En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 14 min 33 sec
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 1 heure 1 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 8 heures 55 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 20 heures 23 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 23 heures 23 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 40 min 37 sec
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 8 heures 6 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 8 heures 42 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 19 heures 28 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 22 heures 42 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 23 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Dépôt de bilan

Ce que révèle l’épargne record des Français

Publié le 30 avril 2019
Selon les données publiées par la Caisse des dépôts, en mars, les dépôts nets sur le livret A ont frôlé les deux milliards d'euros. Les mesures du Président de la République ne semblent pas pousser les Français à consommer ou à investir.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les données publiées par la Caisse des dépôts, en mars, les dépôts nets sur le livret A ont frôlé les deux milliards d'euros. Les mesures du Président de la République ne semblent pas pousser les Français à consommer ou à investir.

Atlantico : Selon les données publiées par la Caisse des dépôts, en mars, les dépôts nets sur le livret A ont frôlé les deux milliards d'euros et de manière plus générale, l’épargne sûre est toujours plébiscitée par les Français. Comment expliquer cette propension des Français à épargner ?

Michel Ruimy : Concernant le livret A, bien qu’il soit mal rémunéré à 0,75% - jusqu’au début 2020 -, et que ce taux de rémunération soit largement inférieur à celui de l’inflation qui est de l’ordre de 1,8%, il est le produit d’épargne préféré des Français.

C’est d’autant plus surprenant qu’il manque 1% pour couvrir l’inflation c’est-à-dire pour qu’il ne fasse pas perdre de pouvoir d’achat aux épargnants ! Ce point de taux d’intérêt sur les 360 milliards d’euros placés sur ces livrets représente une perte d’environ 3,6 milliards d’euros de pouvoir d’achat pour les Français.

Plus largement, cette propension à épargner peut s’expliquer, de manière structurelle, par le fait que les Français sont très attachés, en matière de placements financiers, à la sécurité - garantie en capital - et à la liquidité - possibilité de retirer aisément son argent.

Or, il y a une raréfaction des produits qui présentent de telles qualités excepté le Livret A. En effet, les fonds euros de l’assurance-vie, également garantis, ont rapporté grosso modo 1,5% en moyenne l’an passé. Mais ce rendement est fiscalisé et tous les contrats ne proposent pas, loin de là, un tel rendement. Enfin, certains plans d’épargne logement et livrets bancaires sont peu intéressants.

Pour obtenir une rémunération supérieure, les épargnants sont aujourd’hui contraints de prendre des risques, ce que rechignent encore à faire une majorité de Français. Dans cet environnement de taux bas, selon la Banque de France, près de 40% des flux de placements végètent sur les comptes bancaires courants(plus de 410 milliards d’euros).

Sur ces facteurs structurels se greffent des raisons de nature plus conjoncturelle. Plus récemment, cette tendance a été renforcée par le fait que la prime touchée par les Français à la faveur de la crise des « gilets jaunes » - 450 euros en moyenne versée par leur entreprise - et les acomptes pour les réductions d’impôts dans le cadre des prélèvements à la source ont été, en partie, placée sur le livret A, par précaution.

Ce comportement montre que les français sont inquiets de l’environnement économique et des incertitudes qui pèsent sur les placements boursiers. Le Livret A malgré son faible rendement demeure ainsi une épargne de précaution flexible, liquide et défiscalisée.

Les mesures d’Emmanuel Macron destinées à doper le pouvoir d’achat n’ont, du coup, pas poussé les Français à investir mais à épargner. N’est-ce pas là un échec pour le gouvernement qui eut faire repartir la consommation des ménages ?

Le problème majeur posé par les montants placés sur le Livret A, et par l’épargne d’une manière générale, est que ceux-ci ne circulent pas dans l’économie. Pourtant, c’était l’objectif des primes versées par les entreprises à la demande du gouvernement. Ainsi, malgré les incitations politiques, le comportement des Français en matière d’épargne n’a pas changé depuis plus d’1 an.

Les mesures initiées par Emmanuel Macron seraient, ainsi, à première vue, un échec. Mais, il faut attendre 2020 c’est-à-dire une année pleine, pour pouvoir tirer pleinement les conséquences de ces mesures.

Pour l’instant, on constate que les Français, avec leurs voisins allemands, comptent parmi les plus importants épargnants d’Europe. Outre les motifs d’ordre culturel, ce comportement d’épargne est lié aussi, de manière marginale, à la conjoncture économique.

Ensuite, le taux d’épargne élevé dans l’Hexagone s’explique par un recours assez peu fréquent au crédit, en particulier au crédit à la consommation. Contrairement aux Anglo-Saxons qui le plébiscitent, les Français préfèrent financer leurs projets en épargnant. On décèle ainsi un comportement d’épargnant basé sur la prudence.

Cette prudence s’est renforcée depuis la crise des subprimes (2007) et a eu un impact direct sur le choix des supports d’épargne. Certes, les Français sont historiquement des épargnants massifs, mais ils plébiscitent désormais les supports les moins risqués.

Il faut enfin noter que le taux d’épargne élevé en France s’explique également par l’existence du système de retraite par répartition. Il assure aux seniors un minimum de revenus leur permettant généralement de continuer à épargner (même si la situation s’est dégradée au cours des dernières années) : une situation inhabituelle, comparée à celle des populations âgées d’autres pays.

En fait, la problématique d’Emmanuel Macron est de réussir à démontrer, dans une certaine mesure, que l’épargne n’est pas une vertu mais un vice et, par la suite, de convaincre ses concitoyens de consommer ou d’investir en Bourse plutôt que d’épargner.

Ce constat ne devrait-il pas inciter le gouvernement à changer de stratégie ? Que faire pour faire concrètement repartir l’investissement ?

L’investissement est un poste de dépense fondamental pour relancer la croissance à court terme et créer des emplois.

Plus que le gouvernement, la situation actuelle devait inciter les ménages et les entreprises à se tourner vers des placements financiers risqués qui, outre une meilleure rémunération de leur épargne, faciliterait le financement de l’économie.

Quant à la relance de l’investissement, elle pourrait passer par plusieurs axes d’orientation.

Tout d’abord, ouvrir les plans d’épargne en actions (PEA) aux jeunes non-contribuables pour les familiariser avec l’investissement en actions.

Ensuite, créer un plan de transmission générationnelle d’actions pour encourager la donation d’actions et le maintien de l’investissement en actions par les donataires et héritiers.

Enfin, encourager les entreprises françaises à relancer l’actionnariat salarié.

Il s’agit de donner un signal fort et d’encourager les épargnants à investir dans les fonds propres de nos entreprises dans une perspective de long terme. Seul un engagement dans la durée des investisseurs assurera la pérennité de la structure du capital de nos entreprises, leur capacité à mener une stratégie de long terme et leur attachement aux intérêts français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

La réaction de la femme de Griveaux

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 01/05/2019 - 10:29
Livret A
Le livret A est de l'épargne de précaution pour la plupart des gens. Cette épargne doit donc être disponible. Avec les actions il faut du temps. Quand la bourse baisse il faut le temps que ça remonte (quand ça remonte). Il s'agit donc d'un autre type d'épargne. Et si on veut que ça rapporte il faut acheter et vendre au bon moment. Il faut s'en occuper. Et rien n'est certain.
Ajoutons qu'à force de taxer (CSG, prélèvements libératoire ou IR) les produit des placements cela ne fait plus grand chose à l'arrivée. On en revient toujours au même, trop de taxes.
ajm
- 01/05/2019 - 00:32
Les hommes politiques ne donnent pas l'exemple.
Quand on regarde où investissent les hommes politiques on y trouve beaucoup d'immobilier, de l'assurance vie ( investie en OAT ) et des comptes sur livret. Pratiquement pas d'actions , mêmes à travers des sicav etc..
GP13
- 30/04/2019 - 12:14
Il n' y a pas de mystère
Mon banquier m'a toujours déconseillé d'acheter des actions. Il ajoutait : si vous n'êtes pas à 10000 euros près, allez y ......
Tous ceux de mon entourage qui ont tenté le marché des actions, ont été lessivés et ont quasiment tout perdu.
Le financement de l'industrie a été dévoyé par une financiarisation manipulée par des très très riches, initiés de surcroît, et experts à plumer les naïfs qui suivent leurs conseils.