En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© WALTER DIAZ / AFP
Alerte à la biodiversité
La sixième extinction de masse en cours est-elle plus évitable que les précédentes ?
Publié le 07 mai 2019
Selon un rapport publié par la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), près d'un million d'espèces animale et végétale seraient sur le point de disparaître, soit une espèce sur huit.
Professeur du Muséum national d'Histoire naturelle, biologiste, spécialisé en Biologie de la Conservation, dans la conception, l'animation et la valorisation d'observatoire de la biodiversité (projet Vigie Nature), les thèmes de recherche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Julliard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur du Muséum national d'Histoire naturelle, biologiste, spécialisé en Biologie de la Conservation, dans la conception, l'animation et la valorisation d'observatoire de la biodiversité (projet Vigie Nature), les thèmes de recherche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport publié par la Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), près d'un million d'espèces animale et végétale seraient sur le point de disparaître, soit une espèce sur huit.

Atlantico : Alors que la planète a été d'ores et déjà témoin de plusieurs extinctions de masse, en quoi pourrait-on penser que la situation qui s'annonce pourrait être plus "évitable" que les précédentes ? 

Romain Julliard : Ces extinctions massives ont une origine qui ne fait aucun doute : notre exploitation non durable de la nature, avec trois mécanismes principaux, (1) la destruction des habitats par l’agriculture, l’urbanisation et l’exploitation forestière, (2) la surexploitation directe (en particulier, poissons en mer ; grande faune en Afrique) et (3) les pollutions diverses, à quoi vient s’ajouter comme phénomène amplificateur, le réchauffement climatique et les introductions d’espèces notamment dans les écosystèmes insulaires (lacs, îles). Cela conduit à ces pertes irréversibles et dramatiques que sont les extinctions mais aussi à une baisse massive de nombreuses populations et des dysfonctionnements en chaîne dans les écosystèmes qui vont avec.  

Comment mesurer la part du phénomène sur laquelle nous n'aurions que peu de prise ? 

 Il y a une part du phénomène sur laquelle nous avons peu de prise et qui est difficile à mesurer, ce sont les conséquences pour notre qualité de vie et pour l’état des ressources dont nous dépendons. Chacun peut déjà constater combien il est triste de se promener dans les plaines agricoles silencieuses,  où manquent papillons et fleurs des champs, mais personne ne sait mesurer cette tristesse. Les stocks de poissons pêchés sont pour beaucoup menacés et les quantités pêchées mondialement ne se maintiennent que parce que la technique permet d’aller plus loin et plus profond pour attraper l’ultime poisson. Manifestement, ce futur n’est pas assez tangible pour agir. 

Quelles seraient les actions "réalistes" que nous pourrions mettre en oeuvre et qui pourraient avoir un véritable impact sur cette menace ?

Aucun levier « réaliste » ne semble susceptible d’être efficace. Il nous faut être utopique et changer de paradigme. Au cours de l’histoire des sociétés occidentales, la biodiversité a d’abord été pensée comme une ressource infinie (la « manne divine »), puis comme un capital fini à exploiter au maximum comme d’autres ressources naturelles du même type (les énergies fossiles par exemple) ; pourtant, et nos sociétés n’en ont pas encore saisi l’importance, la biodiversité a ceci de particulier qu’elle est dynamique et renouvelable. Il nous faut trouver une nouvelle forme de contrat social qui incorpore notre dépendance au maintien de la capacité de la nature à se renouveler. C’est une condition pour enrayer la crise de la biodiversité et celle intimement associée de la crise systémique de nos sociétés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 08/05/2019 - 01:13
Les gorilles remplaceront les hommes
Et aussi les éléphants, n'est-ce pas Ganesha ? Alors de quoi se plaint-on ? Des millions, lit-on. Des millions de quoi ? Faudrait savoir où s'arrête la différenciation. Quand je lis, sans bien comprendre, qu'on distingue tel insecte à pois verts de tel autre à pois jaunes, ou autre caractéristique externe, et idem pour les poissons (et j'vous dis pas la variabilité), j'aimerais bien savoir ce que l'on compte vraiment ! Et NS parle de crapaud doré ! Que les grues risqueraient de chasser ! Finalement l'espèce en danger... c'est l'homme lui-même, car, si on ne met pas suffisamment de grues dans le paysage, il est obligé de restreindre son développement, ou mieux il préférera disparaître plutôt que le crapaud... mais au fait à combien de carats, celui-là ?
pierre marie
- 07/05/2019 - 16:15
De quel carton à chapeau sort cette sixième extinction ?
Les vrais écologues sont dubitatifs devant de telles annonces. à grand spectacle. Résultat d'amalgames, de raccourcis et d’approximations.
Bien entendu "c'est à cause de l'agriculture et du réchauffement climatique"
Tartine à la crème lassante.
La faune et la flore sont des choses trop importantes pour laisser les médias (y compris le Figaro) et les ONG s'en charger. Laissons faire les écologues, les scientifiques, pas les experts autoproclamés. Leurs propos sont plus nuancés. Ils sont sur le terrain.
Benvoyons
- 07/05/2019 - 12:26
L'Humain d'aujourd'hui a été possible car d'autres espèces
même beaucoup d'autres ont disparu. Sans ça les humains n'existeraient pas. C'est un fait qu'aucun scientifique ne peut réfuter.
Les Scientifiques travaillant sur les Atolls du Pacifique ayant servi aux essais Nucléaires disent que les anciennes vies reviennent mais avec moins de domination sur les sites & d'autres arrivent aussi. Donc une plus grande diversité se fait jour. La Forêt Française qui avait été au plus bas dans les années 1800 début 1900 progresse fortement depuis plusieurs décennies.
https://www.planetoscope.com/forets/1198-nombre-d-arbres-plantes-en-france.html
Au Brésil & en Afrique nous sommes dans le même phénomène & nous avons une reforestation forte mais qui ne couvre pas encore le déficit comme cela a été en France avant aujourd'hui.
https://www.planetoscope.com/forets/1817-plantation-d-arbres-dans-le-monde.html