En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Anthony WALLACE / AFP
Plus fort que Tesla
Entrée en service des bus électriques chinois : ce (contre)choc pétrolier que personne ne voyait venir
Publié le 22 mars 2019
Selon une analyse conduite par Bloomberg, la mise en service de la flotte de bus électriques en Chine conduirait à une réduction de la demande de pétrole de l'ordre de 270 000 barils d'ici à la fin de l'année, soit trois fois plus que l'impact de la totalité du parc des voitures électriques.
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Favennec est un spécialiste de l’énergie et en particulier du pétrole et professeur à l’Ecole du Pétrole et des Moteurs, où il a dirigé le Centre Economie et Gestion. Il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur des sujets...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une analyse conduite par Bloomberg, la mise en service de la flotte de bus électriques en Chine conduirait à une réduction de la demande de pétrole de l'ordre de 270 000 barils d'ici à la fin de l'année, soit trois fois plus que l'impact de la totalité du parc des voitures électriques.

Atlantico : Faut-il y voir ldans cette démarche chinoise le véritable premier acte d'une concurrence électrique au pétrole ? 

Jean-Pierre Favennec :  Le pétrole représente encore près du tiers de la demande totale d'énergie dans le monde. Sur une consommation totale de 100 millions de barils par jour, 60 % sont utilisés comme carburants:  essence auto, gazole, carburéacteur, fuel pour les navires. Le développement des véhicules électriques - voitures voire bus - est indéniable mais demeure limité. Les immatriculations de véhicules électriques restent faibles, et représentent en France par exemple moins de 1% des ventes. La situation est semblable dans la plupart des pays, seuls les pays scandinaves atteignant des pourcentages importants de véhicules électriques dans le parc global. Le faible développement du parc de véhicules électriques tient en particulier au coût de ces véhicules qui reste très  supérieur à celui des véhicules thermiques utilisant de l'essence ou du gazole. Il tient également à une moindre autonomie des véhicules et à la nécessité de mettre en place des bornes de rechargement. On notera que sous le terme "véhicule électrique" on englobe à la fois les véhicules hybrides qui disposent d'un moteur thermique et d'un moteur électrique qui est rechargé pendant certaines phases de fonctionnement du véhicule et les véhicules purement électriques qui fonctionnent avec des batteries. Le  développement des véhicules électriques nécessite des subventions pour compenser au moins partiellement les différences de prix.

A partir de quel moment la progression du marché des véhicules électriques pourrait il avoir un impact "sérieux" sur les marchés pétroliers ? 

La progression de la demande de pétrole est de 1 à 2 % par an et pourrait continuer à ce rythme pendant plusieurs années. La demande reste forte dans les pays émergents comme la Chine, l'Inde et d'autres pays d'Asie, d'Amérique Latine, voire d'Afrique. On estime que vers 2040 le développement du parc de véhicules électriques se traduira par une diminution de quelques millions de barils par jour (quelques pour cent ) de la demande totale de pétrole qui commencera alors à se réduire.

Au regard des besoins financiers des pays producteurs de pétrole, quel pourrait être l'horizon critique les concernant ?

Les pays producteurs de pétrole sont conscients des menaces qui pèsent sur leur avenir. La demande adressée aux principaux producteurs et en particulier aux pays membres de l'OPEP n'augmente pas malgré l'augmentation de la demande globale du fait de la croissance de la production des pétroles de schistes aux Etats Unis. En outre à moyen terme la transition énergétique se traduira par un plafonnement de la production pétrolière. Les grands producteurs, du Moyen Orient en particulier, sont donc confrontés à la nécessité de diversifier leurs économies. Mais l'expérience montre que l'exercice est très complexe et que peu de pays ont pu rapidement sortir d'une dépendance aux recettes des ventes d'hydrocarbures.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 22/03/2019 - 23:40
Il y a un endroit ou le vehicule electrique pourrait s'imposer,
Ce sont les utilitaires 3,5 T des flottes d'entreprises. Pour beaucoup, pa
moneo
- 22/03/2019 - 18:55
la transition énergétique justifie tout
bonne lecture https://www.contrepoints.org/2019/03/22/339810-il-faut-sauver-le-soldat-greta . Pendant combien de temps cette opa sur les cervelles mondiales va continuer? les majors prévoient toutes une augmentation de la consommation de s produits fossiles ,tout simplement parce que le véhicule électrique ne s'est pas amélioré pratiquement depuis 1920 ( il représentait 38 % des vehicules aux USA à cette époque .....) ;que les statistique s sont menteuses , si on enlève les commande publiques, para publiques ou de communication personne n'achète de véhicule électrique.... ce qui est grave c'est que nos politiques ignares vont détruire notre industrie automobile mais ils n eseront plus au pouvoir quand des centaines de milliers ou des millions de personnes seront au chômage