En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 12 min 40 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 58 min 54 sec
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 1 heure 27 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 16 heures 33 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 17 heures 42 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 20 heures 52 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 22 heures 28 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 jour 11 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 jour 50 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 25 min 59 sec
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 1 heure 11 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 16 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 17 heures 12 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 20 heures 46 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 21 heures 43 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 23 heures 6 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Choix cornélien

0,4 % pour la dette à 10 ans : jamais la France ne s’est endettée pour si peu.

Publié le 29 avril 2019
Alors : faut-il s’embêter pour augmenter les impôts et réduire les dépenses publiques, ou bien s’endetter plus et en profiter, ou encore diminuer le déficit grâce à la baisse des taux ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors : faut-il s’embêter pour augmenter les impôts et réduire les dépenses publiques, ou bien s’endetter plus et en profiter, ou encore diminuer le déficit grâce à la baisse des taux ?

0,4% : jamais dans son histoire, la France ne s’est endettée à si bon compte, avec pourtant un ratio dette publique sur PIB proche de 100%. Quelle étrange leçon ! S’endetter plus et payer moins ? Mieux ou pire : s’endetter plus, pour payer moins ? Nous vivons le record français de taux bas. Oubliés les 5% du XVIIème, les 4% du XIXème, puis de nouveaules 5% du XXème, hors guerres et crises bien sûr. Oublié le 17% de 1981, avec François Mitterrand. Mais nous ne sommes pas seuls : ce phénomène de baisse se retrouve partout. On a près de 0% en Allemagne, pour un pays où la dette atteint 63% du PIB, et moins de 0%% au Japon, où elle monte à 253% du PIB ! Oubliés aussi, aux États-Unis, les 15% de la grande inflation de 1980 : nous voilà revenus au plus bas des années 1940. Et pourtant, aux États-Unis, même en haut de cycle, le déficit public augmente !

Partout dans le monde, les déficits publics montent et les taux restent très bas ! On peut s’en inquiéter, ou en profiter, ou encore en profiter et souffrir, autrement dire faire quand même des efforts pour réduire ce déficit, en taxant plus et/ou en dépensant moins ! Que choisir ?

S’en inquiéter ? Voilà que la finance pousse encore au crime, pas simplement en le finançant, mais en le finançant moins cher ! C’est le nouveau souci des économistes, notamment à la Banque des Règlements Internationaux et au Fonds Monétaire International : ils ne comprennent plus ce qui se passe.Leur rôle est traditionnellement d’aider à la croissance, en prévenant des risques qui pourraient naître par des excès de dette. Mais que dire quand la tendance est à la montée des déficits et des dettes, alors que les taux restent à des minima historiques !

En profiter, c’est ce que font les dirigeants politiques !Donald Trump ouvre la voie, avec un déficit qui passe de 3,2% du PIB avec Obama à 3,5 puis 3,8% avec lui, en attendant 3,9%, pour soutenir la croissance, et assurer sa réélection. La Banque centrale (la Fed), avec son programme d’achat de bons du trésor pour faire baisser les tauxdans la crise,a aidé. Et voilàqu’elle vient d’en arrêter les cessions, pour ne pas faire monter les taux longs, et de faire une « pause » sur la remontée des taux courts. Dans son sillage, mais en pire, le Japon suit avec un déficit budgétaire de 4,5% du PIB qu’il finance avec des bons du trésor qui se placent, auprès des seuls Japonais et sans espoir d’être remboursés,à des taux négatifs !

En profiter, c’est ce que proposent tous les partis d’opposition, à gauche ou à droite !A droite, on l’a vu et on le voit en Italie, où l’opposition venue au pouvoir ne tient pas beaucoup comptedes remontrances budgétaires de la Commission européenne. Inquiète un temps, quand les taux grimpaient à 3,7% fin novembre, la voilà un peu plus sereine aujourd’hui, quand ils sont à 2,7%, avec un déficit quipasserait de 2,4 à 2,1% du PIB, mais avec un ratio dette/PIB à 132%. Rien n’est dit, quand même. A gauche, aux États-Unis, les Démocrates-Socialistes (comme ils se nomment) envisagent de creuser le déficit pour la santé et l’éducation gratuites, sans oublier la rénovation des structures publiques et l’oubli des dettes des étudiants. Bien sûr, ils demanderont aux «riches » de contribuer, mais ceci ne suffira pas !

En profiter et souffrir, c’est ce qui se passe en France !En profiter d’abord : au terme du premier trimestre 2019, l’AFT (Agence France Trésor) a levé 78 milliards d’euros de dette à moyen et long termes sur un programme annuel de 200, soit 38,8 % contre 34% en moyenne pour un même laps de temps sur la période 2015 - 2018. Mieux encore, le taux moyen obtenu s’est élevé à 0,42 % à fin mars 2019, contre 0,53 % sur l’année 2018. Et ce n’est pas fini ! L’endettement public devrait grimper de 98,4 % du PIB en 2018 à 98,7 % en 2020 selon Bercy, mais « en même temps » la charge d’intérêt baisser de 1,7 % du PIB à 1,5 % en 2019 et 2020. Le coût de financement devrait être de 37,2 milliards en 2020, contre 44,7 milliards prévus : une « économie » de 7 milliards ! Et la Banque de France parle, pour 2021, de 32 milliards !

Souffrir ensuite :la France s’est engagée à un déficit à 1,2% du PIB fin 2022 et à un ratio dette publique sur PIB à 96,8%, avec économies et privatisations. Pourquoi donc ?Les privatisations devraient financer des programmes de soutien à l’innovation, grâce à la Française des Jeux et aux Aéroports de Paris. On comprend les raisons : trouver des ressources. On entend les critiques : perdre des ressources !Pourquoi donc, si ces programmes rapportent 5% au moins, se mettre en trouble politique, quand le gain sera au moins dix fois le coût !

Il est difficile de bien utiliser ce « déficit budgétaire sans pleur ».Plutôt que se demander si ce qui se passe va durer, il faut analyser d’où vient cette baisse des taux. Mercià la Banque centrale européenne qui détient 19% de la dette français de la garder, mais ce n’est pas éternel. Merci aux banques et institutions de la zone euro, qui en ont plus du quart. Merci plus encore aux assureurs français qui en ont 19,5%, et qui se font critiquer par leurs clients pour leur offrir des rendements plus faibles d’année en année !  Merci aux banques françaises pour les 6,5% qu’elles ont ! Mais regardons aussi les parts faibles de l’Asie (6,9%), del’Europe hors zone euro (4,6%) et de l’Amérique (4,9%). L’internationalisation de la dette française a ses limites, quand elle est payée six fois moins que l’américaine !

Donc, mieux vaut poursuivre comme annoncé notre politique de diminution de l’endettement, et profiter de la baisse de son coût pour réduire davantage notre déficit budgétaire, grâce aux« dividendes de la baisse des taux » !  Nous sommes au plus bas. Il faut en même temps moderniser notre fonction publique pour qu’elle soit plus efficace et moins chère : plus moderne. Ces taux d’intérêt bas viennent des États-Unis et des politiques monétaires, partout, pas éternels. La fameuse Modern Monetary Theory est la simple conséquence mathématique de ce qui se passe, sans dire que tout dépend de l’achat de bons du trésor en dollar et en euro, donc du dollar et de l’euro. Résistons à la facilité de s’endetter aujourd’hui plus pour pas cher, investissons et formons pour produire mieux et moins cher, après-demain !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 30/04/2019 - 07:07
Well,
On en parle que des interets, what about the principal?
jurgio
- 29/04/2019 - 15:13
« Profitons-en ! »
« Cela durera autant que nous, les imbéciles qui auront pris notre place paieront au prix fort ! » Faire de la politique, en France, est facile et bénéfique.
hoche38
- 29/04/2019 - 14:34
Tout va bien!
Le cadavre glisse tranquillement au fil de l'eau et notre classe dirigeante a encore du bon temps devant elle.