En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

04.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

05.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

06.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 30 min 29 sec
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 3 heures 47 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 4 heures 40 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 18 heures 13 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 19 heures 15 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 21 heures 10 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 23 heures 35 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 1 jour 27 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 2 heures 11 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 17 heures 49 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 18 heures 58 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 20 heures 37 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 22 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 1 jour 11 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
C'est l'histoire d'un mec

Ce pays d’Europe où un humoriste pourrait gagner la présidentielle

Publié le 30 mars 2019
Et il n'est pas là pour rigoler...
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et il n'est pas là pour rigoler...

Atlantico: Ce 31 mars, les Ukrainiens se rendront aux urnes à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle. Le président Porochenko se présente à sa propre succession, d'autres figures, comme Ioulia Timochenko participeront au scrutin, dont le favori serait, à l'heure actuelle, Volodymyr Zelenski, acteur de 41 ans, et regroupant 25% des intentions de vote. Quels sont les rapports de force ?

Cyrille BRET : en Ukraine comme en Europe occidentale, il ne fait pas bon d’être le président sortant. Petro Porochenko a été élu il y a cinq ans, en juin 2014 dans un contexte dramatique pour l’Ukraine. Le soulèvement de la place Maïdan commencé à l’automne 2013 avait été réprimé dans le sang. La Crimée avait été annexée par la Russie le 18 mars 2014, ce qui a été un traumatisme pour une large partie de la population, pas seulement dans l’ouest du pays. La guerre dans le bassin du Don (Donbass) a non seulement fait de nombreuses victimes mais également paralysé une bonne partie de l’outil industriel qui fait la richesse du pays depuis le 19ème siècle. Il y a cinq ans, lors des dernières élections présidentielles et législatives, le pays est entré dans la crise morale, économique, financière, politique et internationale la plus grave depuis son indépendance à la fin de l’URSS en 1991.

Aujourd’hui le pays est en train de relever la tête. Sur le plan budgétaire, il est soutenu par le FMI et l’Union européenne par des plans de soutien. Sur le plan économique, la croissance – essentiellement de rattrapage après la récession des années de guerre – est repartie : entre 2% et 3% de croissance du PIB cette année et l’année dernière. Sur le plan moral, le pays se redresse : les derniers sondages attestent que les attentes de changement de la population sont élevés. Sur le plan religieux, le président Porochenko a soutenu et obtenu l’autonomie de l’église orthodoxe ukrainienne à l’égard du patriarcat de Moscou auprès du patriarche œcuménique de Constantinople. Sur le plan militaire, il a fait appel au soutien des Etats-Unis et dispose sur son territoire de conseillers américains et du soutien de la Pologne ainsi que des Etats baltes.

Toutefois, il n’est crédité que de la 2ème ou de la 3ème place dans les sondages pour le premier tour de cette élection présidentielle. Cela augure mal également de sa majorité au Parlement, la Rada Suprême. Car les élections législatives auront lieu à l’automne. Dans un régime parlementaire, cela aura une incidence importante sur le cours politique du pays.

Les principaux adversaires politiques du président sortant sont des figures connues du public en Europe occidentale. Ioulia Timochenko, ancienne Première ministre, égérie de la Révolution Orange de 2004 et figure de proue de Maïdan, le talonne avec un programme assez proche où la candidature à l’Union européenne et à l’OTAN figurent en bonne place. Elle a donné un tour social plus ou moins réaliste à sa campagne en promettant des aides massives pour les tarifs de gaz et d’électricité. Leur hausse constitue la préoccupation majeure des Ukrainiens.

Parmi la quarantaine de candidats, seul Iouri Boïko est ouvertement pro-russe. A l’issue de la campagne électorale confuse, deux tendances s’affirment : d’une part, les pro-russes traditionnellement regroupés dans le Parti des régions s’effacent devant les pro-Maïdan. D’autre part, un candidat inattendu et original s’affirme, Volodymyr Zeleski.

Dans quelle mesure  Volodymyr Zelenski pourrait-il être en mesure de remporter l'élection ? Avec quels changements pour le pays ? 

L'acteur, réalisateur et producteur de télévision Zelenski a bâti sa popularité sur le rôle qu’il a incarné, avec brio, dans sa série « Serviteur du peuple ». C’est l’histoire d’un enseignant en lutte contre la corruption dont l’action lui vaut d’être élu… président d’Ukraine. Par-delà l’ironie de la situation, la candidature Zelenski porte certaines aspirations des Ukrainiens. Une méfiance certaine envers les élites issues de l’indépendance, de la Révolution Orange et du Parti des régions conduit les Ukrainiens à réclamer un renouvellement du personnel politique. De ce point de vue, les candidatures en présence ne peuvent pas les satisfaire : Petro Porochenko est un oligarque du chocolat implanté de longue date en politique ; Ioulia Timochenko est au centre de la vie politique depuis plus d’une décennie ; Hritsenko a été ministre de la défense…

C’est l’attrait pour le renouvellement et pour la jeunesse de la candidature Zelenski qui se conjuguent pour lui octroyer, dans les sondages, 20% à 25% des intentions de vote au deuxième tour.

Mais des sondages à la victoire, le pas est énorme, surtout en Ukraine. D’une part, les sondages récents montrent une grande volatilité des électorats. D’une part, le sortant a infléchi sa campagne pour insister sur le besoin d’expérience politique dans une crise multiforme. Enfin, la popularité d’un comique ne se transforme pas toujours en voix. On l’a vu dans la figure italienne de Beppe Grillo qui a été apprécié pour ses talents de « poil à gratter politique » mais n’a pas été considéré comme un potentiel homme d’Etat.

Alors que Ioulia Timochenko et Petro Porochenko sont au coude à coude pour faire face à  Volodymyr Zelenski au second tour de l'élection. Comment évaluer la proximité de ces trois figures pouvant prétendre à la présidence, à l'égard des européens, et à l'égard de Moscou ?

Les programmes et les candidats majeurs ont des similitudes évidentes. Tous les trois militent pour un cessez-le-feu en Ukraine orientale en impliquant les partenaires occidentaux (UE, OSCE) de l’Ukraine. Tous les trois cherchent à rétablir la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays à l’égard de la Russie en se rapprochant de l’OTAN. Tous les trois formulent un programme énergique pour améliorer les conditions de vie des Ukrainiens notamment dans le domaine de l’énergie et de la santé.

C’est que tous les trois sont issus du camp de Maïdan. Aujourd’hui, le clivage entre pro-européens et les pro-russes est de moins en moins structurant pour la vie politique ukrainienne. Le camp pro-européen et pro-occidental a remporté une victoire politique et symbolique. Il est en train de se diviser comme la vie politique ordinaire d’un pays le réclame souvent quand la crise s’estompe.

Les autorités russes ne restent pas inactives durant la campagne. Elles sont conscientes qu’elles ont perdu l’Ukraine durablement. L’annexion de la Crimée et les combats endémiques dans le Donbass permettent à l’influence russe de s’exercer par la négative en présentant un visage repoussant de l’Ukraine dans les médias. Mais, actuellement, la Russie n’est pas capable d’attirer à elle les Ukrainiens dans sa sphère d’influence. C’est pour cette raison que les médias russes mettent en cause la sincérité du scrutin à venir. C’est pour cette raison également que le Premier ministre russe a reçu devant les médias le seul candidat pro-russe, Boïko. Aujourd’hui, la Russie a gagné sur le terrain militaire en Crimée. Mais elle a perdu la bataille de l’opinion en Ukraine, en Europe centrale et orientale ainsi que dans toute l’Union.

Comment évaluer les conséquences du scrutin, aussi bien du côté de Moscou, que du côté des capitales européennes ?

Les élections ukrainiennes sont aussi des élections européennes. Ce sont en effet des élections entre Europe et Russie, dans un Etat anciennement République soviétique au sein de l’URSS qui est devenu depuis plus de dix ans un des partenaires les plus importants de l’Europe à l’est. L’Ukraine est en effet, avec la Géorgie, la Moldavie, le Belarus, l’Arménie et l’Azerbaïdjan membre du Partenariat oriental de l’Union européenne. A ce titre, la transformation de son système judiciaire, de ses institutions et de son économie font partie intégrante des politiques de l’Union européenne. Des élections libres, sincères et transparentes débouchant sur la constitution d’un exécutif stable et disposé aux réformes à Kiev est dans l’intérêt direct de l’Union européenne. Cette élection ne doit pas être négligée par l’Europe en général et par la France en particulier car une partie de notre futur se joue en Ukraine.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires