En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 2 heures 32 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 5 heures 2 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 7 heures 29 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 8 heures 14 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 9 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 11 heures 23 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 11 heures 58 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 2 heures 50 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 7 heures 6 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 7 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 8 heures 53 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 10 heures 47 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 11 heures 30 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 12 heures 11 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 13 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Dépôt de bilan

Ce que révèle l’épargne record des Français

Publié le 30 avril 2019
Selon les données publiées par la Caisse des dépôts, en mars, les dépôts nets sur le livret A ont frôlé les deux milliards d'euros. Les mesures du Président de la République ne semblent pas pousser les Français à consommer ou à investir.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les données publiées par la Caisse des dépôts, en mars, les dépôts nets sur le livret A ont frôlé les deux milliards d'euros. Les mesures du Président de la République ne semblent pas pousser les Français à consommer ou à investir.

Atlantico : Selon les données publiées par la Caisse des dépôts, en mars, les dépôts nets sur le livret A ont frôlé les deux milliards d'euros et de manière plus générale, l’épargne sûre est toujours plébiscitée par les Français. Comment expliquer cette propension des Français à épargner ?

Michel Ruimy : Concernant le livret A, bien qu’il soit mal rémunéré à 0,75% - jusqu’au début 2020 -, et que ce taux de rémunération soit largement inférieur à celui de l’inflation qui est de l’ordre de 1,8%, il est le produit d’épargne préféré des Français.

C’est d’autant plus surprenant qu’il manque 1% pour couvrir l’inflation c’est-à-dire pour qu’il ne fasse pas perdre de pouvoir d’achat aux épargnants ! Ce point de taux d’intérêt sur les 360 milliards d’euros placés sur ces livrets représente une perte d’environ 3,6 milliards d’euros de pouvoir d’achat pour les Français.

Plus largement, cette propension à épargner peut s’expliquer, de manière structurelle, par le fait que les Français sont très attachés, en matière de placements financiers, à la sécurité - garantie en capital - et à la liquidité - possibilité de retirer aisément son argent.

Or, il y a une raréfaction des produits qui présentent de telles qualités excepté le Livret A. En effet, les fonds euros de l’assurance-vie, également garantis, ont rapporté grosso modo 1,5% en moyenne l’an passé. Mais ce rendement est fiscalisé et tous les contrats ne proposent pas, loin de là, un tel rendement. Enfin, certains plans d’épargne logement et livrets bancaires sont peu intéressants.

Pour obtenir une rémunération supérieure, les épargnants sont aujourd’hui contraints de prendre des risques, ce que rechignent encore à faire une majorité de Français. Dans cet environnement de taux bas, selon la Banque de France, près de 40% des flux de placements végètent sur les comptes bancaires courants(plus de 410 milliards d’euros).

Sur ces facteurs structurels se greffent des raisons de nature plus conjoncturelle. Plus récemment, cette tendance a été renforcée par le fait que la prime touchée par les Français à la faveur de la crise des « gilets jaunes » - 450 euros en moyenne versée par leur entreprise - et les acomptes pour les réductions d’impôts dans le cadre des prélèvements à la source ont été, en partie, placée sur le livret A, par précaution.

Ce comportement montre que les français sont inquiets de l’environnement économique et des incertitudes qui pèsent sur les placements boursiers. Le Livret A malgré son faible rendement demeure ainsi une épargne de précaution flexible, liquide et défiscalisée.

Les mesures d’Emmanuel Macron destinées à doper le pouvoir d’achat n’ont, du coup, pas poussé les Français à investir mais à épargner. N’est-ce pas là un échec pour le gouvernement qui eut faire repartir la consommation des ménages ?

Le problème majeur posé par les montants placés sur le Livret A, et par l’épargne d’une manière générale, est que ceux-ci ne circulent pas dans l’économie. Pourtant, c’était l’objectif des primes versées par les entreprises à la demande du gouvernement. Ainsi, malgré les incitations politiques, le comportement des Français en matière d’épargne n’a pas changé depuis plus d’1 an.

Les mesures initiées par Emmanuel Macron seraient, ainsi, à première vue, un échec. Mais, il faut attendre 2020 c’est-à-dire une année pleine, pour pouvoir tirer pleinement les conséquences de ces mesures.

Pour l’instant, on constate que les Français, avec leurs voisins allemands, comptent parmi les plus importants épargnants d’Europe. Outre les motifs d’ordre culturel, ce comportement d’épargne est lié aussi, de manière marginale, à la conjoncture économique.

Ensuite, le taux d’épargne élevé dans l’Hexagone s’explique par un recours assez peu fréquent au crédit, en particulier au crédit à la consommation. Contrairement aux Anglo-Saxons qui le plébiscitent, les Français préfèrent financer leurs projets en épargnant. On décèle ainsi un comportement d’épargnant basé sur la prudence.

Cette prudence s’est renforcée depuis la crise des subprimes (2007) et a eu un impact direct sur le choix des supports d’épargne. Certes, les Français sont historiquement des épargnants massifs, mais ils plébiscitent désormais les supports les moins risqués.

Il faut enfin noter que le taux d’épargne élevé en France s’explique également par l’existence du système de retraite par répartition. Il assure aux seniors un minimum de revenus leur permettant généralement de continuer à épargner (même si la situation s’est dégradée au cours des dernières années) : une situation inhabituelle, comparée à celle des populations âgées d’autres pays.

En fait, la problématique d’Emmanuel Macron est de réussir à démontrer, dans une certaine mesure, que l’épargne n’est pas une vertu mais un vice et, par la suite, de convaincre ses concitoyens de consommer ou d’investir en Bourse plutôt que d’épargner.

Ce constat ne devrait-il pas inciter le gouvernement à changer de stratégie ? Que faire pour faire concrètement repartir l’investissement ?

L’investissement est un poste de dépense fondamental pour relancer la croissance à court terme et créer des emplois.

Plus que le gouvernement, la situation actuelle devait inciter les ménages et les entreprises à se tourner vers des placements financiers risqués qui, outre une meilleure rémunération de leur épargne, faciliterait le financement de l’économie.

Quant à la relance de l’investissement, elle pourrait passer par plusieurs axes d’orientation.

Tout d’abord, ouvrir les plans d’épargne en actions (PEA) aux jeunes non-contribuables pour les familiariser avec l’investissement en actions.

Ensuite, créer un plan de transmission générationnelle d’actions pour encourager la donation d’actions et le maintien de l’investissement en actions par les donataires et héritiers.

Enfin, encourager les entreprises françaises à relancer l’actionnariat salarié.

Il s’agit de donner un signal fort et d’encourager les épargnants à investir dans les fonds propres de nos entreprises dans une perspective de long terme. Seul un engagement dans la durée des investisseurs assurera la pérennité de la structure du capital de nos entreprises, leur capacité à mener une stratégie de long terme et leur attachement aux intérêts français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 01/05/2019 - 10:29
Livret A
Le livret A est de l'épargne de précaution pour la plupart des gens. Cette épargne doit donc être disponible. Avec les actions il faut du temps. Quand la bourse baisse il faut le temps que ça remonte (quand ça remonte). Il s'agit donc d'un autre type d'épargne. Et si on veut que ça rapporte il faut acheter et vendre au bon moment. Il faut s'en occuper. Et rien n'est certain.
Ajoutons qu'à force de taxer (CSG, prélèvements libératoire ou IR) les produit des placements cela ne fait plus grand chose à l'arrivée. On en revient toujours au même, trop de taxes.
ajm
- 01/05/2019 - 00:32
Les hommes politiques ne donnent pas l'exemple.
Quand on regarde où investissent les hommes politiques on y trouve beaucoup d'immobilier, de l'assurance vie ( investie en OAT ) et des comptes sur livret. Pratiquement pas d'actions , mêmes à travers des sicav etc..
GP13
- 30/04/2019 - 12:14
Il n' y a pas de mystère
Mon banquier m'a toujours déconseillé d'acheter des actions. Il ajoutait : si vous n'êtes pas à 10000 euros près, allez y ......
Tous ceux de mon entourage qui ont tenté le marché des actions, ont été lessivés et ont quasiment tout perdu.
Le financement de l'industrie a été dévoyé par une financiarisation manipulée par des très très riches, initiés de surcroît, et experts à plumer les naïfs qui suivent leurs conseils.