En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 4 min 9 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 30 min 24 sec
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 10 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 1 heure 41 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 17 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 17 heures 57 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 min 51 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 49 min 50 sec
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 1 heure 20 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 2 heures 27 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 3 heures 44 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 17 heures 46 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 18 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Assistance respiratoire

Est-ce que l’économie mondiale s’asphyxie ?

Publié le 18 mars 2019
Oui, si elle continue comme ça ! L’économie mondiale a de moins en moins de croissance et d’inflation, avec pourtant des taux d’intérêt très bas, qui devraient aider ! Alors, le monde n’aura-t-il plus le moyen de se soigner en baissant les taux, si l’économie fléchit encore ?
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oui, si elle continue comme ça ! L’économie mondiale a de moins en moins de croissance et d’inflation, avec pourtant des taux d’intérêt très bas, qui devraient aider ! Alors, le monde n’aura-t-il plus le moyen de se soigner en baissant les taux, si l’économie fléchit encore ?

D’abord, le monde ralentit partout. On compte 2,6% de croissance en rythme annuel aux États-Unis au premier trimestre 2019, après 4,2% puis 3,4% aux troisièmes et quatrième trimestres 2018. Viennent une baisse de 5% des commandes de machines au Japon en janvier et 0,8% de croissance en rythme annuel seulement en zone euro ce début d’année. En février, la production industrielle chinoise monte de 5,3%, la croissance la plus faible sur 17 ans.

L’inflation, aussi, ralentit partout. 1,5% d’inflation aux États-Unis, c’est le chiffre le plus bas depuis septembre 2016, bien loin du 2,8% de juillet 2018. Il légitimait alors la séquence de hausses de taux de la Fed, la Banque centrale américaine, qui vient de s’arrêter. 1,5% d’inflation en zone euro et 0,2% au Japon : nous sommes très loin de la cible de 2% ! Partout la croissance est faible et faiblit. Nulle part on ne voit d’inflation au-delà de 2%.  Est-ce que la lutte contre l’inflation est réussie sans récession, et qu’il n’y aura donc plus de hausse de taux ?  Et ceci même en plein emploi aux États-Unis, avec un taux de chômage à 3,8%, comme en Allemagne (3,2%) ou au Japon (2,5%) ! Le lien croissance-emploi-inflation est-il cassé ?

Les taux sont au plus bas : que faire face à un ralentissement supplémentaire ? Les taux d’intérêt sont à 2,25% aux États-Unis, de quoi mener deux ans de baisse des taux, mais ils sont à -0,1% au Japon et 0% en zone euro ! Dans les temps anciens, avant la crise de 2007, la récession venait de la montée de la dette, surtout privée, qui faisait monter les salaires et l’inflation, puis les taux d’intérêt montaient, pour freiner l’investissement et la consommation qui galopaient à crédit. Alors, quand venait la récession, les taux baissaient, le déficit budgétaire montait, les hausses de salaires disparaissaient (allant jusqu’à des baisses, comme en Espagne ou en Grèce) et le chômage explosait. Avec le temps et dans la douleur, le « système » se réparait. Mais maintenant ? Comment faire avec des taux si bas, sachant que la dette privée a partout monté, et aussi le déficit budgétaire !

La BCE est-elle désarmée ? Non, dit-elle, mais elle s’est mise en fait à la remorque de la Fed. Pendant combien de temps pourra-t-elle jouer les prolongations avec son taux à 0%, son taux de dépôt négatif, le maintien de son portefeuille de bons du trésor et le financement des banques à des conditions super privilégiées, sans déclencher d’oppositions, si la Fed n’augmente plus ses taux ? Pendant combien de temps les pays du nord, avec l’Allemagne par exemple, accepteront-ils de financer des pays qui ne font pas de réformes, voire accroissent leurs déficits publics, comme la France par exemple ? Mario Draghi répète que la trousse à outils de la BCE ne cesse de s’étoffer (politique des taux courts, forward guidance, quantitative easing, TLTRO), mais on pourra lui rétorquer qu’elle est faite pour aider les pays à faire les réformes, pas pour ne pas souffrir s’ils ne les font pas ! Les « taux trop bas trop longtemps » sont critiqués comme poussant à l’excès de dette et à la survie d’entreprises inefficaces, mais ils sont plus néfastes encore s’ils entretiennent les états à ne pas réduire leur déficit, ni à mener des politiques renforçant la croissance privée. Certes, grâce à « l’effet Mario Draghi », les anticipations de prix à terme ne décrochent pas trop de 2%, s’établissant à 1,9%. Marchés et experts pensent (ou croient, ou espèrent) que la faiblesse des prix va se compenser sur trois à quatre ans. Mais rien ne dit que le futur Président de la BCE aura le même talent, ni la même aura. En fait, Mario Draghi balise la politique monétaire à un an au moins pour les taux courts, fixée jusqu’à mi 2020, et à mi 2023 pour les taux bancaires, par l’effet des TLTRO. Mais la BCE ratera alors, encore, son objectif de prix !

La Fed, inquiète, se prépare, elle, à un jeu nouveau et dangereux : vouloir 2,5% d’inflation. Nouveau jeu, car elle n’est pas satisfaite de ses résultats. Jeu dangereux car, avec Trump et les marchés, l’environnement lui est défavorable. Et si elle rate ? D’abord, la Fed n’est pas contente de sa faible inflation. Jerome Powell a beau répéter que son objectif d’inflation à 2%  est symétrique : entre « 2% + quelque chose » et « 2% moins quelque chose », il n’atteint pas ce « 2% + quelque chose ». Alors Donald Trump lui dit d’arrêter de monter les taux (ce qu’il fait), certains experts lui demandent de les baisser. Mais Jerome Powell se lance dans une autre démarche. Il veut maintenir plus longtemps sa politique accommodante, pour que plus d’emplois soient créés, plus de hausses de salaires soient accordées, donc que l’inflation aille vers 2%, en dépassant ce chiffre. L’idée n’est plus d’avoir « une cible annuelle d’inflation » mais « une cible de prix », sur moyenne période. Pour dire qu’on atteindra 2% en moyenne, il faut dire qu’on veut plus que 2%.

Et si cette stratégie rate ? Comment les marchés obligataires, aujourd’hui à 2,6% pour les bons à dix ans du trésor américain, vont-ils réagir face à une inflation qui grimperait à 2,5% ?  Un krach mondial ? Inquiète de perdre sa crédibilité et poussée par Trump à faire plus de crédit moins cher, la Fed avalise déjà la montée du déficit budgétaire et des salaires. Ils avancent dans les services alors que l’industrie souffre, avec les tensions commerciales avec la Chine. Et la Fed veut continuer à soutenir la construction.

La Fed joue ce jeu dangereux, en partie pour contrebalancer celui de Donald Trump, mais ceci n’aide pas ! La zone euro (sans oublier le Brexit) et le Japon attendent un accord avec la Chine. Pendant ce temps, la révolution technologique avance, mettant des milliers d’emplois en péril. Car cette asphyxie se traite par l’oxygène de la formation, pas par la « pompe à phynances » !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 19/03/2019 - 09:10
Merci de nous avoir prévenus!
Je vous lis et vous écoute depuis près de vingt ans Monsieur Betbeze. Cette année, je défriche une petite terrasse ardéchoise de mon aïeul, pour y planter l'année prochaine des pommes de terre, des oignons, des tomates et quelques légumineuses. Et merci de nous avoir prévenus.