En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Lucidité
Baccalauréat, confinement, élections municipales, pénurie de masques : les principales annonces d’Edouard Philippe sur TF1 sur la crise du coronavirus
il y a 9 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 10 heures 56 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 13 heures 45 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 15 heures 30 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 17 heures 1 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 17 heures 53 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 19 heures 40 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 5 min
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 13 heures 30 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 14 heures 11 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 15 heures 56 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 21 heures 5 min
Politique de la ville

Lutte contre les inégalités : l’étude choc qui montre pourquoi on a tout faux depuis des années en matière de politique de la ville

Publié le 25 mars 2019
Une étude publiée dans Sociological Quartely a analysé l'impact de notre quartier de résidence sur notre réussite scolaire.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans Sociological Quartely a analysé l'impact de notre quartier de résidence sur notre réussite scolaire.

Atlantico : Une étude publiée dans Sociological Quartely a analysé l'impact de notre quartier de résidence sur notre réussite scolaire. A revenu égal, quelqu'un de privilégié vivant dans un quartier "chic" réussirait mieux scolairement que quelqu'un évoluant dans quelque autre type de quartier. A contrario, quelqu'un évoluant dans un milieu défavorisé et résidant dans un quartier peu favorisé voir très défavorisé s'en sortirait pareillement. Quelles conséquences tirer de cette étude ? Les politiques en matière de logement (baisse des taxes, aide au logement, investissements dans les quartiers pauvres) auraient-elles tout faux ? 

 
Laurent Chalard : Cette étude est intéressante car elle montre qu'il y a bel et bien un effet quartier. On parle d'effet quartier au sens de l'impact que peut avoir l'environnement social sur un individu. C'est-à-dire qu'en fonction des caractéristiques sociaux démographiques du quartier, les taux de réussite scolaire ne seront pas les mêmes. C'est une donnée que l'on connaissait déjà, mais cette étude vient confirmer l'importance de l'effet quartier aux Etats-Unis -puisqu'il s'agit d'une étude sur la société américaine- et par extension en France également.
 
Comment expliquer cet effet quartier sur la réussite scolaire des enfants ? Un premier élément de réponse qui est particulièrement important aux Etats-Unis, c'est la qualité de l'école puisque l'on sait d'ores et déjà qu'elle y varie de façon considérable en fonction des quartiers. Par exemple, l'enseignement public qui est dominant dans les quartiers pauvres et en particulier dans les quartiers majoritairement peuplés par des minorités ethniques est d'un niveau catastrophique avec très peu peu de moyens financiers et à contrario l'enseignement est d'excellente qualité dans les quartiers riches.
 

Une deuxième élément qui vient expliciter cet effet quartier, est l'ambiance familiale dans laquelle l'enfant évolue. Lorsque vous êtes dans un quartier où domine majoritairement des populations aisées cela sous-entend que l'enfant grandit dans un environnement qui sera favorable à sa réussite scolaire. En outre, l'enfant bénéficiera d'une stabilité financière certaine mais se verra aussi transmettre des valeurs de travail et en particulier de réussite scolaire puisque dans ces milieux elle est la condition sine qua non d'un maintien de sa place au sein de la hiérarchie sociale. 

 
Un troisième élément est également à prendre en compte, il s'agit de l'ambiance du quartier. Ce qui sous-entend que si vous êtes un enfant grandissant dans un quartier calme il y a moins de risques que vous adoptiez des comportements déviants. Par contre, si vous grandissez au sein d'un quartier pauvre où la criminalité est importante, vous n'êtes confronté qu'à des mauvais exemple, et le risque que vous suiviez ces exemples est plus important pour vous que pour un jeune grandissant dans un quartier privilégié. 
 
Ainsi, lorsque l'on additionne ces trois facteurs explicatifs, l'importance de l'effet quartier sur la réussite scolaire apparaît nettement. 
 
Ensuite, les politiques en matière de logement ont-elle eu tout faux jusqu'alors ? Effectivement, si l'on se fie à cette étude on a l'impression que sur le plan scolaire il est préférable d'évoluer dans des quartiers riches et homogènes socialement que dans des quartiers pauvres, où la mixité sociale est importante et où le nivellement pourrait avoir lieu par le bas. Bien évidemment cela interroge. Cependant, il serait trop facile d'en tirer des conclusions définitives et de conclure que la mixité sociale ne sert à rien. 
 
En réalité, c'est un peu plus complexe car on se rend compte que dans les quartiers riches en mixité sociale les parents ne sont pas contraints de scolariser leurs enfants dans les établissements du quartier. Un exemple criant serait par exemple, les quartiers de l'Est parisien. Quartiers où la mixité sociale est forte et qui fonctionnent relativement bien, mais lorsque l'on se penche sur la mixité sociale on constate que les enfants de milieux sociaux favorisés qui habitent ces quartiers sont scolarisés dans des écoles privées soit à l'intérieur du quartier soit dans un autre quartier par le biais de dérogations. A l'inverse, les écoles publiques du quartier sont majoritairement réservées aux enfants issus de milieux populaires. Un quartier peut donc être extrêmement mixte socialement parlant mais ce n'est pas pour autant que les enfants privilégiés seront scolarisés sur place. Cela implique donc, que la mixité sociale sans mixité scolaire fonctionne, l'inverse n'étant pas vrai. 
 

Le constat serait d'autant plus fort parmi les minorités. Quelqu'un issu d'une minorité et évoluant dans un quartier très privilégié -à revenu égal- aurait un cursus scolaire moins brillant que les autres résidents de ce même quartier. Pourquoi cette différence ? Le logement et le quartier de résidence n'ont-ils donc qu'un impact moindre sur la réussite professionnelle d'un individu ?

 
Cette différence peut s'expliquer par deux facteurs. Le premier étant le contexte culturel tel qu'il avait été définit sociologiquement parlant par Pierre Bourdieu. En somme, dans les milieux définis comme bourgeois il existerait tout un ensemble de valeurs mais aussi de connaissances qui seraient transmises par la famille en dehors du cursus scolaire. Cette transmission des connaissances dans le cadre familiale permettrait une meilleure réussite de l'enfant. 
 
On s'en rend particulièrement compte lorsque l'on se penche sur les familles en phase d'ascension sociale. C'est-à-dire qu'un individu issu d'un milieu sociale populaire ayant grandit avec les valeurs de sa classe sociale tout en bénéficiant de moyens financiers comparables à ceux des classes les plus aisées, transmettra un certain capital financier à ses enfants mais ne sera pas en capacité de leur transmettre le capital culturel du milieu bourgeois puisqu'il vient tout juste de l'intégrer. Ainsi, il n'est pas surprenant que les enfants issus de minorités évoluant dans des milieux aisés ne possèdent pas le même capital culturel que les autres enfants et par conséquent réussissent moins bien scolairement parlant. Il y a donc un faussé important, or celui-ci ne disparaît qu'à partir de la deuxième région.
 
Pour revenir davantage sur le cas américain, il faut également prendre en compte l'impact du racisme. Bien évidemment, en fonction de votre origine ethnique vous serez perçu de manière différente, en particulier si vous êtes issus de la minorité noire. Un enfant noir scolarisé dans une école à dominante blanche se verra renvoyer un certain nombre de stéréotypes de fait qu'il est fort probable qu'il les imprègne et les applique au long terme. Ce n'est pas un facteur primaire, mais il n'est pas non plus négligeable. 
 
Le quartier de résidence n'a donc pas un impact moindre sur la réussite professionnelle d'un individu. Au sein d'un même quartier, il ne faut pas seulement comparer les niveaux de revenus et les origines sociales mais il faut également prendre en compte la réussite scolaire des enfants issus de minorités dans les beaux quartiers par rapport à la réussite scolaire des enfants issus des minorités dans les quartiers pauvres. En faisant cette démarche, on constate que les populations issues de minorités habitants dans les beaux quartiers réussissent mieux scolairement que les populations issues de minorités qui seraient restées dans des quartiers défavorisés. En revanche, elle réussissent moins bien que les autres populations des beaux quartiers qui ne seraient pas issues de minorités. 
 
Cela sous-entend donc que le quartier a un impact qui n'est négligeable mais qu'il n'est pas le seul facteur déterminant de la réussite scolaire d'un enfant puisqu'il faut aussi prendre en compte le milieu familiale mais aussi les capacités de l'enfant.
 

Quelles conséquences peut-on tirer de cette étude en termes de mixités sociales et territoriales ? La mixité, finalement, ne joue-t-elle aucun rôle dans la réussite sociale et professionnelle d'un individu ? 

 
Avant tout, il faut rappeler que cette étude ne fait que confirmer ce qu'un certain nombres d'autres études menées dans des pays développés avaient déjà révélé. On ne peut donc pas dire qu'il y ait des conséquences directes à en tirer, mais elle vient confirmer que cette idée de mixité sociale qui paraît plus juste socialement n'est pas forcément la bonne solution.
 
Sur le papier elle apparaît comme étant une solution optimale mais dans la réalité, sur le plan de la réussite scolaire, les choses sont bien plus complexes.  Si vous êtes issus d'une catégorie favorisée vous n'avez en ce sens pas intérêt à vivre dans un quartier riche en mixité sociale puisque vos enfants recevront une éducation de moins bonne qualité. Pour les catégories favorisées, le nivellement se fera alors par le bas. 
 
Finalement, j'estime que l'on est plutôt face à un faux débat. C'est-à-dire que la question n'est pas tant d'instaurer une mixité sociale -laquelle, on le sait depuis des décennies, est illusoire- au nom d'un égalitarisme social forcené  mais plutôt d'inventer des méthodes d'enseignement qui permettraient de donner aux enfants issus des quartiers défavorisés un plus grand goût des études et des plus fortes chances de réussite. Aujourd'hui, je pense que c'est l'enjeu majeur d'autant plus qu'il est bien plus réaliste. Cela a déjà été mis en place aux Etats-Unis où des écoles test ont été ouvertes pour les enfants issus de milieux défavorisés. Situées en dehors des quartiers de résidence de ses populations, elles emploient d'excellents enseignement et fonctionnent en effectifs réduits c'est-à-dire que les classes sont de petites tailles. Or, leurs résultats sont extrêmement encourageant : elles permettent d'augmenter les chances d'accès à l'université des populations les plus précaires. Néanmoins, un problème se pose : elles coûtent très cher. Ainsi, si on est en capacité de le faire dans quelques quartiers -notamment en France-, la généralisation de ce modèle dans un contexte de crise économique est peu réaliste.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

06.

Coronavirus : l’après crise sera violente

07.

Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Djams
- 28/03/2019 - 21:48
Pas d'accord
Cette citation de l'article me choque : "mais cette étude vient confirmer l'importance de l'effet quartier aux Etats-Unis -puisqu'il s'agit d'une étude sur la société américaine- et par extension en France également." L'auteur de cet article n'est clairement pas un scientifique. On ne confirme pas une importance en faisant une généralité d'un cas particulier. Ce n'est pas parce que cette étude confirme l'importance de l'effet quartier aux Etats-Unis qu'elle peut être aussi facilement étendue à la France dont les systèmes économiques et les valeurs sont complètement différents ! Ce sont tous les deux des pays occidentaux dits libéraux mais leur Histoire et leur mentalité sont complètement différents. Il faut réaliser la même étude en France pour affirmer cette importance en France !
CORINESBH
- 26/03/2019 - 14:35
Parents ?
Cela revient à dire que les parents de certaines familles n'ont pas acquis les valeurs : travail, respect, courage etc.... Et ne peuvent pas les transmettre à leurs enfants.
Donc effectivement, quartier chic ou pas, aisée ou pas, ecole public ou pas, le mot egalité ne veut plus rien dire si il n'y a pas la meme base pour tous.
tubixray
- 25/03/2019 - 13:38
alors rêvons
Que les familles appartenant à une certaine ethnie et pratiquant une certaine religion aient à cœur de respecter l'état français, sa culture et ses institutions et soient reconnaissants de l'aide sociale considérables dont ils bénéficient !
Le terme "quartier défavorisé" réclame une précision: combien de dizaines de milliards ont été investis depuis le premier plan banlieue ? Quel est le montant de toutes les aides sociales versés par l'état, les territoires et autres institutions par année et par habitant ?
Vous avez dit défavorisés ? Qu'en pensent les gilets jaunes ?