En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Dette et création monétaire

Pourquoi la Banque centrale européenne devrait verser une prime mensuelle à chaque citoyen européen (et non, ça n’est absolument pas de la planche à billets)

Publié le 29 avril 2019
Pour remplacer les niveaux très élevés de dette émise, la BCE pourrait envisager de mettre en place un système de dividende monétaire, plus stable et plus pérenne.
Ancien dirigeant de start-up et de PME, François-Xavier Oliveau accompagne des dirigeants d'entreprises européennes dans leur stratégie et leur transformation. Il s'intéresse aux impacts de la révolution technologique sur l'économie, la société et les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Xavier Oliveau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien dirigeant de start-up et de PME, François-Xavier Oliveau accompagne des dirigeants d'entreprises européennes dans leur stratégie et leur transformation. Il s'intéresse aux impacts de la révolution technologique sur l'économie, la société et les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour remplacer les niveaux très élevés de dette émise, la BCE pourrait envisager de mettre en place un système de dividende monétaire, plus stable et plus pérenne.

Atlantico : Vous proposez dans une étude publiée avec l'Institut Sapiens de donner entre 50 et 100 euros à chaque citoyen européen tous les mois. Qu’est-ce qui motive cette proposition ?

François-Xavier Oliveau : L'idée est de remplacer une partie de la dette que l'on émet aujourd'hui. Actuellement nous équilibrons le niveau des prix en émettant 500 milliards de dette tous les ans en zone euro. C’est beaucoup trop, à titre de comparaison la croissance totale l’année dernière s’est élevée à 200 milliards. Je propose donc de remplacer une partie de cette dette par ce que j'appelle le dividende monétaire, qui est une distribution inconditionnelle et non-remboursable à tous les citoyens de la zone euro. Cela permettrait de rééquilibrer la politique monétaire et d'avoir des taux d'intérêt qui sont à des niveaux de marché.

L'objectif est d'avoir un système économique plus stable et plus pérenne. J’estime qu’on remplacerait de 200 à 400 milliards d’euros de dette par an. La conséquence en serait la distribution d'un montant que j'estime entre 50 et 100 € tous les mois pour chaque Français. Ça n'est donc pas un montant discrétionnaire, c'est le montant nécessaire pour stabiliser le niveau des prix en gardant les taux d'intérêt à un niveau normal.

Concrètement, la BCE remonterait les taux d’intérêt à un niveau qui resterait bas mais serait supérieur à l’inflation, 2 à 3% par exemple. Ensuite, le niveau des prix serait maintenu autour de 1% en émettant plus ou moins de dividende monétaire. Le montant varierait donc d’un pays à l’autre, en fonction de l’économie de chaque pays.

Quand vous dites que l’inflation est une invention, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Une économie qui fonctionne bien est une économie dont les prix baissent. On l'a oublié mais c'est très visible au 19ème siècle. Les prix baissaient sous le régime de l'étalon-or. Jean Fourastié a également étudié 1400 produits et montré que les prix baissaient dans des proportions massives grâce aux progrès techniques.

Le prix du blé a par exemple été divisé par 400 depuis Louis XV, le prix du miroir par 4000 depuis Louis XIV. Tous les prix baissent, notamment ceux des produits manufacturés mais aussi ceux des produits agricoles, et le phénomène s’accélère aujourd’hui avec les nouvelles technologies. La seule raison pour laquelle les prix tels qu'on les voit augmentent c'est parce que l'on créé de la monnaie. Milton Friedman expliquait que l'inflation était un pur phénomène monétaire, c'est vrai.

Les banques centrales provoquent ce phénomène en facilitant la création monétaire. Piketty la qualifie d'ailleurs d'invention du XXème siècle. Avant nous étions sous le régime de l'étalon-or, le seul exemple d'inflation durable historique est entre 1520 et 1650 : les prix ont augmenté de façon considérable en Europe parce que les conquistadors ramenaient de l'or et de l'argent des Amériques. Cela a fait augmenter la quantité de monnaie et donc les prix.

Cette création monétaire capte donc la baisse de prix liée au progrès technologique. Le dividende monétaire, finalement, ne fait que rendre aux consommateurs un pouvoir d’achat dont ils auraient dû bénéficier suite à la baisse des prix, mais qui a été neutralisé par la création monétaire.

L’action de la BCE est d’un côté considérée comme ce qui a sauvé la zone euro après 2008, mais de l'autre comme un perversion du système monétaire avec le "Quantitative Easing". Comment jugez-vous son action ?

En 2009, il ont certainement fait ce qu'il fallait, c’est-à-dire baisser les taux d'intérêt pour sauver le système. Mais la BCE n’a pas réussi ensuite à installer un système pérenne de création monétaire. Le "Quantitative Easing", qui a eu lieu pendant 4 ans n'a pas réussi à relancer l'inflation malgré une injection massive de monnaie.

La BCE ne crée de la monnaie qu'en incitant à l’émission de dette, et elle le fait en cassant les prix, c’est-à-dire les taux d’intérêts. Mais la dette est bien trop importante à l'économie pour servir à stabiliser l'inflation, c'est en effet une perversion de l'utiliser pour cela. La dette doit financer les projets en facturant le bon niveau de risque, pas servir à gérer l’inflation.

Ce que vous reprochez à la BCE peut s'adapter à toutes les Banques Centrales…

Je ne reproche rien la BCE, ils ont réagi avec les outils qu'ils avaient et du mieux qu'ils ont pu. Mais la BCE, comme toutes les autres banques centrales en effet, est aujourd'hui à court d'outils. Toutes les Banques Centrales doivent comprendre que la dette n'est plus le bon moyen pour stabiliser les prix. L’excédent de dette considérable induit des effets pervers sur le niveau des prix des actifs, crée des bulles, fragilise les banques, bref déstabilise l'ensemble du système.

On ne peut pas gérer un phénomène de déflation permanente par l’émission d’une monnaie temporaire, qui est détruite quand elle est remboursée. Mécaniquement, ça ne peut qu’aboutir à une croissance infinie de la dette. Il faut donc créer une monnaie permanente, non remboursable – d’où la proposition du dividende monétaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Du CETA aux particules ultra-fines, comment de vraies questions sanitaires ou environnementales se transforment de plus en plus en peurs irrationnelles

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 29/04/2019 - 19:36
Dividende monétaire.
Les banques centrales en achetant actuellement massivement des dettes publiques et privées perçoivent des intérêts, taxent parfois de surcroît les liquidités du système bancaire déposées chez elles (ce que fait la BCE) réalisent ainsi des profits considérables ( puisque leur refinancement par pure création de monnaie ne leur coûte rien ) qui sont reversés aux états ( impôt sur les sociétés plus dividendes). Ce versement est le dividende monétaire souhaité par l'auteur, il existe donc déjà. Pour l'Etat Français, il représente plusieurs milliards par l'intermédiaire de la Banque de France.
Jardinier
- 29/04/2019 - 18:06
Merci pour cet article,
Même si j'avoue ne pas avoir tout bien saisi, mais savoir que l'inflation n'a pas toujours été la règle et qu'une économie saine est une économie dont les prix baissent est vraiment à rebours de ce que l'on entends généralement.