En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 8 heures 24 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 9 heures 52 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 19 heures 58 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 20 heures 15 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 9 heures 9 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 16 heures 10 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 18 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 18 heures 57 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 19 heures 14 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 20 heures 3 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 20 heures 16 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
"Dernier effort"

Brexit : tension… et impuissance politique maximum au Royaume-Uni

Publié le 09 mars 2019
Alors que le Brexit est encore prévu pour la date du 29 mars, et quelques jours avant les votes qui auront lieu dès le 12 mars, Theresa May a appelé, ce vendredi 8 mars, les européens à "faire un effort supplémentaire pour répondre aux dernières inquiétudes très spécifiques de notre Parlement. Alors, allons-y !"
Michael Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Bret est économiste, président de Partitus. Il a travaillé ces dernières années pour le Collège de France, l'Institute for Fiscal Studies de Londres, BNP Paribas à Hongkong, l'OCDE et AXA Investment Managers. Il enseigne à Sciences Po et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Brexit est encore prévu pour la date du 29 mars, et quelques jours avant les votes qui auront lieu dès le 12 mars, Theresa May a appelé, ce vendredi 8 mars, les européens à "faire un effort supplémentaire pour répondre aux dernières inquiétudes très spécifiques de notre Parlement. Alors, allons-y !"

Atlantico :  Comment interpréter cette déclaration, et peut-on imaginer que les européens fassent "cet effort supplémentaire" réclamé par Theresa May ? 

Michael Bret : Ce que pourrait donner la Commission n’est que minimal, et certainement insuffisant à remporter l’adhésion de l’European Research Group, l’aile eurosceptique du parti conservateur que la Première Ministre tente de rallier à son accord. L’objectif de Theresa May est double, et joue sur l’urgence de l’échéance du 29 mars. D’un côté, commencer à préparer le terrain pour rejeter la faute d’un éventuel désastre sur Bruxelles : c’est dans ce sens qu’allait il y a deux jours la démarche de Geoffrey Cox, ministre et Procureur Général du gouvernement. Celui-ci a renversé son analyse pour aller présenter à Michel Barnier que l’accord conclu par son propre gouvernement mettait en danger jusqu’aux droits de l’homme des habitants d’Irlande du Nord.
De l’autre côté, convaincre autant les eurosceptiques partisans d’un Brexit le plus rapide possible et d’une relation la moins intégrée possible, que les membres modérés des deux partis travailliste et conservateur partisans d’un Brexit le moins disruptif possible. L’incertitude des votes de dernière minute, sans cesse repoussés, permet de dire aux uns que ne pas soutenir l’accord est prendre le risque de voir le Brexit purement annulé, et aux autres que c’est prendre le risque de se précipiter “par accident” vers un Hard Brexit, désiré uniquement par les plus radicaux des eurosceptiques. Demander des concessions substantielles de dernière minute que la Commission a déjà annoncé ne pas pouvoir donner est avant tout un moyen de continuer à faire courir la montre pour faire monter la pression de l’urgence, et à présenter à domicile cette urgence comme le résultat de l’intransigeance bruxelloise.

Lors d'un déplacement à Washington, Martin Selmayr, secrétaire général de la Commission européenne a déclaré "Barnier, notre meilleur avocat en matière de divorce, a montré qu'il n'était pas très attrayant de divorcer de l'Union européenne". Les européens ne prennent-ils pas un risque, avec ce types de déclarations, de renforcer le camp des brexiters, pour en arriver une probabilité toujours plus forte d'un No Deal que personne ne souhaite ? 

Les déclarations de Martin Selmayr s’adressent certainement plus aux oreilles bruxelloises qu’aux Britanniques ni même aux autres opinions publiques européennes dont plus aucune ne songe à suivre l’exemple du Royaum-Uni et obéissent à des impératifs d’influence et de positionnement internes à la Commission. Faut-il craindre un dommage collatéral outre-Manche ? L’ERG se saisit évidemment d’une déclaration susceptible de jeter l’huile sur le feu, mais il n’est pas certain que cela prenne beaucoup de poids et que quiconque y prête grande attention dans la scène politique britannique sursaturée depuis des mois de déclarations et de postures radicales, et de renversements complets d’options politiques.

Pour prendre un peu de recul et voir le fond de ce qui est évoqué à savoir le coût de sortie et les divers cataclysmes du paysage politique qu’un tel processus provoque : Barnier a-t-il eu un rôle sur la façon dont s’est déroulé le drame politique des Commons ? Voyons pour cela le dernier épisode des demandes de concessions que May formule à Bruxelles Ces concessions de la Commission seraient soit juridiques sur la question du Backstop de la frontière irlandaise, mais ne pourraient renverser légalement ce qui a été négocié pendant deux ans et demi, soit politiques sur la déclaration de relation future, mais à nouveau avec une valeur uniquement déclarative. Le premier ne satisferait pas les eurosceptiques et les parlementaire nord-irlandais du DUP, le deuxième ne satisferait pas les travaillistes, qui demandent des assurances que Brexit se dirige vers un "alignement étroit sur le marché unique”, c’est à dire un changement des lignes rouges qui ont sous-tendu toutes les négociations, et dont l’accord est le reflet. Theresa May a refusé de modifier ces lignes rouges, même après la défaite historique de son projet d’accord devant le Parlement.

Dans les deux cas, ce sont plutôt les évolutions internes des forces politiques britanniques qui définissent les points de blocage du débat, que les possibles évolutions ou refus de la part de la Commission.


Dans la configuration actuelle, quels sont encore les scénarios envisageables pour le 29 mars ? 

Avec l’incertitude entretenue activement par Theresa May, par le ERG et par Corbyn, impossible d’assigner des probabilités aux différents scénarios. Le plus grand danger est celui d’un Hard Brexit, présenté comme résultat d’un possible “accident” si le Parlement met trop de temps à adopter l’accord de May ou trop de temps à le rejeter définitivement. Je pense au contraire qu’un Hard Brexit se matérialiserait différemment : par un accident dérivant de l’ignorance générale, au Parlement britannique, des besoins de la Commission pour faire avancer les choses. Corbyn s’est tardivement converti à demander un second référendum, mais le soutien à cette option n’y est probablement pas suffisant aux Commons. Une coalition des modérés ne pourrait donc se fédérer qu’autour de l’idée d’une demande d’extension de l’article 50 (une demande de son annulation pure et simple est impensable à ce stade). Seulement, il est impossible à la Commission d’accepter une extension dont le seul motif serait de donner plus de temps à une éventuelle majorité de se matérialiser au Parlement britannique : outre qu’aucune garantie ne pourrait être donnée que cette majorité recherchée en vain depuis deux ans et demi se trouverait en deux mois, cela poserait à la marche des institutions européennes des problèmes techniques qui prendraient… justement des mois à résoudre, en négociation d’ailleurs avec les britanniques.  Par exemple, en lien avec l’organisation des élections européennes, y aurait-il des députés européens envoyés par le Royaume-Uni, qu’auraient-ils le droit de voter et, si le Royaume-Uni n’est toujours qu’en cours de sortie de l’Union, l’élection de la nouvelle Commission européenne serait-elle tout simplement valide ? C’est sa propre sécurité juridique que la Commission joue là.

Le plus grand danger me semble donc que le Parlement se fédère enfin derrière une option : se donner un peu plus de temps, mais sans réaliser que les termes dans lesquels cette demande serait faite ne permettrait tout simplement pas à la Commission de l'accorder, indépendamment de la volonté fantasmée ou non de punir le Royaume-Uni d’avoir enclenché l'article 50. Cela conduirait à un Hard Brexit “par accident”, mais pas en raison des stratégies des eurosceptiques de l’ERG : en raison de l’incapacité du gouvernement et du parlement britannique dans leur ensemble à tenir compte des réalités européennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 09/03/2019 - 15:30
Que les Européens we fassent foutre
Dans une UE liberticide pour les nations.
Benvoyons
- 09/03/2019 - 12:15
J'aime bien les roastbeefs
Ils sont dans l'UE avec un statut qui n'est comme celui des autres & qui malgré ça veut partir mais aussi avec un statut spécial .:)::)
En fait quoi que vous fassiez avec les Roastbeefs cela coutera aux Pays de l'UE.
Donc que les Roastbeefs passent la musique du God save the Queen qu'ils ont déjà piqué à la France puisqu'elle est la Musique de Lully pour le Roi de France & qu'ils aillent se faire foutre.