En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 8 heures 11 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 18 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 9 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 8 heures 33 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 9 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 10 heures
© NICOLAS ASFOURI / AFP
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Make China Great Again ?

Pour quelques intellectuels chinois et l’élite des affaires de Shanghai, Donald Trump peut sauver la Chine du conservatisme de Xi Jinping et l’obliger à réformer son système.

Publié le 13 mai 2019
La presse chinoise et les réseaux sociaux commencent à penser et dire que la guerre menée par Donald Trump va obliger Pékin à accepter des réformes libérales. C’est le New-York Times qui relaie ce début de campagne...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La presse chinoise et les réseaux sociaux commencent à penser et dire que la guerre menée par Donald Trump va obliger Pékin à accepter des réformes libérales. C’est le New-York Times qui relaie ce début de campagne...

Alors que les négociations commerciales entre les dirigeants chinois et les dirigeants américains n’ont, une fois de plus, pas abouti en fin de semaine dernière, la délégation chinoise a quitté Washington sans le moindre compromis. Pourtant, les milieux occidentaux semblaient penser que les menaces violentes du président américain conduiraient les Chinois à un début de compromis, il n’en a rien été.

En apparence, cette affaire semble affreusement compliquée, les egos des uns comme des autres troublant le déroulement des discussions.

En réalité, les choses sont beaucoup plus simples.

L’Amérique de Donald Trump ne supporte plus de commercer avec la Chine sans accord de réciprocité.

D’un côté, les USA importent des milliards de dollars de produits fabriqués à bas coût dans les usines de Chine. A l’inverse, les USA ne parviennent pas à exporter ce qu’ils pourraient exporter, ils ne réussissent pas à faire respecter les droits de propriété sur certains actifs digitaux, les Américains ont donc le sentiment de se faire copier et piller sans pouvoir réagir.

En bref, le marché américain est ouvert aux produits asiatiques alors que le marché chinois reste, pour une grande partie, fermée aux produits occidentaux.

Donald Trump a donc entrepris une campagne pour rétablir un équilibre dans les échanges commerciaux. Ne parvenant pas à obtenir gain de cause, il a déclaré une guerre commerciale en annonçant qu'il allait relever de 10 à 25% les droits de douane d'entrée en Amérique sur 200 milliards de dollars de produits chinois. Situation inédite et forte, d’autant que sans résultat, il a très précisément menacé la semaine dernière d’imposer une surtaxe de 25% sur 300 milliards de dollars d’importations chinoises supplémentaires. Autant dire que la totalité des produits chinois vendus aux USA seraient surtaxés. 100% ds produits.

Face à cette menace, les Chinois sont venus à Washington, et notamment le numéro 2 du régime. Du coup, tout le monde a pensé que les uns et les autres allaient baisser les armes.  Il ne s’est rien passé. Donald Trump a battu le chaud et le froid, laissant entendre par tweets que ça pourrait s’arranger. Puis, devant le blocage chinois, il a recommencé à narguer Pékin.

Dans les faits, les relations commerciales entre Pékin et Washington sont donc toujours aussi incertaines.

Le président américain est convaincu qu’il est en position de force, son opinion publique est d’ailleurs très largement derrière lui. Et côté chinois, les dirigeants n’ont toujours pas réagi ce week-end. Tout se passe comme s’ils jouaient la montre en maintenant un semblant de dialogue. Les dirigeants américains et chinois savent qu’ils se retrouveront en juin, pour le G20 au Japon, puis lors du G7 qui aura lieu en France au mois d’août.

D’ici-là, il peut se passer beaucoup de choses. La désescalade peut s’amorcer.

Pour la plupart des observateurs, il existe des facteurs incontournables qui peuvent freiner le blocage des relations commerciales.

 

1er facteur, les consommateurs américains ont besoin des produits d’importation en provenance des pays asiatiques. Le système américain est incapable de proposer des modes de fabrications alternatives à échéance assez rapide. Dans le textile, dans le bâtiment, dans la mécanique, la chimie, l’automobile, les Américains ont besoin d’une manufacture chinoise.

Le système de production américaine, son PIB, dépend principalement de son industrie digitale, de son industrie de l’entertainment (cinéma et vidéo), de son aéronautique, de sa chimie, pharmacie et de toutes les industries de l’intelligence.

 

2e facteur, les Chinois ont besoin des débouchés occidentaux pour faire tourner leurs usines et ils ont besoin du potentiel d’innovation pour progresser dans les nouvelles technologies.

La confrontation entre ces deux facteurs forme la base des échanges internationaux fondés sur la spécialisation internationale.

Le problème est que l’échange doit être équilibré, sinon la mondialisation provoque des dégâts socio-politiques insupportables dans les pays occidentaux qui sont alors minés par les délocalisations et le chômage. Donald Trump a été élu sur un terreau populiste alimenté par ces déséquilibres. Pour que ce phénomène soit acceptable par les peuples occidentaux déclassés, il faut que la réciprocité des échanges fonctionne. C’était toute la philosophie des accords de l’OMC qui n‘a pas toujours été respectée par la Chine.

 

Le 3e facteur d’évolution dont on ne parle pas tient à ce qui se passe en Chine. Xi Jinping est arrivé au pouvoir à Pékin poussé par les éléments les plus conservateurs. Xi Jinping a réussi à reconquérir un pouvoir quasi absolu sur l’appareil chinois et sur l’économie chinoise. Avant son arrivée, l‘économie chinoise était en voie de libéralisation. Depuis son installation, le parti communiste a repris le contrôle du système économique. Rien ne peut se faire sans l‘accord de Pékin et Pékin a choisi de reprendre le modèle classique de l’usine du monde. Pékin a donc besoin de continuer à vendre des produits, quitte à dévaluer sa monnaie pour compenser les taxes que l’Amérique veut imposer. Pékin a besoin de contrôler l’accès de son marché intérieur et besoin aussi de freiner la libéralisation.

Cette situation économico-politique, dont on peut penser qu‘elle est très ancrée dans la société chinoise, suscite désormais quelques critiques, pour ne pas dire quelques rebellions.

Les révoltes dans les campagnes ou les banlieues urbaines contre la pollution des usines se multiplient. Elles sont matées assez rapidement mais elles existent.
Les milieux intellectuels, qui avaient pris gout à une certaine libéralisation, ne se cachent pas pour expliquer que Donald Trump, qui était l’ennemi officiel du régime, a peut-être raison quand il réclame l’ouverture du marché chinois aux Occidentaux.

Enfin, il existe une petite élite de la vie des affaires qui s’est développée depuis dix ans, des enfants de cadres du parti ou de grands dirigeants des complexes industriels d’Etat, des acteurs économiques qui ont fait leurs études à l’étranger et qui sont revenus au pays parce qu’ils auraient la liberté de faire fortune. Et beaucoup ont fait fortune. Seulement voilà, depuis l’arrivée de Xi Jinping, ils paient de plus en plus d’impôts, ils sont surveillés et contrôlés, interdits souvent de voyager à l’étranger.

Parallèlement à ces mutations structurelles, les réseaux sociaux chinois véhiculent, comme en Occident l’information, la mobilisation, la critique, la contestation etc.

En fin de semaine dernière, le New-York Times a rapporté que les hommes d’affaires chinois de Shanghai ou de Shenzen applaudissaient Donald Trump, parce que le président américain demande d’ouvrir des champs de liberté sur le marché chinois, ce dont ils ont besoin. Les négociateurs américains souhaitent que l'Etat chinois réduise son rôle dans l’économie, ils expliquent sur les réseaux sociaux qu‘une économie fonctionne d’autant mieux que les responsables politiques ne s’en occupent pas. En clair, les négociateurs américains demandent que le gouvernement arrête de subventionner les entreprises publiques, réduisent les barrières douanières non tarifaires... Bref, les Américains réclament tout haut ce que les Chinois de l’intérieur commencent à demander tout bas.

Les Chinois comptent donc sur Trump pour obtenir des réformes libérales en Chine.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

03.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

04.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 14/05/2019 - 11:47
Politique fiction...
Les articles de M. Sylvestre sont toujours complètement décalés. Il vit dans un autre monde...lequel? Je sais pas. La réalité ne semble avoir aucune prise sur ces analyses.
Labarthe
- 14/05/2019 - 11:46
Politique fiction...
Les articles de M. Sylvestre sont toujours complètement décalés. Il vit dans un autre monde...lequel? Je sais pas. La réalité ne semble avoir aucune prise sur ces analyses.
hoche38
- 13/05/2019 - 17:34
Chacun a ses bobos.
Si vous écoutez les vieux "chinois" européens, ils vous diront qu'une telle évolution, même si elle n'est pas totalement fantasmée, demanderait vingt ou trente ans dans un pays qui, malgré toutes les apparences, est devenu aussi conservateur que la Chine d'aujourd'hui.