En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 5 heures 47 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 6 heures 17 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 12 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 13 heures 59 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 6 heures 17 sec
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 6 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 7 heures 38 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 8 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 14 heures 3 sec
© YouTube
© YouTube
Deutschland

Clip vidéo à scandale : ce que Rammstein nous révèle de l’âme de l’Allemagne d’aujourd’hui

Publié le 03 avril 2019
Rammstein, célèbre groupe de rock métal allemand, est à l'origine d'une importante polémique concernant la question de l'identité du pays.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rammstein, célèbre groupe de rock métal allemand, est à l'origine d'une importante polémique concernant la question de l'identité du pays.

Atlantico: Son dernier clip "Deutschland", visionné plus de 20 millions de fois en quelques jours, interroge cette identité au travers d'une version stylisée de l'histoire allemande, allant jusqu'à mettre en scène les membres du groupe en prisonniers de camps nazis. Quelle vision de l'histoire et de l'identité allemande ressort du visionnage de cette vidéo ? 

Edouard Husson : La vidéo mériterait d’être analysée scène par scène. Ce qui saute aux yeux, c’est le changement permanent de polarité. Les membres du groupe sont tantôt des nazis, tantôt des détenus d’un camp nazi. Toutes les paroles tendent à exprimer le fait qu’un Allemand ne peut que détester et aimer l’histoire allemande, le fait d’être allemand. La reprise parodique du “Deutschland, Deutschland über alles” (L’Allemagne, l’Allemagne au-dessus de tout, partie de l’hymne allemand supprimée après 1949) en “Deutschland, Deutschland über allen” (L’Allemagne, l’Allemagne au-dessus de tous) doit exprimer le glissement d’une Allemagne, bien suprême pour les Allemands à un pays qui “pèse comme un couvercle” sur les citoyens allemands d’aujourd’hui. En fait, ce que nous révèle la vidéo, c’est le profond malaise allemand de la fin de l’ère Merkel, trente ans après la réunification.

Au moment de l’élection de Trump et de la montée des partis conservateurs en Europe centrale, il y a quatre ans, nous avions eu droit au grinçant Be Deutsch qui insistait avec ironie sur la bonne conscience d’une Allemagne progressiste et multiculturelle, revenue de tous les errements nationalistes et prête à faire la leçon au monde. C’était au moment où Madame Merkel s’écriait “Wir schaffen das” (Nous allons y arriver) en ouvrant toutes grandes les frontières. Avec Deutschland nous voyons quatre ans plus tard une Allemagne à l’identité tourmentée, qui est obsédée par son passé et ne songe même plus à faire la leçon au monde. 
 

Originaires d'Allemagne de l'est, présentés comme politiquement à gauche, mais ayant des fans revendiqués à droite et à l'extrême droite, Rammstein semble jouer avec les paradoxes. Dans quelle mesure le questionnement et la dénonciation stylisé de l'histoire allemande peut-il paradoxalement évoquer une forme de nostalgie ?

Les Allemands de l’Est ont voulu la réunification. Ils ont forcé la main de l’Allemagne de l’Ouest. Loin de reconnaître que, pour la première fois, une révolution démocratique allemande avait abouti à l’Est, les Allemands de l’Ouest ont mis la main sur les “nouveaux Länder” avec une bonne conscience à toute épreuve. Et ils ont provoqué une catastrophe économique, sociale, politique. Les jeunes éduqués supérieurs d’Allemagne de l’Est sont partis à l’Ouest -Angela Merkel est la plus connue. Les jeunes non diplômés de l’enseignement supérieur et les générations plus âgées sont restées à l’Est, ont subi le pillage de leur capital, la mentalité de colonisateurs hédonistes des Wessies et se sont mis progressivement à cultiver l’Ostalgie (la nostalgie de l’Est, de la RDA), à voter naguère communiste, aujourd’hui AfD.

J’aurais tendance à voir dans Deutschland une vidéo sur la réunification de l’Allemagne plus que sur l’histoire de l’Allemagne en général: la vidéo commence avec l’évocation de la bataille de Teutoburg, les Romains contre les Germains (Allemands de l’Ouest contre Allemands de l’Est); elle continue avec une Germania (équivalent allemand de Marianne) noire, comme pour mieux tourner en dérision le multiculturalisme imposé par l’Allemagne de l’Ouest à l’Allemagne de l’Est. Et les paroles disent tout simplement qu’on n’arrive pas à aimer cette Allemagne qu’on a souhaité rejoindre en 1989. En fait, les Allemands de l’Est ne savent pas où ils en sont: doivent-ils s’identifier aux victimes communistes détenues dans les camps nazis, aux dirigeants de la RDA totalitaire ou à ce fatras de “Romains”, “chevaliers teutoniques”, catholiques, et descendants des nazis que sont les Allemands de l’Ouest. Personne n’a porté grande attention aux images prises aux Peaky Blinders, la série dont les héros sont un gang d’Irlandais de Birmingham dans les années 1920. Les Allemands de l’Est se sentent un peu comme des Irlandais en Grande-Bretagne. 
 

Dans un article publié par Foreign Policy en 2018, Alan Posener pointait une forme de révisionnisme historique allemand au travers des séries télévisées. En quoi la culture populaire, télévisée ou musicale, serait-elle en train de traduire une évolution de la question de l'identité allemande pour les jeunes générations ? 

Posener, en s’appuyant sur l’analyse de séries aussi variées que Tannbach, Dresden, die Flucht, Unsere Mütter unsere Väter, Babylon Berlin, fait une série de remarques très justes: le communisme allemand, dont les Allemands (de l’Est, bien sûr mais aussi ceux de l’Ouest, construisant avec Konrad Adenauer et Willy Brandt une démocratie solide) se sont débarrassés par eux-mêmes est le plus souvent représenté de manière réaliste. En revanche, plus le temps passe, plus les Allemands semblent s’enfermer dans une représentation du nazisme comme un régime extérieur à leur histoire, qui est tombé comme une fatalité sur l’Allemagne. C’est d’ailleurs ce qui explique les 20 millions de vues de la vidéo Deutschland . Des Allemands de l’Est qui voient la réunification comme quelque chose qui leurt est tombée dessus trouvent un écho chez les Allemands de l’Ouest qui pensent que le nazisme, à l’époque, est tombé comme une fatalité sur l’Allemagne: “Deutschland, Deutschland über allen”.  
 

Au delà de la culture populaire, ne peut-on pas voir, au travers du travail de l'historien Christopher Clark (Les somnanbules, histoire de la Prusse etc..) , et donc du travail universitaire, une nouvelle approche du passé de l'Allemagne ? Que révèle-t-elle ? 

Le cas de Christopher Clark est différent.  C’est premièrement un remarquable historien de métier. Je ne connais rien de mieux écrit, mieux raconté, dans l’historiographie récente que The Sleepwalkers, livre consacré à la crise de juillet 1914. Cela n’empêche pas que l’ouvrage passe, paradoxalement, à côté du fait que le pays aux institutions politiques les plus solides, la Grande-Bretagne de 1914, est celui qui a le moins voulu la guerre. Clark s’est attaché à relativiser la responsabilité allemande dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale; ce qui me gêne, comme historien, n’est pas qu’il ait trouvé de ce fait un gros écho en Allemagne: c’est plutôt qu’il passe à côté du fait que la Russie, l’Autriche-Hongrie, l’Allemagne, la France ont, toutes, à un degré ou un autre, cherché à sortir de tensions spirituelles, culturelles, politiques, sociales fortes par l’entrée en guerre. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard que, bien qu’ Australien, Clark ne cesse pas de dénigrer le Brexit.  Il ne comprend pas que ce qui se joue, dans le Brexit, c’est la question des institutions politiques libérales en Europe. Ça nous ramène à l’Allemagne de 2019: l’identité nationale n’est plus canalisée par les institutions parlementaires, à un moment où a émergé un “17è Land allemand”, celui des Allemands de Bruxelles, dont les délibérations et décisions pèsent plus que celles des parlements régionaux et du Bundestag. Du coup, l’identité allemande, dénuée d’un enracinement institutionnel, ne trouvant plus son exutoire naturel dans les débats du Bundestag, vient hanter la conscience allemande avec une vidéo comme Deutschland.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 05/04/2019 - 17:34
En Marche!
Soumission chez nous, poids de la fatalité chez eux, nous sommes tous en déficit d'espérance. C'est sans doute la cause, avec une fécondité à 1,2 pour les Européennes, du grand remplacement "En Marche".
liliesse
- 04/04/2019 - 17:54
un autre regard
Comme vous l'indiquez, cette vidéo mériterait d'être analysée scène par scène.
Ce clip par son intensité et son esthétisme est une réalisation artistique qui, à travers des scènes de violences passées, actuelles ..., les scanne ... et les dénonce.
Cela, au lieu d'engendrer une polémique, devrait susciter une réflexion sur la condamnation de la violence en général, quel qu'en soit le lieu.




pierre de robion
- 03/04/2019 - 22:50
lyrics
de la francophonie!