En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

03.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 2 min 50 sec
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 2 heures 36 sec
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 2 heures 27 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Au secours, l’OMC se réveille et autorise Donald Trump à taxer les produits d’origine européenne

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Société
Le multiculturalisme est l'un des problèmes ?

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

il y a 4 heures 5 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 19 heures 13 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 19 heures 48 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 21 heures 27 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 39 min 38 sec
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Société
énième réforme

Lutte contre les stupéfiants : le plan antidrogue qui n’en était pas un

il y a 3 heures 44 min
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 18 heures 45 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 19 heures 32 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 22 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Entretien

Projet de loi santé : ces autres choses dont l’hôpital a plus besoin que l’argent

Publié le 18 mars 2019
Le docteur Michel Tsimaratos publie aux éditions Michalon "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer". Il demande l'abandon de la vision financière court-termiste et plaide pour une meilleure prise en considération des personnels de santé.
Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Michel Tsimaratos publie aux éditions Michalon "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer". Il demande l'abandon de la vision financière court-termiste et plaide pour une meilleure prise en considération des personnels de santé.

Atlantico: Quelle a été votre principale motivation pour l'écriture de ce livre ?

Michel Tsimaratos : Je suis médecin, chef de service, je travaille dans le milieu dans la santé et j'ai 54 ans : j'ai simplement passé en revue tout ce qui s'est passé dans le domaine de la santé et il m'a semblé qu'il y avait très progressivement une perte de sens, un changement de valeurs. Il m'a semblé que l'on était de plus en plus inondé d'injonctions avec des indicateurs que l'on ne comprend pas forcément ou si on les comprend ce n'est pas ce qui doit être au cœur de notre métier. Je me suis donc posé des questions, ces questions ont aboutit à une réflexion et ces réflexions -dès lors que j'ai eu l'impression que l'on avait trouvé des réponses qui pouvaient intéresser un certain nombre de personnes- à un livre. Il faut voir ce livre comme un témoignage pour contribuer à la réflexion sur le malaise de l'hôpital qui repose sur des regards croisés de différents professionnels de la santé.

Aujourd'hui il y a plusieurs problèmes et peu de réflexions structurées sur le management et les fonctions supports à l'hôpital et en particulier peu de réflexions qui se focalisent sur les rapports entre le management, la qualité des soins et le financement de ces soins. De plus, aucune des dernières réformes à part celle Ma santé 2022, qui effleure le sujet, n'a pas réellement abordé le sujet du management de la qualité. Une question se pose alors : comment fait-on mieux ?

 

Le projet de loi santé porté par Mme Buzyn va être examiné en séance publique à l'Assemblée Nationale dès ce lundi 19 mars. Alors que le gouvernement promet de repenser l'hôpital, vous sembler penser que toutes les raisons d'échouer son réunies ?

Oui, dans notre livre nous disons que les choses ne sont pas univoques. Il n'y pas a un seul responsable, que l'on pourrait identifier, juger et condamné. On dit que toutes les raisons d'échouer sont réunies parce que l'on montre à travers les réflexions que nous développons comment ce marasme -auquel vous faites référence- s'est construit, souvent sans heure et avec l'accompagnement de mesures qui devaient proposer des solutions.

Mais le problème, c'est que ces solutions sont très souvent pensées à court terme bien que personne ne soit mal intentionné. Je ne pense pas qu'il y ait une volonté de nuire, mais il y a une réflexion qui est en silos. Les financiers parlent de la finance, ceux qui parlent de la qualité des soins parlent entre eux mais ne sont pas vraiment écoutés… Or on voit bien que cette réflexion en silos ne répond pas à l'attente ni des professionnels de la santé, ni des patients, ni des contribuables. On est dans une alerte constante portée sur le devant de la scène par de nombreuses personnes et groupes de réflexion.

Avec ce livre, et en partageant notre expérience, nous avons voulu faire une analyse rigoureuse, sans concession des raisons de cet échec.

 

Comment jugez-vous les premiers éléments apportés par Agnès Buzyn quant à ce projet de lois ?

Franchement sur l'intention et sur l'esprit de la loi, nous avons l'impression que le texte va dans le bon sens. Par exemple, c'est la première fois que l'on nomme l'intéressement en lien avec la qualité. La difficulté c'est que sur le terrain les gens ne sont pas prêts, notamment ceux qui gèrent la courroie de transmission entre l'intention politique qui est contenue dans une loi et la réalisation sur le terrain. On peut prendre beaucoup d'exemples pour montrer que même lorsque l'on désire bien faire, c'est difficile à transmettre au niveau des services de soin.

 

Aujourd'hui 1/3 des hôpitaux publics sont dans un état d'endettement excessif, vous soulignez que la question de l'argent ne devrait pas être centrale, pourquoi ?

Les règles sont claires pour tout le monde. Aujourd'hui les hôpitaux sont proches du mode de fonctionnement des entreprises. Ils produisent quelque chose qui s'appelle du soin comme d'autres entreprises produisent des voitures ou des télévisions. Ils sont rémunérés pour ça et la plupart des hôpitaux ont des budgets adaptés à leurs activités. Mais la gestion de cet argent est souvent inadaptée à l'objet et semble être devenu plus importants que la qualité des soins en eux-mêmes. Or, cela ne permet pas aux gestionnaires, même quand ils sont bien intentionnés, d'aboutir à un équilibre. Ainsi, à partir du moment où ils ne parviennent à atteindre cet équilibre, le jugement qui porte sur la qualité des soins passe au second.

En outre, vous regardez la masse d'argent qui est dédiée à la santé dans notre pays, elle est considérable, ce n'est donc pas un problème de financement mais un problème de gestion de cet argent. Cet argent ne va pas au niveau des acteurs de premières lignes et il n'y va probablement pas parce qu'une partie est dépensée pour contrôler, vérifier… pour faire beaucoup de choses qui ne sont pas directement lié aux soins.

D'autre part, il existe une autre difficulté c'est que le destin de la sécurité sociale et des hôpitaux ne sont pas liés. Par exemple, imaginons une situation dans laquelle un patient hospitalisé tombe et se blesse parce que personne ne pouvait l'aider pour aller à la toilette -en raison du fort absentéisme qui touche les hôpitaux- : cela générerait de la richesse pour l'hôpital, améliorant donc son équilibre tout en coutant plus cher à la sécurité sociale.

L'idée de mettre la qualité et le management de la qualité au premier plan des préoccupations nous permettrait de nous pousser à tout faire pour que cette personne ne tombe pas, et par conséquent remplacer l'infirmière et l'aide-soignante. Le coût sur la société sera moindre -embaucher une infirmière coûte moins cher à la société que les effets indésirables lié à l'absentéisme- mais évidemment pour l'hôpital si on ne regarde que l'équilibre, cela coutera plus cher. La contrainte pour les hôpitaux est donc double : on voudrait soigner au meilleur prix et au meilleur endroit mais l'hôpital vit son équilibre de façon indépendante de la sécurité sociale.

L'esprit de la loi portée par Agnès Buzyn est donc probablement bon mais s'il n'y pas de stratégie précise pour déployer cette loi, et beaucoup de courage politique pour dire "oui il faut privilégier la qualité des soins au détriment des déficits" cela ne fonctionnera pas. La vocation d'un hôpital n'est pas d'être à l'équilibre mais de bien soigner. Or bien soigner, même lorsque les hôpitaux sont en déficit, coute moins cher à la société.

 

Dans cet ordre d'idées, vous parlez dans votre livre d'une étude menée par un Docteur américain qui explique que la qualité des soins est supérieure de 25% dans un établissement dirigé par un praticien. N'est-ce pas dans cet état d'esprit qu'il faut avancer ?

Bien sûr, mais en disant cela je suis quelque peu juge et parti. Mon livre est construit un peu comme une réflexion médicale en disant que le patient c'est l'hôpital. Cela étant dit, quand on regarde les éléments qui ont fait la preuve de leur efficacité, finalement il n'y en n'a pas tant que ça.

Dans un pays qui n'est pas du tout organisé comme le nôtre, quand on compare des hôpitaux qui sont souvent privés -comme ça a été fait dans cette enquête américaine- on constate que ceux qui sont le mieux manager sont ceux qui sont dirigés par des praticiens. Lorsque c'est un médecin qui est charge, les arbitrages qui sont donnés sont plus orientés sur la qualité tout en dépensant un peu moins d'argent.

Dans nos hôpitaux il y a un réel problème de discussions entre ceux qui prennent les décisions, ceux qui les mettent en œuvre et ceux qui les reçoivent. Notre propos a été de faire une analyse qui puisse amener à un changement d'état d'esprit. On pense que donner des subventions ne corrige pas les erreurs mais nourrit le système défaillant. On propose donc de renoncer aux indicateurs uniquement économiques et de faire de la qualité l'élément central. L'élément le plus important de cette réflexion c'est que contrairement à ce qu'on a martelé pendant des années : l'hôpital n'est pas un bâtiment mais c'est plutôt ces acteurs (les infirmières, les médecins, les brancardiers…). 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

06.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

03.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

04.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

05.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Angebault
- 18/03/2019 - 17:16
Othohraphe
Atlantico pourrait se payer des relecteurs non analphabetes,et eviter cette accumulation insupportable de fautes d orthographe de plus en plus frequente dans les atticles
Merci
tubixray
- 18/03/2019 - 13:47
le meilleur manageur pour hôpital
N'est nullement un médecin qui n'a pas été formé pour assurer cette fonction, ni un "directeur des hôpitaux" dument formé à Rennes à l'EHESP après un mastère de droit public mais devrait être un soignant issu des rangs.
Cette fonction existe depuis 15 ans, directeurs des soins, mais leur rôle demeure trop subalterne.