En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Les préjugés du macaque

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 14 min 37 sec
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un homme a été placé en garde à vue
il y a 2 heures 40 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 7 heures 32 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 8 heures 25 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 20 heures 19 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 21 heures 3 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 22 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 46 min 45 sec
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 3 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 9 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 20 heures 45 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 21 heures 54 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 23 heures 12 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : l’homme qui rêvait de refonder l’Europe

Publié le 07 avril 2019
Coralie Delaume et David Cayla publient "10+1 questions sur l’Union européenne" aux éditions Michalon. Ils abordent les enjeux des élections européennes, se demandent pourquoi tant de pays européens sont tentés par le populisme, s’interrogent sur le couple franco-allemand et analysent la vision de l’Europe d’Emmanuel Macron notamment. Extrait 2/2.
Coralie Delaume
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coralie Delaume, 37 ans, est diplômée de l’Institut d’études politiques de Grenoble. En 2011, elle ouvre un blog, « L’arène nue », sur lequel elle s’attache à commenter régulièrement l’actualité politique.
Voir la bio
David Cayla
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Cayla est économiste. Il est membre du collectif Les Économistes atterrés. Il est l'auteur de L'économie du réel. Face aux modèles trompeurs (De Boeck, 2018). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coralie Delaume et David Cayla publient "10+1 questions sur l’Union européenne" aux éditions Michalon. Ils abordent les enjeux des élections européennes, se demandent pourquoi tant de pays européens sont tentés par le populisme, s’interrogent sur le couple franco-allemand et analysent la vision de l’Europe d’Emmanuel Macron notamment. Extrait 2/2.

Emmanuel Macron avait un rêve : devenir l’homme qui allait refonder l’Europe. Il l’a exprimé tout au long de sa campagne électorale, égrainant ses projets. Il l’a réaffirmé une fois élu, de manière amphigourique et exaltée, dans son « grand discours » prononcé à la Sorbonne en septembre 2017. 

Dans ce discours, il semblait avoir réponse à tout. L’Union européenne manque de démocratie ? Il proposait d’utiliser les 73 sièges laissés vacants par le Royaume-Uni après le Brexit pour constituer des listes paneuropéennes. Les peuples européens se défient de l’UE ? Pour les en rapprocher, « chaque étudiant devrait parler au moins deux langues européennes » et la moitié d’une classe d’âge devrait avoir passé au moins six mois dans un autre pays d’Europe avant ses 25 ans. On créerait des universités européennes, on harmoniserait les enseignements du secondaire. L’Union européenne n’a pas de politique africaine ? On imposerait, dans chaque pays, une « taxe sur les transactions financières » qui serait affectée à l’aide au développement. Il existe du dumping social et fiscal ? On obligerait chaque État à harmoniser son impôt sur les sociétés et les fonds européens de cohésion seraient conditionnés au respect de cette harmonisation fiscale car, martelait-il, « on ne peut pas bénéficier de la solidarité européenne et jouer contre les autres ». Il y aurait partout un salaire minimum et l’on organiserait la convergence sociale. Pour le travail détaché, les cotisations devraient être payées au tarif le plus élevé et la différence reversée au pays d’origine pour abonder un « fonds de solidarité ». On créerait un budget de la zone euro grâce à des « taxes européennes dans le domaine numérique ou environnemental », on nommerait un ministre des Finances européen, on fonderait une « Académie européenne du renseignement », une « Agence européenne pour l’innovation de rupture », on lancerait un « programme commun d’intelligence artificielle », on imposerait une taxe carbone « aux frontières de l’Europe », on intégrerait des normes sociales et environnementales dans les accords commerciaux et on les négocierait dans la transparence. Il faudrait également refonder la politique agricole commune et mettre en place un « programme industriel européen de soutien aux véhicules propres ». Rien que ça.

À la fin de son discours, pour rendre les choses plus concrètes et pour convaincre un auditoire qui l’écoutait avec circonspection, Emmanuel Macron invitait « tous les pays qui le souhaitent » à organiser un vaste débat pour nourrir cette feuille de route. Tous ceux qui adhéraient à sa démarche étaient conviés à rejoindre la France, qui allait lancer « dans les prochaines semaines » un groupe de la refondation européenne composé des États membres volontaires et des institutions européennes. 

« Moi, je n’ai pas de ligne rouge, je n’ai que des horizons », avait asséné Emmanuel Macron. Le problème de l’horizon, c’est qu’on n’y parvient jamais. Il se dérobe toujours face à celui qui l’approche. Aujourd’hui, nous connaissons la suite : il n’y en a pas eu. Tel Napoléon sur le pont d’Arcole, Macron s’est saisi du drapeau européen et s’est vaillamment élancé. Puis il a constaté que personne ne suivait. C’est le problème lorsqu’on veut construire l’Europe tout seul. Aucune des propositions annoncées à la Sorbonne n’a été suivie d’effet. 

Aucune ne sera jamais mise en œuvre. Ce discours décrivait une Union européenne qui n’existe pas. C’est la même Europe Potemkine qu’on nous ressert à chaque élection, depuis des décennies. « L’Europe qui protège », « l’Europe-c’est-la-paix », la « belle idée européenne », l’Europe de l’innovation, de la culture, de la recherche ; l’Europe de la défense, de la protection, de la prospérité. Prenez un joli mot du dictionnaire, accolez-lui le terme « Europe », et construisez ainsi un discours de deux heures devant un parterre de dignitaires, vous aurez la politique européenne d’Emmanuel Macron. Une ambition faite d’envolées lyriques, d’affabulations et de déclarations d’intention vouées à rester lettre morte. 

L’Union européenne n’est pas un rêve. C’est une réalité économique et juridique. Ce sont aussi des pays avec des intérêts nationaux, des histoires et des cultures singulières, des dynamiques  politiques différentes. 

En matière d’Europe, difficile de savoir si Emmanuel Macron croit vraiment à ce qu’il dit ou s’il compte cyniquement sur la candeur des électeurs. Mais ce qui est certain, c’est que les deux premières années de son mandat ont attisé les tensions intra-européennes plus qu’elles ne les ont apaisées. Macron a agacé le Royaume-Uni en soutenant une ligne intransigeante lors des négociations sur le Brexit ; il s’est fâché avec la Pologne et la Hongrie en accusant leurs dirigeants de « mentir à leur peuple » ; il a détérioré les relations diplomatiques avec l’Italie en évoquant la « lèpre qui monte en Europe » à son propos. Il n’a pas su refonder, surtout, les relations franco-allemandes, qui restent totalement déséquilibrées. 

Après le rêve, il y a le réveil. La politique européenne du verbe creux s’est fracassée sur les réalités du monde. Le mouvement des « gilets jaunes » a montré que les Français ne se contentent plus de mots. Il est urgent de desserrer le carcan supranational et indispensable de mettre en place un rapport de force pour y parvenir. Pour cela, il faut accepter de voir l’Europe telle qu’elle est, non de l’imaginer dans un rêve messianique.

Extrait du livre de Coralie Delaume et David Cayla,"10+1 questions sur l’Union européenne", publié aux éditions Michalon. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/04/2019 - 18:47
L'Occident, fabrique de grosses têtes
Si Macron veut refonder l'Europe, on peut tout de suite lui dire qu'il s'attaque à beaucoup trop lourd pour lui. Il lui faudrait tout d'abord atteindre un maximum de maturité, et réfléchir ensuite.
TPV
- 07/04/2019 - 16:30
Le rêve devenu délire européen
S'approche de la fin car le réveil est en cours, chez nous dans nos Nations.
cloette
- 07/04/2019 - 13:12
Macron diplomé
en Novlangue ! le discours creux est sa spécialité . Cependant on en saisit le sens pas caché : rien à cirer de la Nation, seule une Europe fédérale dont il serait le président ( à vie ? ) lui convient , et ceux qui ne pensent pas comme lui sont des abrutis, car seul lui est intelligent, enfin c'est ce qu'il croit!