En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

04.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

05.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

06.

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

07.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 13 heures 33 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 14 heures 36 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 16 heures 26 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 20 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 21 heures 29 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 13 heures 21 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 14 heures 8 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 15 heures 36 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 18 heures 7 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 20 heures 21 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 21 heures 6 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 23 heures 14 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 23 heures 43 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Haro sur les grandes entreprises, bienveillance pour les petites : quand Bercy s‘offre une présentation très « gilets jaunes » des délais de paiements…

Publié le 13 avril 2019
L’Observatoire des délais de paiements fustige les grandes entreprises et trouvent beaucoup de vertus aux petites et moyennes... Ça ne correspond pas forcément à la « réalité vraie ».
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Observatoire des délais de paiements fustige les grandes entreprises et trouvent beaucoup de vertus aux petites et moyennes... Ça ne correspond pas forcément à la « réalité vraie ».

C’est décidément la mode de taper sur les grandes entreprises, sur les multinationales et d’épargner les petites et moyennes. Y compris dans l’administration.

L’Observatoire des délais de paiement, dont la présidente Jeanne-Marie Prost a présenté cette semaine l‘état de la situation en 2018, a visiblement été touchée par le syndrome « Gilets jaunes ».
La question des délais de paiement est très compliquée à résoudre. Pour les entreprises, c’est à la fois une drogue et un cancer.
Quand une entreprise se permet de ne pas payer ses fournisseurs à temps, ça lui permet de se procurer de la trésorerie à bon compte et d’améliorer ses performances.
Alors certes, certaines sont coincées parce que leur banquier leur fait des misères et qu‘elles se portent alors sur le crédit interentreprises (environ 19 milliards par an). Mais d’autres allongent les délais comme d’autres prennent des lignes de coke, c’est une drogue. La grande distribution a fait une partie de sa fortune en vendant au consommateur des produits qu‘elle payait à ses fournisseurs beaucoup plus tard, deux ou trois mois plus tard.
Cela dit, pour ceux qui attendent un virement qui ne vient pas comme prévu, le délai de paiement agit comme un cancer qui mine l‘équilibre de beaucoup d’entreprises avec des remissions, mais aussi des risques de métastases qui parfois emmènent l’entreprise au tribunal.
Depuis une vingtaine d’années, les gouvernements successifs se sont attachés à réduire les délais légaux et à pénaliser les entreprises qui ne respectaient pas les codes. D’Hervé Novelli, avec la loi LME, jusqu'à Bruno Le Maire en passant par Nicolas Sarkozy et surtout Michel Sapin (loi Sapin 1 et loi Sapin 2), tous les ministres ont contribué à corriger les dérives particulièrement injustes et mortifères pour certaines entreprises.Chaque année, l’Observatoire des délais de paiements fait donc un bilan de la situation, dans une présentation qui se veut objective mais qui a souvent tendance à montrer que le ministre de tutelle a plutôt bien travaillé. C’est le jeu. Le cru 2018 n’échappe pas à la politisation mais la réalité de l’entreprise n’y trouve pas forcément son compte.

1er point : la tendance globale se maintient. Les délais de paiement clients seraient restés stables à 44 jours de chiffres d’affaires. Avec des situations très variables d’un secteur à l’autre. Ça va de 6 jours dans les secteurs vertueux (la restauration, l’hôtellerie) à 79 jours - 2 mois et demi, dans la communication et l’information. Le bonnet d’âne revenant aux entreprises de presse.
Les retards de paiement, au-delà des obligations légales, restent inférieurs à 11 jours, la France est devenue un bon élève puisque nous arrivons en 3e position derrière l’Allemagne et les Pays-Bas. Les deux pays les plus impactés par la culture luthérienne sans doute.    
Donc globalement, le bilan est bon avec un bémol aux entreprises de BTP de transport et des services

2e point, et c’est où la présentation officielle de l’Observatoire a fait grogner les chefs d’entreprise, les chiffres et les commentaires montrent du doigt les très grandes entreprises en affirmant qu’elles restent les plus mauvais payeurs. Le diagnostic de l’Observatoire est très simple : plus la taille de l’entreprise croît, plus les délais de paiement s’allongent. Les plus mauvais sont les entreprises de plus de 5000 salariés qui se permettent des retards de plus de 15 jours en moyenne. Jeanne-Marie Prost, la présidente, est catégorique : « les grandes entreprises se permettent, exprès ou pas, de ne pas payer en temps et en heure leurs fournisseurs et les mettent en difficultés »
Ce constat n’est pourtant pas partagé par beaucoup de praticiens de l’optimisation financière. Les chiffres publiés chaque année par le Cabinet ARC, un des plus importants professionnels du secteur, tempèrent ce constat dans son baromètre annuel. Pour Denis Le Bossé, le président du Cabinet Arc, interrogé par Bfm business : « certaines grandes entreprises se sont équipées et elles ont compris que leur intérêt n’était pas de jouer avec les délais. D’ailleurs la DGCCRF a fait l’année dernière 2700 contrôles, mais elle n’a dressé que 377 procès-verbaux, soit moins de 14% des entreprises contrôlées. Pourquoi un taux aussi bas si autant de grandes entreprises sont en infraction ? Deux réponses se dessinent : soit les contrôles ne sont pas suffisamment efficaces, soit les grandes entreprises sont plus vertueuses que ce que l’on prétend… »
Alors, il faut aussi et sans doute compter avec « la peur du gendarme » puisque l’application du « Name and Shame », renforcée par la Loi Sapin, implique un relèvement du plafond des sanctions de 375 000 euros (un montant qui pour des entreprises de la taille des Gafa était dérisoire) à 2 millions d’euros, commence à représenter un sérieux risque d’image et même financier.   

3ème point. Ce qui est curieux et nous ramène au syndrome du gilet jaune, c’est quand l’Observatoire des délais de paiement stigmatise le comportement des grandes entreprises, il reste très bienveillant à l’égard des petites et moyennes entreprises. Les PME ont toutes les vertus. Les chiffres produits sont « quasiment allégoriques » puisque 70% des PME règleraient leurs fournisseurs et leurs achats dans les temps. Beaucoup plus nombreuses que dans la cour des grandes entreprises ou seulement 46% paient à l’heure. Ces chiffres laissent les experts assez dubitatifs dans la conjoncture actuelle.

4e point : Bercy ne s‘étend pas sur le comportement des services de l’Etat et des administrations en matière de délais. Pour une raison très simple. L’Etat et ses services restent de très mauvais payeurs. Notamment les régions. Ne parlons pas de l’outre-mer qui affiche les plus mauvais scores. Le résultat de cette situation est que 59% des PME interrogées dans le baromètre Cabinet ARC reconnaissaient qu’elles ne répondaient plus aux appels d’offre des collectivités locales et des administrations à cause des difficultés qu‘elles avaient à se faire régler.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires