En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© GABRIEL BOUYS / AFP
Industrie
Arrêtons les polémiques stériles sur la fourrure
Publié le 15 mars 2019
Avec Bill Wirtz
Beaucoup de choses sont dites sur la question de la fourrure, mais la réalité est que beaucoup d'activistes anti-fourrure vendent des mythes au nom d’une idéologie et ne s’intéressent guère aux faits et aux conséquences inattendues d’une éventuelle interdiction.
Bill Wirtz travaille comme analyste de politiques publiques pour le Consumer Choice Center, une organisation de consommateurs qui défendent leur libre choix comme consommateurs responsables.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Wirtz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bill Wirtz travaille comme analyste de politiques publiques pour le Consumer Choice Center, une organisation de consommateurs qui défendent leur libre choix comme consommateurs responsables.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Beaucoup de choses sont dites sur la question de la fourrure, mais la réalité est que beaucoup d'activistes anti-fourrure vendent des mythes au nom d’une idéologie et ne s’intéressent guère aux faits et aux conséquences inattendues d’une éventuelle interdiction.
Avec Bill Wirtz

La fourrure est devenue plus qu'une mode : elle est de plus en plus polémique, avec des célébrités, des grandes marques et des défilés de mode qui choisissent de ne plus en porter. Mais c’est surtout dans l'industrie du spectacle que l’on reprend volontiers les messages des  militants des droits des animaux. Bien souvent, des mesures politiques sont également mises en œuvre en raison de la montée de la réprobation populaire contre les produits à base de fourrure. L'élevage des animaux à fourrure est interdit dans de nombreux pays européens. Eu Europe ce sont le Royaume-Uni, l'Autriche, la République tchèque, la Slovénie ainsi que la Croatie qui ont mis en place cette prohibition. Certains pays sont en train d'éliminer progressivement la production de fourrures avant une interdiction complète. Il s'agit notamment de la Belgique, de la Bosnie, des Pays-Bas et de la Norvège.

C'est très bien de ne pas aimer la fourrure. Personnellement, je fais le choix de ne pas en mettre, principalement du fait que je n’aime pas le look de ces vêtements. Dans une société libre, on peut exprimer son opinion aux gens, dans la rue, pour leur dire notre opinion sur leur fourrure. Mais bien que l’on puisse s’exprimer sur ce sujet, nous devons également  accepter certaines réalités au sujet de l’industrie de la fourrure.

L'une des alternatives les plus appréciées pour la fourrure est... la fausse fourrure. Elle  semble à peu près similaire pour le consommateur non-expert et ne nécessite pas d'élevage d'animaux. Ce qui est tout aussi étrange, c'est qu'à une époque où la paille ou le gobelet en plastique sont diabolisés voir interdits, la réponse écologiste à la fourrure est le polyester. Le même polyester pourtant décrié comme un polluant océanique majeur.

La véritable fourrure, par contre, est un produit renouvelable : la fourrure de votre manteau d'hiver est biodégradable et, à chaque étape de la production, est optimisée pour éviter le gaspillage et la pollution. Evidemment, peu de gens mettent leur manteau au compostage, mais c’est quelque chose que vous pourriez effectivement faire.

Un autre élément important à comprendre est que la fourrure est le sous-produit de nombreux autres usages, comme la production de viande ou la chasse. En Allemagne, par exemple, la chasse au renard roux produit de grandes quantités de fourrures qui, en l’absence de cette industrie, seraient simplement jetées ou brulées.

Le commerce des produits de mode d'origine animale touche des millions d'autres intervenants dans la chaîne d'approvisionnement, y compris les populations rurales aux traditions ancestrales qui travaillent directement avec les animaux concernés. Qu'il s'agisse des aborigènes indigènes d'Australie, des producteurs de pashmina, de familles entières qui pratiquent l'élevage caprin ou des 150 000 personnes qui travaillent dans l'industrie du python en Indonésie. Ces personnes et ces animaux seraient durablement touchés par des interdictions. Ces producteurs sont également les spécialistes de la conservation de leur environnement.

Dans un éditorial, quatre experts en conservation de l’environnement s'attaquent aux entreprises qui choisissent de renoncer à la vente de fourrures pour ces raisons précises. Ils font également valoir ce point :

"Apparemment, de nombreux jeunes préfèrent acheter des produits " éthiques". Mais l'ironie, c'est que la chasse d’animaux sauvages est beaucoup plus durable sur le plan écologique (c'est-à-dire éthique) que la production d’animaux domestiques répondant à ces mêmes critères."

Il y a des cas où les pays ont échoué sur le plan de la réglementation de ce secteur de production. Ces pays n'ont pas prêté attention à la question de savoir si les réglementations existantes ont été véritablement appliquées. Il n'est pas acceptable que les consommateurs soient mal informés ou qu'on leur mente carrément sur l’origine de leurs vêtements. Certains producteurs ont fait preuve de négligence à cet égard afin de duper les consommateurs. Toutefois, des représentants responsables de l'industrie ont réclamé auprès des parlements un étiquetage obligatoire et précis des produits en fourrure et une application adéquate de la loi. Tant les autorités publiques que les producteurs ont leur rôle à jouer à cet égard.

Il est facile de cataloguer tous les producteurs comme étant illégaux et pousser l’agenda de la prohibition mais des interdictions flagrantes nuiront tant aux agriculteurs responsables qu'aux consommateurs. Des initiatives existent pour palier aux problèmes existants aujourd’hui.  Prenons l’exemple de Furmark, un système d'étiquetage à la pointe et qui fait appel à des experts reconnus de Baltic Control et NSF pour les contrôles du bien-être animal ou ChainPoint pour les systèmes de traçabilité.

 

L'idée que toute fourrure est mauvaise est un mythe et ne fait aucun bien pour les  consommateurs, pour la protection de la faune ou pour le comportement responsable de l'industrie. Les consommateurs devraient plutôt exiger des preuves claires et indépendantes  de la part de l'industrie, afin d'avoir une interaction fructueuse entre ceux qui produisent de façon responsable et ceux qui portent les vêtements.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Fourrure, Economie, industrie
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
03.
Pourquoi l’envolée des cours de l’or en dit beaucoup plus sur le défaut de culture économique des marchés que sur l’état de l’économie mondiale
04.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
05.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
06.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
07.
Cannabis thérapeutique : enfin une lueur d'espoir pour les personnes atteintes de douleurs rebelles
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pdeando
- 15/03/2019 - 22:43
Magnifique !!!! .
Découverte scientifique majeure : l'être vivant mort est biodégradable . Tuer le maximum d'êtres vivants serait donc la solution pour diminuer la pollution de la planète . Alors d'accord , mais on commence par l'être humain - seul animal capable de sortir de tels raisonnements qui seraient risibles s'ils n'étaient pas aussi lamentables - et donc à éliminer en premier .
eva
- 15/03/2019 - 15:14
article fourrure
Article consternant et débile , rien ne peut justifier la torture d'animaux à notre époque as t'on besoin de peaux de bétes ? Je vous invite à aller voir les élevages de visons .