En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
To leave or not to leave
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
Publié le 19 avril 2019
Le parti du Brexit, représenté par Nigel Farage, serait en tête des intentions de vote, selon un nouveau sondage. Le "No deal" serait-il le premier choix des électeurs dans le cadre du scrutin européen ?
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti du Brexit, représenté par Nigel Farage, serait en tête des intentions de vote, selon un nouveau sondage. Le "No deal" serait-il le premier choix des électeurs dans le cadre du scrutin européen ?

Atlantico.fr : Selon un sondage Yougov concernant les élections européennes au Royaume Uni, le parti du Brexit, représenté par Nigel Farage obtiendrait 27% des suffrages, loin devant le labour et les conservateurs, tout en considérant que le UKIP affiche un résultat de 7%. Comment interpréter ces scores en les comparant à l'impression générale que les britanniques seraient lassés du Brexit ? Faut-il voir une forme de confirmation que le "No deal" serait le premier choix des électeurs ? 

Edouard Husson : Les Britanniques qui ont voté Remain aimeraient bien, pour un certain nombre, profiter de la crise politique pour escamoter le référendum de juin 2016. En revanche, la colère monte chez ceux qui ont voté Leave et qui constatent que ni le parti conservateur ni le parti travailliste n’ont tenu l’engagement pris par leurs députés lors des élections de juin 2017: mettre en oeuvre le résultat du référendum. Beaucoup de commentateurs escamotent les élections de juin 2017 ! Si les députés du parti Tory et du Labour qui font le jeu des Remainers, contre leur propre mandat, avaient annoncé leur intention, ils n’auraient pas été élus.  Ce dont les Britanniques sont fatigués, c’est de la rupture du pacte de confiance entre eux-mêmes et leurs représentants. C’est particulièrement évident dans le cas des Brexiteers. Mais il y a aussi de plus en plus de Remainers qui disent qu’il faut respecter le vote de juin 2016. Cela ne veut pas dire pour autant que les Britanniques approuvent majoritairement - à l’instant présent - le no deal. Mais il y a un poucentage considérable de Britanniques - 40% - qui préfèrent une sortie dans le cadre de l’OMC à l’actuelle situation. 

Nigel Farage a parfaitement compris ce que veut l’opinion. Et, comme il a un instinct politique développé, pour ne pas donner l’impression qu’il s’obstine dans des combats dépassés, il a créé un nouveau parti. Il lui a de plus donné le nom le plus simple qui soit: Brexit. Comment mieux signifier que les deux partis établis s’obstinent à refuser la volonté populaire? 

Ces scores ne doivent-ils pas être minorés par les sondages concernant les élections générales qui placent le Labour en première position ? 

En ce moment, les stratèges du parti travailliste jouent avec le feu. ll est probable que le parti s’en tirera moins mal que les Tories aux council elections du 2 mai prochain. Et les conseillers de Jeremy Corbyn lui suggèrent de rompre les pourparlers avec les conservateurs pour aller aux élections européennes, infliger une défaite cinglante aux Tories Mais la percée du Brexit party est une mauvaise nouvelle pour les travaillistes. Ils ne seront sans doute pas en tête aux élections européennes, même si le nouveau parti Farage connaissait un score moins bon dans les urnes que dans les pronostics. Alors, évidemment, dans l’entourage de Corbyn on se dit que la défaite conduira les conservateurs à élire un Brexiteer à leur tête, ce dont le Labour devrait profiter pour apparaître comme le parti raisonnable, centriste. C’est oublier que l’opinion britannique est en train de se raidir, à la fois contre l’UE et contre les partis établis. 

Que peuvent nous démontrer ces sondages sur les futur de la vie politique intérieure britannique ? 

La politique démocratique obéit à quelques règles élémentaires. La première est de respecter les engagements pris électoralement. Je ne connais rien de plus stupide que la fameuse déclaration de Chirac: « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient ». C’est la citation favorite de tous les Machiavel au petit pied. On oublie simplement que Chirac n’a réussi à être élu, péniblement, qu’à la troisième candidature présidentielle et, surtout, que, deux ans à peine après son élection, il était obligé de cohabiter avec la gauche pour n’avoir pas tenu ses promesses de campagne. Même chose en Grande-Bretagne: Tories et Labour ont pris l’engagement, en juin 2017, de respecter le résultat du référendum. La sanction sera sans appel aux élections à venir, à moins d’un sursaut des deux grands partis. Il est frappant de constater comme la direction des deux partis, pourtant, vit dans une bulle: à l’occasion des pourparlers pour trouver une solution, on continue le petit jeu politicien. Comme si l’on ne sentait pas monter la colère du peuple britannique. Les élus conservateurs en campagne pour les council elections  du 2 mai n’osent même pas citer le nom de Theresa May, de peur de perdre ! Mais Corbyn n’est pas en meilleure posture, malgré les apparences. Au lieu d’être celui qui fasse aboutir le Brexit means Brexit, il a pratiqué la politique du chien crevé au fil de l’eau. Quand bien même il deviendrait Premier ministre, il serait faible, sans autorité réelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
07.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 19/04/2019 - 15:54
Calmer les ardeurs!
Voilà une évolution de l'opinion de nos voisins britanniques qui va calmer les ardeurs de tous les petits Sarkosy prêts à s'assoir sur le referendum de 2016.
Benvoyons
- 19/04/2019 - 12:32
Hello Reagan faut te réveiller car le Brexit n'a pas encore eu
lieu. D'ailleurs s'ils signent l'accord & bien il restera 1an1/2 avec les mêmes accords avec l'UE qu'aujourd'hui . Donc cela donne environ 2021 sans modification pour l'UK pour les échanges avec l'UE. Mais bien évidemment les Sociétés & l'économie commenceront à réagir & s’organiser avec l'avenir de 2021 sans l'UE. Faut attendre que le malade soit malade pour savoir comment sa maladie le fera vivre encore.
Ganesha
- 19/04/2019 - 12:26
Guzy1971
Excellente définition de l'électorat de Macron !

Et bonne analyse de la plupart des abonnés de ce site, momies fillonistes, mais disposés à toutes les compromissions, terrorisés qu'ils sont par la ''Méchante Marine'' qui, dans leurs fantasmes, va détruire le butin qu'ils ont réussi à amasser frauduleusement par les malversations de toute leur vie.

Ce que ces imbéciles ne comprennent pas, c'est, qu'au contraire, les Souverainistes seront les seuls à trouver une solution pour sauver l'Euro, lors de !'immense Krach financier qui va exploser dans les mois qui viennent !