En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Edito
Pourquoi la France sera rattrapée plus tard par le ralentissement de l'économie mondiale
Publié le 22 mars 2019
Dans le domaine de l’économie mondiale, la France ne fait jamais comme tout le monde.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le domaine de l’économie mondiale, la France ne fait jamais comme tout le monde.

Elle a tendance à s’adapter moins rapidement aux changements de la conjoncture car la lourdeur de son système bureaucratique joue en quelque sorte un rôle d’amortisseur et de frein. Elle démarre moins vite que ses partenaires, mais elle met aussi plus de temps à ralentir. La situation présente en fournit une parfaite illustration. Alors que le ralentissement de la croissance se fait sentir sensiblement en Europe, où elle devrait revenir aux alentours d’un pour cent cette année, notre pays pourrait connaître un rythme de progression proche des 1,5% pour cent enregistré l’an dernier. Une évolution qui ne devrait pas conduire à lancer des cocoricos sous prétexte que l’on ferait soudain mieux que nos partenaires, parce qu’il s’agira d’un phénomène tout à fait provisoire, mais qui aura l’avantage à court terme de maintenir les créations d’emplois au premier semestre au même niveau que l’an dernier et d’éviter une remontée du chômage sur l’ensemble de l’année.

Par ailleurs la faiblesse des exportations françaises constitue en l’occurrence une sorte de bouclier protecteur, dans la mesure où elle lui évite de subir un choc comparable à celui de l’Allemagne, éprouvée par le ralentissement des Etats-UJnis et de la Chine, où la croissance va tomber à un rythme presque inférieur de moitié à celui de la France. A cela s’ajoutent les mesures d’urgence prises en décembre dernier en faveur du pouvoir d’achat, telles que la réduction des cotisations sociales ou encore la diminution de la taxe d’habitation, sans oublier la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat exonérée de l’impôt sur le revenu dont viennent de bénéficier deux millions de personnes. Il en résulterait une amélioration de l’ordre de 1,8% du revenu des ménages, bien supérieure à ce qui avait été consenti l’an dernier, ce qui permet à l’Insee de tabler sur une hausse sensible de la consommation dont les effets ont commencé à se faire sentir dès le premier trimestre. Malheureusement, une partie des dépenses nouvelles s’orientera vers un supplément d’importations, la rigidité du modèle français ne permettant pas de satisfaire la demande par la production intérieure, ce qui creusera encore davantage le déficit de la balance courante. Au fil des mois, ce  sera le tour de nos partenaires d’exporter leur diminution d’activité, de sorte que le coup de fouet enregistré par la France risque d’être sans lendemain, ou plutôt de déboucher dès l’an prochain sur un encéphalogramme plat de la croissance, en faisant resurgir tous les problème liés à la stagnation économique.

Une fois de plus, notre pays aura donné la preuve qu’il réagit au coup par coup dans l’urgence, sans avoir de plan coordonné ni de vision à long terme, tandis que les indispensables réformes continuent de s’enliser dans les grands débats, où la place du Parlement parait bien dérisoire. Emmanuel Macron avait fustigé l’ancien monde dans sa campagne électorale. Mais celui-ci est toujours aussi présent, il éclipse même le nouveau, avec un déficit budgétaire qui retombe dans les errements du passé et dépassera la règle intangible des trois pour cent cette année, et alors qu’il reste une constante dans notre pays, celle de  refuser de vouloir s’attaquer à la dépense publique, contrairement à ce qu’ont accompli nos partenaire européens, faute de quoi la politique économique est condamnée à voguer au fil de l’eau, au risque de multiplier encore les frustrations dans la population.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 22/03/2019 - 11:32
croissance
merci aux gilets jaunes qui ont permis a deux millions de personnes d avoir une prime qui boostera la croissance