En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

03.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel

07.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Qualité nutritionnelle : et voilà la liste des 100 meilleurs aliments au monde

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Toutes ces erreurs que le Défenseur des droits commet dans son rapport sur la discrimination en France

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 55 min 54 sec
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 1 heure 49 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Affaire Fillon : Hollande a envisagé de reporter la présidentielle; Dati a cherché le soutien de l'Elysée contre Hidalgo; Ecologie : truc de riches ou cauchemar vert ?; Cyberhaine sur les réseaux sociaux : le marché plus fort que la loi
il y a 2 heures 21 min
décryptage > International
Soft power

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Histoire
Rivalité

Et si on s’était trompé de Voltaire ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Santé
Vives inquiétudes

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Europe
Présidence du Conseil de l'Union européenne

Angela Merkel peut-elle sortir de son coma l’Europe ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Fin des haricots occidentaux

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

il y a 6 heures 19 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
L'eau des égouts a été déversée par erreur sur une plage d'Acapulco
il y a 19 heures 23 min
light > Media
Validation de l’offre de reprise
Soulagement pour Presstalis qui va devenir France Messagerie
il y a 20 heures 43 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Société
Mobilisation planétaire

Antiracisme et environnement : l’été 2020 sera radicalement exigeant ou ne le sera pas

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Politique
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Exercices de coloriage

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Consommation
Sucre caché ?

Eaux parfumées : comment repérer celles qui vous font grossir l’air de rien ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Europe
Menace pour l'Etat allemand ?

L’Allemagne a-t-elle un problème d’infiltration de son extrême droite dans les rouages de l’Etat ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La sortie de crise dépend essentiellement des comportements individuels des populations

il y a 6 heures 5 min
pépites > France
Candidature
Défenseur des droits : l'Elysée envisage de remplacer Jacques Toubon par Claire Hédon
il y a 18 heures 41 min
Représailles
L’Inde décide d’interdire 59 applications chinoises, dont TikTok et WeChat, pour raisons de "sécurité"
il y a 20 heures 9 min
pépites > Politique
Fin de la langue de bois
Le journaliste Carl Bernstein révèle les édifiantes conversations privées de Donald Trump avec Vladimir Poutine, Recep Tayyip Erdogan, Emmanuel Macron ou bien encore Angela Merkel
il y a 21 heures 10 min
© UPI / AFP
© UPI / AFP
Bonnes feuilles

Cinquante ans après Mai 68, l’acharnement à détruire qui reste de ce monde est plus fort que jamais

Publié le 23 mars 2019
Henri Guaino vient de publier "Ils veulent tuer l'Occident" aux éditions Odile Jacob. Il évoque l’Occident engagé sur une pente qui pourrait bien lui être fatale à brève échéance. Extrait 1/2.
Henri Guaino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Guaino est un haut fonctionnaire et homme politique françaisConseiller spécial de Nicolas Sarkozy, président de la République française, du 16 mai 2007 au 15 mai 2012, il est l'auteur de ses principaux discours pendant tout le quinquennat. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Guaino vient de publier "Ils veulent tuer l'Occident" aux éditions Odile Jacob. Il évoque l’Occident engagé sur une pente qui pourrait bien lui être fatale à brève échéance. Extrait 1/2.

Il y a eu certainement dans les événements de Mai 68 une dimension psychanalytique de révolte contre la figure du père qu’incarnait de Gaulle. Mais le mouvement étudiant était aussi le porteur à la fois conscient et inconscient de tous les rejets que nourrissait la répulsion de certains milieux pour ce monde de l’après-guerre. Cinquante ans après, cette répulsion est intacte et l’acharnement à détruire qui reste de ce monde est plus fort que jamais.

Crise de civilisation

Georges Pompidou avait bien vu que Mai 68 préfigurait une crise de civilisation. Le 14 mai 1968 il déclarait devant l’Assemblée nationale : « Quoi d’étonnant si le besoin de l’homme de croire à quelque chose, d’avoir solidement ancré en soi quelques principes fondamentaux, se trouve contrarié par la remise en cause constante de tout ce sur quoi l’humanité s’est appuyée pendant des siècles. […]

Dans ces conditions, la jeunesse, non pas tant peut-être la jeunesse ouvrière ou paysanne, qui connaît le prix du pain et la rude nécessité de l’effort, mais qui est plus inquiète que d’autres aussi pour son avenir professionnel, la jeunesse universitaire en tout cas, se trouve désemparée. Les meilleurs s’interrogent, cherchent, s’angoissent, réclament un but et des responsabilités. D’autres, et qui ne sont pas toujours les pires, se tournent vers la négation, le refus total et le goût de détruire. Détruire quoi ? Ce qu’ils ont sous la main d’abord, et, pour les étudiants, c’est l’université. Et puis la société, non pas la société capitaliste mais la société tout court, la société moderne, matérialiste et sans âme. Je ne vois de précédent dans notre histoire qu’en cette période désespérée que fut le XVe siècle, où s’effondraient les structures du Moyen Âge et où, déjà, les étudiants se révoltaient en Sorbonne. À ce stade, ce n’est plus, croyez-moi, le gouvernement qui est en cause, ni les institutions, ni même la France. C’est notre civilisation elle-même. » C’était voir loin. Mais ce que ne pouvait pas imaginer Georges Pompidou c’était que cette partie de la jeunesse d’alors et ses maîtres à penser construiraient une société bien plus matérialiste et sans âme et infiniment plus inégalitaire que celle qu’ils voulaient détruire. L’idéologie dominante des activistes de Mai 68 fut avant toute chose nihiliste. « Savoir ce que nous voulons, ce serait déjà commencer à s’embourgeoiser 1. » Mais dans les slogans nihilistes qui s’écrivaient sur les murs – « Il est interdit d’interdire », « Jouissons sans entrave » – il y avait déjà la suite d’une histoire qui n’aurait rien de l’accomplissement d’une utopie anarchiste. Après la manifestation du stade de Charléty ou les politiciens de la gauche avaient cru que le pouvoir était à portée de leurs mains, Malraux avait ironisé : « Que d’illusion lyrique, que de drapeaux noirs, quelle débauche de la générosité qu’il y a toujours dans des cœurs de 20 ans, pour aboutir à retrouver la IVe République ! » Mais ce n’était pas seulement le retour à la IVe République qui s’annonçait, c’était, nous le savons maintenant, la grande vague libérale libertaire qui allait submerger l’Occident et jeter à la rivière toutes les leçons tirées des grandes tragédies du passé. « Il est interdit d’interdire » : jamais slogan ne produisit autant d’effets et qui ne furent pas toujours ceux qui étaient attendus.

Ce ne fut pas un phénomène français, ni européen mais occidental. Tandis qu’elle n’avait eu à souffrir nulle part, la guerre du Vietnam mise à part, d’aucune des grandes épreuves que les générations précédentes avaient traversées, et que les jeunesses du reste du monde se révoltaient, à leurs risques et périls, contre le totalitarisme et la misère, la partie la plus favorisée de la jeunesse occidentale préparait la démolition méthodique de tout ce qui avait été créé depuis la guerre pour essayer de rendre la société plus humaine. Les chocs pétroliers et le déclin démographique qui s’amorça en Europe dès les années 1970 ne suffisent pas à expliquer la suite de l’histoire de l’Occident. Dans cette suite, l’idéologie a joué son rôle. Du nihilisme sortit une idéologie de la libération. Il fallait tout libérer : les mœurs, l’éducation, l’enfant, l’individu, la société, l’économie, la finance, l’appât du gain. Les libérer de quoi ? De la morale, chrétienne ou laïque, de la famille, de l’État, de la nation, de la politique, de l’Histoire, des héritages culturels, du sacré, des traditions, des rites, du patriotisme, de l’autorité sous toutes ses formes, mais aussi des solidarités, des devoirs. Cette idéologie allait faire ressurgir le grand courant de pensée, qui avait presque disparu, de ceux qui, de la gauche à la droite, croient que la recherche de l’intérêt et du plaisir personnels suffit à faire le bonheur de tous. Toutes les brides furent lâchées, toutes les digues furent rompues et le désordre s’installa partout. La logique du désordre prit le pas sur tout.

 

Extrait du livre d'Henri Guaino, "Ils veulent tuer l'Occident", publié aux éditions Odile Jacob.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Mai 68, Occident
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 23/03/2019 - 19:38
Le début de la déchéance
Mai 1968 est emblématique de ce qui allait suivre dans les décennies suivantes : des fils à Papa bourgeois décérébrés et d'une niaiserie absolue, des élites pourries (de Gaulle excepté bien sûr, mais il était seul de son espèce), et dans l'ombre les maîtres manipulateurs, bien décidés à détruire cet occident et cette race blanche dont la civilisation et le brio réduit à néant leurs futiles prétentions à incarner une espèce supérieure...
TPV
- 23/03/2019 - 12:48
Tout est dit
Le Coran et le drapeau arc en ciel, les deux freres ennemis de la destruction de notre civilisation.