En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 52 min 29 sec
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 5 heures 32 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 6 heures 11 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 7 heures 40 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 8 heures 6 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 8 heures 25 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 1 heure 41 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 2 heures 40 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 5 heures 43 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 6 heures 58 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 8 heures 31 sec
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 8 heures 16 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 8 heures 36 min
© Pixabay
© Pixabay
Bonnes feuilles

Et si l’empreinte écologique était complètement bidon…

Publié le 04 mai 2019
Dans son ouvrage, "Toutes ces idées qui nous gâchent la vie. Alimentation, climat, santé, progrès, écologie…" (ed. JC Lattès), Sylvie Brunel assure que le monde se transforme, mais il n’est pas pire qu’hier. C’est même plutôt l’inverse : les choses vont en s’améliorant, contrairement aux discours toujours accusateurs des tenants de l’apocalypse, cette science de l’effondrement annoncé qui a désormais un nom : la collapsologie… 1/2
Sylvie Brunel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son ouvrage, "Toutes ces idées qui nous gâchent la vie. Alimentation, climat, santé, progrès, écologie…" (ed. JC Lattès), Sylvie Brunel assure que le monde se transforme, mais il n’est pas pire qu’hier. C’est même plutôt l’inverse : les choses vont en s’améliorant, contrairement aux discours toujours accusateurs des tenants de l’apocalypse, cette science de l’effondrement annoncé qui a désormais un nom : la collapsologie… 1/2

En réalité, l’empreinte écologique est complètement bidon. Le jour du dépassement ne veut rien dire. Mais personne ne se demande plus comment est calculé cet indicateur. Il s’agit d’un système comptable postulant que la quantité de ressources biologiques utilisée pour assouvir les besoins de l’humanité est directement liée à la quantité de surfaces bioproductives nécessaires pour régénérer les ressources et assimiler les déchets. Chaque territoire est ainsi affecté d’un coefficient de « biocapacité », calculé en hectare global par hectare, qui consiste à multiplier les surfaces disponibles, mesurées en hectares, par un facteur d’équivalence évalué en hectare global par hectare.

Vous n’y comprenez rien ? C’est le principe même de l’empreinte écologique ! Traduisons le fumeux concept. La biosphère est vue comme une sorte de gâteau que les hommes doivent se partager. Dès que leur nombre augmente, que leur niveau de vie s’élève, donc qu’ils consomment plus, se déplacent plus, se chauffent ou – horreur – climatisent, le gâteau disponible se réduit mécaniquement : la demande de l’humanité ne peut que dépasser les capacités régénératives naturelles de la planète. Si on compte sur la capacité d’absorption de carbone d’une forêt pour compenser les émissions des automobiles, combien d’hectares de forêts faudra-t-il, à partir du moment où l’automobile n’est plus réservée qu’aux classes supérieures du monde ? C’est comme ça qu’on nous assène que si tout le monde vivait comme le Luxembourgeois, le Qatari ou l’Américain – ces salauds (le salaud étant, c’est bien connu, toujours l’autre, comme le surnuméraire) – plusieurs planètes n’y suffiraient pas. Que si chaque Chinois possédait une voiture, la terre suffoquerait. Sauf que, d’une part, les Chinois ont bien le droit eux aussi à la mobilité, d’autre part que les mobilités de demain n’auront rien à voir avec celles d’aujourd’hui.

Exactement comme nous ne nous déplaçons plus à cheval, nous avons beaucoup de mal à nous représenter ce que seront les véhicules du futur. Et dès aujourd’hui, selon le carburant utilisé, la façon de conduire, le poids de la voiture et sa consommation, les avancées technologiques, rouler en voiture peut être plus ou moins énergétivore et polluant.

Telle que l’empreinte écologique est calculée, seuls ceux qui vivent chichement à la campagne de ce que la terre veut bien leur donner, sans se déplacer, sans se chauffer, et bien sûr sans faire de gosses, peuvent entrer dans le moule : aucun pays ne satisfait aux critères de l’empreinte écologique, sauf les plus pauvres. Si vous habitez dans une masure en terre, sans électricité, que vous ne possédez pas de voiture et ne mangez jamais de viande, vous voilà un habitant respectueux de la terre. Sinon, amendez-vous. Ou bien faites un don au « Global Footprint Network » ou à son clone français, le WWF, qui accepteront peut-être de vous absoudre. Mais attention : le ticket d’entrée dans la pureté écologique est élevé.

En réalité, l’empreinte écologique, qui renvoie à la notion de capacité de charge, reprend les mêmes erreurs méthodologiques que celles du pasteur Malthus, quand il écrivait dans son Essai sur le principe de population de 1798 que les ressources alimentaires allaient manquer face au croît démographique : « au banquet de la terre, les pauvres ne peuvent avoir leur place ». L’humanité comptait alors 1 milliard d’hommes et crevait massivement de faim… Aujourd’hui nous sommes 7,5 milliards et pourtant les disponibilités alimentaires mondiales permettraient aisément de nourrir chaque être humain (sous réserve hélas qu’il dispose du pouvoir d’achat requis, car la production alimentaire s’adapte à la demande solvable), parce que les progrès agricoles sont passés par là. Un hectare de maïs ou de manioc donne près de quinze tonnes de nourriture quand il est bien géré, sans abîmer la planète, épuiser les sols et nuire à la biodiversité. Au contraire, produire plus à l’hectare limite la déforestation et augmente le captage du carbone. Les sous-nutris restent les pauvres, qui ne peuvent acheter de la nourriture et n’en produisent pas assez, enfermés dans des systèmes où la pénibilité, la grande vulnérabilité aux aléas climatiques et le manque de moyens techniques les piègent dans la pauvreté.

Mais la nourriture ne manque pas. Au contraire, elle est très largement gaspillée. Ce qui ne veut pas dire que réduire le gaspillage dans les pays riches résoudrait le problème de la faim : la nourriture ne fonctionne pas selon le principe des vases communicants et on ne peut pas acheminer ce qui est perdu au Nord dans les pays pauvres, où les attaques des ravageurs et des procédés de conservation inadéquats gaspillent plus du tiers des récoltes. Il faut partout une agriculture compétitive, propre et rémunératrice, pour lutter contre la pauvreté et la dégradation des milieux.

La question clé de l’empreinte écologique, qui conditionne donc la « capacité de charge » de la planète, est de savoir si les services issus de la biosphère (la terre) sont suffisants pour assurer le fonctionnement de ce qu’on appelle l’éconosphère (l’ensemble des activités humaines). Pour le dire autrement, l’empreinte écologique représente la « quantité de capacité régénérative de l’écosystème qui doit être mobilisée pour fournir à l’éconosphère les ressources dont elle a besoin et assimiler les déchets qu’elle produit ». Eh oui, c’est du jargon, mais c’est le principe des indicateurs, surtout les plus alarmistes. Ils sont conçus pour vous en mettre plein la vue, se donner une caution scientifique en assénant à peu près n’importe quoi.

Extrait de "Toutes ces idées qui nous gâchent la vie. Alimentation, climat, santé, progrès, écologie…" de Sylvie Brunel, publié chez JC Lattès.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen aztec
- 05/05/2019 - 11:12
Sur Atlantico,ok...
...mais nettement moins convaincante à C dans l'air règne du bobo gaucho écoconscient
pierre marie
- 05/05/2019 - 08:23
Sylvie Brunel est toujours passionnante
Bravo ! Son approche est scientifique, claire et posée. Bien loin de la bien-pensance habituelle.
Il faut lire tous ces livres...
"croquez la pomme"
"géographie amoureuse du maïs"
"plaidoyer pour les agriculteurs"
etc.
On en sort moins bête !
Une grande Dame...


Benvoyons
- 04/05/2019 - 18:47
salamander - 04/05/2019 - 17:27 Concernant les bouteilles
plastiques & même pour les pailles plastiques & autres remplacements des plastiques à base de pétrole seront remplacés par base de chanvre pour les bouteilles par exemple mais aussi pour d'autres produits. Les pailles plastiques seront remplacées idem mais aussi en paille naturelle d'avoine etc.. https://sensiseeds.com/fr/blog/comment-sont-fabriques-les-plastiques-base-de-chanvre/
Donc parfaitement biodégradable.