En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

03.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

04.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 14 min 30 sec
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 1 heure 18 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 16 heures 14 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 17 heures 54 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 19 heures 2 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 1 jour 18 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 1 jour 46 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 54 min 17 sec
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 15 heures 30 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 17 heures 7 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 18 heures 38 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 20 heures 46 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 23 heures 40 sec
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 23 heures 52 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 1 jour 35 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
© Reuters
L'Armée de réserve

Travailler plus pour payer moins d’impôt ? Pourquoi pas… Mais y a-t-il assez de travail pour le faire ?

Publié le 23 avril 2019
Suite à l'annulation de l'allocution présidentielle initialement prévue pour le 15 avril, annulée en raison de l'incendie de la cathédrale Notre Dame, certaines informations concernant le contenu des propositions formulées par Emmanuel Macron ont fuité dans la presse.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à l'annulation de l'allocution présidentielle initialement prévue pour le 15 avril, annulée en raison de l'incendie de la cathédrale Notre Dame, certaines informations concernant le contenu des propositions formulées par Emmanuel Macron ont fuité dans la presse.

Atlantico: Parmi ces proposition figurent l'allongement de la durée du travail, soit en supprimant des jours fériés, un report de l'âge de la retraite, ou un allongement pur et simple de la durée hebdomadaire du travail. Comment justifier une telle proposition dans le contexte actuel ?

Nicolas Goetzmann : Emmanuel Macron et le gouvernement peuvent justifier politiquement une telle mesure sur l’angle déjà utilisé par Nicolas Sarkozy il y a maintenant 10 ans : “travailler plus pour gagner plus”. Or, la subtilité ici est plutôt de proposer de travailler plus pour payer moins d’impôts, l’allongement de la durée du travail étant considérée comme la contrepartie demandée contre la baisse des impôts dont bénéficieront les classes moyennes. C’est un argument politique qui entre en résonance avec l’idée assez largement partagée dans l’opinion que les Français ne travaillent pas suffisamment.  

D’un point de vue théorique, ce qui est recherché par le gouvernement, c’est donc l’accroissement du nombre d’heures travaillées en France. Le problème ici, c’est que le pays dispose d’ores et déjà d’un potentiel d’heures non travaillées qui est très important, c’est ce que montrait l’INSEE dans une publication de ce mois d’avril 2019, qui expose le taux de sous utilisation de la main d’oeuvre dans l’Union européenne, dont la France (ce taux est proche de 17% de la population active en France).  

 

Il est donc difficile de considérer que la France doit travailler plus alors qu’il existe une forte proportion de la population qui n’est pas “utilisée”, soit au travers du chômage, du temps partiel, du sous-emploi etc. On pourrait très bien justifier une telle position sur le taux d’emploi était à un niveau de rupture, mais le fait est que cela n’est pas du tout le cas. La justification est donc à chercher ailleurs. Dans une économie ou la sous utilisation de la main d’oeuvre est aussi intense que celle-ci, un allongement de la durée du travail aura simplement pour effet d’abaisser son coût pour les employeurs qui, toujours dans un contexte de chômage de masse, conservent un pouvoir de négociation bien supérieur à celui dont disposent les salariés. C’est donc plutôt un écrasement du coût du travail qui est recherché par une telle mesure, plutôt qu’une volonté de mieux récompenser le travail des salariés Français. La “valeur travail” peut donc être invoquée, mais le résultat ne peut être à la hauteur des attentes.

Quelle serait le moyen de rendre une telle mesure la plus efficace possible, aussi bien pour les Français que pour le pays ?

Un accroissement du nombre d’heures travaillées dans un contexte de plein emploi peut avoir des effets très favorables. Dans un premier temps, et en considérant que le plein emploi permet d’équilibrer les rapports de force dans les négociations entre salariés et employeurs, nous pouvons déjà considérer que seuls les salariés qui le souhaitent travailleront plus. Le pouvoir de négociation offre une liberté supplémentaire aux salariés. Dans un second temps, une augmentation du nombre d’heures travaillées, pour ceux qui le souhaitent, dans un contexte de plein emploi, est une assurance pour une progression des revenus du salarié, en suivant la logique du “travailler plus pour gagner plus”.

Reste donc à savoir comment faire pour que le pays se retrouve dans une situation de plein emploi, pour qu’une telle mesure puisse profiter à tout le monde. Et là, on en revient plutôt à un raisonnement macroéconomique, dont le diagnostic peut se baser sur le graphique concernant la sous utilisation du travail en Europe cité précédemment. Ce graphique montre que la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, sont parmi les pays les plus touchés par cette sous utilisation du travail, mais que l’ensemble européen est également touché dans une large mesure, soit 15% de la population active sous-utilisée. Nous avons ici une image de ce qui est le potentiel d’offre de travail en Europe, que la demande ne parvient pas à absorber, parce que celle ci est trop faible. Une relance de la demande en Europe, par la voie monétaire (par le biais d’un mandat de plein emploi pour la BCE par exemple), et complétée par un aspect budgétaire (la zone euro affiche un déficit public de 0.5% alors que les Etats-Unis sont à 5%, ce qui peut donner une idée de la “place” dont disposent les européens pour agir de cette manière),  permettrait d'absorber une large part de cette sous utilisation du travail en Europe. Ce qui donne aussi une idée du potentiel inexploité en Europe, et en France. Nos capacités de générer de la croissance sont fortes, et il suffirait d’une refonte de l’approche macroéconomique européenne pour que ce potentiel se réalise.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 23/04/2019 - 13:07
Travailler plus
Pour gagner plus cela peut intéresser des salariés. Mais pour gagner la même chose avec la vague promesse d'une baisse d'impôts (on sait très bien que les baisses sont pour les uns et pas pour les autres en fonction de l'effet clientéliste recherché) cela ressemble à un marché de dupes. Par ailleurs il y a des entreprises qui n'ont pas la production suffisante pour faire plus d'heures. Et elle ne vont pas augmenter les horaires pour le plaisir.
castres81
- 23/04/2019 - 12:12
Faire un pas vers l'avant comme si on marchait ...
et puis un autre c'est aussi de la marche (ou du moins le début).
Bien sur en travaillant davantage on peut produire des invendus mais si on fabrique ce que les salaires supplémentaires achètent ce ne seront plus des invendus . Dans l'administration si on oriente la force de travail nouvelle des fonctionnaires vers les manques administratifs déplorés par ailleurs et en suspendant les embauches superflues ce sont aussi des économies envisageables.
Tout est une question d'organisation et c'est justement cela que Macron ne fait pas car tous ses projets sont des dossiers sans dynamique faute d'une ligne politique claire et d'une cohérence globale vers un but.

Toute la presse en est à jouer aux devinettes sur ce que fera Macron alors que ce qu'il a déjà fait a créé une crise et que ce qu'il fera n'est pas plus clair que ce qu'il souhaite réellement . Tout se résout semble t-il dans un simple arrosage électoral et à des postures avantageuses et creuses.
Pour réussir le minimum c'est quand même savoir ce que l'on veut et ne pas disperser ses moyens .
Ganesha
- 23/04/2019 - 11:39
Droit dans le Mur !
Petit article simple et clair !

Qui illustre même l'incroyable humour provocateur contenu dans cette proposition : je cite :
''l’allongement de la durée du travail étant considérée comme la contrepartie demandée contre la baisse des impôts dont bénéficieront les classes moyennes''.

Cet incroyable crétin de Macron cherche donc à attirer les suffrages de quelques ''papys-Atlantico'', en leur disant : ''on va faire que les prolos travaillent plus, pour vous permettre une meilleure cabine, lors de votre prochaine croisière'' !

Mais, il faut dire que les abonnés de ce site sont tellement cons, qu'ils s'apprêtent à voter Bellamy, dans l'espoir que quelques dizaines de lesbiennes fanatiques soient encore obligées, au moins pendant quelques mois, de se rendre à Bruxelles ou Barcelone pour obtenir une PMA !

Cependant, Mr. Goetzmann arrive à une conclusion identique à celle de Mr. Verhaeghe dans cette même édition : si Macron ne change pas d'avis d'ici jeudi, il va ''droit dans le mur'' !