En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© ARIS OIKONOMOU / AFP
Ecran de fumée
Emmanuel Macron et l’Europe fantôme
Publié le 26 avril 2019
Cinq mois après le point de départ du mouvement des Gilets jaunes, et dans une séquence intervenant un mois avant les élections européennes, Emmanuel Macron a pu, lors sa conférence de presse de ce 25 avril, annoncer ses mesures et répondre aux questions des journalistes.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cinq mois après le point de départ du mouvement des Gilets jaunes, et dans une séquence intervenant un mois avant les élections européennes, Emmanuel Macron a pu, lors sa conférence de presse de ce 25 avril, annoncer ses mesures et répondre aux questions des journalistes.

Atlantico : Du point de vue de la politique européenne, comment évaluer l'intervention du président de la République ? Ses déclarations annoncent-elles un virage européen de la part d'Emmanuel Macron ?

Christophe Bouillaud : Etant donné qu’il n’a pratiquement rien dit en matière européenne aussi bien dans son propos liminaire que lors des réponses aux questions posées par les journalistes présents, il est difficile d’en juger. Il faut dire que les journalistes présents ont perdu le sens de réalités en posant toute une série de questions portant sur les états d’âme présidentiels qui ont fait perdre du temps sans rien apporter à l’auditeur.

Emmanuel Macron a toutefois évoqué une réforme de l’espace Schengen au détriment des pays qui se refuseraient à accueillir des réfugiés sur leur sol. La provocation à l’égard de Viktor Orban et des alliés parait de bonne guerre, mais elle n’est guère crédible tant les enjeux économiques de la libre circulation dans l’espace Schengen dépassent les simples problèmes migratoires. Et pour obtenir une telle modification des règles Schengen, il faut avoir des alliés. L’allusion à l’écologie au niveau européen est trop incantatoire pour être notée.

Le point le plus intéressant en matière européenne est, sur une question du correspondant de la FAZ, le grand journal conservateur allemand, son admission à demi-mot que les intérêts français et allemands pouvaient parfois ne pas converger dans certains cas pour des raisons économiques.

Plus généralement, tout le contenu et le ton de la conférence de presse peut laisser à penser qu’Emmanuel Macron n’est pas complètement prêt à « mourir pour l’Europe ». Il y a de vraies ambiguïtés par exemple dans le discours qui peuvent laisser à penser que la réduction du déficit public n’est plus l’objectif majeur qu’il a été. Il y a en fait des annonces de dépenses – comme une réduction de l’impôt sur le revenu, face auxquelles les réductions de dépenses – suppression d’organismes publics non précisés par exemple- font pâle figure.

 

Lors du débat télévisé opposant les chefs de partis, François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron, a ciblé Laurent Wauquiez en raison de son alliance européenne avec la CDU de Annegret Kramp Karrenbauer, marquant une rupture de plus en plus profonde entre les exécutifs allemands et français. En quoi l'intervention d'Emmanuel Macron apporte-t-elle une précision sur cette question d'un couple franco-allemand mal en point ?

Il n’y eu aucune précision en dehors de la reconnaissance déjà citée qu’il existe parfois des divergences entre France et Allemagne pour des raisons économiques. Cette conférence de presse, même si elle se tient à moins du mois de la date des élections européennes (le 26 mai), était d’ailleurs intéressante en ce sens que les enjeux européens ou internationaux en ont été presque entièrement absents. Paradoxalement, ce Président si européiste se trouve complètement pris dans une sphère politique franco-française, où tout est apparemment du ressort des autorités françaises et du Président de la République en premier lieu.  Emmanuel Macron a même pris le temps de renvoyer chaque Français à sa propre responsabilité dans l’état du pays, mais il s’est bien gardé de resituer sa propre action présidentielle dans le cadre européen. Il est vrai qu’un « monarque républicain » ne peut pas avouer devant ses sujets qu’il n’est pas totalement maître en ses domaines. Le « bon peuple de France » ne le comprendrait pas. Finalement, ce qu’il y avait de plus européen dans tout ce propos, c’était les drapeaux européens dans la salle…

 

Shahin Vallée, ancien collaborateur d'Emmanuel Macron lors de son passage à Bercy, publiait en ce mois d'avril une tribune dans le Guardian critiquant la stratégie européenne du président, révélant la réalité de fractures internes au camp présidentiel. En quoi Emmanuel Macron a-t-il ici apporté une réponse à ces inquiétudes ?

Autant que je puisse en juger pour n’avoir à disposition que l’aspect public de cette conférence de presse, Emmanuel Macron n’a répondu en rien à ces inquiétudes. Par contre, mon impression est qu’il a « pris ses pertes ». Il admet que l’Allemagne n’est pas un partenaire facile, et que la France peut être en minorité au sein de l’Union européenne. C’est bien sûr du simple réalisme, puisque ce sont là des faits publics. Il lui reste toutefois à définir une ligne de conduite pour l’avenir, ou, tout au moins, à la formuler publiquement si nécessaire. Cela n’a pas été le cas ce soir. Mais, de toute façon, je ne crois pas que les électeurs attendent une telle vision, leurs demandes sont plus directes et prosaïques. N’oublions pas que cette conférence de presse était la conclusion du « Grand débat » de la part d’Emmanuel Macron. Or, dans ce dernier, comme d’ailleurs dans les revendications des Gilets jaunes, les questions directement européennes sont très peu présentes. Il y aura sans doute d’autres occasions pour Emmanuel Macron de se donner une doctrine européenne.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
03.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
07.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 26/04/2019 - 11:06
CETA
je me suis opposé au CETA et alors c est quoi la suite
que des mots
je suis contre les travailleurs détachés et alors c est quoi la suite
je suis pour une Europe fiscale et sociale et alors c est quoi la suite
je suis pour une défense européenne alors c est quoi la suite
je suis pour des frontières française alors c est quoi la suite
en résumé que des incantations sans aucunes perspectives de réalisations
Ganesha
- 26/04/2019 - 10:48
Pas de Panique !
Ce jeudi soir, il y a donc eu une ''conférence de rédaction'' chez Atlantico, et la consigne de Mr. Ferjou a été claire : ''on va se montrer modérément critiques''.
En attendant les résultats des premiers sondages ?

La situation est pourtant évidente : cette ''conférence de presse'' marque la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.
Notre playboy présidentiel ne regrette rien, n'a rien compris !
Il nous a fait le ''coup de Georges Marchais'' : le Bilan Globalement Positif !

J'ai fait les ''bonnes réformes'', et les premiers résultats apparaissent...

Atlantico va donc prochainement recevoir les nouvelles instructions de l'Oligarchie : un ''accord de gouvernement a été conclu avec Marine Le Pen''.

Il va alors falloir faire preuve de calme, de patience et de persuasion pour rassurer les nombreux abonnés, atteints de démence sénile, qui vont nous faire des ''crises de panique'' !