En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 2 heures 1 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 3 heures 28 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 13 heures 35 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 13 heures 52 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 2 heures 45 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 9 heures 47 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 12 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 12 heures 34 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 12 heures 51 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 13 heures 40 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 13 heures 52 min
© Marijan Murat / POOL / AFP
© Marijan Murat / POOL / AFP
Vers la fin de la chimiothérapie ?

Cancer : de nouveaux travaux permettent une avancée prometteuse vers une médecine curative personnalisée

Publié le 13 avril 2019
Des scientifiques britanniques ont “déconstruit” le cancer pour identifier les “maillons faibles” génétiques des cellules cancéreuses.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des scientifiques britanniques ont “déconstruit” le cancer pour identifier les “maillons faibles” génétiques des cellules cancéreuses.

Atlantico : Une équipe scientifique du Wellcome Sanger Institute a désactivé les gènes impliqués dans 30 types de cancer différents afin de lutter contre la maladie. Une avancée qui ouvre la voie à une vraie transformation de la lutte contre le cancer. Comment ont procédé les scientifiques impliqués dans cette étude ?

Stéphane Gayet : Un cancer est en principe monoclonal, ce qui indique qu'il est la descendance d'une seule cellule devenue plus que simplement anormale : elle est devenue monstrueuse. Cette monstruosité – qui comporte plusieurs composantes – est transmissible à la descendance de cette cellule parce qu'elle est déterminée par une grave altération de son génome (il a muté, c'est-à-dire qu'il a été l'objet d'une ou plutôt de plusieurs mutations graves qui font de la cellule un monstre).

Le génome d'une personne est son patrimoine génétique : c'est un condensé plus ou moins fidèle de ce qu'elle est – c'est un peu la partition musicale de notre vie - et de ce qu'elle peut transmettre à sa descendance. Le génome d'une personne existe sous la forme d'une copie dans toutes les cellules de son corps. Chaque fois qu'une cellule se divise (mitose), son génome se duplique avec de très grandes précision et fiabilité : c'est un processus "de haute fidélité" (les erreurs néanmoins possibles sont détectées et corrigées ou entraînent la mort cellulaire ; sauf exception…).

Le génome des êtres vivants est toujours constitué d'acide désoxyribonucléique ou ADN. C'est une macro molécule, c'est-à-dire une molécule de très grande taille. Il est linéaire, mais enroulé sur lui-même, et sa longueur déroulée est estimée entre 1,80 mètre et deux mètres. La molécule d'ADN contient des unités fonctionnelles appelées gènes ; un gène constitue (code pour) une instruction complète destinée à la cellule (une tâche à effectuer) ; en général, un gène code pour la fabrication (synthèse) d'une protéine, car les protéines sont les molécules nobles, essentielles de l'organisme (protéines de structure, protéines enzymes…). Le génome humain contient de l'ordre de 25 000 gènes fonctionnels ; en plus de ces gènes en état de fonctionnement, il existe dans la molécule d'ADN des gènes incomplets, des régions coordinatrices ou bien régulatrices et il faut l'avouer, de nombreux segments d'ADN dont on ne connaît pas encore le rôle et dont on dit généralement qu'ils sont inutiles, ce qui est quand même étonnant. L’ensemble du génome est segmenté en chromosomes qui contiennent chacun une molécule d’ADN. Les chromosomes (23 paires, soit 46 chez l’homme) apparaissent séparés les uns des autres lors d'une division cellulaire (mitose) ; chaque chromosome contient une molécule d’ADN associée à des protéines dont les plus importantes sont basiques (les histones) ; l’ensemble d’une molécule d’ADN et de ses protéines constitue une chromatide ; au tout début d’une mitose, l’ADN de chaque chromosome se duplique (ce qui aboutit à deux chromatides par chromosome) ; une fois que la mitose est terminée, les chromosomes ne sont plus distinguables les uns des autres (ils sont enchevêtrés).

D'une part, il existe chez certains individus un ou plutôt plusieurs gènes qui favorisent certains cancers. D'autre part, dans le génome d'une cellule cancéreuse, on remarque un ensemble d'altérations graves. La survenue des cancers est favorisée par trois facteurs principaux : le terrain génétique ou héréditaire, les agressions diverses subies par le corps (intoxications, pesticides, toxiques divers, rayonnements, blessures…) et l'âge. Le rôle de l'âge s'explique de la façon suivante : chacune de nos cellules est mortelle, donc nos tissus doivent se régénérer en permanence ; cette régénération procède par duplication des cellules encore jeunes (cellules dites germinatives) ; à chaque duplication (mitose), il existe un risque, mais très faible, d'erreur grave non réparable ; plus les années passent et plus le "compteur" de mitoses augmente, ce qui fait qu'un sujet de 70 ans a un risque cumulé de cancer infiniment plus élevé qu'un sujet de 30 ans.

Une cellule cancéreuse est au contraire plus ou moins immortelle : elle semble ne pas vieillir, à la différence de toutes les cellules "normales" de notre corps qui vieillissent, en dépit des mitoses qui nous donnent l'illusion que nous restons jeunes par l'apport permanent de cellules "jeunes" ; mais c'est une illusion bien sûr.

Une équipe de recherche du Wellcome Sanger Institute (Royaume-Uni, Cambridge) a travaillé sur 300 cancers appartenant à 30 types de cancer. Ils ont identifié et étudié chacun des gènes - différents ou non de ceux des cellules non cancéreuses - des cellules cancéreuses. En utilisant des techniques modernes de biologie moléculaire et tout particulièrement le "ciseau génétique" Crispr-Cas9, ils ont réussi à inactiver un par un environ 20 000 gènes des cellules cancéreuses, pour observer ce qu'il en résultait. C'est ainsi que, au cours de ce travail titanesque, ils ont pu constater que certains gènes étaient essentiels pour la cellule cancéreuse, environ 6000. Ces gènes critiques représentent donc des vulnérabilités de la cellule tumorale. Mais un grand nombre de ces gènes critiques est également critique pour la cellule saine, tandis que d'autres étaient déjà connus et exploités en thérapeutique. Après ce filtrage, il reste tout de même près d’environ 10 % de ces gènes, soit 600, qui constituent des cibles potentielles pour de nouveaux développements thérapeutiques.

Les scientifiques ont utilisé un outil nommé "Crispr", le même utilisé pour modifier génétiquement deux bébés l'année dernière en Chine. Quelles voies cette utilisation des outils numériques ouvre-t-elle ?

C'est la voie des thérapies géniques, c'est-à-dire des méthodes de traitement qui ciblent, non pas un tissu cancéreux, mais une cellule cancéreuse et même plus précisément le génome de cette cellule cancéreuse. Une cellule est cancéreuse parce que son génome est gravement altéré et que cette altération grave ne l'a pas tuée, mais au contraire rendue agressive, non maîtrisable et plus ou moins immortelle. Quand un cancer attaque et envahit les tissus avoisinants, on peut essayer de le neutraliser en l'agressant avec divers poisons ou rayonnements, mais cela se fait au détriment de toutes les cellules saines qui l'entourent, car ce poison ou ces rayonnements n'ont aucune spécificité pour les cellules du cancer.

Alors qu'en modifiant dans les cellules cancéreuses ce qui fait qu'elles sont cancéreuses et n'obéissent plus aux différents systèmes de régulation du corps, on agit sur l'âme des cellules cancéreuses, ce qui est à la fois plus efficace et sans danger pour les cellules saines. Cette action portant directement sur le génome des cellules cancéreuses est en quelque sorte une déprogrammation de leur "moteur". C'est comme si, pour combattre un bataillon de djihadistes terroristes, on réussissait à déprogrammer leur cerveau habilement conditionné par un endoctrinement et des substances psychoactives aliénantes. Ces terroristes deviennent capables d'assassiner leur propre famille au nom d'une folie élevée au rang de croyance. De la même façon, la cellule cancéreuse ne reconnaît plus aucune cellule issue du même corps et la tue sans aucune inhibition. On parle depuis des décennies des thérapies géniques, mais elles semblent vraiment à notre portée désormais.

Se dirige-t-on vers un traitement contre le cancer "personnalisé" et adapté à chaque patient ?

La chirurgie et la radiothérapie ne sont pas très sélectives : elles lèsent fatalement les tissus sains qui se situent autour du cancer traité. La chimiothérapie est pire : elle n'est pas du tout sélective, car elle s'attaque à toutes les cellules "jeunes" qui se divisent. Il est une évidence que toutes ces thérapies non ciblées des cancers font beaucoup de mal ; si elles parviennent à guérir le cancer ou à prolonger la vie d'une façon vraiment significative, on s'en accommode habituellement, en réalité plus ou moins selon les dégâts occasionnés. Il n'est cependant pas rare du tout qu'une chimiothérapie cause plus de mal que le cancer, parfois au point d'entraîner la mort ou de graves séquelles fonctionnelles.

Avec les possibilités théoriques énormes des techniques numériques appliquées à la santé – ce que l'on appelle la e-santé -, on nous fait souvent rêver avec la perspective d'une médecine personnalisée, c'est-à-dire adaptée finement à chacun des patients en connaissant son état de santé, son génome et même son épigénome. Mais on observe que les réalisations de ces promesses ne sont pas pour demain. Pourtant, avec une telle approche génique des cancers, il semble que cette médecine curative personnalisée des cancers soit vraiment possible à court terme. C'est un message d'espoir sérieux pour la prise en charge des cancers, car les thérapies vraiment ciblées n'occupent actuellement qu'une place beaucoup trop marginale. Les essais de vaccination contre les cellules cancéreuses – comme s'il s'agissait de bactéries ou de virus – ont déçu étant donné que les cellules cancéreuses résistent au système immunitaire.

C'est donc le second souffle des thérapies ciblées qui semble se profiler à l'horizon avec cette étude. Elle reste cependant un travail exploratoire. Il reste en effet à mettre au point les traitements qu'elle semble permettre et qu'elle suscite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dany37
- 25/04/2019 - 22:55
Cancer- nouveaux travaux
Article très clair. Merci.