En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

06.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

07.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

01.

"Le PS doit proposer une révolution morale"

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 1 heure 54 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 2 heures 39 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 4 heures 35 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 6 heures 15 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 1 jour 2 heures
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 2 heures 16 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 3 heures 57 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 5 heures 26 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 10 heures 26 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 15 heures 17 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 3 heures
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Je t'aime moi non plus

Dans la tête des Français : cinquante nuances de rapport à l’Europe

Publié le 30 mars 2019
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la lignée de la séquence POP2017, Bruno Cautrès accompagne BVA pour suivre le quinquennat. Nous vous proposons de découvrir le billet de cette semaine.

Dans un article, prophétique et passionnant à lire, le philosophe allemand Jürgen Habermas, l’une des figures intellectuelles les plus renommées sur la question de l’Etat-nation dans son rapport à l’Europe aujourd’hui, (L'Obs du 26 octobre au 1er novembre 2017), ne cachait pas son enthousiasme à propos de l’engagement européen d’Emmanuel Macron mais aussi son inquiétude sur la frilosité avec laquelle les propositions du nouveau Président français étaient accueillies en Allemagne. Il s’étonnait de cette France surprenante qui venait de porter à l’Elysée « ce fascinant Monsieur Macron », alors que la population française « est depuis toujours plus eurosceptique que celle du Luxembourg, de la Belgique, de l’Allemagne ».

Quel magnifique résumé d’un paradoxe à la française de plus ! Et quel beau regard posé sur le mystère de nos relations franco-allemandes, ce cœur historique, fondateur, émotionnel, de la « construction européenne » comme nous disons en France. Histoire de nous rappeler que le chantier n’est pas fini, qu’il se cherche en se faisant, procède par étapes, alternant les moments de doutes et les fulgurantes accélérations. Comme lorsque nous attendions devant les distributeurs bancaires de toucher nos premiers euros ou lorsque nous rejetions le Traité de constitution européenne en 2005. Car en vérité, le rapport des Français à « l’intégration européenne », comme l’on dit ailleurs, c’est tout cela à la fois. Il n’y a pas d’un côté des Français qui soutiennent d’un seul bloc tout ce qui vient de Bruxelles et de l’autre côté des Français qui rejettent tout en bloc. Ces deux extrémités du spectre des opinions sur l’Europe en France existent bien sûr mais ne sont plus l’essentiel.

Le sentiment dominant en France c’est que nous sommes hybrides, français et européens à la fois, dans cet ordre des priorités. Nous, l’ancienne puissance colonisatrice, avons rêvé de nous projeter plus loin que nos frontières nationales dans le début des années 1960 marquées par la fin de la Guerre d’Algérie, la modernisation des « sixties », l’envie de vivre autrement des « baby boomers », mai 1968. Nous avons traversé de multiples crises depuis, de multiples mutations sociales, économiques et politiques. La France et les Français ont fait face : d’un côté les adaptations et les sacrifices qu’il a fallu faire ; de l’autre côté l’extension du domaine des possibles liés à l’européanisation de notre pays. La tension entre les deux a marqué en profondeur toutes les couches de la société.

Les travaux des chercheurs en sciences sociales ont montré que ces sacrifices et ces nouvelles possibilités n’ont pas touché tous les Français de la même manière. De nouvelles inégalités sont apparues, source d’incompréhensions politiques majeures entre les gouvernants et les gouvernés. L’Europe a mis du temps à produire un discours cohérent et lisible pour les Européens dans leur ensemble, afin de montrer la voie qui se dégage pour réguler ensemble, entre Européens, notre adaptation à l’économie-monde. Car c’est bien de cette adaptation, lente et progressive, de nos « vieux pays » européens à la nouvelle économie mondiale dont il s’agit.

L’Union européenne se mit à théoriser le « bouclier européen » à déployer pour limiter les effets négatifs de la mondialisation sur les Européens. Poussant l’argument dans ses retranchements, Emmanuel Macron parle aujourd’hui de « souveraineté européenne », un oxymore pour certains, un dépassement dialectique d’une insoluble contradiction pour les autres. Quels que soient les termes du débat, tout nous ramène dans nos expériences quotidiennes à une donnée historique qui dépasse chacun de nous : nous sommes les témoins d’une révolution majeure de l’histoire de l’humanité qui s’appelle l’intégration dans le monde de la globalisation, l’interdépendance entre les centres politiques, économiques et technologiques d’un « nouveau monde ». Ce rouleau compresseur bouscule tout et nous oblige à des adaptations. Il oblige aussi le monde politique à bouger, à s’adapter lui aussi mais plus encore à faire retour sur le sens le plus fort et le plus noble de la politique : donner aux citoyens des clefs d’analyse, de décodage, de repérage, faire vivre des conflits d’interprétation, transformer nos angoisses et peurs face à ce monde qui bouge sous nos pieds, en force.

L’enquête fort détaillée que vient de réaliser BVA pour Orange à propos du rapport des Français à l’Europe (dans la perspective des européennes du 26 mai prochain) nous livre un matériau empirique d’une grande finesse pour comprendre le rapport paradoxal que nous entretenons à « l’intégration européenne ». Les attitudes des Français vis-à-vis de ce processus continuent d’être marquées du sceau de l’ambivalence : les indicateurs d’opinions qui mesurent le sentiment le plus général et diffus vis-à-vis de l’Europe montrent qu’une majorité indiquent que l’appartenance de la France à l’UE est une « bonne chose » (pour 59% des sondés). Mais cette appréciation fait apparaître de forts clivages sociologiques entre la France des cadres supérieurs, des diplômés, des détenteurs du capital économique et culturel et les autres, qui se sentent un peu abandonnés à leur sort face à toutes ces évolutions. Par ailleurs, seuls 2 Français sur 5 souhaitent que l’unification de l’Europe soit renforcée.

Les opinions montrent également toute la difficulté pour composer ou (re)composer la vie politique française autour des questions européennes : les familles politiques qui ont fait le premier tour de la présidentielle ne pensent pas la même chose ni entre elles, ni à l’intérieur de chacune. Il existe des différences même entre les sympathisants MoDem et LaREM ou entre les sympathisants PS et LFI ou PS et EELV, ou encore LR et UDI ou LR et DLF ou encore DLF et RN ! Quel élément perturbateur, cette Europe ! Pour couronner le tout, les craintes vis-à-vis de l’intégration européenne sont fortes : 63% des Français disent craindre qu’avec plus d’Europe on perde notre capacité à décider de ce qui est bon pour la France ou que la France paie pour les autres pays. 56% disent craindre une l’augmentation de l’immigration avec davantage d’Europe également et près de 50% disent craindre l’augmentation du chômage, la perte de la protection sociale ou de l’identité nationale. Les Français et l’Europe, ce sont donc de très importantes « nuances de bleu » ... !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 31/03/2019 - 09:57
Comment voulez-vous que la France puisse être regardée autrement
qu'avec défiance?? Aucune réforme depuis 40ans. Aucune mise à niveau de son administration. La France démontre chaque jour son incapacité à être une Nation sérieuse devant les yeux des autres pays, & qui eux ont fait des réformes, même difficiles voir très difficiles sans pour cela demander la mutualisation de sa dette avec les petites dettes des autres & celles de ceux qui après des efforts baissent chaque année. En fait le philosophe Jürgen Habermas n'a pas pris en compte cette aspect alors qu'il est très démonstratif de la France. La France pour émettre une vision à d'autres, aurait donc du commencer de faire son chemin pour elle même, chemin de réformes, puis après cette sincère démonstration en appeler aux autres.
Ganesha
- 30/03/2019 - 11:30
Verbiage !
Quel bavardage !
Des centaines de mots inutiles, qui ne nous apprennent rien, qui ne font pas progresser le débat !

Dès 2005, nous avions compris qu'appliquer le principe de la Concurrence Libre et Non Faussée entre les ouvriers français et les ouvriers chinois, cela allait créer, chez nous, des millions de chômeurs supplémentaires !

Nous sommes aujourd'hui en 2019, nous voyons le résultat, et notre opinion se trouve confirmée.

Le problème fondamental de l'Europe, c'est d'avoir été bâtie sur la base d'un principe crapuleux : le Libéralisme !