En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 2 heures 8 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 3 heures 40 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 5 heures 34 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 7 heures 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 10 heures 52 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 4 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 3 heures 10 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 5 heures 8 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 5 heures 58 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 7 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 10 heures 38 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 11 heures 5 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 4 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 5 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Gilets jaunes

Douleur fantôme : cette fracture sociologique qui risque de peser sur l’issue du Grand débat

Publié le 08 mars 2019
Avec Luc Rouban
En réponse au mouvement des Gilets Jaunes; l'initiative politique d'Emmanuel Macron de mettre en place un Grand Débat en France a pu participer à sa hausse de popularité au cours de ces dernières semaines.
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En réponse au mouvement des Gilets Jaunes; l'initiative politique d'Emmanuel Macron de mettre en place un Grand Débat en France a pu participer à sa hausse de popularité au cours de ces dernières semaines.
Avec Luc Rouban

Atlantico : Alors que le Grand Débat avait pour objectif de rassembler les Français, le résultat n'est il pas d'avoir plutôt rassurer la "France d'en haut", celle qui vote le plus ? 


Luc Rouban : Le problème est que le Grand Débat est un exercice de démocratie participative, or comme on le sait en sciences politiques, la démocratie participative n’est pas le remède à tous les maux de la démocratie représentative. Je dirais même que ces deux formes connaissent les mêmes travers, à savoir  qu’elles mobilisent surtout les personnes les plus socialisées dans la vie politique , celles qui ont le plus de ressources culturelles. Grosso modo, les catégories moyennes et supérieures qui ont l'habitude de voter, qui s’intéressent à la politique, plutôt des personnes âgées, et quand même un peu diplômées. D’ailleurs, c’est ce que l’on remarque dans les débats et les réunions dans le cadre du Grand Débat national avec une forte présence de retraités, de classes moyennes, et une faible présence de classes populaires -d’ouvriers ou de petits employés-. On constate une intensité plus grande des interventions sur le site internet de la part de personnes qui ont aussi l’habitude et la culture d’internet, et des débats sur les réseaux sociaux. On a un mécanisme de démocratie participative qui est limité en soi , il ne peut répondre à toutes les attentes et à tous les besoins. 

Le Grand Débat peut également rassurer les maires, mais tout dépend du résultat, parce que les maires sont pris entre le marteau et l’enclume. Ils sont dans une crise assez grave. On constate notamment dans les petites communes rurales que la moitié des maires ne veulent pas se représenter en 2020, parce qu’ils se retrouvent de plus en plus coincés dans des fonctions d'exécution pour le compte de l’Etat, coincés dans des intercommunalités qui sont de plus en plus puissantes. Et face à cela, ils se trouvent confrontés à une demande de participation de la part des citoyens alors même que les maires dénoncent de plus en plus des tendances consuméristes de la part des citoyens qui exigent beaucoup mais sans vouloir toujours s’impliquer. Les maires sont un petit peu pris en otage dans cette opération dans laquelle ils ont été embarqués par le gouvernement alors que le contentieux qui les oppose au gouvernement est toujours là. Ce qui me fait dire qu’il n’est pas certain que ce Grand Débat va rassurer qui que ce soit.  


Quelles sont les catégories qui ont été le plus rassurées par le Grand Débat ?


Les classes populaires les plus modestes, ou les personnes issues de l’immigration, qui sont dans des situations difficiles avec des emplois mal rémunérés ont très peu participé aux Gilets jaunes, et il serait très étonnant qu’ils participent au Grand Débat. Pour ces personnes là, le Grand Débat ne signifie rien parce que c’est un débat assez spécialisé sur la question des institutions, de la démocratie, de la fiscalité et de l’écologie alors que leurs demandes portent principalement sur l’emploi, l’amélioration de leur habitat, la sécurité au quotidien. 

Ensuite, il y a une petite catégorie moyenne qui souffre certainement d’une mobilité sociale en déclin qui s’est impliquée dans les Gilets jaunes et qui est la catégorie qui a le plus soutenu le mouvement jusqu’au mois de janvier. Cette catégorie a pu se détacher du mouvement en raison des violences et d’un certain nombre de dérives plus ou moins extrémistes de quelques membres de ce mouvement, qui est pluriel. Il y a aura ici une plus grande implication dans le Grand Débat parce que c’est l’occasion d’être écouté, et d’exiger peut être davantage de démocratie référendaire, la question de l’écoute revient souvent dans les réunions. 

Finalement, nous avons les catégories supérieures. Mais si on prend en considération les enjeux politiques, la vraie question que va se poser l’électorat d’Emmanuel Macron - qui est diplômé, qui sont plutôt les classes moyenne supérieures, ou classes supérieures-  est peut être l’inquiétude qui va naître du fait que le Grand Débat va faire naître des attentes et des exigences qu’Emmanuel Macron ne pourra pas satisfaire. Cela ne permettra donc pas d’éteindre le feu des Gilets Jaunes, cela ne sera sans doute pas assez radical pour cela,  mais on voit quand même qu’une étape a été franchie. ON voit une véritable demande pour un renouvellement de la vie démocratique en France, et que ce renouvellement ne va pas pouvoir se cantonner à de simples petites mesures comme celles qui étaient envisagées par Emmanuel Macron en 2017, c’est à dire une petite dose de proportionnelle ou la réduction du nombre de parlementaires. La demande du RIC n’est pas si majoritaire que cela, mais en revanche on voit une demande très forte pour une action citoyenne plus quotidienne notamment au niveau local, et une très forte remise en cause du personnel politique, au niveau national, contre le Sénat par exemple. Ce qui risque de ne pas rassurer du tout les classes supérieures. Ces demandes appellent pratiquement à une réforme constitutionnelle de fond et c‘est là où l’électorat d'Emmanuel Macron pourrait être assez inquiet.  


Derrière ce que l'on pourrait voir une victoire tactique d'Emmanuel Macron, ne peut-on pas voir un risque d'avoir manqué de réduire la fracture qui agite la France au travers du mouvement des Gilets jaunes ? 


Oui, effectivement, et cela recoupe les deux questions précédentes : vous avez en quelque sorte derrière le mouvement des Gilets jaunes et derrière le soutien que les électeurs potentiels ont pu lui apporter une nouvelle forme de lutte des classes. Et c'est là que la question se pose. C'est un grand débat en sciences politique. La notion de classe en tant que telle s'est édulcorée, car globalement nous n'avons plus les repères que nous avions autrefois, il y a 20 ou 30 ans. On avait alors la classe ouvrière, les cadres et professions libérales etc. Tous les métiers et secteurs d'activité se sont considérablement complexifiés et fragmentés. La lecture en termes de classe est trop réductrice, et notamment sur le terrain électoral. 
Néanmoins, quand on fait des études sur les soutiens aux Gilets jaunes comme celle que j'ai mené récemment, on voit bien qu'il y a des gouffres statistiques entre ceux qui soutiennent très fortement les Gilets jaunes et ceux qui les rejettent complètement. On observe des différences de dizaines de points dans les profils sociologiques et de catégorie socio-professionnels. En cela on peut parler d'une sorte de réactivation d'une forme de lutte des classes, qui est dangereuse parce qu'elle est, pour reprendre les termes marxistes, objective sans qu'elle débouche pour autant sur une expression politique précise. Ce qui fait que c'est un terrain de jeu extraordinaire, notamment pour le Rassemblement National. C'est un vivier de recrutement pour le parti de Marine Le Pen. 
Ce qui est intéressant dans ce mouvement de Gilets jaunes est qu'il fait émerger la partie immergée de l'iceberg, c'est-à-dire tous ceux qui ne votaient pas, tous ceux qui votaient blanc, nul, ou s'abstenaient régulièrement. Ce sont eux qui ont commencé à défiler. Nombre d'entre eux étaient d'ailleurs des primo-manifestants qui disaient n'avoir jamais voté de leur vie. Ce mouvement réactivait un petit peu de ce que je pourrais appeler la matière noire de la démocratie française (un peu comme dans l'univers, qui a sa part de matière noire, inconnue). C'est cette partie qui nous pose un problème quand on étudie les élections, parce qu'il y a toujours une partie de la population qui ne répond pas aux enquêtes, ou ne participe pas (ou les deux). Et dans cette réactivation de ces abstentionnistes, de ces personnes qui votent blanc ou nul, dont le centre de gravité est beaucoup plus du côté de la droite RN ou éventuellement de la droite conservatrice de Laurent Wauquiez que de la gauche ; ce qui veut dire aussi que Jean-Luc Mélenchon est complètement court-circuité dans ce phénomène. Et je comprends dès lors l'inquiétude d'un certain nombre d'analystes, notamment à gauche, qui voient bien qu'il s'agit bien d'une révolte et d'une fracture sociale, mais que la révolte sociale n'est pas de gauche cette fois-ci. C'est une révolte populiste, anticapitaliste mais en moyenne pas de gauche. C'est un petit peu la révolte des "petits blancs", telle qu'on l'a observée avec le Brexit ou le vote Trump aux Etats-Unis. 
Dans le fond, cette fracture est toujours là, et ce n'est pas un débat sur les institutions démocratiques, la fiscalité, l'écologie ou autre qui va résoudre le problème. Aujourd'hui, on reste toujours dans cette forme de tension, une tension qui profite évidemment beaucoup à Emmanuel Macron dans la perspective des élections européennes car elle permet d'alimenter la thématique du ni droite ni gauche et d'affirmer que le vrai clivage oppose les progressistes et les nationalistes et souverainistes. Mais on a la une posture tactique qui ne résout pas le problème de fond.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 08/03/2019 - 23:20
etrenel recommencement,
En 1789 les Etats Généraux ont accouché de la Révolution bourgeoise qui a envoyé tout ce beau monde se faaire raccourcir!
Aussi la bourgeoisie tremble car elle s'aperçoit que micron a ouvert la boîte de Pandore qui ne peut que lui nuire, nous entraînant dans la même galère!
gerint
- 08/03/2019 - 13:29
Les "petits blancs"
S'ils n'avaient pas fait l'objet du mépris et même je pense de la haine de Macron et sbires (lèpre populiste, ceux qui ne sont rien, vendeuses illétrées, peuple incapable de comprendre l'Europe, passéistes en pensant demeurés...) ni carrément de spoliations (taxes diverses, discriminations liées au diesel, tabac, 80 km/h qui ne concerne ces gens-là essentiellement), s'ils trouvaient plus facilement du travail à des tarifs décents, ils ne se seraient jamais rebellés. Et encore là il s'est agi d'une rebellion très douce, je dirais très raisonnable, mais cela peut changer,