En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

04.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

05.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 5 heures 43 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 6 heures 32 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 7 heures 33 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 9 heures 2 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 16 heures 15 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 16 heures 43 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 6 heures 7 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 7 heures 5 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 8 heures 9 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 9 heures 25 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 12 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 16 heures 22 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 17 heures 4 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 17 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
GPA

L’enracinement civilisationnel ravivé par l’incendie de Notre-Dame éclairera-t-il les débats bioéthiques à venir ?

Publié le 19 avril 2019
L’incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris s’est propagé dans le cœur de nombreux Français. Depuis cette nuit de feu, beaucoup redécouvrent combien sont inscrits dans notre inconscient collectif notre histoire, nos racines, l’héritage d’une civilisation qui font ce que nous sommes.
Laurence Trochu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Trochu est présidente du Mouvement Conservateur Sens Commun, Conseiller départemental des Yvelines, membre du Bureau politique Les Républicains.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris s’est propagé dans le cœur de nombreux Français. Depuis cette nuit de feu, beaucoup redécouvrent combien sont inscrits dans notre inconscient collectif notre histoire, nos racines, l’héritage d’une civilisation qui font ce que nous sommes.

Nous mesurons la fragilité d’un édifice qui a pourtant traversé le temps et résisté à bien des outrages. La flèche est tombée mais le socle demeure. Puisse cet enracinement civilisationnel éclairer les débats bioéthiques qui vont s’ouvrir pour que la dignité de la personne humaine soit préservée.

Quel que soit le nombre de députés LREM, la majorité gouvernementale ne peut interdire par un vote à l’Assemblée Nationale que s’exerce la loi de la gravitation. Pas plus qu’elle ne peut nier cette réalité charnelle, simple, naturelle, qu’un enfant naît d’une mère et d’un père. Quand des circonstances douloureuses séparent un enfant de sa mère et que, pour lui offrir la chance de vivre, elle le confie à l’adoption, cette filiation juridique vient donner des parents à un enfant.  

Cela n’a rien à voir avec cette pseudo-filiation qui veut offrir à prix fort à des “parents d’intention” un enfant, né d’un contrat de GPA à l’étranger. Dans le droit français, hérité du droit romain, “Mater semper certa est”. L’identité de la mère est toujours certaine. Dans le cas d’une gestation pour autrui (GPA), la mère de fait, qui est aussi la mère légale, abandonne pourtant ses droits et ce statut maternel au profit de ceux qui ont commandé le bébé. Elle disparaît au bénéfice d’une “mère d’intention” ou d’un père, parfois même de deux pères dont l’un est biologique, et l’autre “d’intention”. Cette filiation artificielle est reconnue dans le pays de naissance de l’enfant dans lequel la GPA est autorisée et a permis la signature du contrat marchand. Au regard du droit français, un tel contrat est nul, il n’existe pas, puisque la GPA est interdite. De ce fait, la filiation d’intention créée par ce contrat n’a aucune existence légale. 

Permettre la retranscription en France de l’état civil d’enfants nés à l’étranger par mère porteuse et autoriser le législateur à les remplacer par des “parents d’intention”, c’est nier que ces enfants ont un père et une mère biologiques. La Cour Européenne des Droits de l’Homme vient de reconnaître que les États n’ont pas l’obligation de procéder à cette transcription pour établir son lien de filiation avec le “parent d’intention”. Elle estime que l’adoption peut suffire à reconnaître ce lien. Maître Le Gouvello, avocat à la Cour, précise d’ailleurs que “ces enfants ont toujours eu un statut : acte de naissance établi dans le pays de naissance, nationalité du pays de naissance puis nationalité française automatiquement acquise au bout de 5 ans, la France n'ayant jamais dénié l'autorité parentale aux parents désignés dans l'acte de naissance étranger.” 

Mais ces solutions bricolées introduisent déjà en France la destruction de la filiation et ne doivent pas nous faire oublier que le fond du problème reste la reconnaissance de la filiation d’intention, une filiation totalement artificielle, visant à satisfaire la volonté des adultes, aux dépens des droits élémentaires de l’enfant, dans le contexte de la PMA sans père, comme dans celui de la GPA. Puisque la décision de la CEDH précise que ce sera à chaque Etat de décider des moyens légaux destinés à reconnaître le lien de filiation artificielle, il est à craindre que certains tenteront de pousser la France à accepter qu’il s’agisse d’une adoption plénière, ayant pour effet d’effacer la filiation naturelle d’origine. Les promoteurs sont déjà à la manœuvre en voulant amender l’article 47 du Code Civil, dans le cadre de la révision des lois de bioéthique. Il est bien évident que chercher à encadrer les conséquences de la GPA, c’est déjà l’accepter, alors même qu’au nom des Droits de l’Homme, nous voulons crier que le commerce d’êtres humains ne s’encadre pas mais s’abolit. 

Cela est avant tout affaire de volonté politique, non seulement au niveau de chaque Etat, mais aussi à l’échelle européenne. En effet, dans un contexte de mondialisation des échanges, la France se doit, à l’instar de la proposition portée par Les Républicains, de lancer une initiative juridique européenne pour protéger la dignité humaine, en interdisant la Gestation pour autrui (GPA) et en luttant contre la marchandisation du corps humain et le trafic d’organes.

La négation de cette réalité au nom d’un progressisme illusoire, est l’illustration d’une lente dérive de l’exercice du pouvoir par une élite autoproclamée, au mépris de l’humain. Elle annonce l’avènement d’une Humanité à deux vitesses, où une partie de plus en plus nombreuse ne parvient plus à assumer ses besoins les plus fondamentaux, pendant qu’une partie de plus en plus restreinte assouvit ses désirs de plus en plus individualistes.

Elle annonce en réalité un retour en arrière pour l’Humanité, avec une nouvelle forme d’asservissement qu’on encadrerait pour le rendre « éthique ». Quel mensonge ! Nous refusons cette dérive. Les bien-pensants auront beau jeu de diffamer notre démarche, de la taxer d’homophobie pour la discréditer. Ils sèment la division et la haine par leur outrance. Chez Sens Commun, nous récusons cette manœuvre indigne, la même qui prétendait faire passer les gilets jaunes pour des antisémites, qui prétendait faire passer l’amour de la patrie pour un repli identitaire. Ils sont ceux qui, aujourd’hui au pouvoir, écrasent les Français sous les taxes, faute de réforme courageuse. Ceux qui ferment les yeux sur le suicide des agriculteurs, le malaise de forces de l’ordre, l’abandon du personnel hospitalier ou de l’administration pénitentiaire mais s’enorgueillissent de mobiliser le Parlement pour une loi contre la fessée. Ceux qui soufflent sur les braises du communautarisme, berceau de l’intégrisme et du totalitarisme islamistes. Ceux qui prétendent adapter l’homme à la mondialisation consumériste, plutôt qu’œuvrer au service de l’Homme, des hommes et des femmes, et particulièrement des plus petits et des plus faibles.

Nous supportons tant bien que mal leurs outrances, mais personne n’est dupe. La ficelle est trop grosse et le bon sens a encore droit de cité.

En démocratie, il est permis de préférer Marlène Schiappa à Alain Finkielkraut, d’écouter les Femens plutôt que lire Sylviane Agacinski, d’avoir tort avec Sartre plutôt que raison avec Aron et même de voter pour Benjamin Griveaux.

Mais tout cela n’est possible que dans le cadre de débats apaisés, respectueux de toutes les opinions, alors qu’aujourd’hui, tout n’est plus qu’anathèmes. Ce refus du débat d’idées sape les fondements de notre démocratie. Le Premier ministre a confirmé que le projet de PMA pour toutes les femmes, qui n’est rien d’autre que la fabrique d’enfants sans père, sera présenté au Conseil des ministres de juin. Il est grand temps de lui rappeler le résultat des États Généraux de la Bioéthique, qu’il aurait bien tort de mépriser au moment même où la sortie du Grand Débat le presse d’écouter le peuple : huit Français sur dix sont opposés à la PMA pour toutes. Il n’y aura pas d'échappatoire ni de “en même temps” possible, car un être humain ne peut être à fois sujet, et objet. 

« La raison du plus fort est toujours la meilleure. Nous l’allons montrer tout à l’heure ». Cette morale d’une fable de La Fontaine ressemble à celle qu’on veut nous imposer. Peu importe l’intérêt de l’enfant, si le plus fort veut faire triompher ses désirs, rien ne l’arrête et rien ne l’empêche d’avoir raison. C’est oublier que celui qui a recours à la force, même légale, montre par cela même qu’il n’a pas pour lui le droit. Lorsque Prométhée, enchaîné sur le rocher du Caucase, prédit à Jupiter la décadence de son Olympe, le dieu courroucé saisit son arme terrible. Prométhée lui cria alors : « Tu prends ta foudre, Jupiter, donc tu as tort ! » Aux raisons les plus pitoyables, sachons plus que jamais opposer le bon sens commun.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 22/04/2019 - 16:19
Merci
Merci pour cet article de bon sens, qui rappelle les droits imprescriptibles de l'Homme à connaître ses origines, son père et sa mère. Et à rappeller qu'on ne peut composer avec la chosification des êtres humains au gré des volontés des individus, sous peine de voir disparaître notre civilisation. La mauvaise foi des représentants du lobby LGBT ne peut rien contre les principes fondateurs de notre société : les droits inaliénables de la personne humaine.
Forbane
- 20/04/2019 - 10:24
La grossesse pour tous
Ne devrait bientôt plus poser de problème puisque nous savons greffer des utérus à des femmes malades n’en ayant pas ou plus.
La GPA est déjà dépassée, bientôt la greffe d’utérus pour les hommes!
Ganesha
- 19/04/2019 - 19:13
Vendredi Saint : Le Véritable Message de Jésus-Christ !
Honte sur Atlantico !
Ce site, qui se prétend ''Défenseur de la Sainte Église Catholique, Apostolique et Romaine '', aurait pu célébrer le Vendredi Saint en publiant un article ayant pour sujet : ''Le véritable message de Jésus-Christ'' !

Même pour ceux qui n'ont qu'une connaissance très approximative du Nouveau Testament, il y a une certitude : en aucun cas, Jésus n'a décidé de venir s'incarner, le 24 Décembre, année zéro, dans le but, principal ou même très accessoire, de corriger l'erreur de son Auguste Père : que ce soit par négligence, distraction ou maladresse, Celui-Ci, lors de la Genèse a effectivement permis l'existence de l'homosexualité, aussi bien chez les mâles que les femelles de la plupart des animaux... et même des êtres humains !