En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Paradoxal
Voter pour changer, sauver ou abattre l’Europe ? L’énorme escroquerie intellectuelle de la campagne électorale européenne
Publié le 19 mai 2019
Les Européens s'apprêtent à voter pour les élections européennes sur des enjeux tels que l'écologie et l'économie, mais leur vote n'a pas vocation changer la structure fondamentale de l'Europe.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Européens s'apprêtent à voter pour les élections européennes sur des enjeux tels que l'écologie et l'économie, mais leur vote n'a pas vocation changer la structure fondamentale de l'Europe.

Atlantico : Les Européens s'apprêtent à voter pour les élections européennes sur des enjeux certes importants tels que l'écologie, l'économie. La campagne s'articule autour de ces sujets. Pour autant, ce vote n'a pas vocation changer la structure fondamentale de l'Europe. Quelle influence a-t-il réellement sur ce changement de l'Europe auquel aspirent nombre d'électeurs ? Ne trompe-t-on pas les électeurs en faisant croire que l'UE peut être véritablement changée par ces élections européennes ?

Christophe Boutin : Commençons si vous le voulez bien par une, ou plutôt deux précisions. La première est que, pour nombre de ces électeurs que vous évoquez, les élections européennes ont fort peu d'intérêt. C’est ce que manifeste avec constance un taux d'abstention qui est classiquement le plus important de toutes les élections auxquelles sont conviés les citoyens français, mais aussi les autres citoyens européens. Nous verrons s’il en est autrement cette année, mais certains sondages évoquent en France 60% d’abstention.

La deuxième précision à donner est que, pour une part non négligeable des électeurs qui se déplaceront la semaine prochaine, il ne s'agira pas tant de voter sur l'Union européenne qu'en fonction de critères nationaux, et notamment, en France, pour ou contre Emmanuel Macron. Et le fait que ce dernier ait voulu apparaître, en interne en France, mais aussi, par une chronique diffusée à l'ensemble des Européens, comme le porteur d'un projet de renouveau de l'Union européenne pèsera moins que l’ensemble des problématiques apparues par exemple lors de la crise des « Gilets jaunes ».  

Vous évoquez ainsi la question de l’écologie. C'est Emmanuel Macron qui a choisi d’insister sur ce thème, pour tenter de donner un nouveau souffle à une campagne de LREM plombée par la faible popularité du Président au bout de deux années de pouvoir, par l'absence de relais suffisants dans l'opinion publique de ministres et députés qui sont, soit des transfuges, soit sortis de nulle part en 2017, et, bien sûr, par le choix de sa tête de liste, Nathalie Loiseau. Mais il n'est pas certain que ce thème apparaisse essentiel à tous nos concitoyens, y compris dans la question du rapport de notre pays à l’Union européenne, comparé à d’autres comme celles de l'identité, de la souveraineté, de l'indépendance. Elles ont été centrales, il y a six mois maintenant, lorsqu'est apparu le mouvement des « Gilets jaunes », et elles sont toujours présentes, comme l'est aussi, ne l’oublions pas, le traumatisme né de la gestion catastrophique de la crise migratoire par l’Union européenne.

En ce sens, le changement auquel aspirent les Français et simple : ils veulent plus de vraie Europe lorsqu'il s'agit de protéger leurs intérêts, dans les domaines de la défense, de l'immigration, de la lutte économique face à la Chine ou aux USA, et moins de cette Union européenne tatillonne qui fait crouler les États membres et leurs citoyens sous des réglementations toujours plus détaillées et toujours moins utiles, niant ainsi ce principe de subsidiarité qui était pourtant essentiel. Moins, par exemple, de cette Union qui permet entre les États membres cette concurrence permanente du moins-disant social qui porte de graves coups à notre économie.

Dans ce cadre, la question se pose effectivement de savoir si le Parlement européen serait à même d'amorcer des changements importants de structure de l'Union européenne. La réponse est bien évidemment non : de tels changements passent par la volonté des États qui s'exprimerait par la modification des traités européens. Pour autant, il ne faut pas négliger certaines possibilités d'action du Parlement européen. Bien sûr, il ne propose pas les textes, puisque c'est le monopole de la Commission européenne. Mais il a, d’abord, un rôle à jouer dans la nomination de cette dernière, puisqu'il valide sa composition, par deux votes, le premier concernant son président, après proposition par le Conseil européen, le second validant la composition de l'ensemble de la commission après avoir entendu les différents commissaires désignés par les États membres et répartis par le président de la Commission. Or on a vu précédemment des commissaires être refusé par le Parlement européen, comme en 2004 l’Italien Rocco Butiglione jugé être trop près du Vatican. Par ailleurs, le Parlement a fréquemment un rôle de co-législateur, votant les textes comme le Conseil des ministres et peut bloquer ainsi certains d’entre eux – mais non imposer ses propres choix, car la Commission a toujours la possibilité de retirer un texte qui, à la suite de modifications, ne correspondrait plus à ce qu’elle souhaitait imposer aux États.

Si le changement structurel de l'UE passe plus par l'élection du dirigeant national que des députés européens, ne faudrait-il pas envisager de présenter la campagne européenne non plus comme un référendum sur le pour ou contre l'Europe, ou sur la vision générale et symbolique de ce qu'est l'Europe, mais comme une plateforme de propositions législatives, ces dernières étant décisives pour tous les Européens ?

Pour les raisons que j'ai indiquées, il n’est pas plus cohérent de présenter la campagne des européennes comme une campagne « pour ou contre » l'organisation institutionnelle de l’Union européenne que « pour ou contre » les choix législatifs qui sont faits. En effet, même si le Conseil européen, qui réunit les chefs d'État et de gouvernement, donné une tonalité sur les grands choix, c’est bien à la seule Commission qu'il appartient de transcrire cela en faisant des propositions de textes, et non au Parlement. L'élection européenne ne changera donc pas la donne, sauf, comme je l'ai dit, à prendre en compte ici le vote opérée par le Parlement sur la composition de la Commission.

Il n’en reste pas moins que, nous l’avons vu, le Parlement peut amender et parfois bloquer certains textes, et que l’autre élément important du vote aux élections européennes consiste à répartir les pouvoirs en son sein. On sait que les députés n'y siègent pas par État d'appartenance, mais se répartissent dans des groupes politiques européens. On sait aussi que l'alliance de deux groupes, d’une part le Parti populaire européen (PPE), réunissant des élus de droite, centre-droit ou démocrates-chrétiens, et, d’autre part, le Parti socialiste et démocrate (S&D), lui clairement socialiste, permet actuellement à ces deux groupes, qui sont les plus importants et sont tous deux globalement favorables à « l’approfondissement » de l’actuelle Union, c’est-à-dire à son renforcement, un contrôle de tous les organes essentiels du Parlement européen.

Si lors de ces élections de 2019, devait monter un vote « eurosceptique », de droite comme de gauche, et si ces derniers, à droite et à gauche, s'alliaient dans des groupes cohérents, ou, au moins, acceptaient plus souvent de voter de concert, les choses pourraient peut-être partiellement changer. C'est d’ailleurs pour cet éventuel poids des « eurosceptiques », que les élus d’Emmanuel Macron pourraient s'inscrire dans un troisième parti politique européen, situé lui au centre de l’échiquier, entre le PPE et le S&D, le groupe de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE). Il y aurait alors une alliance centriste autour de trois partis, allant jusqu'à la droite classique d'un côté et à la gauche socialiste de l'autre, excluant les eurosceptiques « extrémistes ». La réédition en Europe de la tentative macronienne avec LREM.

Quels leviers restent-ils, en dernier ressort, aux électeurs pour réaliser ce changement fondamental ? 

On l’a vu, peser sur le seul Parlement européen pout conduire à gêner l’activisme de la Commission, mais sans parvenir à un vrai changement de perspective, et, en tout cas, pas à une reconstruction de l'Union européenne. On pourrait penser qu’après 2019, l'élection ultérieure, dans les parlements nationaux de chaque État membre, de représentants de partis eurosceptiques dopés par cette élection, leur permettrait de s’opposer aux dérives de l’UE, en votant des lois nationales contraires aux textes européens. Mais ce serait compter sans compter le poids des juges, du juge européen de la Cour de justice des communautés, bien sûr, mais aussi des juges internes - pour prendre le cas français du Conseil constitutionnel, de la Cour de Cassation pour l'ordre judiciaire et du Conseil d'État pour l'ordre administratif -, qui font tous primer le droit européen sur le droit interne, même postérieur, et veillent donc à ce que le législateur français ne puisse aller à l'encontre de l’ordre juridique voulu par la Commission.

Voulu par la Commission, mais aiguillée par le Conseil européen, et voté ensuite par le Conseil des ministres. Devenus ministres, chef de gouvernement ou parfois chef d'État, les représentants de partis « eurosceptiques », qui y siégeraient, pourraient donc peser dans les décisions de ces deux organes. Mais on rappellera cette fois que les décisions s’y prennent à la majorité, et qu’il faudrait donc une poussée « euosceptique » portant au pouvoir de tels partis dans un certain nombre de pays européens - plus ou moins grand selon le nombre de voix dont ils disposent respectivement dans ces votes -, une perspective qui n’est certes pas irréalisable, sur laquelle on peut exprimer des doutes dans les prochaines années.

Restera alors à ceux qui ne parviendraient pas à se faire entendre la seule solution qui vaille – encore qu’un doute plane toujours sur sa réalisation effective - : la sortie de l’Union européenne, soit à la suite du choix d’un gouvernement eurosceptique et de sa majorité parlementaire, soit à la suite d’un vote référendaire proposé par ce même gouvernement eurosceptique. Car en bloquant sciemment les autres possibilités d’évolution institutionnelle pour mieux préserver son processus de décision technocratique, l’Union européenne et l’oligarchie qui en dépend ne laissent finalement guère d’autres solutions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Big Brother is watching you (mais pas bien longtemps)
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 20/05/2019 - 17:56
l'essentiel n'est jamais abordé
l'Europe ça ne marche pas il faut donc changer de traité ....Donc questions
qu faut il changer? pourquoi? comment ? et avec qui ?il ne sert à riend e dire aux Français on est pas d'accord sur ceci ou cela si le cadre institutionnel est inchangé...question subsidiaire l'election passé avec quel groupe les Macronistes devront s'allier ? il seront trop peu pour peser seuls sur les décisions . question burlesque est il envisageable que les Républicains et Macronistes se retrouvent dans le même groupe européen .Un article détaillé en ce sens d'Atlantico serait judicieux....
J'accuse
- 20/05/2019 - 10:55
Les escrocs ne s'intéressent pas à notre intellect !
Escroquerie, oui, mais pas intellectuelle ! C'est pour continuer à nous prendre notre argent et accaparer le pouvoir à leur profit.
Ce ne sont pas seulement les élections qui sont une tromperie, mais toute l'UE; quels que soient les résultats, ça ne changera pas ce qu'est fondamentalement l'UE: une machine à escroquer les peuples.
lasenorita
- 19/05/2019 - 14:27
Il faut voter aux élections européennes!
Il faut voter dimanche prochain pour des candidats qui ont nos idées et qui les défendront au Parlement européen! Des Français disent qu'il ne faut pas voter pour les candidats qui ne veulent pas que la France reste dans l'Europe.. Ceci est une erreur car si nous appliquons ce conseil on va se retrouver, de nouveau, avec un Parlement composé de députés pro-islam et nous continuerons à voir déferler en Europe, et en France, des hordes de barbares musulmans qui, après avoir chassé les non-musulmans des pays du Moyen-Orient,d'Afrique,etc..vont chercher à faire fuir les non-musulmans d'Europe!...