En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 11 heures 34 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 12 heures 50 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 15 heures 26 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 20 heures 46 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 21 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 10 heures 41 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 12 heures 18 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 14 heures 44 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 19 heures 35 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 20 heures 29 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 9 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Combien de divisions ?

Sur quels alliés Emmanuel Macron pourra-t-il compter en Europe après les élections de mai 2019 ?

Publié le 04 mars 2019
Le vrai casse-tête pour le président est quantitatif : il lui faudra assez de partenaires pour avoir de l'influence. Or son style et son positionnement peuvent poser problème.
Yves Bertoncini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le vrai casse-tête pour le président est quantitatif : il lui faudra assez de partenaires pour avoir de l'influence. Or son style et son positionnement peuvent poser problème.

Atlantico : La brouille entre la France et les Pays-Bas sur Air France - KLM met en exergue le double discours qu'Emmanuel Macron doit tenir sur l'Europe, à la veille des élections. Ménager la chèvre et le chou en comptant, d'un côté, sur les alliés potentiels et de l'autre, sur les intérêts de l'Etat. Sur quels alliés Emmanuel Macron pourra-t-il compter en Europe après les élections de mai 2019 ? 

Yves Bertoncini : Tous les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE portent une double casquette : celle de promoteur des intérêts de leur pays d’une part, notamment en siégeant au Conseil européen ; celle de membre d’une famille politique, nationale et européenne, d’autre part – ils se rencontrent à ce titre en marge des Conseils européens.

Il peut bien sûr y avoir contradiction entre ces deux casquettes : Emmanuel Macron doit par exemple s’entendre avec Angela Merkel alors que leurs candidats respectifs seront concurrents lors des élections européennes de mai 2019.Cette contradiction n’a pas empêché des leaders issus de familles politiques différentes de bien s’entendre au niveau européen, tels le socialiste François Mitterrand et le Démocrate-Chrétien Helmut Kohl, au-delà de tensions ponctuelles. A l’inverse, il peut y avoir des crispations entre leaders de partis présumés proches, comme l’illustre la crise franco-néerlandaises autour d’Air France-KLM, qui découle d’abord d’une opposition entre intérêts nationaux.

Le problème principal d’Emmanuel Macron n’est pas tant de devoir jongler avec son béret étatique et son chapeau partisan : c’est surtout qu’il ne sait pas à quel porte-manteau accrocher son chapeau partisan. LREM n’a en effet pas d’affiliation claire au niveau européen – même si quelques signaux de ralliement à la famille libérale-démocrate (ALDE) ont été émis. Dans ce contexte, il serait d’autant plus délicat d’invoquer une forme de solidarité politique auprès de Mark Rutte puisque, si son parti est membre de l’ALDE, tel n’est pas le cas de la LREM.

Le casse-tête pour trouver des alliés est réel. Quels sont les autres points d'achoppement qui peuvent mettre en opposition les intérêts de l'Etat et la nécessite de gagner des alliés au Parlement européen actuellement en France, pour Emmanuel Macron ? 

Le casse-tête d’Emmanuel Macron n’est pas d’abord de trouver des alliés : il en trouvera, notamment au sein de la famille libérale-démocrate (« Ciudadanos » en Espagne, le « FDP » en Allemagne, une partie des Démocrates italiens, les libéraux belges et luxembourgeois, etc.). Emmanuel Macron devra aussi trouver des partenaires, puisqu’il faut de toute façon forger des compromis très larges afin d’atteindre la majorité au Parlement européen et au Conseil : là aussi il en trouvera, au sein des groupes conservateurs (PPE), sociaux-démocrates et Verts en particulier.

Le vrai casse-tête d’Emmanuel Macron est quantitatif : il s’agit de réunir suffisamment d’alliés au Parlement européen pour faire le poids au regard des autres groupes politiques et ainsi exercer une influence à la mesure des ambitions européennes qu’il affiche avec constance. A ce stade, les sondages ne conduisent pas à anticiper un raz de marée libéral-démocrate en mai prochain – même si la LREM va par définition améliorer son influence, puisqu’elle est quasi-nulle dans l’hémicycle actuel.

Deux autres pierres d’achoppement peuvent atténuer le renforcement de l’influence d’Emmanuel Macron au Parlement européen et au niveau communautaire.

La 1ère pierre d’achoppement est idéologique : le libéralisme d’Emmanuel Macron est souvent perçu comme très étatiste, et donc très français, par nombre des partis qui font figure d’alliés naturels. Quant on milite pour la création d’un budget de la zone euro, l’harmonisation fiscale ou l’Europe sociale, il est souvent plus facile de convaincre d’autres partis en France qu’au-delà de nos frontières, où ces objectifs sont loin d’être aussi consensuels que chez nous. Sans doute mettre l’accent sur les défis à relever en matière de sécurité collective serait-il plus rassembleur…

La 2ndepierre d’achoppement est « stylistique » : Emmanuel Macron a parfaitement raison d’affirmer des ambitions élevées pour la construction européenne, via des discours programmes successifs, reprisurbi et orbi par les médias de toute l’UE. Je ne sais cependant pas si nous mesurons, nous Français, combien nombre de nos « concitoyens » européens peuvent percevoir ces adresses comme des tentatives de caporalisation sous notre égide - et d’ailleurs comment nous réagirions si un autre chef d’Etat ou de gouvernement tentait de s’arroger un tel leadership intellectuel et politique.

D'autres éléments amènent aussi à penser que le Parlement européen pourrait être remodelé. Par exemple, le PPE pourrait accueillir Victor Orban et une frange radicale populiste. A quoi pourrait ressembler le Parlement post-élections ? 

La vie politique européenne se déploie dans un milieu solide, sinon fossile : elle est pour une large part le sous-produit de 28 élections nationales, y compris lorsqu’il s’agit de désigner nos députés européens. Il est donc beaucoup moins fréquent d’y enregistrer des tremblements de terre qu’au niveau national : cela n’empêche pas le mouvement des plaques tectoniques partisanes, et donc quelques glissements de terrain de survenir.

Si l’on en croit les sondages actuels, le principal fait marquant devrait être la fin du duopole PPE-SD, qui formait la majorité à Strasbourg depuis 1979. Il faudra donc forger des majorités parlementaires en ralliant une 3ème famille politique, voire une 4ème : c’est dans ce contexte que la famille centriste-libérale est sans doute appelée à jouer un rôle charnière, ce dont pourront bénéficier les élus de la LREM.

Le PPE est semble-t-il appelé à garder la 1ère place au Parlement européen, mais son érosion relative va-t-il l’amener à être toujours plus tolérant envers ses membres les plus radicaux, comme Victor Orban, ou au contraire moins conciliant vis-à-vis de leurs dérives? Exclure Orban peut le conduire à s’allier avec les conservateurs polonais et à former la nouvelle colonne vertébrale du groupe de droite eurosceptique, jusqu’à lors formé autour des conservateurs britanniques. Ne pas exclure Orban pourrait exposer le PPE à des défections démocrates chrétiennes, au bénéfice du groupe centriste-libéral. L’affaiblissement programmé du groupe social-démocrate va-t-il être accentué par des défections en direction de la famille centriste-libérale? Enfin, les partis de droite radicale et d’extrême droite vont-ils former une improbable « internationale des nationalistes », alors qu’ils sont aujourd’hui dispersés entre trois groupes différents à Strasbourg ?

Beaucoup d’incertitudes demeurent en vue des élections européennes de mai 2019, d’autant que les campagnes n’ont pas encore vraiment commencé. Une seule chose apparaît certaine : compte-tenu du mode de scrutin, à la fois inter-national et proportionnel, il n’y aura sans doute pas de brusque virement de bord à Strasbourg, plutôt un changement de cap, plus ou moins marqué – en fonction de ce que les électeurs auront exprimé dans les urnes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 04/03/2019 - 20:27
En effet, beaucoup d'incertitudes
demeurent en vue des européennes de mai 2019. la plupart des médias nous répètent à satiété l'exploit de Macron qui a récupéré quelques points dans les sondages à la suite de la promotion de sa petite personne lors du GRAND DEBAT. De quoi réfréner tout optimisme de la part de personne sensée, me semble-t-il !
cloette
- 04/03/2019 - 17:37
Qui le voit
leader de l'Europe, c'est à dire président d'une Europe qu'il veut fédérale ? grand manitou, super gourou donc, et vous imaginez aussi l'armée de godillot qui va "l'aider" à gouverner l'Europe ? En Utopie tout est possible, mais tout le monde finira au cabanon ( "le cabanon", c'est l'hôpital des fous dans le midi de la France )
spiritucorsu
- 04/03/2019 - 16:15
Sa personne pour seule ambition.
Peu importe la nature des élections,le problème majeur du monarque,c'est qu'en bon pervers narcissique,rivé à son miroir,il ne comprend pas que sa majestueuse personne ne soit pas idolâtrée par des foules d'admirateurs en délire et que sa puissante parole ne soit pas reçue comme une bible.Convaincu qu'il est de sa toute puissance ,de son omniscience et surtout de sa totale impunité,il n'a pour vision et surtout pour ambition du pays,de l'Europe,et du monde que lui même.Quant aux opposants,ils sont bons à jeter aux chiens et ses éventuels partenaires sont seulement invités à faire acte d'allègeance ou à se soumettre au prince.C'est certain qu'avec un tel programme,tout le monde ne se bouscule pas au portillon.Le monarque n'en à cure,sûr qu'il est de détenir à lui tout seul la vérité unique.Il prend le chemin du gourou comme son parti de godillots d'ailleurs de la secte des adorateurs du temple solaire dont on connait la fin tragique.Il n'est pas sûr que les Français dans leur immense sagesse se convertissent à la religion du sacrifice ultime prêchée même avec ferveur par un illuminé.