En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 1 heure 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 18 heures 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 23 heures 58 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 19 heures 53 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 22 heures 9 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 22 heures 47 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 23 heures 58 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Tribune

Ces erreurs de stratégie qui continuent de ravager l’industrie française

Publié le 12 mars 2019
Le mot « urgence » revient avec insistance dans le débat politique comme dans la vie courante, urgences à l’hôpital, bien sûr, mais aussi service de pompiers, de policiers…le traitement d’un accident avec des mesures immédiates pour préserver autant que possible l’intégrité des personnes et des biens.
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mot « urgence » revient avec insistance dans le débat politique comme dans la vie courante, urgences à l’hôpital, bien sûr, mais aussi service de pompiers, de policiers…le traitement d’un accident avec des mesures immédiates pour préserver autant que possible l’intégrité des personnes et des biens.

Ce terme qui symbolise l’immédiateté est rentré dans le champ politique avec la notion d’urgence climatique et il vient désormais au secours de tout ce qui doit être réalisé instantanément et dans un temps court. Déjà bousculés par une évolution technique conduisant à une avalanche incessante de nouveaux produits avec de nouveaux services, nous finissons par nous entretenir dans une frénésie très déstabilisante, des peurs permanentes et rien d’étonnant à ce que nos enfants finissent par nous demander comment nous avons l’intention d’agir pour préserver leur avenir . 

Plutôt que d’enfoncer le clou et de leur montrer quotidiennement les ravages de la civilisation que nous leur laissons, pourquoi ne pas retisser la toile de notre avenir à partir de la notion de temps, c’est-à-dire de parler prévention et anticipation, c’est-à-dire réflexion, étude, éducation, science et non émotion et immédiateté. On n’empêchera pas les accidents, pas plus que la mort, mais on peut prévenir et guérir avec du temps, de la persévérance, une vision et de l’action continue. Les nouveaux outils issus des technologies modernes nous fournissent en plus des données sur les règles de maintenance et de sécurité pour éviter un grand nombre des surprises, sur les bâtiments, les infrastructures, les matériels, et les organismes. Le catastrophisme qui alimente les discours et les programmes audiovisuels ne sert pas le besoin de sérénité et de sécurité auquel aspirent les peuples, et , en particulier, une jeunesse  tandis que nous nous appliquons à multiplier les angoisses et les craintes. La précipitation sur des mesures immédiates est souvent mauvaise conseillère, la stratégie qui réussit est celle qui a su allier préparation et décision , analyse, réflexion, et action. 

J’ai le regret de constater que depuis des années, les décisions prises sont émotionnelles sans anticipation et avec la recherche d’un profit immédiat, l’applaudissement des commentaires, la flatterie abusive des analystes autoproclamés, cireurs de pompes d’occasion. En ce qui concerne l’industrie dont je me préoccupe depuis des dizaines d’années, cette gestion calamiteuse du temps est un handicap majeur . J’ai compris que désormais tout le monde veut ressembler à Winston Churchill pendant la « bataille d’Angleterre », mais s’il y a eu là des décisions urgentes à prendre, leur préparation avait été longue et l’anticipation des écueils à éviter avait été préparée avec soin. Il y a eu gestion du temps et volonté d’éviter les contretemps. 

 Ma lecture de la situation de notre pays est que nous avons mal mesuré l’influence sur notre société de la désindustrialisation progressive depuis au moins 25 ans, on peut ergoter sur les années comme sur les responsabilités, cela ne m’intéresse pas. La plupart des maux que nous rencontrons et qui nous sont  proposés comme des « urgences » , islamisme, banlieues, chômage, pouvoir d’achat, pollution, révolte des classes moyennes, interrogations sur la démocratie…proviennent d’un affaiblissement économique du à la disparition d’usines et de producteurs et l’absence de créations de nouvelles entités assurant le développement de nos territoires. Je ne devrais pas avoir à le dire, chacun peut le voir en se promenant à pied, en vélo, en moto, en voiture ou en train à travers notre pays. 

Le remède n’est pas l’émotion, c’est l’analyse, la stratégie et la décision pour redresser la situation sur le long terme, c’est-à-dire que les effets ne seront pas immédiats et ne vont donc pas satisfaire les chaines d’information en continu et les instituts de sondage statuant définitivement sur la popularité des mesures prises. Mais surtout, dans la mesure où les tambours de l’information ont founi la donnée essentielle, à savoir l’urgence climatique, il faut travailler à modifier la perception des votants sur ce qui va vraiment les aider, eux et leur progéniture. Le discours conduisant à canaliser la révolte des peuples européens contre la politique écologique « insuffisante » comme celui qui condamne les avancées d’une Europe qui cherche sa nouvelle place dans le monde évitent de traiter le problème fondamental, celui du secteur de production en France et en Europe , matières premières, transformation, et donc souveraineté pays par pays ou au niveau d’un ensemble de pays. 

Les injonctions gouvernementales , les positions européennes , les directives , ne respectent ni les temps ni les réalités de l’industrie aussi bien française qu’européenne, et deux éléments dominent , celui de l’urgence climatique déclinée en France comme en Europe et celui de la concurrence, c’est-à-dire que les bonnes intentions non corrélées à la réalité conduisent à des catastrophes économiques d’abord puis sociales, bien sur, qui mettent en péril l’édifice fragile des démocraties dans un monde où les dérives de régimes autoritaires sont devenues plus que fréquentes. Nous vivons dans l’illusion que nous restons le centre du monde alors que prenons des coups de tous cotés sans nous donner les possibilités de prospérer de nouveau. Nous pourrions dire que nous vivons mal notre marginalisation, mais la réalité c’est que nous y participons de manière très efficace, nous sommes les principaux acteurs de notre malheur . 

Je donne depuis des années des exemples de cet aveuglement qui transforme la décarbonation devenue dogme national en créateur de friches industrielles, importation de matériel étranger et désertification du territoire. Tour à tour panneaux solaires, éoliennes et batteries électriques nous sont vendues tandis que nous massacrons notre industrie pétrolière, gazière, charbonnière, automobile, nucléaire … Ce n’était pourtant pas « urgent », il y avait la place pour se préparer si on jugeait cette orientation inéluctable. Eh bien non, il a fallu décider sans avoir les moyens de production correspondants … »l’intendance suivra » : elle n’a pas suivi c’est évident. Et quelle que soit la situation on continue, on accélère dans le tunnel, comme on peut le voir avec le honteux programme des éoliennes en mer français, mal préparé, hostile à la nature halieutique, condamnant la pêche et ceci pour de mauvaises raisons économiques puisque l’on augmente le prix de l’électricité et qu’on diminue la compétitivité d’ensemble de l’industrie nationale . C’est l’ensemble de la politique dite de la transition énergétique qui est en cause puisqu’elle ne tient aucun compte de la disponibilité de l’industrie nationale ni des exigences de sa compétitivité vis-à-vis des réalités de la mondialisation, mais on pourrait élargir ce propos au secteur agricole et à la pêche. Le temps de la décision est décalé par rapport aux possibilités pratiques et ce ne sont pas les incantations nombreuses qui peuvent y changer quoi que ce soit. Le secteur automobile s’adaptera aux règles stupides  prescrites, par exemple, mais des millions de personnes seront mises au chômage et de nouvelles friches industrielles apparaitront. 

Le deuxième élément est celui de la concurrence « salvatrice » qui a conduit à la multiplication d’appels d’offres de plus en plus onéreux dans des domaines où les concurrents étrangers en position de dumping social donnent le prix à obtenir, et où sont recherchées avec obstination les « ententes » , au niveau national ou européen . Les ravages sur l’ensemble du secteur industriel ont été colossaux tandis que les emplois augmentaient chez les contrôleurs, à tous les niveaux. Amendes et rappels à l’ordre sont célébrés comme des exploits alors qu’une fois de plus emplois industriels et usines disparaissent . Tout le secteur électrique européen est malade de ce soi-disant progrès de la mise en concurrence , et c’est désormais le secteur ferroviaire qui va être touché par cette déferlante idéologique « libérale ». Je tiens à rappeler qu’il existe des secteurs de monopole naturel d’une part, et que d’autre part la concurrence n’est plus dans le monde moderne au niveau des pays ou même de l’Europe, nous sommes  désormais dans la concurrence mondiale : il ne faut pas jouer à contretemps. 

L’urgence, le temps, le contretemps , l’art de gouverner une entreprise, une région, un pays, l’Europe, c’est de ne pas se tromper sur ces éléments essentiels. L’émotion, les sondages, les commentaires, la communication, tout cela tient du théâtre qu’il ne faut pas ignorer, mais s’il n’y a que cela , la réalité vous rattrape. C’est à cet instant là où nous en sommes. S’il y a une urgence elle est industrielle car on ne peut résoudre aucun des problèmes soulevés sans retrouver de la puissance dans le secteur de production. Poursuivre une politique dite » écologique » ou celle considérée comme de » concurrence » sans examiner avec précision les conséquences  sur l’industrie nationale mène au chaos économique et social, il serait temps de regarder les choses en face.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 12/03/2019 - 16:55
PRINCIPE DE RÉALITÉ
On voit bien que l’auteur de l’article n’a pas de préoccupations concernant les élections à venir ni celles d’après !
Plus sérieusement, Henri ZIEGLER nous avait alertés contre le projet Concorde. Cet ancien PDG d’Air-France savait bien que cet avion ne serait pas acheté par les compagnies aériennes, et pourquoi. Sa compétence ignorée, ça a coûté à la France et au Royaume-Uni un budget colossal en échange de rien.
Aujourd’hui on remet ça avec une pseudo-écologie et une concurrence-bidon, et LE FLOCH-PRIGENT et d’autres connaisseurs parlent d’or mais de nouveau dans le vide. - Les drames ne sont pas derrière nous mais devant : dans le Poitou, 2 fonderies liées aux moteurs Diesel sont en train de mourir alors que nous avons mis 20 ans à étudier des moteurs performants et propres. Ce n’est que le début.
tatouzou
- 12/03/2019 - 15:21
Gribouille
Bravo à M. Le Floch Privent.
Espérons que nos contemporains comprendront la nocivité des politiques pour "sauver la planète" avant que nous ayons fini de scier la branche sur laquelle nous sommes assis.

D'autant qu'il est possible que les nouveaux maîtres du Monde auront envie de prendre leur revanche sur nos politiques coloniales passées: dans ce cas, craignons qu'ils ne nous traiterons pas mieux que nos aïeux les avaient traités.
Borgowrio
- 12/03/2019 - 08:58
Prêcher dans le désert
Article majeur . Pas un parlementaire de droite , ( la gauche c'est l'utopie ) n'osera prendre position nettement contre l'émotion , la mode du temps , la fameuse transition énergétique, qui nous mène au fiasco économique . Civilisation qui prend au sérieux des jeunes au ventres pleins qui ont peur de l'avenir , et, comme saint Jean prévoient l'apocalypse . La France le meilleur élève en émissions de " gaz à effet de serre " grâce au nucléaire , s'emploie consciencieusement à détruire cet atout majeur . Son industrie avec . On n'a pas fini de fustiger les " financiers ", les "actionnaires" , les "patrons" , le capitalisme , la mondialisation . Tout système a ses défauts et est constamment à améliorer , mais , ne gribouillons pas ce qui marche sans avoir d'alternative crédible .