En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 12 heures 58 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 13 heures 42 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 16 heures 10 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 16 heures 54 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 19 heures 1 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 19 heures 24 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 19 heures 59 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 20 heures 17 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 13 heures 23 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 14 heures 53 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 16 heures 25 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 17 heures 22 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 19 heures 30 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 19 heures 51 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 20 heures 21 min
© Oli SCARFF / AFP
© Oli SCARFF / AFP
Disraeli Scanner

Le système des partis britanniques est au bord de l'implosion

Publié le 06 mai 2019
Benjamin Disraeli revient sur la défaite des conservateurs et des travaillistes aux élections locales britanniques.
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli revient sur la défaite des conservateurs et des travaillistes aux élections locales britanniques.

Hughenden, 

Le 5 mai 2019, 

Mon cher ami, 

La température digne d'un début mars m'a fait allumer un feu dans la cheminée de mon bureau. Le bois tout juste sec crépite et je me remémore les pensées de l'hiver dernier. Pouvons-nous dire que nous avons raté un tournant, nous autres conservateurs ? Je savais que ça ne pouvait pas bien tourner et j'ai demandé à mes amis Brexiteers de voter l'accord de Theresa May pour que nous ayons franchi le cap psychologique d'être sorti de l'Union Européenne à la date annoncée. Mes amis Brexiteers n'ont pas voulu voter l'accord négocié entre Oliver Robbins et Michel Barnier. Je comprends très bien leurs motivations. Mais ils n'avaient pas de plan pour faire aboutir un vote au Parlement. Lorsque s'est présentée la meilleure occasion de faire aboutir un vote, l'amendement Brady, qui acceptait tout de l'accord politique sauf le backstop, le Premier ministre n'a pas su en faire un levier de négociation avec Bruxelles.  

Je reste convaincu qu'il aurait été beaucoup plus facile de négocier avec les Européens après un accord même mal ficelé de Brexit. À présent, nous voici prisonniers d'une négociation au terme incertain. Le Premier ministre écossais, Nicola Sturgeon se remet à jouer avec l'idée d'un référendum sur l'indépendance de l'Ecosse. Certes, nos performances économiques sont excellentes mais combien de temps pourrons-nous rester dans cette espèce d'apesanteur? Combien d'occasions laissons-nous passer de signer des accords commerciaux renouvelés avec le reste du monde tant que la situation du Brexit n'est pas réglée? 

Theresa May a rompu toutes ses promesses. Elle avait dit qu'elle préférait une absence d'accord un mauvais accord ; mais actuellement elle se dirige tout droit vers un très mauvais compromis avec le leader du parti travailliste. Notre premier ministre avait promis que nous n'aurions pas de nouvelles élections européennes et nous voilà sur le point de dépenser 100 millions de livres pour leur organisation et pour envoyer à Bruxelles et à Strasbourg des députés britanniques qui ne savent même pas combien de temps ils siégeront. Les sondages promettent, et c'est bien normal, des résultats sévères au Labour et aux Tories. 

Nous en avons déjà eu une bonne idée lors des élections aux conseils locaux (councils) ce jeudi 2 mai. Le Parti a perdu un tiers des sièges qu'il remettait en jeu, soit un bon millier et 37 conseils. Mais le plus étonnant, c'est que le Labour n'a absolument pas profité de la sévère défaite des Tories. Il perd perd une soixantaine de sièges et neuf conseils. Surtout, il ne gagne absolument pas aux endroits où les conservateurs perdent: ce sont les libéraux-démocrates qui ont profité de la déconvenue que subit notre parti, en gagnant 500 conseillers locaux et 11 conseils.

Les sondages pour les élections européennes mettent le Brexit Party, le nouveau parti de Nigel Farage, en tête, aux environs de 25% et les Conservateurs en troisième position, en-dessous de 20%. Là encore, il est intéressant de constater que les conservateurs s'apprêtent à subir une rude défaite - au profit du Brexit Party; tandis que la Labour n'en profite pas vraiment.  

Tout ceci n'empêche pas Theresa May et Jeremy Corbyn de continuer à envisager un pseudo-compromis sur le Brexit, qui consisterait à maintenir durablement le pays dans l'union douanière européenne - les inconvénients de l'accord de Theresa May mais, cette fois, installés durablement. Tout se passe comme si le Premier ministre et le chef de l'opposition ne se rendaient pas compte de combien ils ont perdu le contact avec une partie de l'électorat. Madame May reste persuadée qu'elle va pouvoir faire passer un texte au Parlement avant les élections européennes: soit un accord avec Jeremy Corbyn, soit une sorte de retour à l'amendement Brady. Mais cela ne changera rien , croyez-moi, au résultat des élections européennes. 

Ce que ni notre Premier ministre, ni Boris Johnson, ni Jeremy Corbyn ne veulent comprendre, c'est que l'électorat n'en pêut plus des personnalités politiques qui ne tiennent pas leurs engagements. Et ceci, d'autant plus qu'il existe dans le monde l'exemple d'engagements tenus. Donald Trump ou Matteo Salvini sont peut-être les épouvantails des progressistes mais une partie de leur électorat leur sait gré d'avoir tenu leurs engagements. 

Mon cher ami, je ne sais pas, à vrai dire, à quoi nous devons nous attendre. Jusqu'où notre parti pourra-t-il supporter la tyrannie impuissante de Theresa. J'ai eu longtemps de l'indulgence pour elle; mais je pense qu'elle est devenue éminemment nuisible aux Tories. Que se passera-t-il si le Brexit Party fait une percée durable? Sera-t-il en mesure de gagner des sièges aux prochaines élections générales? Notre système uninominal à un tour peut jouer dans les deux sens: celui de la victoire inattendue de l'outsider comme celui d'un sauvetage in extremis du candidat établi. Que se passerait-il si l'on voyait un parti conservateur réduit, largement, à des Remainers tandis que les électeurs Leavers du parti conservateurs seraient partis vers le Brexit Party? 

Je pense qu'on ne peut pas exclure une implosion du système actuel, avec, situation inédite, pour commencer, un multipartisme incertain: un Labour Party et un Brexit Party relativement forts mais ayant besoin d'une force d'appoint: vraisemblablement le seul accord possible se ferait dans un premier temps entre le Labour, les libéraux-démocrates et le Parti National Ecossais. Cela aurait pour conséquence de faire monter encore le Brexit Party, qui drainerait, littéralement, les voix de l'électorat populaire quittant le Labour et celle de tous les électeurs inquiets de la désintégration du Royaume-Uni. 

Dans le scénario que j'imagine, c'est le parti conservateur qui est réduit à l'insignifiance. Peut-on imaginer que les dirigeants et députés de mon parti aient un sursaut de survie dans les prochaines semaines? Franchement, quand je vois comme il n'a pas été possible de pousser Theresa May vers la sortie en décembre dernier ni de la contraindre à mieux négocier avec Bruxelles après les votes parlementaires du 29 janvier dernier, je me demande si le parti de Benjamin l'Ancien n'appartient pas désormais à l'histoire. Assez naturellement, un nombre significatif de parlementaires et de dirigeants Brexiteers rejoindront le Brexit Party et aideront à le rendre acceptable pour l'establishment. Ce sera, en quelque sorte une revanche posthume éclatante pour Enoch Powell, le grand pourfendeur de l'adhésion à la Communauté Economique Européenne, dans les années 1970.      

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires