En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Travail 2.0
Libérer le travail : et si Tocqueville avait raison ?
Publié le 14 mars 2019
La révolution numérique a bouleversé notre conception du travail. Les vieux cadres ont explosé et avec eux les certitudes. Le mythe du « CDI à la papa » pour tous a volé en éclats. Dans ce moment critique, il est temps de libérer les énergies et de donner à des millions d’actifs le droit d’entreprendre, un statut et une protection. Saisissons cette chance, avant qu’il ne soit trop tard !
Guillaume Cairou est président du Club des entrepreneurs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Cairou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Cairou est président du Club des entrepreneurs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La révolution numérique a bouleversé notre conception du travail. Les vieux cadres ont explosé et avec eux les certitudes. Le mythe du « CDI à la papa » pour tous a volé en éclats. Dans ce moment critique, il est temps de libérer les énergies et de donner à des millions d’actifs le droit d’entreprendre, un statut et une protection. Saisissons cette chance, avant qu’il ne soit trop tard !

Tocqueville nous a montré le chemin, il y a 170 ans. En 1848, critiquant un amendement sur l’inscription d’un « droit au travail » dans la constitution, le philosophe précise le rôle de l’État : « donner à chaque citoyen des lumières et de la liberté ». Dans son esprit, la puissance publique a un devoir impérieux vis-à-vis des travailleurs, non pas celui de leur donner du travail, mais celui de veiller à ce que tous ceux qui en cherchent « en trouvent toujours ».

Nous sommes les héritiers de cette idée. Les pouvoirs publics doivent s’assurer qu’ils n’entravent jamais le chemin de chacun vers l’emploi et mieux… qu’ils le favorisent. Malheureusement, c’est l’exact inverse qui se produit.

Depuis des décennies, les gouvernements ont fait le choix du chômage de masse et d’un cadre législatif étriqué contre la liberté du travail. Or nous sommes à un tournant : le progrès technologique change la donne et nous offre de nouvelles opportunités. Le temps est venu de sortir de l’ornière, de reprendre le fier chemin tracé par Tocqueville. Il est urgent de redonner les libertés et les protections aux travailleurs, qu’ils soient salariés ou indépendants. Dire qu’il suffirait de changer quelques lignes du Code du travail pour y parvenir...

Briser le cadre

Prenez le cas des indépendants qui ont fait le choix du portage salarial : ils ont créé leur propre emploi, leur réseau commercial, ils ont des clients, travaillent en toute indépendance et conservent le précieux statut de salarié. En France, ils sont déjà 86 000, et le secteur, en plein boom, enregistre une croissance moyenne de 20 % par an avec un chiffre d’affaires d’1,3 milliard euros. Entré dans le Code du travail en 2015, le portage salarial a même sa convention collective. Pourtant, cette mine d’or est loin d’avoir été totalement exploitée. Le Code du travail et la loi, on va le voir, y sont pour beaucoup.  

La première barrière, c’est celle d’un cadre légal infiniment trop contraignant. La loi a en effet conçu le portage salarial comme un dispositif de services aux « entreprises clientes » et non aux particuliers. Autrement dit : le service à la personne est exclu d’office du dispositif. À l’heure du fort développement de ce secteur dans toutes les régions de France, c’est ce que j’appelle une belle occasion manquée !

L’autre obstacle de taille, c’est le seuil de rémunération minimal de l’indépendant en portage salarial. Pour avoir le droit d’y accéder, il faut gagner plus de 2 500 euros brut par mois. Et voilà, comment les deux tiers de la population active sont exclus d’office d’une aventure entrepreneuriale sécurisée. Vous avez dit liberté et égalité ?  

Tous gagnants !

La solution est pourtant à portée de crayon et tout le monde aurait à y gagner. Pour créer massivement des emplois, faire économiser à l’État de précieuses dépenses publiques, répondre aux besoins de flexibilité des entreprises, il suffirait de changer quelques mots et quelques chiffres du Code du travail. Comment ? En abaissant au niveau du SMIC la rémunération minimale du portage salarial. Voilà le premier élan libérateur. Un second ? Retirer un simple mot du Code du travail : au lieu « d’entreprises clientes », pourquoi ne pas parler plus généralement de « clients » ? D’un coup de « blanco législatif », on ouvrirait ainsi des secteurs aujourd’hui interdits à ceux qui sont prêts à y travailler.   

Voilà deux mesures simples qui ne coûteraient rien à personne. Leur impact en revanche, serait impressionnant. On estime que ces deux modifications permettraient de créer près d’un million d’emplois en dix ans. Grâce à ces créations nettes, l’assurance-chômage économiserait la bagatelle d’un milliard d’euros d’indemnités. Quant au chiffre d’affaires des indépendants en « portage salarial », il serait multiplié par dix et les cotisations sociales d’autant… Voilà ce que j’appelle du « gagnant-gagnant » !

Ce qui est possible avec le portage salarial, l’est aussi, bien entendu, pour les autres formes d’activités indépendantes qui, hélas, comme lui, restent cantonnées dans l’angle mort des politiques publiques. À un moment où le monde du travail change si vite, où les jeunes actifs sont en quête de sens, où salariés comme indépendants rêvent de sortir des vieux schémas et des millions de chômeurs de la fatalité, pouvons-nous continuer comme si de rien n’était ?

Je ne le crois pas. Alors, choisissons résolument le meilleur sur le pire, faisons-nous confiance et redonnons de la liberté au travail. « Lumières et liberté » disait Tocqueville, le grand philosophe de la démocratie. Il ne tient qu’à nous de retrouver ce sillon.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 14/03/2019 - 10:50
Marine Le Pen apportera-t-elle un espoir ?
Il est exact que c'est l'un des grands défis de nos sociétés ''riches et civilisées'', en ce début du 21ème siècle : permettre à tous citoyens qui le souhaitent de trouver un travail.
Condition ''sine qua non'' pour que chacun puisse donner un sens à sa vie...

Les dernières nouvelles sur ce sujet sont catastrophiques : en France, en 2018, le nombre de salariés dans le secteur privé n'a augmenté que de 160.000, moitié moins qu'en 2017.

Ce qui est à la fois hilarant et répugnant, c'est de constater que de nombreux médias (capitalistes, libéraux, de droite) ne parlent pas de cette évolution, ils signalent simplement que les chiffres de l'Insee sont un peu moins catastrophiques que prévu !

Le constat est donc sans appel : les gouvernements que nous avons élu depuis quarante ans ont été totalement et dramatiquement incapables de créer un modèle économique qui permette de satisfaire une des principales revendications des français.

Marine Le Pen sera ce jeudi soir l'invitée de l’Émission Politique de France 2.

https://amp.lepoint.fr/2300032
Benvoyons
- 14/03/2019 - 10:18
Enfin un message cohérent & qui en effet
est le seul qui peut sauver la France. L’État se doit de laisser la plus grande liberté pour les entrepreneurs & laisser ceux qui vont travailler avec les entrepreneurs choisir la partie Sociale qui leur convient le mieux avec les contraintes du domaine ou ils sont.
Peut-être pour l’État, juste aider techniquement par des formations à l'entreprise de la forme Coopérative. Ainsi ceux qui refusent le fait de travailler pour un entrepreneur puissent créer une entreprise coopérative avec la motivation qui est la leur. Ainsi toutes les formes sont ainsi en activités & à égalités.