En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 25 min 38 sec
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 2 heures 37 sec
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 2 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 2 heures 32 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 3 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 19 heures 9 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 41 min 8 sec
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 3 heures 11 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 18 heures 49 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 19 heures 27 min
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
TECH

Ce que devrait révéler la Keynote Apple de ce lundi 25 mars

Publié le 25 mars 2019
Une keynote Apple doit avoir lieu aujourd'hui entre 18h et 20h. L'accent devrait être mis sur les contenus et les médias, plus que sur le hardware, c’est-à-dire les iPhones, les ordinateurs et les montres.
Gilles Dounès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Dounès a été directeur de la Rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek,  l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCHtv  la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux Loisirs.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une keynote Apple doit avoir lieu aujourd'hui entre 18h et 20h. L'accent devrait être mis sur les contenus et les médias, plus que sur le hardware, c’est-à-dire les iPhones, les ordinateurs et les montres.

Atlantico : Une keynote Apple doit avoir lieu aujourd'hui entre 18h et 20h. L'accent devrait être mis sur les contenus et les médias, plus que sur le hardware, c’est-à-dire les iPhones, les ordinateurs et les montres. En quoi est-ce que cela illustre la nouvelle stratégie d'Apple ? Pourquoi les nouveaux modèles d'iPhone, iMac, AirPods ne sont plus au cœur des Keynotes ?

Gilles Dounès : Il y a plusieurs choses. Tout d'abord, je ne pense pas que l'on soit dans une nouvelle stratégie d'Apple, mais au contraire au cœur même de ce qui fait toute la force de sa stratégie de communication depuis des lustres. Lorsqu'il s'agit d'événements ponctuels, thématiques. la firme à la Pomme sait parfaitement que la ressource médiatique est rare et volatile, et se concentre donc sur ce qui est essentiel de son message, le produit, a fortiori lorsqu'il s'agit d'une nouvelle classe de produits ou de services.

C'est la raison pour laquelle toutes les « nouveautés », en l'occurrence plutôt des mises à jour de hardware déjà présent catalogue, se sont échelonnées plus ou moins discrètement tout au long de la semaine qui a précédé, afin de ne pas « parasiter » le message délivrée soir. À l'exception des Air pods, il s'agit d'ailleurs davantage d'appareils destinés à la production de contenus, comme l'iMac ou l'iPad et l’Apple Pencil, en liaison avec la saison des achats du secteur de l'Education qui s'annonce, plutôt que des supports de consultation à proprement parler. Apple a d’ailleurs également annoncé un rapprochement avec Microsoft dans la gestion des environnements de travail destiné aux enseignants.

Les autres produits électroniques de la gamme ont une saisonnalité bien à eux, comme le MacBook Pro par exemple qui fait toujours un tabac auprès des étudiants en fin de premier semestre, ou bien l'iPhone qui est présenté à la rentrée de septembre depuis de nombreuses années maintenant, même si rien n'est jamais gravé dans le marbre chez Apple.

Cela ne veut pas dire que tous ces produits ont disparu des trois ou quatre, peut-être cinq, rendez-vous qu'Apple donne à la presse et à la communauté de ses utilisateurs chaque année, mais ils se font sur le rythme différent depuis une bonne douzaine d'années. Il était devenu difficile de faire coïncider les sorties de produits avec les dates des événements (Macworld de San Francisco en janvier, Apple expo à Paris en septembre), sachant que les Keynote sont réglés comme du papier à musique et nécessitent une semaine entière de calage, avec la participation des cadres du plus haut niveau… sans parler de toute la préparation en amont Mais l'iPhone a jusqu'ici gardé une Keynote de présentation bien à lui.

Surtout, il faut constamment garder à l'esprit que la plate-forme d'Apple repose sur quatre piliers bien distincts, plus ou moins visibles par une sorte d'effet de perspective, mais qui sont historiquement présents depuis des années. Le plus évident est bien sûr le pilier « hardware », celui qui vient d'abord à l'esprit lorsqu'il est question d'Apple, mais celui-ci est directement appuyé au volet « logiciel » de l'offre de valeur de la marque : les différents systèmes d'exploitation, mais également les applications développées en interne, à l'appui du troisième pilier qui est celui des contenus. Par une sorte d'effet de perspective, il est un peu occulté par les deux premiers, même s'il a pris une importance fondamentale depuis la Refondation de la société autour de la musique au tout début des années 2000. Et c'est également le cas du quatrième de ces piliers, celui des partenariats, qui est même présent depuis l'origine et qui soutient tous les autres, même si il a constamment été problématique dans l'histoire de la société.

En l'occurrence, c'est de ces deux derniers qu’il devrait être principalement question, avec notamment un service d'abonnement construit autour des séries, avec bien entendu des contenus exclusifs mais également des partenariats avec des studios de production. Je serai également bien étonné qu'il n'y soit pas question du support de consultation évident qui est l'Apple TV proprement dite, avec une nouveauté à clé, et même si des partenariats avec des fabricants de téléviseurs ont été annoncés lors du CES en janvier dernier.

 Pour construire sa nouvelle version d'Apple News, Apple a racheté Texture, une application qui agrège les articles de grands magazines américains, contre abonnement, à la manière donc d'un Spotify pour les médias. Pourquoi Apple parie sur le payant ? Est-ce que l'application peut convaincre à la fois les lecteurs, et les journaux qui devront rogner sur le revenu unitaire des abonnements ?

Apple a toujours été très sourcilleuse sur le respect de la propriété intellectuelle, la sienne mais également celle des autres. Il faut rappeler que c'est le souci de la lutte contre le « piratage » de la musique qui était à la base de la démarche d'Apple au lancement de l'iTunes Music Store. Des ce moment-là, Apple a prélevé un pourcentage, minime compte-tenu de l'urgence qui était celle de l'industrie musicale face à sa perte de revenus. Il fallait proposer un tarif minimal, symbolique, tout en continuant à rémunérer les créateurs. La firme à la pomme a fait le choix de ne se rémunérer qu'à hauteur de 2 ou 3 % sur les contenus (et beaucoup plus sur l'électronique), tout en tirant parti des règles européennes pour faire payer la différence aux contribuables, en s'appuyant sur la TVA réduite du Luxembourg.

Avec l'iPhone et App Store qui a été étendu ensuite aux ordinateurs de la marque, et dont le modèle a été répliqué par ses concurrents, Apple a choisi de se rémunérer de façon sensiblement plus importante, considérant qu'elle apportait une valeur ajoutée aux développeurs ainsi qu'aux marques partenaires qui avaient choisi d'être présentes sur sa plate-forme.

La marque à la Pomme a déjà proposé une sorte de kiosque aux différents titres, non sans un certain « tirage », dans tous les sens du terme. En cause la volonté d'Apple de protéger les données personnelles de ses utilisateurs, fussent-ils usagers de l'application, quand les titres de presse tenaient à avoir accès aux coordonnées de leurs lecteurs, au-delà même du partage des revenus supplémentaires générés par l'application. Nous évoquions plus haut les relations souvent difficiles de la firme de Cupertino avec ses différents partenaires au cours de son histoire, et celle-ci semble vouloir ce répéter. En effet, une fois passée la sainte trouille éprouvée par les Majors du disque dès les premiers succès de l'iTunes Music Store, celles-ci n’avaient eu de cesse de reprendre leurs mauvaises habitudes, en faisant notamment pression pour une augmentation sensible des tarifs. 

Et c’est à présent au tour des marques les plus fortes de la presse américaine,  celles qui ont su réussir à négocier le tournant de la dématérialisation du secteur,  de vouloir s’affranchir d’un partenaire souvent intransigeant. Le New-York Times  a en effet annoncé qu’ils avaient décliné les propositions d’Apple à rejoindre ce nouveau service, craignant d’être « dilué » parmi les autres titres. D’autres, de moindre notoriété, ont quand à eux accepté de se risquer dans l’aventure même si le partenaire historique d'Apple dans la presse, et le Washington Post ont, a finalement confirmé au dernier moment avoir signé. Le tarif devrait semble-t-il être aussi agressif que celui d'iTunes Music Store à son lancement, aux environs de 10 $.

Le streaming vidéo devrait être au cœur des annonces ce soir. A l'heure où Amazon et Netflix produisent leur propre contenu pour s'assurer de la fidélité de leurs utilisateurs, Apple ne devrait pas annoncer la création d'un concurrent direct, mais simplement d'un nouveau média de diffusion des contenus créés par d'autres. Qu'est ce qui explique qu'Apple tarde ou a tardé à se lancer ?

C’est en effet l’annonce d’un service « estampillé Apple », autour des contenus vidéo, qui devrait constituer le morceau de bravoure de l’événement de ce soir, comme le laisse entendre l’intitulé du bristol numérique envoyé aux invités de l’amphithéâtre Steve Jobs : « It’s Show Time ». Les dernières rumeurs font non seulement état de partenariats signés avec des studios pour des « bouquets de séries », mais également  depuis  1 ou 2 ans de plusieurs milliards de dollars mis par Apple sur la table pour être en mesure de proposer pas moins d’une douzaine de séries exclusives. Avec à la clé le débauchage de plusieurs stars planétaires pour cela,  à la manière de ses concurrents Netflix ou Amazon. 

Tout cela prend bien évidemment du temps, et d’autre part Apple a du faire face ces dernières années a une augmentation considérable de son périmètre d’action, avec par ailleurs la conservation d’une structure de décision très pyramidale. Il n’est pas impossible qu’il y ait également eu des changements de stratégies vis à vis d’un secteur aussi fondamental pour la société, en fonction de l’évolution du marché et de la concurrence : on a vu que Netflix ou Amazon étaient montés très rapidement en puissance avec une politique de contenus exclusifs très agressive .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires