En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 1 heure 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 3 heures 39 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 7 heures 26 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 8 heures 13 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 1 heure 36 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 7 heures 1 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 7 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 8 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 8 heures 13 min
© ANDREAS SOLARO / AFP
© ANDREAS SOLARO / AFP
Campagne d'Italie

Avec son entretien à la télévision italienne, Emmanuel Macron lance mollement sa campagne en Europe et tente de rassembler les europhiles

Publié le 04 mars 2019
L’interview d’Emmanuel Macron par Fabio Fazio, animateur de l’émission dominicale, Che Tempo Che Fa, de la première chaîne de la télévision publique italienne (RAI), ne restera sans doute pas dans les annales.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’interview d’Emmanuel Macron par Fabio Fazio, animateur de l’émission dominicale, Che Tempo Che Fa, de la première chaîne de la télévision publique italienne (RAI), ne restera sans doute pas dans les annales.

L’interview d’Emmanuel Macron par Fabio Fazio, animateur de l’émission dominicale, Che Tempo Che Fa, de la première chaîne de la télévision publique italienne (RAI), ne restera sans doute pas dans les annales, ni pour l’audace des questions posées, ni pour l’originalité des réponses données. Plutôt qu’un entretien contradictoire, c’est surtout une tribune qui lui était ainsi offerte pour mieux se faire connaître du grand public italien et pour réaffirmer ses positions en matière de politique européenne. Il devrait d’ailleurs publier une tribune dans la presse européenne ce mardi.

L’entretien a été filmé dans une des antichambres du palais de l’Elysée, probablement pour lui donner une tonalité plus informelle et directe. Emmanuel Macron semble avoir voulu apaiser les choses en ne citant nommément aucun de ses adversaires politiques italiens (Matteo Salvini ou Luigi di Maio en particulier). Les récents événements (dont la visite de Luigi di Maio à des « gilets jaunes et le rappel de l’Ambassadeur de France à Rome qui s’en est suivi)  ont été renvoyés d’un revers de main au statut de péripéties d’une relation franco-italienne fondamentalement positive et émotionnellement forte.

Fort classiquement pour un responsable français voulant se faire apprécier en Italie, il s’est ainsi montré féru de culture italienne et des villes et régions les plus remarquables du « Bel Paese » (Naples en l’occurrence). Il n’a pas négligé de rappeler l’apport des Italiens à la construction européenne (avec Altiero Spinelli). Il a annoncé avoir décidé avec le Président de la République italienne, Sergio Mattarella, une rencontre sous leur patronage le 2 mai prochain de jeunes italiens et français à l’occasion des célébrations des cinq cents ans de la mort de Leonard de Vinci. Il a admis que l’Italie avait été laissée seule par l’Europe à affronter les migrations en Méditerranée. Il a souligné que le sort des migrants était lié à l’existence de maffias les incitant à tenter la traversée. Il a enfoncé la porte ouverte de migrations africaines provoqué par le sous-développement de l’Afrique.

Cette volonté d’apaisement ne l’a pas empêché de réaffirmer sa foi du charbonnier européiste et de mettre en lumière, sans surprise aucune, qu’aucun pays européen ne pourra se sortir seul des défis de l’heure. Il a prôné ainsi pour un système européen d’asile sans entrer plus avant dans les détails. De même,  il a plaidé pour la réalisation du nouveau tunnel ferroviaire franco-italien, qui fait tant débat ces jours-ci entre les deux partenaires de l’actuelle coalition gouvernementale en Italie, la Ligue et le M5S, réalisation qui peut, selon lui,  concilier « en même temps » écologie et économie.

La perception de cette intervention, fort classique par son contenu pour un Emmanuel Macron héraut d’une Union européenne rénovée, par le public italien sera sans doute parfaitement alignée avec les convictions politiques des uns et des autres. Pour les électeurs et sympathisants des  partis européistes (Parti démocrate, Forza Italia, petits partis centristes), Emmanuel Macron représentera sans doute l’espoir en Europe. Beaucoup auront apprécié dans cet entretien sa culture et sa hauteur de vue. Pour les électeurs et sympathisants des partis nationalistes, eurosceptiques ou eurocritiques (Ligue, Frères d’Italie, M5S), ce ne sera sans doute là qu’hypocrisie, double langage bien «français » et fausse profondeurd’un poseur.

Quoiqu’il en soit de ces perceptions par le grand public italien, avec cet entretien, Emmanuel Macron lance vraiment l’aspect européen de sa propre campagne électorale pour les élections européennes du 26 mai prochain. Cette européanisation, moins agressive dans la forme que ses interventions précédentes, mais ne changeant rien sur le fond, parait logique et nécessaire pour un dirigeant français qui prétend bouleverser par son action et sauver ainsi l’Union européenne. Aussi cadrée soit-elle par une communication au demeurant fort classique, aussi vague soit-elle sur le détail des propositions portées à ce stade, c’est là une correction de trajectoire bienvenue, car, pour changer l’Europe, il lui faudra nécessairement des alliés ou tout au moins des partenaires. Et, sur ce point, il a raison : la France et l’Italie comme économie et comme société n’ont pas des intérêts intrinsèquement différents et incompatibles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 04/03/2019 - 12:14
Il est cramé en France
qu'il tante sa chance dans la botte...
cloette
- 04/03/2019 - 10:24
Une Europe, ( des Nations c'est mieux)
pourquoi pas, mais pas avec lui en leader, sinon nous aurons des méga- manifs de gilets jaunes européens .Et, SVP pas de scénario Bouteflika chez nous!
Beredan
- 04/03/2019 - 10:14
Il microne , arrogante e lestofante. ...
Le pourfendeur de la « lèpre nationaliste » à la manœuvre ...