En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© SYLVAIN THOMAS / AFP
Paris isolé au milieu de l’Union

L’Europe sans les autres Européens : le grand paradoxe d’Emmanuel Macron

Publié le 16 avril 2019
Après une prise de position isolée concernant le Brexit, la France d'Emmanuel Macron a choisi de voter contre le mandat donné à la Commission dans le cadre des négociations commerciales entre UE et Etats Unis, (contre 26 oui et l'abstention de la Belgique), une situation sans précédent concernant un sujet de cette importance.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une prise de position isolée concernant le Brexit, la France d'Emmanuel Macron a choisi de voter contre le mandat donné à la Commission dans le cadre des négociations commerciales entre UE et Etats Unis, (contre 26 oui et l'abstention de la Belgique), une situation sans précédent concernant un sujet de cette importance.

Atlantico :  Une position prise par la France le jour même de son allocution prévue devant les Français dans le cadre du Grand débat - avant qu’elle ne soit reportée du fait de l’incendie à Notre Dame de Paris. Ne pourrait-on pas voir ici un grand paradoxe de la vision européenne d'Emmanuel Macron, promouvant une Europe à dimension fédérale, tout en soutenant une approche de l'Union tenant plus d'une vision nationale de l'Europe selon les souhaits de Paris ?

Edouard Husson : Admettons qu’Emmanuel Macron se dise qu’il est bon, en ces temps d’élections européennes, de défendre une position ferme en Europe. Imaginons-même qu’il s’agisse d’un tournant de type mitterrandien - jamais explicitement assumé mais sans équivoque dans l’action. (A vrai dire, cela consisterait à faire l’inverse de Mitterrand en 1983, refaire passer l’intérêt français devant un hypothétique intérêt européen). On aurait tout de même le droit d’être sceptique sur la méthode: cela fait deux fois en quelques jours que la France défend une position isolée, ou presque, et, surtout, différente de celle de l’Allemagne. Certains se réjouiront. Là encore, ne s’agit-il pas d’un anti-1983? Je ne suis pas sûr que cela ait été préparé sérieusement. En 1983, François Mitterrand avait laissé débattre, pendant des semaines, de façon dramatique, ses conseillers; il y avait des visiteurs du soir plus ou moions discrets. La haute fonction publique était divisée, tout comme le monde économique. C’est d’autant plus intéressant de faire la comparaison que François Mitterrand traversait alors une période de profonde impopularité. Cependant, on voit bien la différence aujourd’hui: le président consulte peu et aucun débat de fond n’occupe nos milieux dirigeants. En fait, nous sommes entrés dans une ère des conséquences paradoxales: le président français est sur une ligne européiste extrêmement idéologique....qui produit un isolement de notre pays au moment où, ailleurs en Europe, on cherche plutôt s’adapter au changement de la politique américaine et au retour de sentiments nationaux fortement exprimés. 

Comment expliquer ce qui pourrait apparaître comme un revirement européen ?  

Nous n’en sommes pas encore au revirement. En fait, Emmanuel Macron fait bouger les lignes par la radicalité de ses positions. Il est un ultra des positions dominantes au sein de la haute fonction publique française. Alors que ses trois prédécesseurs, parce qu’ils avaient une expérience politique ancienne, avaient l’art de camoufler les avancées fédéralistes européennes derrière une rhétorique de droite ou de gauche traditionnelle, l’actuel président, lui, a renoué avec la façon giscardienne de faire: il n’y a pas de raison de dissimuler le grand dessein européen; il est même allé plus loin que VGE en son temps: il a ouvertement considéré que c’était tant pis pour ceux qui ne pourraient pas suivre. Le mouvement des Gilets Jaunes, c’est l’effet boomerang intérieur. Mais il est intéressant de remarquer qu’il s’est passé aussi un retournement fondamental sur la scène européenne: Emmanuel Macron s’attendait à ce que tout le monde se rallie à son panache blanc de chevalier de l’Europe, en commençant par Angela Merkel. Or non seulement la Chancelière n’a pas suivi, mais le président français ne s’est pas rendu compte à quel point le reste de l’UE prenait mal sa méthode, ou plutôt son absence de méthode européenne. Tout le monde n’est pas comme les dirigeants français, prêt à ne miser que sur l’Allemagne - a fortiori à suivre une France que suivrait l’Allemagne! Le président français l’a mal pris: il s’est laissé aller à critiquer l’Italie ou la Hongrie. Et il a continué d’ignorer l’Europe du Nord. La rencontre entre les deux effets boomerang, intérieur et extérieur, est spectaculaire: le reste de l’UE ne prend plus au sérieux un président français qui, après avoir affiché une ambition fédéraliste démesurée et fait la leçon à de nombreux pays, a dû, en catastrophe, lâché 13 milliards pour essayer de faire refluer le mouvement des Gilets Jaunes. 

Quels sont les risques et les atouts d'une telle stratégie, notamment du point de vue de Berlin ?

En fait, les Européens vont lire un éventuel repli sur des positions nationales comme le revers de la médaille européiste jusque-là arborée par le président français. Ils le mettront sur le compte d’une réputation d’arrogance qui nous colle à la peau en Europe. Nos députés européens ne sont pas assidus; nous sommes mauvais en lobbying; nous n’occupons plus, depuis un moment, des postes-clé dans les services de la Commission. Et notre actuel gouvernement a une vision étroite de la négociation européenne: il suffirait encore de s’entendre avec Berlin pour que les autres suivent. Or il se passe, précisément, que Berlin suit de moins en moins. Et donc Paris est tenté par le repli sur soi. Il faudrait faire exactement le contraire: cesser de ne parler qu’avec Berlin en Allemagne; comment se fait-il que nos parlementaires aient été aussi peu assidus à préparer la première assemblée franco-allemande? Comment nos présidents de région ne s’entendent-ils pas entre eux et avec le gouvernement pour développer systématiquement un lobbying sur les Länder allemands? Comment se fait-il que nous n’ayons pas une diplomatie des coalitions pour préparer les votes au Conseil européen? Comment pouvons-nous ne pas voir que l’Europe est en train de se désidéologiser et qu’il devient possible de construire des colaitions pragmatiques autour de postions raisonnables? Pourquoi notre président ne voit-il pas que la négociation permanente, au sein de l’UE et avc le monde extérieur, est la clé du succès - au lieu de la défense de positions idéologiques (punir la Grande-Bretagne, refuser de négocier avec les USA par écologisme etc....)? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

05.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Risque terroriste : British Airways et la Lufthansa suspendent des vols vers l'Egypte

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Danper
- 18/04/2019 - 18:03
Macron, le pseudo-Européen
Macron est l'archétype du Français arrogant et supérieur qui sait tout mieux que les autres pauvres cons d'étrangers. Pour lui être européen c'est l'être comme Napoléon: lui l'empereur et la France nation-guide de pays vassaux qui doivent être heureux d'accepter ses décisions et la splendeur française. Pour cela il a évidemment besoin du poids économique et démographique prépondérant de l'Allemagne et est bien obligé de frotter Merkel dans le sens du poil. Malheureusement pour lui, la nouvelle leader de la CDU qui remplace Merkel n'est plus tout à fait convaincue que l'Allemagne a besoin de la France et probablement se pose des questions sur la santé mentale de son président. Comme entretemps Macron a pris soin d'insulter ou de froisser les autres pays soit en les injuriant copieusement, soit en les tenant pour partie négligeable, il se retrouve maintenant pratiquement seul si on excepte son ami espagnol socialo-immigrationniste qui risque de disparaître aux prochaines élections.
lasenorita
- 16/04/2019 - 17:52
Nous allons dans le mur!
Macron fait aller notre pays dans le mur! C'est le CHAOS: Macron est immature, c'est un gamin qui n'a jamais rien vu dans sa vie, il ignore comment vit le ''peuple français'', lui, qui a toujours eu ce qu'il désirait...Mélenchon et sa ''France insoumise'' attendent en embuscade.. les Blacks Blocks saccagent nos monuments et nos magasins, ils affrontent nos ''Forces de l'ordre'' masqués, vêtus de noir, avec des barres de fer ou ils les caillassent, ils ne sont pas punis, comme ne l'ont pas été les Antifas de l'aéroport de Nantes et les islamo-racailles de nos cités...Castaner ne sait que gazer les retraités qui marchent pacifiquement...Aux présidentielles, j'avais le choix entre la peste et le choléra, j'ai choisi le choléra.. mais je ne voudrais pas que les communosocialostaline aient le pouvoir car je serai envoyée dans un goulag!...
ajm
- 16/04/2019 - 16:40
Paroles, paroles.
Les mêmes qui auraient critiqué Macron s'il avait accepté ce mandat "Européen " de négocier avec les USA le taclent de ne pas l'accepter. En réalité, la plupart des politiciens Français, même ceux qui parlent tout le temps de l'Europe comme Macron, ne connaissent pas l'Europe, ne s'y investissent pas vraiment dans la durée et sont donc traités en conséquence par les autres politiciens du continent, c'est à dire comme des amateurs vaguement fumistes. En fait, l'Europe pour eux, c'est un argument de politique intérieur , des paroles, et des places bien payés pour ceux d'entre eux qu'il faut caser , sans compter les à côté comme les assistants des partis gratos.