En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 59 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 24 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 14 heures 12 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 17 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 29 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 16 heures 11 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Brexit

Brexit : Michel Barnier sort de son silence et propose une solution de la dernière chance pour reconstruire une relation positive avec les Britanniques

Publié le 04 mars 2019
Michel Barnier ne veut plus ni parler, ni revenir sur le Brexit. Il propose plutôt de travailler à la construction de la relation future avec la Grande-Bretagne.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Barnier ne veut plus ni parler, ni revenir sur le Brexit. Il propose plutôt de travailler à la construction de la relation future avec la Grande-Bretagne.

Michel Barnier, le négociateur de l’Union européenne avec la Grande Bretagne, n’avait pas pris publiquement la parole depuis la signature du deal de sortie avec Theresa May au terme de deux ans de négociations. Il a pendant ce temps observé la Première ministre se débattre avec son Parlement pour finalement échouer dans sa tentative d’obtenir un Brexit négocié qui aurait préservé les intérêts de tout le monde.

Mais aujourd‘hui, à quatre semaines de la date officielle du départ du Royaume-Uni, il sort de son silence avec une solution qui pourrait être celle de la dernière chance pour éviter de gripper, sinon de bloquer tous les échanges commerciaux entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne. Michel Barnier a donc accordé un entretien à quatre journaux européens pour expliquer ce qu’il pourrait se passer après la date du 29 mars, si les Anglais acceptent ce plan de la dernièrechance.

Pour Michel Barnier, on ne reviendra pas sur la décision du Brexit. Le 29 mars prochain, c’est à dire dans quatre semaines, le Brexit sera donc effectif, parce que, a priori, les Anglais ne réussiront pas à se mettre d’accord sur le deal qu‘avait négocié Theresa May. Ce Brexit sera donc un Brexit dur... Sauf que dans la réalité, personne au fond ne veut un Brexit dur, à l’exception peut-être d’une minorité d’Anglais très radicale qui rêvait de transformer la Grande Bretagne en un vaste paradis fiscal qui aurait accueilli les investisseurs du monde entier en quête de blanchiment, de facilités fiscales et d’archaïsme social.

Cela dit, même ces "jusqu’aux-boutistes" anglais ont abandonné la bataille, parce qu‘ils se sont aperçus qu'elle menait au chaos économique et financier. Ils ont même tous quitté le navire et la scène politique.

D’abord, parce que l’Union européenne n‘aurait jamais accepté sans broncher la constitution à ses portes, d’un immense Singapour européen. Ensuite, parce qu’un Brexit dur mettait le royaume en risque d’éclatement.L’Irlande et l‘Ecosse notamment, se préparaient à la rébellion. Quant au petit peuple d’Anglais en difficulté qui avait voté pour le Brexit, il commençait à pressentir que les promesses de fortune ne seraient pas au rendez-vous d’un Brexit dur.

En clair, personne n’est véritablement préparé à un Brexit dur. Du côté européen, les économies auraient évidemment souffert de cette perspective, mais les Européens auraient continué de fonctionner sur un marché unique de 450 millions de consommateurs. Alors, un certain nombre de secteurs (comme celui de la pêche) aurait pâti d’une rupture brutale, mais les Européens avaient les moyens de soigner les blessures.

Pour les Anglais, les effets seraient beaucoup plus graves parce que l’économie britannique est beaucoup plus dépendante de l’économie européenne que l’inverse. Pour les importations comme pour les exportations.

Pour toutes ces raisons, Michel Barnier et Theresa May avait choisi de défendre un divorce qui limite les dégâts. Pour toutes ces raisons,Theresa May a fait tout ce qu’elle a pu pour empêcher un hard Brexit le 29 mars prochain.

Ceci dit, comme le calendrier ne permet pas de renégocier le deal, comme on ne peut pas imaginer un nouveau referendum - ce qui déconsidérait complètement la démocratie comme mode de gouvernement, il faut bien trouver une solution pour éviter le pire.

La solution proposée par Michel Barnier est très simple. « On ne reviendra pas sur la décision du Brexit, on ne reviendra pas sur le deal qui avait éténégocié » et qui est pour lui, la meilleure des choses dans l’état actuel. Il faut donc classer le dossier Brexit et consacrer son énergieàpréparerl’avenir, c’est à dire construire la relationparticulière qui permettra à la Grande Bretagne et à l’Unioneuropéenne de vivre cote à cote en bonne intelligence et plus si affinités, comme on dit sur les sites de rencontre.

L‘idée : « ne parlons plus du Brexit, parlons de l’après Brexit ». Politiquement, ça calme le jeu en éliminant du débat un sujet qui clive les positions et les rend incompatibles et parlons du prochain de contrat de bon voisinage.

L’outil que Michel Barnier propose d’utiliser, c’est « le backstop ». Imaginé dans le premier deal pour éviter que les tensions entre les deux Irlande se durcissent après le Brexit, Michel Barnier propose d‘appliquer un backstop à toute la Grande Bretagne. Alors ce backstop prévu entre les deux Irlande était une sorte de filet de sécurité qui permet de continuer àéchanger comme avant et de préparerl’avenir.

Rien n’empêche en effet qu‘une fois le Brexit installé, le 29 mars, la Grande Bretagne et l’Union européenne maintiennent la liberté de circulations des biens, des services et des capitaux comme dans le statut précédent. Avec une obligation, utiliser ce filet de sécurité pour travailler au plus vite à des solutions qui permettent de ne plus avoir àl’utiliser. Pour être plus libre encore, Michel Barnier ne propose pas de délai ou de durée, il dit simplement que l’Union européenne aurait le temps qu’il faut, mais pas trop, pour trouver la solution.

Alors cette proposition peut être entendue de deux façons. Ou bien, et c’est la position de Michel Barnier, ce "backstop" permettrait de se préparer au Brexit effectif et de gérer une période de transition. Sous-entendu : ce qu‘aurait dû faire les avocats du Brexit mais qui n’ont rien fait...

Ou bien, le projet Barnier peut être entendu par des partisans durs et purs du Brexit comme le moyen de conserver le statu quo indéfiniment puisqu’il n’yaurait pas de date de fin.

On peut évidemment débattre des intentions diverses et variées, et dire que Michel Barnier offre du temps aux Anglais, on est dans la politique pure. Il s’agit de trouver une solution qui ne trahisse pas la décision démocratique du peuple britannique, mais qui, en même temps, n’insulte pas l’avenir et fasse payer par des difficultés économiques accrues à des électeurs modestes qui croyaient que le Brexit pouvait leur apporter un supplément d’âme et de pain.

Cette affaire du Brexit, à quelques semaines des élections européennes, ne sera pas sans influencer le scrutin. Mais personne n’est capable de dire à qui profitera le crime : aux eurosceptiques ou aux partisans d’une Europe plus resserrée, plus solidaire et donc plus fédérale.

Le contenu complet de l’entretien accordé par Michel Barnier est publiéce  lundi dans quatre grands quotidiens européens : Die Welt, La Stampa , El Mundo et Les Echos .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 04/03/2019 - 22:03
Le silence nécessaire.
Il y a des hommes qui ont intérêt à garder le silence tant ce qu'ils peuvent dire ou penser est dénué de tout intérêt. Barnier en fait partie, depuis toujours .
moneo
- 04/03/2019 - 16:35
mais c'est bien sûr
il suffisait d' y penser c'est un Brexit dur MAIS sans les effets du Brexit..
ça me fait penser à la Nelle Caledonie on restreint le corps électoral des votants dits loyalistes on prévoit une procédure de 3 referendums à 2 ans d'intervalle .Si l'indépendance gagne c'est fini il y a l'indépendance, si l'indépendance n'est pas acquise on revote encore 2 fois et si l'indépendance ne gagne toujours pas ,que fait on ?le pays reste français ? ben non on discute de quoi ? de l'indépendance..
c'est cela l'imagination des énarques
Ganesha
- 04/03/2019 - 11:06
Acte de Candidature ?
Cet article n'est qu'un exemplaire supplémentaire d'une longue liste de textes absurdes et inutiles publiés depuis des mois sur Atlantico !

Pourquoi ?

Tout simplement, parce que ce texte semble ignorer que nous sommes maintenant à moins de trois mois des élections européennes !

Que sera Michel Barnier le 26 Mai au soir ?

Ou alors... ceci constitue une manœuvre astucieuse pour devenir le successeur de JC. Juncker ?