En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Edito
Pourquoi la chasse aux niches fiscales est une mission impossible
Publié le 03 mai 2019
L’allergie de la population face à toute augmentation de la fiscalité est devenue telle que le pouvoir voit ses capacités d’agir battues en brèche.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’allergie de la population face à toute augmentation de la fiscalité est devenue telle que le pouvoir voit ses capacités d’agir battues en brèche.

Dans sa quête pour trouver les ressources suffisantes pour réduire un déficit qui ne cesse de se creuser pour financer les cadeaux faits aux gilets jaunes, le pouvoir a trouvé un nouvel atout : les niches fiscales, comme si celles-ci représentaient un trésor dans lequel on pourrait puiser pour dégager des recettes susceptibles de financer les cinq milliards de baisses de l’impôt sur le revenu qui viennent d’être promises par Emmanuel Macron.

Ces niches existent bel et bien. Elles se sont multipliées au fil du temps pour des raisons diverses et sont au nombre de 474 qui représentent une masse de 40 milliards d’euros. Au départ, elles avaient un objectif précis : atténuer pour certains assujettis le poids excessif généré par une augmentation de la fiscalité, alors que la France est championne des prélèvements obligatoires et que les entreprises subissent une imposition plus élevée que la plupart de leurs partenaires sur leurs outils de production. Progressivement, ce système s’est intégré à la vie financière, au point d’avoir des effets réels sur la situation de l’emploi et de susciter de vives oppositions lorsqu’on prétendait les raboter pour faire des économies. L’an dernier, le gouvernement avait tenté à plusieurs reprises de réduire les aides accordées aux entreprises, en subissant échec sur échec. Il avait ainsi reculé, par exemple, en renonçant à la hausse de la taxe sur le carbone, même s’il donne l’impression de revenir à la charge sur ce dossier au nom de la défense du climat. De même, il a renoncé aux majorations sur le carburant qui devaient intervenir devant l’hostilité de l’opinion. L’idée d’un taux intermédiaire dans la restauration  a été aussi écartée pour l’instant. L’allergie de la population face à toute augmentation de la fiscalité est devenue telle que le pouvoir voit ses capacités d’agir battues en brèche, d’autant qu’il se heurte aussi à des lobbies puissants paralysants.

Le gouvernement est aussi conscient que les niches ont contribué au soutien de la consommation et permis à la France de connaitre une meilleure croissance que ses partenaires, alors que la conjoncture mondiale est plutôt au ralentissement. Pour certains observateurs, ce n’est pas le moment d’abandonner une politique de l’offre, ce qui les conduit à fermer les yeux sur un creusement des déficits. C’est pourquoi le ministre de l’économie, Bruno Lemaire, adopte un comportement prudent. Il a déjà annoncé qu’il n’était pas question de toucher aux niches concernant les particuliers afin d’éviter de s’exposer à une véritable jacquerie et surtout à une flambée de la fraude et un développement du travail au noir.  Désormais, la bataille va se dérouler avec le patronat qui a été sommé de faire un effort de solidarité avec des propositions concrètes, le gouvernement estimant qu’il avait déjà amélioré suffisamment la fiscalité des entreprises, ce que conteste le patronat qui reste vent debout contre les demandes gouvernementales. Les prochaines semaines vont donner lieu à des négociations difficiles. Le ministre de l’économie a déjà réduit ses exigences en signifiant que la réduction des niches n’irait pas jusqu’à combler le trou de cinq milliards engendré par la baisse prévue de l’impôt sur le revenu, mais couvrirait une partie de la facture. Une solution est espérée d’ici le mois de juin. Mais les positions sont suffisamment affirmées pour que l’on risque de recourir une fois de plus à la politique du rabot et peut-être la suppression de quelques niches qui ne rapportaient pratiquement rien au budget de l’Etat. Un résultat qui confirmerait l’impossibilité d’engager de véritable réforme de fond dans ce pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 03/05/2019 - 18:58
Je remarque quand meme que la montée au creneau
Est beaucoup plus forte dés qu'on touche aux niches fiscales des entreprises. Si ça n'avait touché que les particuliers, les mêmes nous auraient expliqué à quel point cela était frappé du coin du bon sens.
ajm
- 03/05/2019 - 17:32
La niche des niches.
La plus grande niche fiscale dont on ne veut pas parler et qui grimpe constamment est l'immense noria de prestations sociales , allocations familiales et assimilées, aides au logement, y compris loyers subventionnés ( un hlm dans un beau quartier de Paris: 4 pieces à quelques centaines d'euros contre 3 ou 4 mille euros au prix de marché), aides communales diverses ( cantines presque gratuites pour les enfants, tarifs de crèche insignifiants. ..) . Ces aides et allocations non seulement ne sont pas imposables mais ne sont même pas déclarables. Aucun organisme publique en France n'est capable simplement de savoir ce que touche au total en aides publiques directes et indirectes une personne ou un ménage. Ces sommes représentent au total bien plus que le produit de l'IRPP ou même de la monstrueuse CSG qui augmente chaque année.
zen aztec
- 03/05/2019 - 15:14
@Forbane
D'autant qu'ils ne subiront pas la concurrence extèrieure