En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Thibault Camus / POOL / AFP
Copie à revoir
Pénurie de capital productif en France : pourquoi la clé de voûte de la pensée économique d’Emmanuel Macron ne suffit pas à comprendre la nature du mal tricolore
Publié le 21 mars 2019
"On ne croule pas sous le capital productif" a affirmé, non sans ironie, le chef de l'Etat lors d'un échange avec l'économiste Daniel Cohen.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On ne croule pas sous le capital productif" a affirmé, non sans ironie, le chef de l'Etat lors d'un échange avec l'économiste Daniel Cohen.

Une séquence à revoir à partir de 30:00

Atlantico : Lors d'un échange avec l'économiste Daniel Cohen, Emmanuel Macron a affirmé ironiquement qu'en France, "on ne croule pas sous le capital productif", insistant pour dire qu'on avait "insuffisamment attiré ou gardé le capital productif en France". La France est-elle aussi mal logée que l'affirme le Président de la République ?

Michel Ruimy :L’effort d’investissement des entreprises industrielles françaises n’est, en général, pas plus faible mais, bien au contraire, plutôt supérieur à celui de leurs concurrentes étrangères. Elles investissent environ le quart de leur valeur ajoutée, soit un taux d’investissement du même ordre de grandeur qu’en Suède et en Italie et nettement au-dessus de celui de l’Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de l’Espagne, qui se situe aux alentours de 20%. 
Pourtant, malgré ce taux élevé de l’investissement, l’économie française, depuis plusieurs décennies, n’est pas aussi performante en matière de compétitivité et de productivité que les autres pays européens comparables. 
En fait, il existe un certain contraste entre l’important investissement des entreprises dans l’immatériel - logiciels, bases de données, formation, Recherche & Développement… - et la relative faiblesse de l’investissement en actifs physiques, notamment les machines et équipements. Par comparaison sur ce dernier point avec l’Allemagne, l’écart de taux d’investissement est grosso modo de 1,5 point de valeur ajoutée au profit des entreprises allemandes. Une explication possible serait que les industriels français choisiraient davantage délocaliser à l’étranger une part importante de leur production tout en gardant la conception, et donc l’investissement immatériel, sur le territoire national. Ce moindre investissement dans la fabrication pourrait expliquer la dégradation de la compétitivité de l’industrie française.
Toutefois, on peut penser qu’à l’heure de la dématérialisation et de l’économie de la connaissance, l’investissement immatériel est d’autant plus pertinent et l’investissement matériel moins central comme déterminant des performances des entreprises. Le diagnostic se révèle plus complexe. En effet, les indicateurs de performance habituellement retenus pour apprécier les retombées de ces investissements ne sont peut-être pas les plus pertinents. L’efficacité de l’investissement immatériel est aujourd’hui mesurée au regard des gains de productivité et de l’augmentation des parts de marché des entreprises françaises. Si la stratégie des entreprises internationalisées est de concevoir en France et de produire à l’étranger, il serait alors plus judicieux de mesurer l’impact de l’investissement sur la profitabilité et non en considérant principalement le solde commercial, la productivité et la compétitivité.
Ainsi, si M. Macron constate que notre pays ne croulait pas sous le capital productif, il lui faudrait, comme remède, impulser une autre politique industrielle en incitant les entreprises françaises à produire en France.

 

En quoi la vision d'Emmanuel Macron peut-elle se rapprocher de celle d'un banquier d'affaire, visant à faire de la recherche du capital productif la pierre angulaire du retour à la croissance et au plein emploi ? 

Le rôle d’un banquier d’affaires est de fournir à vos clients du conseil stratégique de qualité, générer des idées, raisonner d’un point de vue global et considérer les choses sous tous les angles possibles. M. Macron s’inscrit dans cette stratégie à 360 degrés. 
Au plan économique, pour prendre un raccourci, la pensée d’Emmanuel Macron se rapprocherait, dans une certaine mesure, de celle du chancelier social-démocrate Helmut Schmidt qui a prononcé, en 1974, une phrase devenue culte : « Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain ». 
Or, cet enchaînement, érigé au rang de théorème sur le terrain politique, qui paraît de bon sens, ne résiste pas à l’épreuve des faits. C’est comme si nous disions que la pluie d’aujourd’hui fera pousser l’herbe demain et fera vendre des tondeuses après-demain. Au-delà de certaines conditions de réussite, les liens de causalité sont nettement plus complexes et incluent notamment la question de la demande et du niveau des taux d’intérêt. 
La formule « en creux » est exacte. S’il n’y a pas de profits, il n’y a pas d’investissements et pas d’emplois. Ceci est souvent oublié en France, pays où on sanctifie l’investissement mais où le mot « profit » révulse. Ce slogan soulève deux sujets de réflexion. Le premier est de savoir ce qui se passe avant le profit, d’où vient-il ? De la baisse des coûts via la productivité ou de la demande ? Des deux évidemment. Selon les périodes, il faut pousser l’un ou l’autre. Deuxième sujet, il peut y avoir beaucoup de « fuites » dans le raisonnement de M. Schmidt. Pour que les profits se transforment en investissements, ils ne doivent être distribués ni aux salaires, ni aux dividendes, ni à la baisse des prix de vente, ni au désendettement. 
Les entreprises ont beaucoup de travail à faire…

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
05.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
06.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 22/03/2019 - 08:35
"la pensée économique"
d'E Macron est elle une bonne pensée? Macron est il un économiste distingué ? Personne ne le sait !
Forbane
- 21/03/2019 - 23:09
Comme pour « l’Europe »,
Les autres ne sont pas responsables de tous nos maux. Il y a sûrement trop de fonctionnaires, mais peut-être avons nous aussi les gouvernants et les chefs d’entreprises les moins compétents et/ou les moins patriotes d’Europe?
Benvoyons
- 21/03/2019 - 20:42
La capitalisation des Sociétés Françaises n'est pas bonne
http://www.ifrap.org/emploi-et-politiques-sociales/les-profits-des-entreprises-francaises