En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 5 min 4 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 12 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 20 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 26 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 7 heures 56 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 30 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 47 min 26 sec
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 4 heures 41 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 5 heures 45 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 6 heures 47 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 23 min
© GABRIEL BOUYS / AFP
© GABRIEL BOUYS / AFP
Botte secrète

L’effet Ikea du "faites-le vous-même": le Graal des marques de consommation grand public

Publié le 27 avril 2019
L'effort du client peut être vécue comme un expérience gratifiante et devenir une source de motivation d'achat : c'est l'"effet Ikea", du nom de la célèbre marque de meuble suédoise.
Antoine Carton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Carton est chercheur en marketing à l'IRG - Université Paris-Est. Il est également professeur associé à l'Université de Lille et directeur du cabinet d'études marketing Stratecom.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'effort du client peut être vécue comme un expérience gratifiante et devenir une source de motivation d'achat : c'est l'"effet Ikea", du nom de la célèbre marque de meuble suédoise.

Atlantico : Les marques utilisent de plus en plus l' « Ikea Effect », du nom du producteur de meuble, et associent le consommateur à la production du produit. En quoi consiste cet effet ? Comment le mesure-t-on ?

Antoine Carton : L"effet IKEA" est une expression des travaux de Norton et al. qui démontre que l'effort du client peut être vécue comme un expérience gratifiante et devenir une source de motivation d'achat.  Ce qu'on appelle l'"effet Ikea", c'est lorsqu'on fait contribuer le consommateur à la production d'une offre, généralement d'un produit, et qu'il trouve de la valeur au fait de contribuer. Il y a effet ikea quand dans cette coproduction, le consommateur trouve de la valeur. Cette valeur est de nature psychologique mais a un effet assez puissant sur la perception de l'offre. Il y a des études qui montrent par exemple que le consommateur est prêt à vendre plus cher une offre s'il y a contribué, s'il doit la vendre, que s'il n'y a pas contribué, voire même à acheter plus cher une offre pour laquelle il peut contribuer.

Les valeurs qui s'expriment chez le consommateur sont dans un premier temps des valeurs personnelles d'accomplissement de soi, ce qu'on appelle l'effet Lego (être mis au défi et réaliser ce défi), ou encore la satisfaction de construire quelque chose avec ses mains, d'apprendre. Dans une société où l'on est de moins en moins manuel, l'envie de participer et de faire par soi-même est de fait forte.

On a aussi des éléments plus collectifs qui expliquent ce phénomène. Montrer aux autres ce qu'on est capable de faire est une des causes de l'effet Ikea ou permettre des expériences collectives et familiales. Quand le montage d'un meuble Ikea est compliqué, il n'est pas rare de voir des personnes montrer les meubles montés à leur entourage (la garde-robe dans la chambre par exemple), au point même que dans les entretiens que j'ai pu mener, des gens m'ont rappelé des expériences Ikea qui dataient de plus de quinze ans, en m'en parlant comme si c'était arrivé hier. Il y a peu de marques dans le quotidien des consommateurs qui laissent un souvenir aussi fort et durable que celui-là. Il y a peut-être Hermès avec le carré qu'on offre à sa fiancée. Quand on observe le budget de communication Ikea pour obtenir ce souvenir-là, on constate qu'il est modéré comparé à d'autres marques qui ont cette capacité. C'est donc un levier très fort.

A propos de la mesure de cet effet, c'est justement le problème : cela ne se mesure pas facilement. Il y a certes des conditions dans lesquelles cet effet se manifeste. En revanche, on le mesure en fonction de la nature de l'insatisfaction que le modèle de coproduction peut produire. Si la contribution du consommateur est insatisfaisante, si cela ne marche pas, si le produit est cassé, si le consommateur se sent mal accompagné ou s'il estime qu'on lui demande des choses impossibles, là on peut constater que le modèle est mal posé sur la contribution et qu'il n'y a pas d'effet Ikea. Quand "l'effet Ikea" est maitrisé, on observe un renforcement de l'attachement à la marque. D'un autre côté, on mesure cet effet dans l'entreprise en gain de productivité : fondamentalement, il y a transfert d'une valeur de production sur le consommateur et une capitalisation sur ses compétences.

En dehors d'Ikea, quelles applications marketing de cet effet vous semblent les plus emblématiques de cette stratégie ?

On retrouve cet effet Ikea de manière très variée. Je ne suis néanmoins pas certain que toutes les entreprises qui mettent le consommateur à contribution recherchent cet effet. C'est dommage car c'est un vrai levier et je ne suis pas certain que toutes les entreprises s'en rendent compte.

Là où cela marche bien par exemple, ce sont les ateliers de bricolage. Tous les modèles de l'économie de la fonctionnalité où l'on vend des usages plutôt que des produits peuvent utiliser cet effet. Chez Leroy-Merlin par exemple, vous n'achetez pas une perceuse, mais des cours pour apprendre à utiliser la perceuse. Il y a une mise à contribution du consommateur dans son usage.

Autre exemple emblématique : les gâteaux pré-cuisinés, qui sont une déclinaison de la purée mousseline. Dans le self-service, on peut aussi citer Subway, quand on contribue à la composition de son sandwich, dans une moindre mesure. Les devis en ligne aussi parce qu'il y a une compétence technique particulière.

Globalement, on retrouve cet effet quand l'entreprise a réussi à créer le juste équilibre entre le défi proposé au consommateur et ses compétences pour lui permettre une expérience de consommation. Sinon, soit c'est trop facile, le consommateur s'ennuie et cela ne marche pas ; soit c'est trop compliqué, il abandonne et c'est insatisfaisant. Par exemple, une caisse automatique où la pression du temps et la faible complexité des tâches demandées au clients rendent cette expérience peut stimulante.

Que le consommateur accepte d'effectuer une partie du travail normalement réservée à l'entreprise à laquelle il achète un produit semble paradoxal. Quelles sont de fait les limites de cet effet Ikea ? Comment bien utiliser l'effet Ikea dans le cadre d'une stratégie marketing ?

L'intérêt d'une stratégie marketing dans ce sens, c'est de créer du gain de productivité. C'est aussi permettre de rendre les tâches considérées comme basiques auparavant comme des éléments premium, que l'on peut facturer. On peut prendre l'exemple du devis (par exemple pour une cuisine) Ikea. Avant le devis Ikea était fait en compagnie de quelqu'un, maintenant vous le faite seul ou il faut payer Ikea pour avoir un personnel au contact qui fait le devis avec vous.

Le corollaire, c'est que si ce n'est pas maîtrisé, il y a de la destruction de valeur pour l'entreprise. Je reprends l'exemple d'Ikea. S'il y a un manque de maitrise et que votre client qui fait son devis sur un ordinateur passe quatre heures, et c'est quatre personnes de moins qui effectuent la même tâche, des fils d'attentes, etc. Autre destruction de valeur plus indirecte : le bouche à oreilles plus négatif. Voilà l'enjeu pour les entreprises.

La clé de succès d'une telle stratégie, c'est de réussir à jongler entre trois valeurs chez le client : la valeur d'échange (transactionnelle et monétaire), la valeur d'usage (liée à ce que le consommateur va faire du produit) et la valeur de travail (liée à ce qu'il est en capacité de produire). Autrement dit, il faut réussir à jongler entre trois rôles : le rôle de client, de consommateur et de collaborateur temporaire de l'entreprise. Il faut développer un véritable management de l'effort client.

D'abord, en construisant une évolution de rôle du client. Ikea fait cela très bien. C'est totalement scénarisé. Quand vous entrez dans un magasin Ikea, vous entrez comme consommateur, dans le showroom, On vous projette d'abord dans l'usage des produits. Et tout doucement, par des injonctions par information dans le magasin, on va vous orienter vers un rôle de collaborateur partiel. Par exemple, quand vous descendez dans le magasin, vous êtes dans un entrepôt, il n'y a aucun packaging. Le personnel au contact est là pour vous aider à porter des cartons. On n'appelle plus ce que vous allez acheter des produits mais de la marchandise. Cette transition est assez naturelle et simple. C'est un accompagnement vers ce qui vous attend à la maison.

Comme le client devient un collaborateur partiel de l'entreprise, il faut aussi le considérer en tant que tel : il faut presque avoir une politique de ressources humaines du client. Le personnel au contact, doit être doté de compétences managériales. Sur une caisse automatique, il faut que le chef de caisse devienne chef d'équipe. Si, dès qu'il y a un problème, il ou elle fait le travail à votre place, vous êtes vexé, voire humilié et insatisfait, ça toutes les études le montrent. C'est une situation qui est identique dans le cadre du travail. Il faut également accompagner le client par l'information et de la formation du client : il doit comprendre ce qui va se passer et ce qu'on attend de lui, proposer de l'aide. 

Dans ce management de l'effort client, il est impératif de chercher à donner aux clients des degrés de liberté dans la manière dont il réalise les tâches attendues, c'est une source d’appropriation de l'expérience ; sans que ces libertés mettent à défaut le résultat de l'offre coproduite. Sur une caisse automatique, il n'y en a pas. C'est un cas de collaboration sans choix des étapes. Quand on est chez Ikea, on a tous le même mode d'emploi, mais on peut sauter des étapes par exemple. On dose son niveau de difficulté en fonction de ses compétences.

Il est très important de rendre les tâches attendues du client accessible à tous, et de le vérifier (par des études d'accessibilité). Ceci par la vérification du niveau d'expertise et du niveau de ressources (temps, outillage nécessaire, ...). C'est loin d'être neutre car on ne peut pas se permettre d'établir une segmentation client sur la base des compétences que le choix de ciblage d'un tel segment serait inopérant et réducteur.

Enfin, et c'est sans doute là le plus important, le client s'inscrit dans une balance contribution / rétribution et va attendre à ce qu'il y ait un gain (économique, gain de temps, praticité...). Il faut donc donner du sens à sa contribution, et à ses efforts, lui expliquer ce qu'il a à gagner. Ikea a développer le concept de "design démocratique" en expliquant aux clients le "contrat moral" : les gains réalisés sur les efforts de montage des clients permettent de dépenser plus pour l'esthétique et le design des produits et de maintenir des prix accessibles au plus grand nombre, le "deal" du gagnant-gagnant est explicite,. Il faut affirmer le gain lié à l'effort, et s'assurer que ce gain soit perçu par le client comme étant à la hauteur des efforts fournis. Cela nécessité des études consommateurs assez fines. 

"La qualité de vie au travail" des consommateurs est une question  qui s'impose de plus en plus.  Le client est de plus en plus sollicité pour contribuer, participer, coproduire. Néanmoins, cet effet cumulatif et dans certains cas les enjeux financiers pour le client liés à une défaillance de sa contribution (la réalisation d'une cuisine par exemple) construisent des conditions de stress qui peuvent s'apparenter à certaine dimension des risques-psychosociaux. C'est un sujet inhérent à la coproduction du client et qui doit s'inscrire à l'agenda des réflexions  et des études marketing.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Ikea, consommation, ameublement
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kuruzawa
- 27/04/2019 - 16:53
....suite
J'ai oublié à propos d'Amazon,la stratégie pour solliciter l'avis client:Amazon envoie régulièrement des mails relatifs aux questions/réponses en fonction des produits déjà achetés,dès qu'un client sollicite un avis.En dehors des divers gains déjà listés plus haut,on peut trouver des réponses très pertinentes et très utiles sur des points précis (l'expertise...).C'est un véritable plus qui évite d'aller perde son temps sur le web en quête de réponse.En retour,au regard de ce gain,le client se rend facilement disponible pour apporter de l'eau au moulin,en partant du principe que,en coopérant systématiquement,on a toutes les chances de trouver une réponse à son tour.Et ça fonctionne.
kuruzawa
- 27/04/2019 - 16:41
autre exemple:Amazon
Amazon met les clients à contribution via leur expérience client et leur expertise,notamment dans les questions/réponses:le client se rend utile et trouve une satisfaction personnelle en apportant de l'aide via ses réponses à d'autres clients.L'usager d'Amazon s'y retrouve en terme de prix,de choix,de services avantageux et diversifiés,et d'ego en aidant son prochain,ce qui est très valorisant.Bezos lui aussi a tout compris!
Concernant Ikea,l'accent est mis depuis plusieurs années sur le développement durable et l'aide au développement:en insistant sur le bois,sa provenance etc,ainsi que l'usage du bambou,qui se renouvelle rapidement.Quant à l'aide au développement,une petite somme,1€ par exemple,est consacrée à l'aide au développement:là,Ikea communique avec des reportages écrits + photos témoignant de son engagement effectif et concret (en clair,il ne s'agit pas de soutirer de l'argent au client).Ces thématiques sont devenues courantes dans les entreprises-ainsi que celle de la bonne gouvernance-car elles rencontrent un écho réel auprès des consommateurs.
simon.lemerle@gmail.com
- 27/04/2019 - 13:58
Ikea est loin d’être une marque "repère"
Mouais , sauf que je vois pas ce qu'il y a de gratifiant dans le fait de s'acheter des produits merdiques Ikea et le fait de galérer à les monter (enfin quand ils ne se cassent pas au montage). Ikea est aux meubles ce que Bic est aux rasoirs ou aux crayons : jetables , des produits conçus pour ne pas durer ou être remplacés souvent (très souvent), le consumérisme à outrance !!!