En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 51 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 29 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 18 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 24 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 29 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 22 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 25 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 50 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 23 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 4 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 40 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 9 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 36 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 50 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

La taxe GAFA, un pistolet à eau ?

Publié le 11 mars 2019
La taxe GAFA a été présentée la semaine dernière par Bruno Le Maire. Elle vise à taxer non pas les profits des grandes entreprises du numérique mais bien leur chiffre d'affaires
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La taxe GAFA a été présentée la semaine dernière par Bruno Le Maire. Elle vise à taxer non pas les profits des grandes entreprises du numérique mais bien leur chiffre d'affaires

Les enfants aiment faire peur avec des armes de fantaisie. C’est de leur âge. Il faut qu’ils se donnent eux même l’impression d’être plus grands qu’ils ne le sont en vérité. Cela leur donne une sensation de puissance. Qui fonctionne avec ceux de leur taille, de leur âge, et fait rire les adultes. Dans cette affaire des GAFA, les géants de l’internet sont les adultes, pas forcément très responsables et certainement pas exemplaires. Mais ils sont grands et forts, comme un adulte. L’enfant, c’est la France, un des nombreux nains du digital, qui pense suffisant de punir les grands, sans que cela ne solutionne son problème de croissance.

C’est un enfant content de punir un adulte, sachant que le lendemain, la différence de taille et de puissance restera la même. Le déficit toujours aussi lourd. Irrattrapable.  Mais cela fait certainement du bien ! On offre le spectacle de muscles aussi naissants que maigrelets au bon peuple, et on espère entraîner les copains, Européens, dans la bataille des petits, en espérant que l’empilement des petits cubes finira par ressembler à une tour.

Pourquoi notre Bruno Lemaire national, dans un geste de punition bien étrange alors que le Président de la République déroule chaque année le tapis rouge aux géants du numérique mondial, en quémandant une démonstration si téléphonée de la « tech for good », souhaitent tout à coup faire du « bad à la tech ». Pourquoi tout à coup ce coup de sang pour des géants qui ne font qu’exploiter l’incohérence de l’Europe, incapable d’harmoniser ses règles fiscales, en laissant le bénéfice de l’appel d’air à l’Irlande notamment ? Pourquoi cette focalisation sur les GAFA, quand 100% des entreprises du CAC40 exploitent les règles fiscales depuis des lustres au gré de leurs intérêts, pour le bonheur des meilleurs avocats fiscalistes de la place ? Peut être  parcequ’il est plus facile de s’attaquer aux étrangers, qu’à ses propres ressortissants ? Et après tout pourquoi pas ? Pour une fois que nous serions moins faibles et prêts à défendre nos intérêts, pourquoi devrais-je m’en plaindre ?

Alors comment devons nous analyser et juger cette taxation possible des GAFA, et des autres, puisque désormais les critères ont le mérite d’englober les entreprises des autres pays, dont la Chine. Prenons quelques angles d’analyse et jugeons.

Sous l’angle du rapport pour la France. Nous parlons de quelques centaines de millions. Notre déficit d’une part et nos dettes de l’autre, cumulées ou non, n’en riront même pas. A peine un début de chatouille, au mieux. L’objectif n’est donc pas financier, ou alors nous parlons de mendicité.

Sous l’angle de l’impact sur les sociétés étrangères du numérique, il est clair que quelques dizaines de millions d’impôt à payer, passera totalement inaperçu dans leur comptabilité. Dans la rubrique « divers faux frais » peut être. Et encore. Cela leur donnera au contraire une raison de prétendre ne pas profiter d’une quelconque bienveillance fiscale Hollandaise ou Irlandaise, puisqu’ils auront payé leur dîme.

Sous l’angle de l’élan Européen provoqué par cette mesure, attendons de voir. Mais penser que tout à coup, par le miracle du petit tourniquet dans l’air gouvernemental, la machine Européenne, qui a déjà été sommée 100 fois de faire le ménage dans l’harmonie de sa fiscalité, se mette en marche comme un seul homme pour exiger un taux d’imposition uniforme ou d’un différentiel acceptable, paraît pour le moins illusoire. A l’heure où l’Irlande, est un enjeu de négociation dans le cadre du Brexit, on voit mal comment ajouter à son éventuel fardeau, la renonciation à une fiscalité qui l’a fait passer de l’indigence et du chômage, à l’opulence et au plein emploi. Donc il ne faut rien chercher de ce côté.

Sous l’angle du bénéfice France maintenant. Ce bel argent, on parle de 500M, aurait permis au maigre plan IA de grossir d’un tiers. Par exemple. Mais malheureusement le fruit de l’impôt de choisit pas l’arbre duquel il tombe, et cet argent ira combler une minuscule partie de notre déficit. Donc nos petits du numérique français, ne profiteront pas de cette aubaine pour s’offrir une hormone de croissance. C’est bien dommage. Donc de ce côté, bénéfice nul !

A quoi sert donc cette taxe ? La question reste en suspens dans l’air de la technocratie et de la politique. Serait ce une question rhétorique ? Alors fallait il la faire ?

Oui et non.

Non, tout d’abord, pas ainsi en tous cas. J’aurais préféré, largement, une version « versement à un fonds pour nos éventuels futurs géants ». A la manière de ce que nous avions imposé pour la presse, mais en plus gros et en récurrent. Un bon gros fonds, utile pour nos start-up, afin de contribuer à leur donner ambition et moyens de devenir forts et internationaux. Ainsi « taxés », la somme aurait eu le mérite de l’efficacité, ou du moins de l’utilité.

Non, ensuite, car j’aurais accompagné cette mesure par son corolaire indispensable : L’ambition ! Ecrire, à la Chinoise, un plan sur 5 ans destiné à se doter d’un arsenal nucléaire d’entreprises mondiales, était le minimum à exiger comme complément d’une politique de représailles aux petits pieds. Mais sur ce terrain, toujours rien, alors que nous approchons des 2 années au pouvoir d’Emmanuel Macron, dont nous pensions tous qu’il avait tout compris sur le numérique. Dommage.

Oui, car on ne pouvait pas non plus ne rien faire, face à l’indécence des profits des GAFA (et des autres) et du ridicule des impôts payés. Ils nous « offrent » un petit bénéfice pour leur seul bénéfice, géant celui-là. Ils utilisent le génie français, qu’ils viennent louer avec une certaine hypocrisie, chaque année à l’Elysée, vantant notre intelligence mathématique, pour mieux mettre en valeur notre bêtise sur tous les autres terrains. Ils utilisent nos infrastructures, sans en payer le prix. Il faut trouver une compensation à tout cela. Mais pas au profit de l’Etat. Au profit de ceux qui créent la richesse plutôt qu’à ceux qui la gaspillent.

Au final, l’enfant français n’apportera rien à ses autres enfants. Il ne sera pas imité par ses pairs, ni par ses fils. Il aura fait la une des journaux pendant quelques heures, et m’aura permis de trouver l’inspiration pour cette tribune. Il n’y pas donc pas de petits bénéfices, il n’y a que de petites actions !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ex abrupto
- 12/03/2019 - 16:31
Le gvt américain...
a bien eu la peau d'IBM, il y a quelques années? (via une utilisation astucieuse des lois anti trust). La concurrence est maintenant florissante, bien qu'elle n'ait pas brillé par l'innovation.
DANIEL74000
- 12/03/2019 - 07:46
Moulin à vent
Notre premier ministre se prend pour Don Quichotte ! Pourquoi ne pas s'attaquer aux fossoyeurs de notre pays à savoir les capitalistes de connivence. Tout salaire servi et versé par l'Etat, ex présidents ou ministres, hauts fonctionnaires ne devrait dépasser 10 000 €/mois le surplus versé au CRDS tant que la dette qu'ils ont crée existera.
Sidewinder
- 12/03/2019 - 02:00
Pistolet a eau ?
Pas du tout : coup mortel aux dirigeants des GAFA qui sont surement déjà morts..........de rire!!!!!!!!!!!