En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Élections
Match des tribunes européennes...et enlisement collectif : y-a-t-il un parti français (ou européen) capable de rassembler une majorité à Strasbourg sur son projet ?
Publié le 12 mars 2019
Suite à la tribune consacrée à la Renaissance européenne d'Emmanuel Macron, et à la réponse de nouvelle tête de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, c'est au tour de Jean-Luc Mélenchon, après Laurent Wauquiez, de se prêter à l'exercice dans une tribune intitulée "Sortez des traités, stupides". Mais quel projet pourrait suffisamment fédérer au niveau européen pour s'imposer à Strasbourg?
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la tribune consacrée à la Renaissance européenne d'Emmanuel Macron, et à la réponse de nouvelle tête de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, c'est au tour de Jean-Luc Mélenchon, après Laurent Wauquiez, de se prêter à l'exercice dans une tribune intitulée "Sortez des traités, stupides". Mais quel projet pourrait suffisamment fédérer au niveau européen pour s'imposer à Strasbourg?

Atlantico :  Au regard de ces initiatives françaises, comment peut-on évaluer la capacité des partis politiques français à produire une ligne politique permettant de transcender les logiques nationales, et ainsi éviter que la France ne se retrouve minoritaire dans la démocratie européenne ? 

Edouard Husson : Je propose que nous ne nous arrêtions pas trop longtemps sur la tribune de Jean-Luc Mélenchon. L’ancien candidat à la présidentielle invente une nouvelle chimère politique: le populisme bobo. Il dénonce à juste titre les violences policières du gouvernement contre les Gilets Jaunes mais c’est pour tomber aussitôt dans une logorrhée écologiste qui n’a rien à envier à celle d’Emmanuel Macron. Rien dans sa tribune sur le grande aspiration qu’a révélé le mouvement des Gilets Jaunes : reprendre en main son destin, participer à la décision politique, c’est-à-dire libérer les forces entrepreneuriales locales et renforcer subsidiarité et démocratie. Laurent Wauquiez, lui, est incisif pour dénoncer l’inefficacité européenne d’Emmanuel Macron; mais que recouvre son plaidoyer pour une Europe des nations? Il semble qu’il soit plus proche de la vision d’Annegret Kramp-Karrenbauer mais il est bien moins explicite qu’elle concernant l’équilibre entre le principe intergouvernemental et le principe fédéral dans la construction européenne. Laurent Wauquiez ne parle pas beaucoup plus que Jean-Luc Mélenchon du reste de l’Europe. Ils ne sortent pas du défaut de la tribune de Macron: plaquer la vision top down d’une Europe à la française sur la réalité d’une Union européenne à 27.  Chacun vient avec son Europe, sans appeler, comme le fait la présidente de la CDU, à la confrontation entre visions de l’Europe. Aucun ne dit précisément comment il entend que les députés européens de sa tendance coopèrent avec ses collègues d’autres pays européens. Au fond, aucun de nos trois tribuns n’aime les peuples concrets. Il est tellement facile de se réfugier dans l’abstraction populiste, la langue de bois post-gaulliste ou l’européisme technocratique. 

Florent Parmentier : Les politiques français se piquent souvent d'avoir une vision propre et grandiose pour leur pays, mais également pour l'Europe. Pour autant, nos hommes politiques ne se trompent-ils pas en espérant voir l'Europe comme une France en plus grand ? En faisant cela, ils oublient souvent que la France a des racines mondiales, qui s'expriment à travers une vision universaliste qui lui est propre, une présence océanique sur quatre océans pour un domaine maritime comparable à celui des États-Unis, et, enfin, la France dispose avec la Francophonie d'un réservoir naturel d'influence au niveau mondial. Mais, c'est là le paradoxe, en oubliant cette dimension proprement française, ils ne sont pas à même, pour autant, de peser sur les débats européens. On ne retient de la France en Europe que ses résultats économiques relativement médiocres, avec des déficits importants. Le vrai défi consiste donc à articuler ces visions afin qu'une France forte permette d'accoucher d'une Europe plus forte, avec un moteur franco-allemand rééquilibré, mais non exclusif d’autres rapprochements au niveau européen. De même que l'Allemagne entretient les relations particulières avec les pays du Nord, la France a dans le fond plus intérêt à se rapprocher des Espagnols et des Italiens que de s'en éloigner.

Les partis politiques français paient leur faible l'investissement dans le Parlement européen : les hommes politiques expérimentés sont souvent placés là en récompense des services rendus plus que leurs compétences en matière européenne. Alors qu’il faut rester plusieurs mandats pour prendre des positions dans les commissions « qui comptent » (affaires intérieures, marché intérieur, etc.), les eurodéputés français ne font pas l’investissement nécessaire sur le long terme. La France partage avec l'Italie un faible intérêt politique pour ces élections, nuisible pour ses intérêts, d’autant que les députés RN ne bénéficient pas d’influence au Parlement européen. A titre de comparaison, les députés allemands ou britanniques se trouvent beaucoup plus à l’aise dans ce système.

Comment les partis politiques français pourraient-ils produire une ligne politique permettant d'aller au-delà des frontières ? Il faut observer que le Parlement européen a ses propres spécificités, puisque, à côté des logiques partisanes, se juxtaposent par moment des logiques purement nationales. Le débat français manque souvent d'ouverture sur ses partenaires européens : nous sommes beaucoup plus intéressés par les résultats d'une primaire dans l'Iowa que des résultats électoraux en Estonie, Etat-membre pourtant pionner en matière technologique dont les Français pourraient apprendre ! Il ne peut y avoir d'influence européenne que s'il existe une vision, des réflexes et un intérêt pour le développement de l'Europe.

Selon cette logique, la France est-elle dès lors contrainte à agir dans une logique intergouvernementale ? Quelles seraient les possibilités ouvertes pour la France pour parvenir à créer une ligne politique dépassant ses propres frontières ?

Edouard Husson : La France dominait l’Europe à 6 et même à 12 car le moteur allemand était encore bridé. Et puis la méthode technocratique pouvait encore passer. Jacques Delors, d’ailleurs, amenait une façon de faire qui passait bien en pays de “modèle rhénan”: il savait écouter, présider des réunions, mobiliser positivement des collaborateurs nombreux au sein des institutions européennes. Depuis que Delors a quitté la présidence de la Commission, la France n’a cessé de perdre du terrain. Nos gouvernements successifs n’ont pas su placer leurs représentants aux postes clé de l’administration bruxelloise. Comme les députés européens français sont parmi les moins assidus et comme nos gouvernements ne condescendent pas à consulter sérieusement les petits pays quand ils veulent faire passer leurs projets, la France oscille entre l’inefficacité à la Hollande, par faiblesse et l’inefficacité à la Macron, par arrogance. Seul Nicolas Sarkozy a réussi à faire un peu autrement en se retroussant les manches et en apprenant à parler avec tous au cours de la crise de 2008-2009. Il faudrait surtout comprendre que, sur la plupart des sujets en Europe, il n’y a plus de cadre prédéfini; l’Europe à 27 est devenue si diverse que les marges de maneouvre sont réelles pour organiser des coalitions qui mettent, quand cela est nécessaire, l’Allemagne en minorité - Mario Draghi a su le faire sur l’euro - mais les responsables politiques français ne s’en rendent même pas compte. 

Florent Parmentier : Il est vrai que les faibles capacités des partis politiques français au niveau européen constituent un handicap certain. A quoi peut-on les mesurer ? Très simplement, il suffit d'observer que les partis politiques français ne disposent pas de fondations politiques comparables aux principaux partis politiques allemands. Les partis politiques allemands ont su développer une influence conséquente en Europe centrale et orientale, là où les relais d'influence français n’ont pas produit les mêmes effets. Là où l'Allemagne a su intervenir dans les débats publics et faire jouer sa présence économique, la France a souvent cru que son poids politique lui permettrait d'échapper à une perte d'influence relative en Europe.

De ce point de vue, le système politique français produit Naturellement une pensée de nature intergouvernementale plutôt que parlementaire. Or, la logique de l'évolution des institutions européennes est de passer par une parlementarisation d'un certain nombre de processus de décision, ayant accru les pouvoirs législatifs et budgétaires. Ce qui ressemblait au départ à une Assemblée générale des Nations Unies plus qu'à un véritable Parlement est devenu au fil du temps une structure de plus en plus parlementaire.

Toutefois, il faut observer que la position d'Emmanuel Macron s'est plutôt affaiblie depuis son élection en 2017 : le mouvement des gilets jaunes a nui à son aura internationale. Dans ces conditions, il n'est pas certain que la logique intergouvernementale soit la bouée de sauvetage rêvée par les dirigeants français.

Cette situation de difficulté des pays à produire de telles lignes transcendants les frontières ne conduit-elle pas l'Europe au statu quo et à l'enlisement ?

Edouard Husson : La fixation incorrigible de la France sur le préalable franco-allemand est l’une des raisons pour lesquelles l’Union Européenne, actuellement, est largement paralysée. Quelle idée de la part d’Emmanuel Macron, d’aller demander à l’Allemagne d’abord la réforme de la zone euro. Alors que Mario Draghi a montré comment on met l’Allemagne en minorité sur cette question, en ne laissant pas le choix à Berlin de faire prévaloir un intérêt allemand sur l’intérêt européen ! Emmanuel Macron a caricaturé, à cet égard, la méthode française traditionnelle: non seulement il n’a pas compris que pour faire aboutir une option française il faut créer des coalitions mais il a snobé les pays d’Europe du Nord, mieux gérés que la France, passé son temps à faire la leçon à l’Europe centrale, trop nationaliste à son goût, et regardé de haut l’Europe du Sud, dont la France, pourtant, devrait être profondément solidaire, vu qu’elle lui ressemble profondément dans son incapacité à rentrer dans les critères allemands de gestion de la monnaie. Répondre efficacement à Emmanuel Macron, de la part d’un politique français qui veut être pris au sérieux dans le cadre des élections au Parlement européen, cela consiste à proposer une toute autre méthode, respectueuse des autres pays, s’appuyant sur leur diversité et se proposant de créer des majorités au Parlement et au Conseil Européen qui permettent une réforme en profondeur de l’UE. Quant à la question de la future Commission, il faudrait aller voir Emmanuel Macron à l’Elysée et lui demander sa liste de noms pour peupler les cabinets des commissaires européens. 

Florent Parmentier : Il est vrai que l'on trouve un Parlement européen un grand nombre d’opinions divergentes sur la direction que doit prendre l'Europe : certains la veulent plus sociale, d'autres plus libérale, d'autres plus favorable à l'environnement, et certains veulent même ne plus réellement voir d'Europe. Il devient dès lors extrêmement difficile de s’y retrouver quand, face à ces grandes orientations, on doit en plus ajouter au moins 27 prismes nationaux ! Au Parlement européen, il n’est pas rare que des sociaux-démocrates d'un pays peuvent s'entendre davantage avec des libéraux d'un autre pays qu’avec ses propres homologues.

Est-il pour autant impossible de trouver des lignes fortes au Parlement européen ? Il faut observer qu'un pouvoir avec un exécutif fort ne garantit en rien l'impossibilité de l'enlisement où la force des conservatismes. Il faut plutôt voir le système politique européen comme un système politique équilibré où existent de nombreuses possibilités de compromis, un peu à l'image de ceux qu'on peut observer au sein du Sénat français. Par la diversité des opinions qui sont représentées, le Parlement européen constitue de fait un laboratoire permettant aux Européens de trouver des positions de plus en plus convergentes sur le changement climatique comme sur l'intelligence artificielle. Si l’on prend ce dernier thème on observera que les Européens entendent promouvoir une conception de l'intelligence artificielle éthique prenant en compte les valeurs européennes. Le Parlement européen permet de débattre de ce type de thème, pouvant légiférer pour un vaste marché intérieur, nécessaire pour faire face aux mastodontes américains et chinois. Si les Européens veulent exister en matière d'intelligence artificielle pour les prochaines années, ils ont tout intérêt à se mobiliser le 26 mai prochain afin de se doter de représentants efficaces et compétents en la matière, à même de savoir négocier des compromis au niveau européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 13/03/2019 - 19:51
Une alternative salutaire pour le pays
Il faut se contenter du projet d'E. MACRON révélé dans sa vidéo apocalyptique, appuyé par des propos dignes d'un dictateur ou d'un gourou "vous n'avez pas le choix, il faut voter pour moi" ? Une alternative peut s'envisager avec LR. Le trio , tête de liste semble crédible. Bellamy relèvera le niveau des débats, en refusant avec courtoisie le sujet stupide préféré des médias : faire le buzz avec quelques mots. Il serait intéressant de suivre leur campagne. Se satisfaire du duel MACRON / LE PEN risque bien de devoir constater un chiffre record d'abstentionnistes, comme lors des dernières élections.
hoche38
- 13/03/2019 - 17:19
Moteur franco-allemand rééquilibré?
Il est difficile d'imaginer "un moteur franco-allemand rééquilibré", comme le dit Florent Parmentier. Ce ne sera malheureusement que l'association d'un moteur BMW avec celui d'une pétrolette. Le moteur allemand imposera sa cadence. Seule la vision géniale et la personnalité exceptionnelle de notre jeune président, qui a su dernièrement se faire tant de nouveaux amis en Europe, pourra équilibrer le moteur allemand.
Poussard Gérard
- 13/03/2019 - 10:40
Patricia Lalonde députée européenne
courageuse Udi soutient la liste du Trio LR ...enfin la troisième voie se dessine et donne l'espoir aux citoyens français qui considèrent que le mignon est grillé et que Rn est immature
Enfin....et dehors les traitres comme raffarain juppé bussereau bertrand...