En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 9 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 10 heures 37 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 5 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 17 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 18 heures 54 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 13 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 11 heures 40 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 31 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 14 heures 57 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 9 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 30 sec
© Isabel INFANTES / AFP
© Isabel INFANTES / AFP
London calling

Cinq leçons à tirer du No Brexit provisoire. Voici pourquoi la Grande-Bretagne sera gagnante à la fin

Publié le 30 mars 2019
Au lendemain du rejet définitif du “projet d’accord” qu’avait négocié le gouvernement de Theresa May, la question que Valéry Giscard d’Estaing avait posé lors d’une séance de Conseil Européen - “Madame, ne savez-vous dire que non?” - revient à l’esprit.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lendemain du rejet définitif du “projet d’accord” qu’avait négocié le gouvernement de Theresa May, la question que Valéry Giscard d’Estaing avait posé lors d’une séance de Conseil Européen - “Madame, ne savez-vous dire que non?” - revient à l’esprit.

La Grande-Bretagne sort d’une semaine où toutes les solutions ont été rejetées, que ce soit par des votes dits indicatifs, mercredi dernier (No deal, union douanière, second référendum....)ou, hier, plus solennellement, le troisième vote sur l’accord proposé par Theresa May. Ce matin, sur le continent, nombreux sont ceux qui dodelinent du chef avec un air de commisération envers ces “pauvres Britanniques”; n’ont-ils pas fait preuve d’une totale incapacité à comprendre les enjeux de l’instant? A Bruxelles, on ne sait pas s’il faut se réjouir de ce que, potentiellement, le Brexit puisse, désormais dérailler, ou être accablé du temps qu’il va falloir encore passer à négocier avec les Britanniques, dans tous les cas. Qu’est-ce qui est le pire? Avoir les Britanniques dehors ou les avoir à l’intérieur, à nouveau, après l’échec de deux ans et demi de négociations et, selon toute vraisemblance, un pays ingouvernable? 

 
En fait, il me semble que la plupart des commentateurs font fausse route. Il y a, derrière les apparences, quelques réalités simples que l’on peut identifier, et qui font penser que c’est la Grande-Bretagne, pas l’Union Européenne, qui sortira gagnante de l’actuel bras de fer. Je propose de tirer cinq leçons provisoires du “Non-Brexit”: 
 
1. L’Union Européenne est dans une impasse.
L’Union Européenne a définitivement prouvé sa stérilité et son pouvoir de nuisance. C’est elle qui “ne sait dire que non”. Quand on regardera ces événements avec le recul, c’est à propos de Bruxelles, Paris et Berlin qu’on pourra avoir des mines effarées. Fondamentalement, l’Union Européenne a refusé la négociation. Elle a voulu imposer un diktat, pour reprendre l’expression utilisée en Allemagne, en 1919, lors de la présentation du Traité de Versailles à l’opinion. Comme si, un siècle plus tard, l’Europe continentale confirmait qu’elle a complètement perdu la tradition de la négociation, du compromis politique et de l’équilibre européen. On nourrit encore à Bruxelles, je suppose, l’idée que l’on finira par faire craquer le Grande-Bretagne et qu’on la verra bientôt supplier de rentrer dans le club. Mais il s’agit d’un aveuglement profond. Comment imaginer que l’on puisse, face à la tradition politique britannique de liberté, de contrat et de négociation, agir par la menace, le chantage et la contrainte? Il y a eu des politiques et des hauts fonctionnaires britanniques pour être impressionnés. Mais, en face, le parlementarisme britannique apparaît bien vivant - trop vivant aux yeux de certains. 
 
2. Les gouvernements de l’UE révèlent leur degré d’autoritarisme dans leur degré d’hostilité à la Grande-Bretagne.Il est frappant de voir que l’attitude face au Brexit, sur le continent, dépend largement du degré d’autoritarisme des gouvernants. Dans les pays où le gouvernement repose sur une base électorale solide, on commence à voir poindre l’envie de trouver une sortie de l’impasse. Au contraire, c’est dans le pays où le gouvernement est le plus impopulaire, la France, que l’on trouve l’attitude gouvernementale la plus intransigeante vis-à-vis de la Grande-Bretagne. En fait, le Brexit sert de révélateur sur les valeurs politiques sous-jacentes. Il faut complètement abandonner l’opposition favorite des experts et des médias entre les populistes et les gens raisonnables ou celle d’Emmanuel Macron entre nationalistes et progressistes. Plus les gouvernements ont tendance à se présenter comme raisonnables, plus ils se sont montrés déraisonnables dans la négociation du Brexit, peu soucieux de trouver un compromis. 
 
3. La faille britannique: un problème de leadership. Il y a indéniablement un problème de leadership actuellement dans la classe politique britannique. Theresa May est la première responsable de son triple échec devant le Parlement. Elle a très mal négocié, durant deux ans, alors qu’elle avait de bien meilleures cartes que l’Union Européenne. Elle n’a pas le goût que possédaient ses prédécesseurs pour la négociation et la persuasion permanente au sein de son gouvernement et son parti. Elle est victime de son “exercice solitaire du pouvoir”. Qu’elle soit tenace au point de ne pas avoir présenté sa démission au soir du 29 mars et envisage même un quatrième vote, montre bien l’étendue du problème. Il est accru par le fait que personne, au sein du parti conservateur, ne réussisse, apparemment, à s’imposer comme un successeur évident. Non moins frappante est l’incapacité du chef de l’opposition, Jeremy Corbyn, à construire une alternative crédible. Jamais le chef du parti travailliste n’est sorti, au cours de ces longues semaines, avec une alternative crédible. Là est la difficulté britannique, s’il y en a une. 
 
4. La solidité de l’état de droit britannique.Cela fait ressortir avec plus d’évidence encore la solidité de l’état de droit britannique. Je viens de passer quelques jours en Grande-Bretagne. J’ai été impressionné par la sérénité profonde qui règne dans le pays. On y débat franchement du nombre réel de manifestants, samedi dernier, à Londres, en faveur du Remain. La marche des Leavers à travers le pays, a donné lieu à de belles manifestations populaires. La gauche a beau expliquer que Nigel Farage est un extrémiste, ses discours sont tout imprégnés de l’amour des institutions britanniques. On ne comprend pas pourquoi les marchés sont aussi calmes si l’on ne voit pas la confiance profonde que l’on continue à avoir, partout, dans la stabilité du système politique britannique. Certains se demandent comment un parlement peut, à ce point, se diviser; il y avait, avant les votes indicatifs de mercredi, dix-sept motions proposées; le Speaker n’en a gardé....que huit; elles ont toutes été rejetées. On ne peut qu’être impressionné par l’indiscipline des députés du Labour ou du parti conservateur qui n’ont pas suivi, hier, ce que demandait leur parti. Cela montre une liberté et une capacité à défendre ses convictions qui présage bien de la suite. Quand bien même certains trouvent la Chambre des Communes trop encline à échapper à un Brexit dur, l’observateur extérieur est frappé par l’esprit de liberté qui y règne, loin de beaucoup de parlements du Continent. Et quand bien même certains, à Bruxelles ou ailleurs, entretiennent l’espoir secret de faire passer la Grande-Bretagne sous des fourches caudines, on voit bien que le vrai drame du Brexit est ailleurs pour l’Union Européenne: en ayant laissé partir la Grande-Bretagne, l’UE se prive d’une culture politique de liberté, essentiellement libérale au sens politique de ce terme. 
 

5. Cette vague populaire qui monte en faveur d’un No Deal.Tandis que le Parlement britannique n’arrive pas à se décider, une option est en train de monter dans les sondages: le No Deal. Vu l’affaiblissement de Theresa May, la perspective d’une élection générale se précise. Et le grand dilemme, pour les membres de la Chambre des Communes, va être de savoir s’ils se représentent devant leurs électeurs avant ou après le Brexit. Si une élection générale avait lieu avant que le Brexit ait été décidé, le résultat sera dévastateur pour tous les parlementaires qui ont auront tergiversé. J’étais lundi soir à un meeting de la gauche pro-Brexit. Les orateurs se demandaient doctement comment faire parvenir Jeremy Corbyn au pouvoir; et l’un d’entre eux avait même tendance à penser qu’il valait mieux Corbyn sans le Brexit que le Brexit sans Corbyn. Une militante s’est alors levée dans la salle, pour demander la parole et a eu ces mots: “A Labour Brexit? A Tory Brexit? I don’t mind. I just want this bloody Brexit!”. (Un Brexit travailliste? Un Brexit conservateur? Ça m’est égal. Je veux juste ce foutu Brexit !”). C’est elle qui, ce soir-là, a été le plus applaudie. Et tous ceux qui sont allés dans son sens ont mobilisé la salle. Les intervenants avaient l’air, au bout de la séance, dépassés par un profond mouvement d’opinion, que l’on sent monter en Grande-Bretagne: l’idée qu’il faille en finir rapidement est en train de devenir majoritaire. Cela exclut de frapper à nouveau au pont-levis de la forteresse bruxelloise. Les semaines et les mois qui viennent vont être pleins de rebondissements. Mais une grande vague est en train de monter, qui engloutira ceux qui ne l’ont pas vu venir: le peuple britannique va exiger, de plus en plus clairement, que soit respecté le vote de 2016. Et la classe dirigeante britannique a suffisamment d’instinct de conservation pour l’entendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 31/03/2019 - 23:14
Husson fume trop, Atlantico, supprimez-lui la pipe à eau
Primo, l’UE n’a pas à négocier car elle n’est pas demandeuse. Et pourtant elle l’a fait de bonne foi et conformément à ses principes. Il faut quand même voir que si on inclut les pantalonnades de Cameron, on doit en être à pas loin de 5 ans de palabres avec les rosbifs.
Secundo, les impressions de Husson en voyage... franchement...Et son gloson sur la vigueur du système politique Anglais ! La vérité est que, quoique calmes, les Anglais sont atterrés par l’ineptie de leurs politiciens. Husson verse une larme sur l’indiscipline d’untel ou d’untel, mais quand on voit leurs tweets ou leurs saillies médiatiques , j’en ai rapporté quelques-uns ici, on est convaincu, comme les Anglais commencent à l’être qu’ils ont voté pour un tas de fumiers et d’imbéciles.
Tertio, quant à ses visions sur l’élan populaire pro-brexit, c’est se laisser abuser par des brailleries de militants. Là encore, la réalité est que le nombre d’anti-brexit est extrêmement élevé, et qu’ils ne disparaîtront pas dans les airs, juste parce qu’un connard aviné veut sont « fucking brexit »
moneo
- 31/03/2019 - 16:33
l'avenir?
N'ayant pas de boule de cristal je n'en sais rien ,ce que je sais par contre c'est que tout dépendra ensuite des décisions politiques qui seront prises ....façon travailliste année 55/70 qui firent de la Grande Bretagne le pays malade de l Europe ou façon Thatcher qui remis le pays debout ... En cas de Brexit pur et dur et en attendant de nouveaux accords commerciaux l'urgence sera l'unité de Royaume Uni avec une sortie de lEcosse très envisageable et la frontière à rétablir entre les 2 Irlande ça c'est du concret.. Bref ce que sera devenu l'Europe dans 20 ans?,d'autant qu'elle a aussi de fortes chances d'exploser avec le flux migratoire et l'incapacité de s'entendre sur c sujet et bien d'autres.... 20 ans de gilets jaunes???-:)
assougoudrel
- 31/03/2019 - 05:34
Après l'Angleterre
l'Italie? Les italiens (comme beaucoup d'autres) rejette cette Europe qui a voulu de la Grèce pour la plomber par la suite; de plus, les migrants se sont installés chez elle. Les pays de l'Union sont des quilles et ses dirigeants sont des chiens Il serait bon de les tenir éloignés.