En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 2 heures 10 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 2 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 7 heures 46 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 10 heures 47 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 11 heures 22 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 3 heures 15 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 4 heures 33 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 6 heures 35 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 7 heures 28 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 11 heures 52 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Histoire

Construction européenne : pourquoi Philippe de Villiers n’est pas complotiste mais un historien incomplet

Publié le 07 mars 2019
Si l'impulsion des Etats-Unis dans la construction européenne est un fait, cette dernière est aussi le résultat d'une vraie volonté des nations européennes de rebâtir après 1945.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'impulsion des Etats-Unis dans la construction européenne est un fait, cette dernière est aussi le résultat d'une vraie volonté des nations européennes de rebâtir après 1945.

Atlantico :Dans son dernier livre "J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu", Philippe de Villiers fait des Etats-Unis le véritable créateur de l'Union Européenne. Entre influence de la CIA et continuation de l'Europe hitlérienne, l'ADN de l'Europe serait donc "vicié" à l'origine.Philippe de Villiers prétend apporter de grandes révélations sur la construction européenne. Derrière l'épouvantail de la CIA, quelle est la réalité de l'influence américaine dans la construction de l'Europe ? Qui seraient les vrais pères fondateurs européens ?

Edouard Husson : Il y a quelques faiblesses de présentation dans le livre de Philippe de Villiers. Quel besoin a-t-il de se mettre en scène ainsi comme un fouilleur d’archives? Il aurait été bien plus efficace s’il avait, à la manière d’un procureur, choisi de s’effacer derrière ce qu’il décrit. Par ailleurs, Philippe de Villiers n’est pas le premier à s’emparer de ce dossier. J’ai traduit dès la fin des années 1990 le livre extraordinaire de John Laughland, The Tainted Source, qui rassemblait déjà la plupart des arguments à charge: la contribution des fascistes européens à l’idée européenne; la volonté de tuer la politique qui animait Jean Monnet, héritier du saint-simonisme; les incarnations successives d’un discours qui pense que les nations européennes sont trop petites et doivent être remplacées par une autre réalité etc.... J’avais publié cette traduction, intitulée La liberté des nations chez un éditeur très lucide et courageux, François-Xavier de Guibert, qui a publié entre 1992 et 2007 une bonne cinquantaine d’auteurs souverainistes de droite et de gauche: extraordinaire témoignage de résistance intellectuelle et de liberté de l’esprit alors que nous étions soumis au rouleau compresseur de la pensée uniformisée et de la connivence politique au centre. Cela dit, Philippe de Villiers fait oeuvre de salut public en publiant ce livre. C’est un bon conteur et il tient son lecteur en haleine d’un bout à l’autre. 
On regrettera juste qu’il n’aille pas au bout de ce qu’il esquisse. Contrairement à ce qu’il dit, Monnet, Schuman, Hallstein ne sont pas des marionnettes: ils ont leur personnalité propre. C’est d’ailleurs ce qui ressort du portrait que dresse l’auteur lui-même. Les trois ont choisi de se mettre au service des Etats-Unis; ils étaient habités par une véritable passion antinationale. Sans des personnages comme eux, jamais les Américains mondialistes n’auraient pu à ce point influencer la politique européenne. Ils sont de vrais “pères fondateurs”, habités par la passion de substituer l’administration des choses au gouvernement des hommes, la technocratie européenne aux nations. 

Le rejet de la technocratie européenne peut-il expliquer cette vision à posteriori de l'Europe ? Comment d'une Europe des Nations, l'Union Européenne s'est-elle transformée en Europe de Bruxelles ?

Nous nous faisons des illusions quand nous croyons que le projet européen a dévié d’une trajectoire qui au départ était bonne. Ce que le livre montre très bien, c’est la manière dont l’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui est sortie du cerveau des pères fondateurs. Il y a eu une parenthèse: la présidence du Général de Gaulle puis celle de Georges Pompidou, où la France tend à construire une Europe confédérale des nations plutôt que des « Etats-Unis d’Europe ». Ensuite, VGE, membre du « Comité d’Action des Etats-Unis d’Europe » puis François Mitterrand, pilier du Mouvement Européen depuis l’origine, recommencent avec la « méthode Monnet » dont Villiers dit très bien que c’est celle du « voleur de vase » telle que le raconte une histoire chinoise: un individu se rend chaque jour dans un magasin pour déplacer de quelques centimètres le vase qui se trouve sur le comptoir et qu’il entend s’approprier. Un jour il n’a qu’à tendre la main et emporter le vase sans être vu. Eh bien, la méthode Monnet consiste à avancer masqué, en faisant bouger progressivement les politiques nationales, avant de les faire tomber dans le sac européen. 
Il manque aussi un portrait de Jacques Delors en synthèse des trois principaux personnages de l’ouvrage: il a brillamment repris à son compte la méthode Monnet; il était l’héritier de la démocratie chrétienne schumanienne; et il avait la passion organisatrice d’un Walter Hallstein. 

Alors que les Etats-Unis semblent être dans une stratégie de désengagement à l'échelle internationale, ces débats sur les origines de l'Union Européenne plutôt que sur son potentiel avenir ne sont-ils pas vains ?

Je trouve le livre de Villiers intéressant quand il laisse ses personnages prendre leur autonomie. La vie de Jean Monnet, banquier d’affaires mondialiste, est comme la première incarnation de ces élites françaises devenues profondément indifférentes à leur propre pays. Trichet le dit à sa manière quelques décennies après Jean Monnet: « I am not French ». De ce point de vue le livre nous parle autant de notre présent et de notre avenir que du passé. 
A sa lecture, j’ai compris aussi le drame du macronisme: au fond Macron aurait pu devenir une sorte de nouveau Monnet: ancien banquier d’affaires, agissant dans l’ombre  et poussant silencieusement l’avancée des « Etats-Unis d’Europe ». Mais Macron, dévoré d’ambition politique, a porté sur la place publique le programme que les européistes aiment en général tenir caché, avec un président français qui joue la comédie de la droite ou de la gauche pour amuser l’électorat pendant que les élites font des affaires. Macron a choisi de porter dans l’arène l’agenda européiste secret. Ce faisant, il a déclenché une réaction de rejet dans la société française. Il a aussi braqué ses partenaires, à commencer par la Chancelière allemande, qui a tout fait pour éviter un débat démocratique sur le sujet d’un approfondissement de la zone euro. Il est probable que le programme du « Discours de la Sorbonne » aurait dû passer, à condition de ne pas le porter sur la place publique. 

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Escifer
- 07/03/2019 - 22:36
entre Monnet et Beria...
qu'on nous dispense de choisir et nous permette de préférer la France. Ni le suicide en douceur et par la décrépitude morale tel qu'organisé de longue date (ce que la stalinienne de référence a su pister à sa manière....), dissolution sans gloire dans un totalitarisme mou, ni bien sûr la mort par asservissement au totalitarisme dur, est-ce que mon message prône cette dernière folie : de toute façon, il faudrait être courant, ce mauvais choix ne s'offre plus aujourd'hui au chaland, Dieu merci, tandis que celui de se fourvoyer dans le monde délétère de l'abandon politique de soi reste toujours offert et vanté aux gogos ! Pour aggraver mon cas, je dirais qu'il y en a qui vous donnent envie de citer Maurras...


















Escifer
- 07/03/2019 - 22:36
entre Monnet et Beria...
qu'on nous dispense de choisir et nous permette de préférer la France. Ni le suicide en douceur et par la décrépitude morale tel qu'organisé de longue date (ce que la stalinienne de référence a su pister à sa manière....), dissolution sans gloire dans un totalitarisme mou, ni bien sûr la mort par asservissement au totalitarisme dur, est-ce que mon message prône cette dernière folie : de toute façon, il faudrait être courant, ce mauvais choix ne s'offre plus aujourd'hui au chaland, Dieu merci, tandis que celui de se fourvoyer dans le monde délétère de l'abandon politique de soi reste toujours offert et vanté aux gogos ! Pour aggraver mon cas, je dirais qu'il y en a qui vous donnent envie de citer Maurras...


















ajm
- 07/03/2019 - 20:48
Impasse sur le risque communiste.
Franchement aller sortir comme référence l"historienne stalinienne Lacroix-Riz , il faut le faire ! L'Europe unie sous la houlette de l'URSS c'était vachement sympa et , comme chacun le sait, les peuples de l'Europe de l'Ouest, martyrisés par le plan Marshall et l'Otan faisaient tout, y compris en risquant leur vie pour se refugier dans l'Europe fraternelle du Pacte de Varsovie. Entre Monnet et Beria mon choix aurait été vite fait.