En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© JAVIER SORIANO / AFP
élections en Espagne
Pedro Sanchez ou l'ébauche de renaissance du PSOE : la gauche française devrait-elle chercher son inspiration au-delà des Pyrénées ?
Publié le 29 avril 2019
Le PSOE, mené par le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez, s'est imposé aux législatives espagnoles avec 29% des voix. Le parti d'extrême-droite Vox fait une perçée en obtenant 24 sièges.
Bernard Bessière, professeur émérite d'Aix-Marseille Université, est spécialiste de l'histoire et de la culture de l'Espagne contemporaine. Il a publié récemment avec Bartolomé Bennassar : Espagne : histoire, société, culture, Paris, La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Bessière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Bessière, professeur émérite d'Aix-Marseille Université, est spécialiste de l'histoire et de la culture de l'Espagne contemporaine. Il a publié récemment avec Bartolomé Bennassar : Espagne : histoire, société, culture, Paris, La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le PSOE, mené par le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez, s'est imposé aux législatives espagnoles avec 29% des voix. Le parti d'extrême-droite Vox fait une perçée en obtenant 24 sièges.

Atlantico : Comment s'explique le regain de popularité du PSOE en Espagne alors qu'un parti comme Podemos n'a pas su convertir les nombreux soutiens dont il disposait ?

Bernard Bessière : Ce regain s'explique d'une part par la perte de crédibilité du PP [Partido Popular, droite] qui a été chassé du pouvoir par une motion de censure inattendue en juin de l'année dernière, motion qui entraîna la démission de Mariano RAJOY, suite à la condamnation pour corruption généralisée de son parti affectant un certain nombre de ses cadres condamnés à des peines de prison [entre 4 ans et... 51 ans !]. D'autre part, l'absence totale d'esprit de dialogue du pouvoir central avec les partisans de l'indépendance catalane avait bloqué la situation. Mais le bon résultat électoral du PSOE s'explique aussi par la stature d'homme d'Etat de Pedro SANCHEZ, qui n'aura pourtant profité que de 10 mois de pouvoir, ces mêmes catalans n'ayant pas voulu voter sa loi de finance en février dernier. Pendant son bref mandat il donna l'impression d'être un leader sérieux, solide, à la fois acceptant de dialoguer avec les indépendantistes catalans mais également ferme sur son refus de permettre la tenue d'un nouveau référendum [illégal] d'autodétermination. De plus, la politique "de gauche" qu'il a brièvement mise en place [lois sociales, revalorisation de 20% du SMIC, accueil des immigrants perdus en Méditerranée, etc.] a réconcilié un électorat populaire parfois désabusé avec une social-démocratie espagnole jusque là souvent taxée de dérive néo-libérale. En contraste, l'autre gauche, plus radicale, incarnée par la coallition Unidas Podemos [leader Pablo IGLESIAS], a connu de graves problèmes internes [guerre des chefs et manque de rigueur dans l'approche catalaniste]. Quant au parti "centriste" Ciudadanos, dirigé par Albert RIVERA, il s'est progressivement droitisé, au point d'envisager une alliance de gouvernement avec le PP et même avec Vox, le nouveau parti néo-franquiste.

Alors que l'Espagne avait jusqu'à là été épargnée par la montée de l'extrême-droite, le parti Vox a réussi une vraie percée lors des élections. Le PSOE peut-il se placer comme alternative "progressiste" contre l'extrême-droite ?

Alors qu'entre 1977 et 2014, les nostalgiques du franquisme s'étaient repliés sur le PP de José Maria AZNAR puis de Mariano RAJOY, elle a créé un nouveau parti en 2014 qui n'avait pourtant obtenu aucun succès électoral jusqu'aux élections autonomiques d'Andalousie de 2018. A ce moment-là, afin de chasser le PSOE du pouvoir à Séville [accusé lui aussi le corruption à travers le scandale du détournement de fonds publics par deux présidents socialistes successifs] la coallition Ciudadanos-PP s'était alliée à Vox qui remporta 13% des voix et se vit offrir plusieurs postes de ministres régionaux. Depuis cette défaite locale, le PSOE, au niveau national, s'est clairement affirmé comme le seul rempart crédible contre le danger d'un retour de la droite extrême, insistant sur le programme électoral de Vox : remise en cause de l'autonomie des régions, haine contre les "rouges" de tout poil, démantèlement des lois progressistes, annulation du mariage pour tous, supression des mesures visant à lutter contre la violence machiste, etc.]

La stratégie de Pedro Sanchez peut-elle servir d'inspiration pour la gauche française ?

Le cas du PSOE est diamètralement opposé à celui du PS français qui a sombré depuis l'élection d'Emmanuel MACRON. En France, aucun leader socialiste ne semble incontestable, et l'effondrement du PS semble durable, alors que SANCHEZ s'est affirmé comme "l'homme de la situation" avec une politique claire, cohérente. Il bénéficie de surcroit d'une bonne image à gauche même si Podemos ne l'épargne pas, mais la situation n'a rien à voir avec la stratégie de guerilla que la France Insoumise mène contre les reliquats du socialisme français.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
07.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Labarthe
- 01/05/2019 - 00:59
Un homme d’Etat?
Sanchez, un homme d’ État....vous plaisantez, En vertu de quoi?...De toutes les augmentations de salaire faites en quelques mois...de toutes ses promesses pour après les Européennes. Par contre on peu reconnaître que c’est un bon stratège politique. Mais attendons de voir comment il va se sortir du piège Podemos. Iglesias va lui faire payer très cher son appui. Tant sur l’importance des très coûteuses mesures sociales qu’il va imposer, que sur l’accueil sans limites des immigrés..sur ce dernier sujet cela va être un incroyable appel d’air.