En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 3 heures 15 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 5 heures 31 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 10 heures 15 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 10 heures 4 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 3 heures 27 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 8 heures 53 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 9 heures 13 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 9 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 10 heures 8 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 10 heures 21 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 10 heures 4 min
© AAMIR QURESHI / AFP
© AAMIR QURESHI / AFP
Minorité

Paul Bablot : "En Asie, les persécutions envers les chrétiens sont réelles partout mais sous différentes formes"

Publié le 12 mai 2019
Très régulièrement depuis quelques années, la presse nous rappelle que les Chrétiens sont les croyants les plus persécutés du monde. L'Asie n'est pas épargnée.
Paul Bablot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul Bablot est consultant. Il a été volontaire dans le nord de la Thaïlande avec les Missions Etrangères de Paris. Il est diplômé d’un Master Business Consulting de l’Université Paris Dauphine. Paul Bablot a publié "Du Mékong à la place Saint-Pierre,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très régulièrement depuis quelques années, la presse nous rappelle que les Chrétiens sont les croyants les plus persécutés du monde. L'Asie n'est pas épargnée.

Atlantico : Votre livre, "Du Mékong à la place Saint-Pierre" (éditions Première partie) raconte votre périple de 20.000 km, long de plus d'un an, lors duquel vous êtes allé à la rencontre des communautés chrétienne de l'Asie à l'Europe de l'Est en passant par le proche Orient. Très régulièrement depuis quelques années, la presse nous rappelle que les Chrétiens sont les croyants les plus persécutés du monde. Vous qui avez traversé tout le continent asiatique, est-ce quelque chose que vous avez perçu ? Si oui, quelles formes prennent ces persécutions ?

Paul Bablot : Il est tout à fait juste de parler de persécutions envers les chrétiens en Asie, mais il s'agit de nuancer le discours puisque les situations dépendent à chaque fois de multiples éléments locaux. J'ai eu la chance de rencontrer des communautés chrétiennes dans tous les pays traversés, de l'extrême Orient jusqu'au Levant, et les persécutions envers les chrétiens sont réelles partout mais sous différentes formes. 

Bien souvent nous retrouvons une marginalisation des chrétiens, mis au ban de la société, par l'interdiction d'exercer un certain nombre de métiers ; des difficultés à exercer leur Foi ; les confiscations de biens et terrains ; ou encore l'interdiction du prosélytisme et d'annoncer le Christ aux autres. 

Autant de difficultés qui sont souvent liées avec des intimidations et une discrimination de fait. 

Les appareils d'Etat sont également en première ligne pour les discriminations religieuses. Le communisme en Asie centrale, en Chine et au Vietnam a profondément marqué l'Eglise locale qui y a développé une résilience impressionnante. 

Ces régions connaissent-elles pas pourtant pour beaucoup d'entre-elles une implantation très anciennes ? Comment expliquez-vous, avec votre regard de voyageur, la montée de ces tensions dans certains pays que vous avez traversé ?

Effectivement les Nestoriens dès le 4e siècle, ainsi que de nombreuses missions lors du premier millénaire, ont implanté la chrétienté très tôt dans l'histoire Orientale. 

Mon regard se tourne immédiatement vers la Perse, l'Iran aujourd'hui, qui est la matérialisation de ces tensions éminemment complexes. Alexandre le Grand y posait son camp de base et apportait des éléments culturels de l'Occident au 4e siècle avant notre ère, alors que les caravanes échangeaient sur les routes de la soie depuis déjà des siècles.  

La mondialisation des échanges et des conflits a apporté un regain de tensions dans toutes ces régions où les ressources désormais accessibles et exploitable pour d'autres aiguisent les appétits. 
Comme toujours, le fragile équilibre lentement et patiemment construit vole en éclat lorsque les enjeux deviennent planétaires. La chute de l'URSS agit comme un catalyseur des tensions qui se voyaient tout d'un coup laissées sans contraintes et où les intérêts privés peu scrupuleux purent proliférer. 

Nous pouvons également distinguer la politisation et l'affirmation des Etats autour de grands mythes nationaux depuis une vingtaine d'années qui visent à unifier les pays autour de la majorité de la population, faisant passer les minorités comme une population de seconde zone. Il s'agit bien d'une volonté politique à chaque fois (Ouzbékistan, Iran, Chine) puisque la population reste -elle - fidèle à des traditions ancestrales que les changements de régimes ne saurait altérer. 

L'accueil et les règles immuables de l'hospitalité ont toujours cours en Orient, quelle que soit la religion ou l'origine du visiteur. 

Vous affirmez cependant que l'Eglise connait une vraie vitalité dans ces régions malgré les difficultés. Comment l'expliquez-vous ?

Paradoxalement, les années 2000 ont vu l’arrivée de nouveaux missionnaires tant physiquement que via les réseaux de communication. 

Les Eglises, dormantes durant de nombreuses années à cause d'oppressions politiques, peuvent désormais donner toute leur mesure à l'annonce du message du Christ. Les contraintes directes levées, les missionnaires oeuvrent sans relâche, en montrant l'exemple par leur vie, de ce qu'est le christianisme. 

L'athéisme longtemps proposé par les pays sous le joug communisme est un terroir fertile pour la mission car la quête d'absolu et d'ancrer sa vie sur le roc est forte dans la population. 

Il faut bien sûr rendre hommage à tous les prêtres, religieux et religieuses qui oeuvrent sans relâche et parfois au péril de leur vie pour évangéliser. Ce sont eux qui sont en première ligne, sur le terrain, et qui forment les chrétiens d'Asie de demain. 

Votre livre est marquant notamment du fait de l'importance des rencontres et de l'hospitalité que vous ont donné bien des gens sur votre route. Quelles leçons tirez-vous de ces moments de partage ?

L'hospitalité est une ancestrale et immuable tradition orientale qui ne pourrait souffrir d'approximations. Pour nous occidentaux cela nous surprend, en Asie c'est habituel ! Partout lorsque le voyageur frappe à la porte, il est normal de l'accueillir comme un frère. L'Evangile nous le matérialise d'ailleurs très bien. 

Ainsi j'ai été hébergé par une famille lao, un moine tibétain, un fermier ouzbèke, un businessman iranien, des agriculteurs turcs, des soeurs palestiniennes, un moine Orthodoxe serbe, un boulanger italien... 

L'accueil fut parfois difficile, parfois il était compliqué de poursuivre la route tant mes hôtes voulaient que je reste ; mais à chaque endroit nous nous quittions heureux, chacun ayant l'impression d'avoir reçu plus que donné.

J'en retire la ferme conviction qu'il y a en chacun du bon, parfois profondément enfoui, mais qu'il existe. 

Nous n'avions souvent que peu de choses en commun, une langue rarement, des racines aucunement. Et pourtant nous réussissions à échanger, rire, toucher en plein coeur l'autre par de multiples moyens. 

Chaque Homme ou Femme possède un coeur qui ne demande qu'à s'ouvrir. Sachons provoquer ces moments pour ouvrir les coeurs débordants d'amour.  

A lire aussi sur Atlantico, un extrait de l'ouvrage : Le témoignage d’un évêque du Kazakhstan sur la situation des chrétiens dans les ex-républiques soviétiques

 

Du Mékong à la place Saint-Pierre, 20.000 km à la rencontre des Chrétiens" de Paul Bablot, publié aux éditions Première partie. 

Lien direct vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires