephan, intitulé Why Civil Resistance Works, les manifestations qui ont le plus de chance d'amorcer des changements socio-politiques sont les manifestations pacifistes qui engagent un seuil de 3,5% de la population.

Atlantico: Malgré les divergences quant au nombre de participants aux manifestations des Gilets jaunes, cette manifestation a en tout et pour tout réuni plus de 3,5% de la population française. Est-ce à dire qu'elle façonnera la politique mondiale dans les prochaines années ?

Olivier Fillieule : Il faut rester très prudent face aux résultats de Why civil resistance works. Ce qui y est présenté comme lien causal se limite en fait à l'établissement de corrélations, qui plus est à partir de données agrégées de mauvaise qualité et dans une perspective comparative qui traite sur le même pied des situations socio-politiques extrêmement variées. Mais surtout, c'est une illusion totale de s'imaginer pouvoir bâtir des modèles prédictifs à propos d'événements par essence imprévisibles. Il en va ainsi des mouvements sociaux, des révolutions etc.

Le nombre de manifestants jetés dans la rue par un mouvement n'est qu'un indicateur, parmi d'autres, du succès d'une lutte. Dans le cas des gilets jaunes, qui n'ont jamais mobilisé des foules immenses, ce qui prime me semble-t-il, pour en apprécier l'impact futur, c'est sa durée inédite (plus de six mois…), sa base militante extrêmement hétérogène et le soutien incroyable de l'opinion, même après la violente campagne de dénigrement dans la presse et à la télévision, et les violences qui ont marqué les manifestations partout en France.

Certaines manifestations pacifistes comportent parfois des dérives violentes : c'est le cas des Gilets jaunes. Pourquoi les manifestations sociales génèrent-t-elles si fréquemment des violences et quelles conséquences peuvent avoir ces dérives violentes sur le mouvement initial ?

Il faut savoir de quelles violences on parle.

Du côté des violences manifestantes, plusieurs facteurs peuvent jouer: parfois la violence est une stratégie revendiquée, par exemple pour la mouvance autonome, que ce soit par goût du jeu ou au nom de calculs, souvent naifs, visant à révéler la violence d'Etat en la provoquant. Mais le plus souvent la violence survient lorsque les manifestants ne sont pas entendus par les destinataires des revendications. En France, Où par ailleurs le seul moyen de se faire entendre entre deux élections est le recours à la rue, faute d'instruments de démocratie semie-directe, la tradition veut que les pouvoirs publics ne commencent à répondre aux revendications qu'à partir du moment où l'ordre public est troublé. Il y a donc dans ce pays une vieille habitude d'avoir recours à la violence, plutôt contre les biens que contre les personnes, pour se rendre visible et se faire entendre. Tous les grands mouvements du monde agricole sont ainsi passés par le recours à des formes parfois tout à fait importantes, de violences contre les biens, qu'il s'agisse de biens publics ou privés. Enfin, la violence manifestante est très souvent le résultat de l'expérience d'une répression parfois incomprise dans ses modalités, parfois féroce et inexcusable.

Du côté de l'autorité civile et des forces de l'ordre, le recours à la violence peut être le produit d'une situation légale de légitime défense, d'une volonté délibérée des pouvoirs publics de vouloir faire mal pour stopper un élan mobilisateur et parfois de manquements individuels.
Dans le cas du mouvement des gilets jaunes, la violence policière s'explique par ces trois facteurs. Et je serai tenté de conclure que la violence des gilets jaunes est d'abord le produit d'une gestion politique que j'estime avoir été calamiteuse. Notamment parce que l'autorité civile, au plus haut niveau, a clairement annoncé qu'elle couvrirait tous les manquements à l'éthique professionnelle et s'y est effectivement employée.

Si 3,5% de la population suffit à bousculer un système, quel est l'impact des manifestations qui n'atteignent pas ce seuil ? Jusqu'à quel degré de désordre social peut se maintenir un système ?

Sur le premier point, je crois qu'il faut oublier ce chiffre, anecdotique et certainement pas prédictif, de 3,5%. Pour ma part, j'ai essayé de montrer en travaillant sur des séries longues de manifestations recensées par les brigades de voie publique en France (entre 1966 et aujourd'hui), que les chances de succès d'un mouvement sont liées certes au nombre, mais aussi à beaucoup d'autres facteurs, en premier lieu les niveaux de soutien de l'opinion, le trouble apporté à l'ordre public et partant le blocage de flux de circulation ou d'échange. Il s'agit donc d'une alchimie complexe irréductible à quelques facteurs immuables. Les exemples de mobilisations massives qui ne débouchent sur rien sont légion. Que l'on songe seulement au mouvement contre la loi travail qui n'aura rien obtenu.

Quant au degré de troubles qu'un système politique peut supporter avant de s'effondrer, là encore, il n'y a pas de réponse simple. Dans un pays comme la France, dont les institutions sont démocratiques, on voit bien comment depuis en tout cas 2005 les libertés publiques se sont raccornies au profit d'un système de plus en plus autoritaire et intolérant à la contestation, pour semble t il aujourd'hui prendre la voie d'un autoritarisme sans fard qui nous éloigne d'un fonctionnement réellement démocratique au profit d'une dérive autoritaire qui fait de plus en plus penser au second Empire. A contrario, le régime tunisien, dont tant d'experts s'accordaient à décrire le verrouillage et la solidité, s'est effondré comme un château de cartes, contre toute attentes. Ce qui nous ramène à mon propos précédent. En matière de mobilisaitons sociales et de phénomènes révolutionnaires toute prédiction est au mieux une illusion, au pire une manipulation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 20/05/2019 - 21:05
@minime95
Tout à fait, les enflures liberales libertaires au pouvoir ne reculeront devant aucune violence. D'où l'intérêt de scotcher Loiseau et ses comparses aux européennes.
MIMINE 95
- 19/05/2019 - 13:37
Les ploucs, les fachos , les gens de rien
vous remercie Monsieur Fillieule pour votre lucidité .
Hélas, "n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir", et nos "z'élites autoproclamés", qui consfisquent peu à peu la démocratie, sont atteintes d'une forme grave de ces deux pathologies . La solution n'est donc pas pour demain, il ne reste donc que la réaction dans les urnes , mais est ce encore possible, ou dans la violence .