En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 2 heures 12 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 2 heures 43 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 3 heures 21 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 4 heures 3 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 5 heures 2 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 5 heures 37 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 19 heures 37 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 20 heures 39 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 2 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 3 heures 20 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 4 heures 40 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 21 heures 16 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Elections européennes

Mirage électoral : pourquoi les candidats et partis qui misent (presque) tout sur l’environnement et l’écologie risquent fort de déchanter

Publié le 05 avril 2019
Selon un sondage Yougov pour le "European Council on Foreign Relations" menée au travers de 14 pays européens, publié le 1er avril, le changement climatique arriverait en 5e position des plus grandes menaces aujourdhui, derrière l'islamisme radical, les migrations, les risques de crise économique et de guerre commerciale, et le nationalisme en Europe.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Yougov pour le "European Council on Foreign Relations" menée au travers de 14 pays européens, publié le 1er avril, le changement climatique arriverait en 5e position des plus grandes menaces aujourdhui, derrière l'islamisme radical, les migrations, les risques de crise économique et de guerre commerciale, et le nationalisme en Europe.

Atlantico : Les résultats de ce sondage semblent en décalage avec l'importance prise par la question climatique dans le débat politique relatif aux prochaines élections européennes. Si cette question figure parmi les priorité et doit être traitée comme telle, comment expliquer un tel décalage entre les attentes des électeurs et le débat politique ? 

Yves Michaud : Ce sondage ne me surprend pas. Il est juste sensé de distinguer entre les problèmes auxquels les gens sont immédiatement exposés et ceux qui se profilent à plus long terme sans que s’impose de solution évidente. Tout le monde est conscient du réchauffement climatique mais qu’y faire ? Et surtout qu’y faire non pas chacun dans son coin mais au niveau de la planète toute entière ? Il est possible que la désertification du Sahel soit la cause de l’augmentation des flux migratoires (encore que ce soit oublier pas mal de facteurs politiques, notamment les conflits sanglants), mais pour le moment, directement, la question à résoudre est celle du traitement de ces flux. Idem pour le terrorisme ou la crise économique que laisse présager le surendettement de tous les pays ou presque. Comme disait Hume, il n’est pas contraire à la raison de préférer l’anéantissement du monde à une éraflure à mon petit doigt...On constate d’ailleurs que les jeunes générations sont beaucoup plus sensibles au problème écologique que les plus âgées parce qu’elles devinent qu’elles auront, elles, à en subir les conséquences « réelles » autour de 2040-2050.
Maintenant, pourquoi les partis politiques accordent-ils une telle importance à une question qui préoccupe beaucoup moins les électeurs ? J’y vois, pour commencer, deux raisons assez pragmatiques.
D’abord les « écologistes » trouvent là l’opportunité de faire fructifier leur fond de commerce et d’emporter des suffrages, soit avec leurs propres listes soit en faisant les coucous sur les listes d’autres partis.
D’autre part, le thème est devenu « à la mode » dans les médias et dans le business, avec des effets d’amplification en cercle : on veut sauver les ours polaires, les requins, les abeilles et même les hannetons, et, en même temps, ça fait vendre bio, écolo, vegan, sans gluten, sans pesticide, avec du renouvelable, des sacs en papier, du tout électrique garanti éolien pour vivre aussi longtemps que Jeanne Calment. Il y a aujourd’hui un immense business du greenwashing et du greenmaking. Hulot est, de ce point de vue, la figure aussi emblématique qu’hypocrite de cet écolo-business promu par les écolo-médias. Je roule en 4x4 de luxe, mais il est hybride et son empreinte carbone n’est rien du tout par rapport à la vieille guimbarde diesel du gilet jaune bouseux qui va travailler tous les jours.

 

Dans quelle mesure la question climatique pourrait-elle être utilisée comme un voile venant masquer une absence de réponse des partis politiques aux menaces considérées comme prioritaires par les Européens en général et les Français en particulier ?

Votre question me permet de donner la troisième raison de cette pseudo-priorité du changement climatique pour les partis politiques. Un tel thème, aussi généreux, aussi angélique, aussi universel, aussi bienveillant (sauvons notre planète – et nous avec, surtout sans oublier les petites bébêtes!) ne mange pas trop de pain et évite d’affronter les vraies questions. 
D’abord les questions immédiates comme celles des migrants, du terrorisme, de la progression du fondamentalisme mahométan, du chômage de masse, de la brutalisation de la société et de ses fractures multiples.
Mais aussi des questions aussi concrètes que celles de la démographie et des modalités soit d’un état stationnaire (qu’appelait déjà de ses vœux John Stuart Mill  dès 1848) soit de la décroissance. Curieusement, on nous parle de tous les maux écologiques mais quasiment jamais de la variable fondamentale qu’est la croissance démographique. On nous propose de nous passer de sacs en plastiques (la spécialité du conseiller spécial auprès de madame Hidalgo Serge Orru) et de rouler en trottinette mais on découvre à peine le problème de l’accompagnement d’une population de plus en plus vieille et handicapée – et on ne se pose ni les problèmes de la logistique des achats par internet, ni de la consommation d’énergie des fermes de serveurs ni des dégâts écologiques de la fabrication (et du recyclage) des batteries pour trottinettes, vélos et voitures… 

 

Quel est le risque de voir la question climatique devenir une forme de rempart moral pour certains partis, et comment les responsables politiques doivent-ils s'en emparer pour éviter un tel biais ? 

J’ai en partie répondu à votre question. Oui, l’écologie est devenue le cache-sexe moral des véritables problèmes. Il me semble significatif que Hulot soir parti de son ministère sans qu’on s’en aperçoive et que la crise des Gilets jaunes ait commencé juste après sur une question de consommation de carburant...Rappelez-vous les déclamations de Chirac en 2002 à Johannesburg : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. ». Avec, au passage, une contradiction dans les termes : la maison brûle mais il faut quand même développer le Sud… Bref, économisons l’eau mais installons des WC avec chasse d’eau dans tous les pays d’Afrique. Je plaisante à peine. Voilà comment la morale se substitue à la politique. Moraline, Soin (care) et Padamalgam sont les trois tranquillisants de notre époque.
Ce qui m’inspire deux remarques finales mais qui devraient faire l’objet de développements approfondis :
1) Avec cette moraline écologique, les partis vont encore élargir la coupure avec les citoyens. Et ils seront une fois de plus tout surpris.
2) Une véritable approche de la question écologique doit rompre avec la morale, la com et le marketing  et poser la question claire de la démographie, celle d’un état stationnaire bien défini (sans la croissance sacrée!), celle d’un changement climatique inévitable et avec lequel il faudra quand même vivre, celle des technologies compatibles avec ce changement climatique, sans se faire d’illusion sur le maintien en l’état.
La plupart des écologistes pensent en fait comme des créationnistes : ils voudraient « geler » la planète telle qu’elle est aujourd’hui – tout comme les créationnistes veulent la rendre dans l’état où Dieu la créa. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
xavier69
- 05/04/2019 - 16:13
environnement,ecologie,climatique
Perso ,
je ne le mettrai même pas en dixième position , je ne me sent plus coupable depuis que j'ai décidé d'avoir la même empreinte carbone que Nicolas Hulot (enfin , ce sera plutôt moins je ne suis pas assez riche).Quant a la transition énergétique , aucun politique n'est capable de dire ce que cela signifie (exemples concrets)à part de nouvelles taxes .
Anouman
- 05/04/2019 - 13:01
climat
Pendant qu'on prétend résoudre les problèmes de 2100 on a une bonne excuse pour ne rien faire concernant ceux de 2019.