En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 10 heures 39 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 14 heures 39 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 15 heures 41 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 16 heures 51 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 18 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 20 heures 39 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 11 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 14 heures 21 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 14 heures 54 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 19 heures 52 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 20 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 21 heures 31 min
© EMMANUEL DUNAND / AFP
© EMMANUEL DUNAND / AFP
La City et les autres

Brexit, un choc oui... mais pour qui ? Voilà ce que serait l’impact prévisible d’une sortie sans accord secteur par secteur des économies britanniques ou françaises

Publié le 28 mars 2019
Le scénario du "no deal" pourrait toucher l'agriculture, les vins et spiritueux, l'automobile, les produits pharmaceutiques, chimiques et textiles, et surtout au Royaume-Uni. Mais l'impact devrait être modéré.
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le scénario du "no deal" pourrait toucher l'agriculture, les vins et spiritueux, l'automobile, les produits pharmaceutiques, chimiques et textiles, et surtout au Royaume-Uni. Mais l'impact devrait être modéré.

Atlantico : Dans la perspective d'un Brexit sans accord, c'est à dire d'un "No deal", quelles en seraient les conséquences pour les entreprises et les salariés en France qui peuvent dépendre des échanges entre les deux pays ? Quels sont ces secteurs qui présentent des excédents sur le Royaume Uni qui pourraient en subir les conséquences ? 

Jean-Marc Siroën : Le « deal » prévoyait le maintien d’une Union douanière entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne pendant une période transitoire qui avait toutes les chances de s’éterniser, d’où le rejet des « hard brexiters ». Si le « deal » permettait d’éviter le rétablissement des frontières pour les échanges de biens, le « no deal » impliquerait l’application immédiate de tarifs douaniers dit « nation la plus favorisée », ceux qui s’appliquent à tous les pays avec lesquels l’Union Européenne n’a pas mis en place de traité commercial (Chine, États-Unis,…).

Pratiquement, la reconstitution de frontières posera une multitude de problèmes à commencer par des goulots d’étranglement lors des passages en douane.

Bien évidemment, le rétablissement des droits de douane réduira le commerce entre la France et le Royaume-Uni. C’est un jeu « perdant-perdant ». Dans la mesure où l’excédent français est de 11 milliards d’euros, nos producteurs pourraient souffrir davantage que ceux d’outre-manche. De plus, la probable dépréciation de la livre sterling agirait comme une taxe additionnelle sur les importations britanniques et comme une subvention à l’exportation ce qui poserait un handicap supplémentaire pour les firmes européennes et particulièrement pour les entreprises françaises.

Les secteurs les plus touchés seraient l’agriculture, les vins et spiritueux, l’automobile, les produits pharmaceutiques, les produits chimiques et textiles.

Mais si l’impact n’est pas négligeable, il ne doit pas être exagéré. D’une part, dans certains secteurs, les exportations pourraient être redéployées ailleurs, y compris au sein de l’Union européenne notamment parce que les produits français deviendraient plus compétitifs par rapport aux produits anglais.

D’autre part certains biens exportés sont peu substituables et donc peu sensibles aux prix (produits de luxe, produits pharmaceutiques, réacteurs,…).

Enfin et surtout, nos exportations industrielles incorporent des composants importés ce qui modère l’effet de leur baisse sur l’emploi et l’activité en France. Une moindre exportation de produits textiles risque ainsi de peser davantage sur l’emploi chinois que sur l’emploi français… Plus cocasse encore, les réacteurs des airbus achetés par British Airways sont souvent… produits au Royaume-Uni par Rolls-Royce. Il est vrai, néanmoins que la France exportera moins de composants vers les entreprises allemandes qui exportent vers le Royaume-Uni, etc...

C’est donc plutôt le coût associé à cette rupture de la chaîne de valeur, organisée à l’intérieur de l’Union européenne, qui pourrait être sous-estimé… pour le Royaume-Uni. Le coût des composants d’origine européenne va augmenter pour les entreprises britanniques ce qui les incitera à se délocaliser dans l’Union européenne (ou ailleurs) compensant même partiellement, les effets négatifs de la chute des exportations. La France a d’ailleurs tout intérêt à mener une politique visible d’attractivité.

On le voit, les extrapolations sur les conséquences économiques du « no deal » doivent être prises avec précaution.

N'est-on pas éloigné ici d'un constat qui présenterait la finance comme la principale victime de cette situation ? Le profil des personnes les plus touchées ne pourrait-il pas être plus large que le seul secteur de la finance ? 

Nous avons évoqué le commerce des biens, mais la spécialisation du Royaume-Uni est davantage fondée sur les services et, tout particulièrement, sur les services financiers. Si sa balance commerciale est structurellement déficitaire, sa balance des services est structurellement excédentaire. Cette fois, ce ne sont plus les droits de douane qui sont en cause, mais le tissu bien plus complexe des règlementations qui restreignent plus ou moins le commerce des services.

En effet, l’attractivité de ses marchés financiers, notamment le marché des changes est la seule chose que le Royaume-Uni avait pu sauvegarder de son hégémonie passée. Leur modernisation voulue autrefois par Mme Thatcher a aussi bénéficié de son intégration européenne et de son « passeport financier européen ». Toutefois, même avec le « deal » le secteur financier aurait souffert.

Le problème se pose pour le Royaume-Uni, pas pour la France qui pourrait en profiter. Elle a d’ailleurs plutôt bien réagi pour accueillir les banques à la recherche de relocalisation.Londres va donc perdre des emplois dans la City et Paris en gagner à la Défense. L’effet pourrait être assez significatif au Royaume-Uni où les services financiers représentent environ 10% du PIB. Il sera beaucoup plus modéré en France. Mais surtout les emplois créés exigeront des compétences qui ne sont pas celles des éventuels emplois perdus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 29/03/2019 - 11:11
pas de réponse en 600 mots
La tentation va être de se mettre au niveau fiscal Irlandais voir inférieur surtout si l'Irlande dans son entier n'est pas virée d'Europe ;pass sûr non plus qu e l'Ecosse ne tente psa une nouvelle fois de quitter la Grand e Bretagne bref on sait une chose c'est qu'on ne sait rien