En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 2 heures 23 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 3 heures 54 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 8 heures 52 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 9 heures 54 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 2 heures 12 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 3 heures 11 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 8 heures 19 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 8 heures 57 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 9 heures 27 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 10 heures 33 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 11 heures 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 11 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Choix cornélien

0,4 % pour la dette à 10 ans : jamais la France ne s’est endettée pour si peu.

Publié le 29 avril 2019
Alors : faut-il s’embêter pour augmenter les impôts et réduire les dépenses publiques, ou bien s’endetter plus et en profiter, ou encore diminuer le déficit grâce à la baisse des taux ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors : faut-il s’embêter pour augmenter les impôts et réduire les dépenses publiques, ou bien s’endetter plus et en profiter, ou encore diminuer le déficit grâce à la baisse des taux ?

0,4% : jamais dans son histoire, la France ne s’est endettée à si bon compte, avec pourtant un ratio dette publique sur PIB proche de 100%. Quelle étrange leçon ! S’endetter plus et payer moins ? Mieux ou pire : s’endetter plus, pour payer moins ? Nous vivons le record français de taux bas. Oubliés les 5% du XVIIème, les 4% du XIXème, puis de nouveaules 5% du XXème, hors guerres et crises bien sûr. Oublié le 17% de 1981, avec François Mitterrand. Mais nous ne sommes pas seuls : ce phénomène de baisse se retrouve partout. On a près de 0% en Allemagne, pour un pays où la dette atteint 63% du PIB, et moins de 0%% au Japon, où elle monte à 253% du PIB ! Oubliés aussi, aux États-Unis, les 15% de la grande inflation de 1980 : nous voilà revenus au plus bas des années 1940. Et pourtant, aux États-Unis, même en haut de cycle, le déficit public augmente !

Partout dans le monde, les déficits publics montent et les taux restent très bas ! On peut s’en inquiéter, ou en profiter, ou encore en profiter et souffrir, autrement dire faire quand même des efforts pour réduire ce déficit, en taxant plus et/ou en dépensant moins ! Que choisir ?

S’en inquiéter ? Voilà que la finance pousse encore au crime, pas simplement en le finançant, mais en le finançant moins cher ! C’est le nouveau souci des économistes, notamment à la Banque des Règlements Internationaux et au Fonds Monétaire International : ils ne comprennent plus ce qui se passe.Leur rôle est traditionnellement d’aider à la croissance, en prévenant des risques qui pourraient naître par des excès de dette. Mais que dire quand la tendance est à la montée des déficits et des dettes, alors que les taux restent à des minima historiques !

En profiter, c’est ce que font les dirigeants politiques !Donald Trump ouvre la voie, avec un déficit qui passe de 3,2% du PIB avec Obama à 3,5 puis 3,8% avec lui, en attendant 3,9%, pour soutenir la croissance, et assurer sa réélection. La Banque centrale (la Fed), avec son programme d’achat de bons du trésor pour faire baisser les tauxdans la crise,a aidé. Et voilàqu’elle vient d’en arrêter les cessions, pour ne pas faire monter les taux longs, et de faire une « pause » sur la remontée des taux courts. Dans son sillage, mais en pire, le Japon suit avec un déficit budgétaire de 4,5% du PIB qu’il finance avec des bons du trésor qui se placent, auprès des seuls Japonais et sans espoir d’être remboursés,à des taux négatifs !

En profiter, c’est ce que proposent tous les partis d’opposition, à gauche ou à droite !A droite, on l’a vu et on le voit en Italie, où l’opposition venue au pouvoir ne tient pas beaucoup comptedes remontrances budgétaires de la Commission européenne. Inquiète un temps, quand les taux grimpaient à 3,7% fin novembre, la voilà un peu plus sereine aujourd’hui, quand ils sont à 2,7%, avec un déficit quipasserait de 2,4 à 2,1% du PIB, mais avec un ratio dette/PIB à 132%. Rien n’est dit, quand même. A gauche, aux États-Unis, les Démocrates-Socialistes (comme ils se nomment) envisagent de creuser le déficit pour la santé et l’éducation gratuites, sans oublier la rénovation des structures publiques et l’oubli des dettes des étudiants. Bien sûr, ils demanderont aux «riches » de contribuer, mais ceci ne suffira pas !

En profiter et souffrir, c’est ce qui se passe en France !En profiter d’abord : au terme du premier trimestre 2019, l’AFT (Agence France Trésor) a levé 78 milliards d’euros de dette à moyen et long termes sur un programme annuel de 200, soit 38,8 % contre 34% en moyenne pour un même laps de temps sur la période 2015 - 2018. Mieux encore, le taux moyen obtenu s’est élevé à 0,42 % à fin mars 2019, contre 0,53 % sur l’année 2018. Et ce n’est pas fini ! L’endettement public devrait grimper de 98,4 % du PIB en 2018 à 98,7 % en 2020 selon Bercy, mais « en même temps » la charge d’intérêt baisser de 1,7 % du PIB à 1,5 % en 2019 et 2020. Le coût de financement devrait être de 37,2 milliards en 2020, contre 44,7 milliards prévus : une « économie » de 7 milliards ! Et la Banque de France parle, pour 2021, de 32 milliards !

Souffrir ensuite :la France s’est engagée à un déficit à 1,2% du PIB fin 2022 et à un ratio dette publique sur PIB à 96,8%, avec économies et privatisations. Pourquoi donc ?Les privatisations devraient financer des programmes de soutien à l’innovation, grâce à la Française des Jeux et aux Aéroports de Paris. On comprend les raisons : trouver des ressources. On entend les critiques : perdre des ressources !Pourquoi donc, si ces programmes rapportent 5% au moins, se mettre en trouble politique, quand le gain sera au moins dix fois le coût !

Il est difficile de bien utiliser ce « déficit budgétaire sans pleur ».Plutôt que se demander si ce qui se passe va durer, il faut analyser d’où vient cette baisse des taux. Mercià la Banque centrale européenne qui détient 19% de la dette français de la garder, mais ce n’est pas éternel. Merci aux banques et institutions de la zone euro, qui en ont plus du quart. Merci plus encore aux assureurs français qui en ont 19,5%, et qui se font critiquer par leurs clients pour leur offrir des rendements plus faibles d’année en année !  Merci aux banques françaises pour les 6,5% qu’elles ont ! Mais regardons aussi les parts faibles de l’Asie (6,9%), del’Europe hors zone euro (4,6%) et de l’Amérique (4,9%). L’internationalisation de la dette française a ses limites, quand elle est payée six fois moins que l’américaine !

Donc, mieux vaut poursuivre comme annoncé notre politique de diminution de l’endettement, et profiter de la baisse de son coût pour réduire davantage notre déficit budgétaire, grâce aux« dividendes de la baisse des taux » !  Nous sommes au plus bas. Il faut en même temps moderniser notre fonction publique pour qu’elle soit plus efficace et moins chère : plus moderne. Ces taux d’intérêt bas viennent des États-Unis et des politiques monétaires, partout, pas éternels. La fameuse Modern Monetary Theory est la simple conséquence mathématique de ce qui se passe, sans dire que tout dépend de l’achat de bons du trésor en dollar et en euro, donc du dollar et de l’euro. Résistons à la facilité de s’endetter aujourd’hui plus pour pas cher, investissons et formons pour produire mieux et moins cher, après-demain !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 30/04/2019 - 07:07
Well,
On en parle que des interets, what about the principal?
jurgio
- 29/04/2019 - 15:13
« Profitons-en ! »
« Cela durera autant que nous, les imbéciles qui auront pris notre place paieront au prix fort ! » Faire de la politique, en France, est facile et bénéfique.
hoche38
- 29/04/2019 - 14:34
Tout va bien!
Le cadavre glisse tranquillement au fil de l'eau et notre classe dirigeante a encore du bon temps devant elle.