En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

02.

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

05.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

06.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

07.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 2 heures 22 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 3 heures 54 min
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 5 heures 43 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 8 heures 28 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 9 heures 37 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

il y a 14 heures 22 min
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 2 heures 57 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 4 heures 54 min
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 6 heures 16 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 10 heures 13 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 11 heures 4 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 12 heures 3 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 13 heures 12 min
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 13 heures 49 min
décryptage > International
Règles strictes

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

il y a 14 heures 37 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Fausse bonne idée

Taxe GAFA : usine à gaz fiscale, erreur économique, mauvais coup pour les consommateurs

Publié le 11 mars 2019
Bruno Le Maire a présenté la semaine dernière le projet de loi visant à taxer les grandes entreprises du numérique. Ce ne sont pas les bénéfices qui sont taxés mais bien le chiffre d'affaires.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire a présenté la semaine dernière le projet de loi visant à taxer les grandes entreprises du numérique. Ce ne sont pas les bénéfices qui sont taxés mais bien le chiffre d'affaires.

Le gouvernement a présenté le 6 mars un projet portant sur la taxation des entreprises numériques (« taxe GAFA »). Cette taxe concernerait les principales entreprises américaines du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple), ainsi que les entreprises dont les activités numériques génèrent plus de 750 millions d'euros, et qui ont un chiffre d'affaires en France supérieur à 25 millions d'euros. Au total, ce sont environ trente entreprises internationales qui seraient taxées à hauteur de 3% sur leur chiffre d'affaires numérique déclaré en France.

Disons-le tout net : si l’on met de côté l’objectif de justice fiscale – à laquelle chacun souscrit -  que brandit tout gouvernement au moment de créer une nouvelle taxe, ce projet suscite bien de l’ironie. Ironie de voir un pouvoir qui se prétend fer de lance de la réforme de l’Europe avec un grand « R » oublier allègrement que celle-ci suppose précisément ce à quoi il a été incapable de parvenir au cas d’espèce : la capacité à créer l’unanimité ! Ironie de la part d’une majorité parlementaire qui, en matière fiscale, plaide et a été élue sur un objectif de simplification, jusqu’à la suppression des mini taxes, et qui s’apprête pourtant à créer une taxe à destination d’une trentaine d’acteurs, pour un montant espéré de recettes symbolique.

Si tout ceci pointe une nouvelle fois vers l’effet d’affichage politique, il n’est pas inutile de s’interroger plus au fond sur cette taxe. Elle pose des problèmes fiscaux, économiques, et sociaux.

Au plan fiscal d’abord, cet impôt est mal-né. Comme souvent, en lieu et place de prendre le temps nécessaire, le mécanisme a été bâti à rebours, à partir de l’objectif politique qui lui était assigné : 500 millions de recettes. Un certain nombre de difficultés techniques et d’imprécisions juridiques, susceptibles d’être soulevées au contentieux, en résultent. Parmi celles-ci, le choix d’un impôt sur le chiffre d’affaires, lui-même contestable (il est plus logique de taxer la valeur ajoutée ou les profits), et dont il résulte un risque de double imposition en l’état des conventions fiscales qui existent entre la France et ses partenaires. C’est bien d’ailleurs le cœur des débats qui agitent aujourd’hui l’OCDE en matière de taxation du numérique : pour éviter toute double imposition à l’international, les pays se sont mis d’accord pour permettre aux entreprises de rapatrier leurs impôts. Au cas d’espèce, la France, usuellement hostile à la taxation sur le lieu de consommation, change dans la précipitation son fusil d’épaule.

Au plan économique, ensuite, un tel impôt est présenté comme entrant dans le cadre de la stratégie visant à permettre le développement des acteurs européens du numérique. Là encore, l’objectif est louable. Remarquons cependant qu’en fait d’outil pour y parvenir, il s’agit encore et toujours d’adopter une approche punitive par la taxation. Les pouvoirs publics devraient plutôt agir sur l’écosystème national et européen, afin de le rendre plus propice au développement si ardemment souhaité d’acteurs européens du numérique. Il est vrai qu’il est plus facile de taxer brutalement que de prendre le temps de la formation, du développement de l’esprit d’entreprise, de circuits de financement du capital risque fonctionnant mieux etc. Au-delà des mots d’amour qui sonnent creux, faire l’effort de penser cette nouvelle économie dans sa complexité et ses fragilités. Au cas d’espèce, la taxe envisagée risque plutôt de pénaliser les petits acteurs européens du numérique. Ceux-ci, en effet, travaillent et s’appuient souvent sur les grandes plateformes. La Commission européenne relevait ainsi en 2017 que 82% des PME utilisent les plateformes pour promouvoir leurs produits et services, et 42% pour les vendre. Les grands acteurs étant, de fait, largement price makers, le risque est grand que l’imposition soit répercutée en aval de la chaîne de valeur sur les plus petits acteurs.

C’est, enfin, un plus risque d’ordre social : que par effet en chaîne, cette taxe ne soit pas payée par les méchant désignés que sont devenus les GAFA, mais bien par les consommateurs finaux. N’avons-nous rien appris des effets délétères de la taxe soda à laquelle Coca-Cola a répondu en réduisant à prix constants la taille des bouteilles, c’est-à-dire, de fait, en augmentant les prix ? Alors même que la crise du pouvoir d’achat sévit, le gouvernement semble prendre un bien grand risque. A moins que cette question l’intéresse moins qu’il ne le proclame. On peut se le demander quand les projets de réforme du droit de la concurrence qu’il porte au niveau européen consistent justement à moins prendre en compte le consommateur final…

Au total, il est temps d’arrêter de jouer aux apprentis sorciers en matière de fiscalité numérique. L’Europe, qui avait fait du marché unique du numérique une priorité, mérite mieux que cela. Les acteurs du numérique, grands et petits, également, qui, plus qu’une taxation d’un montant symbolique que de toute façon ils répercuteront, demandent légitimement de la clarté, du sérieux et moins de stigmatisation. Enfin les consommateurs, qui risquent d’être les dindons de cette mauvaise farce.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

02.

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

05.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

06.

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

07.

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 12/03/2019 - 01:42
Il vaut mieux en rire qu'en pleurer
Bon, la France veut taxer les GAFA, pourquoi pas ? 500 millions repartis sur les GAFA, c'est à peine leur argent de poche et, en plus ils le répercuteront. Le plus grave c'est que c'est un combat d'arrière-garde. La Chine et les US ont des géants...pourquoi l'Europe n'en a pas ? Le problème est là. Il y a quelque chose qui ne va pas chez nous et ce n'est pas en tapant sur les autres qu'on va le régler. La chine a purement et simplement copié les USA, en sommes-nous incapables ?
ajm
- 11/03/2019 - 19:52
Effets pervers
La France possède beaucoup de grandes entreprises vendant et gagnant de l'argent dans le monde entier mais dont les sièges sociaux et les principaux lieux de RD sont encore en France. Appliquer sans nuances la règle de la taxation sur les pays de consommation sans tenir compte de la géographie effective de la création de valeur ( RD, production, siège mondial...) peut se retourner contre les intérêts du fisc Français et de la France.
tubixray
- 11/03/2019 - 14:12
taxons les GAFA mais vraiment
Le chiffre d'affaire ainsi que la croissance annoncés par Amazon sont stratosphériques.
Il est intolérable que les bobos / gogos (selon) français qui en sont clients ne payent pas la TVA et qu'Amazone ne soit pas imposé sur ses profits générés en France (impôt sur le sociétés).
Comment les français peuvent ils être clients d'un ultra riche (beurk!) dont la fortune est estimée à plus de 130 milliards (€ ou US $ ne sait plus) ???
Tout cela avec 7 entrepôts géants sur notre territoire qui n'ont jamais été pris d'assaut par les gilets jaunes / casseurs (mais ou étaient ils?) avec quelques milliers d'employés payés au SMIC et gérés par un assistant personnel garde chiourme ?.