En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 24 min 10 sec
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 1 heure 8 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 1 heure 39 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 2 heures 3 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 2 heures 38 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 39 sec
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 3 heures 43 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 4 heures 25 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 1 heure 3 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 1 heure 24 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 4 heures 7 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 4 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 56 min
© OLIVIER HOSLET / POOL / AFP
© OLIVIER HOSLET / POOL / AFP
Brexit issue

La stratégie du chaos d’Emmanuel Macron, le Brexit et le risque de faillite italienne

Publié le 11 avril 2019
Theresa May a obtenu un nouveau sursis pour faire passer un accord sur le Brexit. Ce délai va conduire à la tenue d'élections européennes en Grande-Bretagne et annonce le chaos.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Theresa May a obtenu un nouveau sursis pour faire passer un accord sur le Brexit. Ce délai va conduire à la tenue d'élections européennes en Grande-Bretagne et annonce le chaos.

 

La stratégie du chaos d’Emmanuel Macron, le Brexit et le risque de faillite italienne

Ce sera donc, jusqu’à nouveau sommet, le 31 octobre. Theresa May obtient un sursis pour faire passer un accord sur le Brexit mais le délai n’a pas été aussi long que ce que souhaitait l’Allemagne, si l’on en croit les récits faits par les médias qui fréquentent les couloirs bruxellois, car le président français avait une position dure qui, paradoxalement, rejoignait la demande de Theresa May: pas de délai au-delà du 30 juin.  

En fait, quand l’on regarde bien, le délai est absurde. Les communiqués expliquent qu’à moins de sortir dans les prochaines semaines la Grande-Bretagne devra organiser des élections européennes. Or la seule organisation de ces élections européennes risque de casser en deux le parti conservateur britannique et de faire entrer au parlement européen des députés de UKIP en nombre important - ou de toute force politique recréée par Nigel Farage. Emmanuel Macron dit vouloir éviter cela à tout prix. C’est donc qu’il est prêt à un no deal. Tout ce qui a transpiré, ces derniers jours, donne à penser que le président français continue à jouer la politique du pire. C’est ce qu’il a fait tout au long des négociations du Brexit depuis qu’il a été élu, en ne cessant de répéter, en termes à peine dissimulés, qu’il s’agissait de punir la Grande-Bretagne. Et c’est ce qu’il continue à faire: il y aurait eu une position française consistant à demander aux partenaires européens de négocier, enfin, sur le backstop, pour permettre au compromis de Malthouse ou à l’amendement Brady d’être inclus dans l’accord final avec la Grande-Bretagne, aider Theresa May à sauver la face et produire une sortie par le haut. C’est la solution que réclamait Annegret Kramp-Karrenbauer et que Madame Merkel, que l’on surestime, n’a pas eu le courage d’imposer au président français car elle n’aime pas imposer elle-même un rapport de forces. Elle s’en remet toujours à d’autres qui, là, se sont tus. 

Mais non, Emmanuel Macron se comporte toujours de la même façon, qu’il s’agisse de se pousser à la présidence de la République en cassant le PS et LR ou de négocier le Brexit. On remarque chez lui une capacité peu ordinaire à détruire sans se préoccuper de ce qui suivra. En France, cette stratégie a semblé lui réussir, jusqu’à ce que la crise des Gilets Jaunes surgisse du vide laissé par la destruction systématique des partis politiques et des corps intermédiaires encouragée par le Président. A l’échelle européenne, cela pourrait avoir des conséquences encore beaucoup terribles encore. Les marchés britanniques sont restés clames jusqu’à présent mais comment vont-ils réagir à la probable confusion britannique qui s’installe? La zone euro et l’Union Européenne sont au bord de la récession. Peuvent-elles se permettre le moindre trou d’air commercial, monétaire, financier? Je veux bien que les adeptes de la ruse de la raison historique me répliquent qu’en fait le Brexit n’aura pas lieu. Mais c’est bien mal connaître l’histoire britannique de croire que cela pourrait se passer sans déstabiliser profondément la Grande-Bretagne. Celle-ci n’aurait, dans ce cas, pas d’autre choix que de réimporter en Europe son malaise politique. Les dirigeants européens ne voient pas qu’à force de donner l’impression qu’une sortie de l’UE est très difficile, voire impossible, ils déclenchent un phénomène de “cocotte minute” en Europe. C’est l’UE, c’est la zone euro qui vont entrer en turbulence faute d’avoir laissé sortir la Grande-Bretagne à temps et dans de bonnes conditions. Or, le sentiment que la question de la dette italienne devient insoluble se répand par ailleurs. Et toute turbulence dans les relations financières entre la City et le continent ne fera que la rendre plus probable. 

Hier, je suggérais que les dirigeants britanniques avaient largement contribué à ce qui leur arrive. Cela n’empêche pas, au lendemain du Conseil européen, de souligner que l’UE ne fait pas preuve de plus de maturité, loin de là. On est très loin de la rationalité économique ou politique. Et dans tout ce concert d’irrationalité, la palme va au président français. Sa stratégie du chaos, qui est visiblement sa seule méthode politique, en rendant le Brexit encore plus difficile, dans une situation par ailleurs explosive pour la dette italienne reviendra comme un boomerang sur notre pays: le peu de pouvoir d’achat accordé le 10 décembre 2018 pourrait être balayé par une nouvelle crise européenne. Il va falloir se préparer à bien des secousses. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
caustik317
- 24/05/2019 - 18:08
Chaque jour qui passe,
nous permet de découvrir un Macron plus tordu que la veille ! Il est tellement querelleur et suffisant, que , sur une période de deux ans (ou 7) la France a perdu tous ses amis .. sauf l'Espagne socialiste, bien entendu !
Olivier62
- 12/04/2019 - 12:18
Le naufrage de l'UE
Le délire sur le Brexit correspond en fait au déni de la part des européïstes de la volonté des électeurs britanniques de sortir de cette pétaudière qu'est l'UE. Pour cela on a saboté et retardé les négociations au point que trois ans après la sortie n'est toujours pas effective ! Macron se situe à fond dans cette logique, perdu dans le rêve mondialiste et fédéraliste auquel il est le dernier à croire en France et en Europe. Cette affaire de Brexit est symptomatique de l'état moribond du "rêve" européen, qui n'était effectivement qu'un rêve (ou plutôt un cauchemar !). Comme toutes les utopies, l'UE est condamnée, malheureusement elle aura eu le temps de faire beaucoup de dégâts avant.
Benvoyons
- 11/04/2019 - 18:18
En fait pendant l'Histoire de l'Europe il y a eu constamment
des échanges de spermes & échanges Culturels puisque même pendant longtemps les États Diplomatie ne discutaient qu'en Français. C'est dire l'imbrication qu'il y a eu :)::))