En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Pixabay
Air de famille

Ce que la science sait désormais de ces traumatismes passés qui peuvent être reçus en héritage génétique

Publié le 28 mars 2019
Avec Axel Kahn
Une étude américaine menée par la psychiatre Rachel Yehuda conclut que les traumatismes peuvent se transmettre à travers les générations au sein d'une même famille.
Axel Kahn est médecin généticien et essayiste.Depuis 2007, il préside l'Université Paris Descartes.Axel Kahn est l’auteur d’une vingtaine de livres dont plusieurs ont été des bestsellers, notamment Et l’homme dans tout ça ? (NiL, 2000), Comme deux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Kahn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Kahn est médecin généticien et essayiste.Depuis 2007, il préside l'Université Paris Descartes.Axel Kahn est l’auteur d’une vingtaine de livres dont plusieurs ont été des bestsellers, notamment Et l’homme dans tout ça ? (NiL, 2000), Comme deux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude américaine menée par la psychiatre Rachel Yehuda conclut que les traumatismes peuvent se transmettre à travers les générations au sein d'une même famille.
Avec Axel Kahn

Atlantico : Une étude américaine menée par la psychiatre Rachel Yehuda conclut que les traumatismes peuvent se transmettre à travers les générations au sein d'une même famille. Si un parent est "traumatisé" sa descendance pourrait, épigénétiquement, en ressentir les effets. Comment se traduisent-ils ?

Axel Kahn : Cela veut dire que si le traumatisme entraine chez la personne une certaine anxiété, des insomnies, une hyperréactivité, des troubles de l'humeur, c'est que cette anomalie, ces modifications du comportement, ont été observé chez l'objet du traumatisme mais aussi chez ses descendants à travers les générations. C'est la reproduction chez les humains d'une expérience menée, il y a une dizaine d'années, sur des rongeurs de laboratoire. On a soumis à des stresses des femelles enceintes, et l'on a vu différents troubles de comportement chez les fœtus, mais également sur plusieurs générations. C'est une répétition tout à fait typique de cette expérience, il s'agit non pas d'une modification des gènes, qui n'ont rien à voir, mais d'une modification épigénétique qui agit sur l'hérédité des gènes et leur niveau d'activité. Le traumatisme peut être aussi bien physique que psychologique, l'expérience sur les rongeurs le démontre, qui peut se traduire chez les descendants par les symptômes que nous avons évoqués plus haut.    

L'étude affirme que la transmission du trauma touche avant tout les hommes, de père en fils, ou de grand père en petits fils, comment l'expliquer ? Le chromosome Y serait-il plus sujet, épigénétiquement, à cette transmission ?

Non le chromosome Y n'y est pour rien, si par hasard les gènes soumis à l'empreinte sont en particulier les gènes portés par X, c'est ce que l'on attend. Chez les femmes, qui ont deux chromosomes X contrairement aux hommes qui ont X et Y, il n'y a qu'un seul chromosome X sur deux qui est actif. Si une femme est traumatisée, elle va transmettre le chromosome X à ses filles, et le X soumis à l'empreinte du trauma va se retrouver en face d'un autre X, donc il n'y aura rien. Chez les hommes, le seul X actif sera celui transmis par la mère, il est donc normal de trouver un risque de transmission supérieure pour le sexe masculin. Cela suggère que certains des gènes soumis à l'empreinte, dont le niveau de fonctionnement a été modifié par l'expérience traumatisante, sont portés par le chromosome X. C'est une hypothèse purement génétique, mais on ne peut pas totalement exclure qu'il y ait une multiplicité des effets entre une prédisposition épigénétique, et une influence hormonale qui amène les hommes à y être plus sensibles.

Est-il possible de détecter la transmission avant la naissance ? Faut-il suivre plus particulièrement les descendants "à risques" ?

Non ce n'est pas possible pour l'instant, on peut détecter des mutations et faire des modifications dans la suite des lettres qui forment l'alphabet génétique, mais ce sont des changements de cet ordre, ici on est dans l'épigénétique. La correction porterait sur le manchon des protéines qui sont situées autour de l'ADN, et qui interviennent dans le niveau de fonctionnement des gènes, et cela on est incapable de l'examiner en prénatale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 28/03/2019 - 13:06
Enfin l'Homéopathie réhabilité
Vous voyez qu'il y a des analyses scientifiques qui confirment l'axiome de Hahnemann : « similia similibus curentur ».