En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 7 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 2 heures 44 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 3 heures 41 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 9 heures 7 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 22 heures 9 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 2 heures 50 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 23 heures 3 min
© OLIVIER MORIN / AFP
© OLIVIER MORIN / AFP
Faux amis

Progressistes pro-Europe contre populistes euro-critiques : le match des vérités, des approximations ou des propos 100% faux

Publié le 05 mars 2019
Alors que la polarisation politique s'accentue en vue des élections européennes, les camps "nationalistes" et "progressistes" s'affrontent pour le contrôle du "vrai".
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la polarisation politique s'accentue en vue des élections européennes, les camps "nationalistes" et "progressistes" s'affrontent pour le contrôle du "vrai".

Atlantico : Dans la perspective des élections européennes, la polarisation politique continue de s'accentuer au travers de l'opposition entre une ligne incarnée par Viktor Orban et Matteo Salvini, et celle d'Angela Merkel et Emmanuel Macron. Bien que le camp des "nationalistes" soit régulièrement pointé du doigt concernant les approximations, erreurs, ou mensonges, en quoi ces reproches seraient-ils également légitimes concernant la ligne politique dite "progressiste" ?

Edouard Husson : Dans la Tribune sur l’Europe qu’il vient de publier, le président français explique que la liberté est un pilier de la “Renaissance européenne” qu’il souhaite voir mise en œuvre. Eh bien pour illustrer cet appel à la liberté, il appelle à créer une agence européenne de surveillance des élections ! Il semble ignorer que l’OSCE remplit très bien ce rôle, d’une part; d’autre part, c’est supposer que la démocratie n’est pas capable de se défendre elle-même dans chacun de nos pays. Toujours au nom de la liberté, Emmanuel Macron appelle à restreindre la liberté d’internet. Mais quelle est la crédibilité de dénonciation des “fake news” et des manipulations électorales quand on est soi-même obsédé par une menace imaginaire, la menace russe? Angela Merkel n’est pas différente d’Emmanuel Macron sur ce point. Elle est même plus radicale dans l’action: nombreux sont les comptes facebook ou twitter de journalistes qui ont été fermés, provisoirement ou durablement, par les entreprises concernées à la demande du gouvernement allemand. Le progressisme européen actuel est de mon point de vue bien plus “illibéral” que le conservatisme d’un Orban ou d’un Salvini. Ne serait-ce que parce que les progressistes tiennent encore de nombreux leviers du pouvoir et peuvent mobiliser l’Etat à leur service. La crise des Gilets Jaunes, avec les violences policières hebdomadaires et les comptabilisations sous-estimées du nombre de manifestants, en est une illustration flagrante. 

Comparativement, quels ont été les plus importants exemples de ces approximations, des erreurs, ou parfois des mensonges dans les deux camps ? 

On ne passe pas grand chose aux conservateurs et aux populistes. La moindre de leurs inexactitudes devient un scandale médiatique. Il arrive évidemment à Orban d’être aussi  borné que ses adversaires obsédés par Poutine, quand lui-même voit Soros partout. Quant à Matteo Salvini, il aime bien avoir Emmanuel Macron comme adversaire et l’accuser de renvoyer les migrants dont ne veut pas la France vers l’Italie. Cependant, les progressistes aussi sont capables de travestir la réalité. Rien ne le montre mieux que l’échange sur l’euro, lors du débat présidentiel de l’entre-deux-tours en 2017. Tout le monde est tombé sur Marine Le Pen, parce qu’elle n’avait pas su expliquer comment elle envisageait la transformation de l’euro en monnaie commune - une bonne idée sur laquelle elle a séché faute de préparation. Personne n’a relevé que le candidat Macron a lui, carrément dit une énormité: il a prétendu que le chômage était plus bas en 2017 qu’il ne l’était avant l’euro: pour la France, c’est le contraire !

Ne pourrait-on pas en conclure que le camp "progressiste", à trop vouloir polariser le débat, en est arrivé à utiliser les armes de l'adversaire ? 

Je ne suis pas sûr que l’origine se trouve dans l’affrontement entre progressistes et populistes ou conservateurs. Le libéralisme du dernier demi-siècle a eu une logique propre: d’abord libérateur, des années 1960 aux années 1980, il a succombé au triomphalisme après la chute de l’URSS et a commencé à devenir intolérant, à écraser ce qui n’était pas lui. Le libéralisme émancipateur de Margaret Thatcher ou Ronald Reagan s’est transformé en dogmatisme chez Tony Blair et George W. Bush. Avec Angela Merkel, il atteint son stade de fossilisation. Et même l’énergie toute gorbatchevienne d’un Emmanuel Macron ne pourra pas faire dévier le libéralisme mondialiste de sa trajectoire finale. Naturellement, plus le libéralisme, surtout dans son incarnation progressiste, se caricature lui-même, plus il suscite une réponse frontale et souvent caricaturale, elle aussi. Au discours de bisounours sur le monde ouvert panacée des maux de nos sociétés répond un discours symétrique qui explique que tout doit être résolu dans le cadre national. La symétrie joue d’une autre manière: le discours lénifiant des progressistes camoufle la violence du système mondialisé mis en place ces vingt-cinq dernières années; tandis que le discours populiste simpliste et quelquefois grossier camoufle souvent un manque d’ambition, une incapacité à s’emparer du pouvoir. La donne a changé à partir du moment où des libéraux-conservateurs comme Kurz ou Orban ont pris en main la droite, pour la porter au pouvoir. Le conservatisme populiste et entrepreneurial à la fois qui est à présent au pouvoir en Autriche, en Hongrie ou en Italie mène la vie dure aux progressistes; d’où leur agressivité croissante. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/03/2019 - 14:20
Beauclerc
Les accords de Maastricht contiennent le fait que les États devaient converger sans pour cela dénaturer ce qu'ils sont. Des États l'ont fait d'autres non. France & d'autres ont préféré croire que les autres paieront.
Exemple: "La crise économique frappe la Californie en 2008: en juin2009, 2,1 millions de personnes sont sans emploi et le taux de chômage s’élève à11,2 %de la population25, soit2points de plus que la moyenne nationale26. Le bâtiment et la construction sont particulièrement touchés : entre mars 2007 et mars 2008, le nombre d’emplois dans ce secteur a diminué de9,1%.
Ensuite, le budget2009-2010de l’État de Californie est déficitaire de26,3Mds$. La loi budgétaire adoptée par les deux assemblées du congrès californien en juillet 2009 prévoit une diminution des dépenses de 15 Mds$ en réduisant notamment le salaire des fonctionnaires"Aucune intervention de l’État Fédéral, l’État Californien s'est ressaisi par lui même en adoptant un Budget pour réduire le déficit, sa dette & cela sans le concourt ds autres États. Le $ ne sait pas adapté à la situation de la Californie. La France refuse ça & préfère accuser les autres pays & l'€ de tous les maux.
henri beauclerc
- 06/03/2019 - 13:02
Mentir est dans les gènes des europhiles.
Effectivement les maladresses, les approximations et les mensonges sont équitablement répartis entre les "europhiles" et les "eurosceptiques".
Toutefois ceux qui "brillent" le plus dans l'exercice du mensonge et la maîtrise de la tromperie sont les "europhiles".
En commençant par coller la même étiquette "d'eurosceptiques" à tous ceux qui s'opposent à l'UE, ils noient dans un même ensemble ceux qui ne veulent d'aucun projet européen comme ceux qui en veulent un mais différent de l'UE. La première tromperie c'est donc de faire croire que seule l'Union Européenne est un projet "valide" et qu'une autre vision de l'Europe n'est pas pensable.
Cela n'a en réalté rien de surprenant car manipuler les esprits, tromper les électeurs, mentir aux peuples est dans les gènes des "technocrates europhiles" qui depuis de nombreuses années imposent LEUR projet contre la volonté des peuples.
Le Traité de Maastricht et la création d'une monnaie européenne devaient nous apporter l'enrichissement et la prospérité. Force est de constater aujourd'hui que rien n'est plus faux. La Constitution européenne a été rejetée par les Français en 2005. En 2009 les parlementaires ratifiaient le traité "Merkel"...
Gpo
- 06/03/2019 - 11:10
Et la troisième Voie?? la plus crédible..
En juin 2018, wauqiez a fait un diagnostic terrible et a fait des propositions sérieuses..
Il serait temps que les vrais journalistes s'y intéressent plutôt que faire des courbettes au mignon qui utilise notre argent pour sa Com..
https://www.republicains.fr/actualites_discours_laurent_wauquiez_conseil_national_menton_20180630